Détruire l'Eucharistie, c'est tuer l'Eglise !


Commentaires (2)

Publié le dimanche 14 octobre 2018

Catégorie : Vie de l'Eglise

Nombre de consultations : 507

LA FIN DU SACRIFICE PERPÉTUEL - La Bible nous dit qu'arrivera un jour où le sacrifice eucharistique sera interdit. Ce qui nous semblait impensable il y a tout juste quelques années est aujourd'hui devenu une possibilité réelle.

... Le sacrifice perpétuel fut retiré (...) et les fondations [du] Lieu saint furent renversées. Et une armée fut postée contre le sacrifice perpétuel de façon perverse. La corne jeta la vérité par terre. Ce qu'elle entreprit, elle le réussit. Un être saint parla, je l'entendis ; et un autre saint lui répondit : « Combien de temps verrons-nous le sacrifice perpétuel retiré, la perversité dévastatrice, le sanctuaire livré, l'armée piétinée ? »

Daniel 8, 11

Article repris de la revue Parvis du mois d'octobre 2018. Il s'agit d'une traduction d'un article de la revue italienne The Marians Magazine de novembre / décembre 2017. J'y ai apporté quelques modifications et ajouts personnels.

Un prêtre catholique de Cali (Colombie), Don Paolo Arrieta, sachant que ses idées sont partagées par [d'autres prêtres] pour favoriser la communion oecuménique avec les luthériens et les anglicans, a dit dans une homélie que « l'Eucharistie n'est pas sacrée, que nous devons désacraliser l'Eucharistie, l'Eucharistie est seulement un partage, un symbole de familiarité et de communauté... » (sic)

Aujourd'hui, le Saint Sacrement ne souffre-t-Il pas plus gravement encore de l'indifférence, voire du mépris et des insolences catholiques ? Que ce soit par ceux qui mettent en doute la Présence réelle, la réduisent à un « signