La Miséricorde Divine vue par les Papes


Commentaires (0)

Publié le dimanche 8 avril 2018

Catégorie : Vie de l'Eglise

La fête de la Divine Miséricorde est célébrée le premier dimanche après Pâques. Petit rappel des origines de cette dévotion, et de la place qu'elle occupe dans les trois derniers pontificats.

Manuella Affejee - Cité du Vatican - vaticannews.va - Illustration : Divine Miséricorde, par Tianna Williams

C'est le Christ lui-même, lors de ses apparitions à Sainte Faustine Kowalska (1905-1938), qui demanda à faire connaitre au monde la profondeur de sa miséricorde, et que celle-ci soit honorée par toute l'Eglise, le premier dimanche après Pâques, autrement appelé dimanche de Saint Thomas. « Je désire que la fête de la Miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. En ce jour les entrailles de ma miséricorde sont ouvertes, je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s'approcheront de la source de ma miséricorde; toute âme qui se confessera et communiera recevra le pardon complet de ses fautes et la remise de leur punition; en ce jour sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s'écoulent les grâces », a promis le Christ, selon ce que rapporte la religieuse polonaise dans son journal.

Saint Jean-Paul II et la Miséricorde de Dieu

Et c'est en 1985 que cette fête fut instituée par le Cardinal Franciszek Macharski, pour le diocèse de Cracovie. Elle fut ensuite étendue à l'ensemble de la Pologne, par le Saint Pape Jean-Paul II, sur requête des évêques du pays. Le Pape polonais, marqué par les enseignements de sa compatriote Sainte Faustine, s'avéra lui-même être un ardent apôtre de l'insondable miséricorde de Dieu, affirmant qu'elle était la clé de lecture privilégiée de son pontificat. C'est encore Jean-Paul II, à l'occasion de la canonisation de Sainte Faustine, le 30 avril 2000, qui étendit cette fête à l'Eglise universelle. Sa mort, le soir des vêpres de la Divine Miséricorde (2 avril 2005), sa béatification (1er mai 2011), et sa canonisation (27 avril 2014), soit deux dimanches de la Miséricorde, confirmèrent, en quelque sorte, ce qui fut le fil conducteur de sa vie et de sa profonde spiritualité.

Le Pape François, « Pape de la Miséricorde »

Le Pape François en prière au sanctuaire de la Divine Miséricorde à Cracovie. (Ossevatore Romano)
Le Pape François en prière au sanctuaire de la Divine Miséricorde à Cracovie. (Ossevatore Romano)

Dès son accession au trône de Pierre, la volonté du Pape François de placer la Divine Miséricorde au centre de son pontificat a été particulièrement manifeste, que l'on se réfère à sa devise même — miserando atque eligando — , à ses prises de parole sur le sujet, à ses nombreux gestes de compassion envers les plus faibles, et enfin, à sa décision de convoquer une année jubilaire de la Miséricorde, en 2015-2016. Une année riche, qui a permis, selon le Pape, de rappeler le primat de la miséricorde sur la Loi (Mt 9, 13), l'urgence et la nécessité d'en faire le pivot de toute l'action pastorale de l'Eglise. « La Miséricorde, écrivait-il dans sa lettre apostolique Misericordia et Misera, publiée au terme de l'année jubilaire, ne peut être une parenthèse dans la vie de l'Eglise, mais elle en constitue l'existence même, qui rend (…) tangible la vérité profonde de l'Évangile ». L'année jubilaire est terminée, mais la miséricorde reste, et doit imprégner la conversion pastorale que tous les croyants sont appelés à vivre : tel était, en substance, le message de cette lettre.

Soutien du Pape émérite à la ligne François sur la Miséricorde

Dans un entretien accordé au théologien jésuite Jacques Servais — contenu dans les actes d'un colloque théologique organisé en octobre 2015 à Rome — le Pape émérite Benoît XVI apportait son soutien à cette ligne bergoglienne, et soulignait la centralité prophétique de la miséricorde: « pour moi l'idée que la miséricorde devienne de plus en plus centrale et dominante est un signe des temps ». Pour Benoît XVI, les hommes sont en attente de miséricorde. « (…) Dans leur for intérieur, (ils) attendent que le samaritain vienne à leur secours, qu'il se penche sur eux, verse de l'huile sur leurs blessures, prenne soin d'eux et les mette à l'abri. Au fond, ils savent qu'ils ont besoin de la miséricorde de Dieu et de sa délicatesse », assurait-il encore.

Les missionnaires de la Miséricorde

Cette année, plus de 550 missionnaires de la Miséricorde provenant des 5 continents sont attendus à Rome, pour leur seconde rencontre avec le Saint-Père, deux ans après l'institution de ce ministère, précisément à l'occasion du Jubilé de la Miséricorde. Au cours des prochains jours, ils écouteront des catéchèses, témoigneront de leur activité pastorale, et célèbreront le Sacrement de la Réconciliation, qui est au coeur de la mission que leur a confiée le Souverain Pontife. Ce dernier les rencontrera mardi 10 avril, au Vatican, avant de présider une messe, en la Basilique Saint-Pierre.

Manuella Affejee - Cité du Vatican

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 30 + 14 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La Miséricorde Divine vue par les Papes.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 30 + 14 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

L'Eucharistie, et l'ultime heure de miséricorde

Mark Mallett   lundi 15 octobre 2018   1 commentaire

Le texte suivant est à mettre en rapport avec l'article « Détruire l'Eucharistie, c'est tuer l'Eglise » pour bien comprendre le lien intime qui existe entre l'Eucharistie et le temps de la Miséricorde dans lequel nous nous trouvons. Lorsque viendra le temps de la Justice — réservé aux pécheurs impénitents qui auront dédaigné jusqu'au bout l'appel de la Miséricorde divine — il est vraisemblable que la source de cette miséricorde, le Très Saint Sacrement, nous sera retiré (non pas par Dieu, nous l'avons compris, mais par les ennemis du Christ infiltrés au coeur de l'Église).

Mais ne craignons rien car Jésus continuera de vivre dans chacun de nos coeurs, pour nous aider à traverser cette dernière période de tribulation et de ténèbres (lire « La flamme qui faiblit  » - partie 1 et partie 2) jusqu'à ce qu'il ait mis tous Ses ennemis sous ses pieds et ait fait advenir la nouvelle ère de paix. Tâchons donc de nous trouver parmi les vierges sages et non du nombre des vierges folles.

Lire la suite

La Divine Providence par le Père Jean-Baptiste Saint-Jure

Père Jean-Baptiste Saint-Jure   mardi 8 mai 2018   0 commentaire

La Volonté de Dieu a fait et gouverne toutes choses.

Traitant de la Volonté de Dieu, Saint Thomas enseigne, après Saint Augustin, qu'Elle est la raison, la cause de tout ce qui existe. En effet :

« Le Seigneur - dit le Psalmiste - a fait tout ce qu'il a voulu, au ciel, sur la terre, dans la mer et dans tous les abîmes. »

Il est écrit encore, au livre de l'Apocalypse :

« Vous êtes digne, Seigneur notre Dieu, de recevoir gloire, honneur et puissance, parce que c'est vous qui avez créé toutes choses, et que par votre volonté elles étaient et ont été créées. »

Lire la suite

Signes de l'élection divine de la France

mardi 20 février 2018   1 commentaire

Est-il plus grand réconfort, lorsqu'on se prend à douter de I'avenir de la France, au spectacle de son apostasie massive, de son endurcissement corollaire dans la culture de mort et de la Progression fulgurante de l'islam dans son vide spirituel, que de songer que notre France bénéficie, depuis plus de quinze siècles, d'une faveur divine toute particulière ? Toutes les forces qui s'acharnent contre elle ne sauraient, se prend-on alors à songer, la mettre complètement, ni définitivement, à terre ! Et l'on repense bien sûr à la prophétie de Marthe Robin, peu de temps avant la seconde guerre mondiale :

« La France tombera très bas. PIus bas que les autres nations, à cause de son orgueil et des mauvais chefs qu’elle se sera choisis. Elle aura le nez dans la poussière. Il n'y aura pIus rien. Mais dans sa détresse, elle se souviendra de Dieu et criera vers Lui, et c'est Ia Sainte Vierge qui viendra la sauver. La France retrouvera alors sa vocation de Fille aînée de l'Eglise, elle sera le lieu de la plus grande effusion de l'Esprit Saint, et elle enverra à nouveau des missionnaires dans le monde entier. »

Lire la suite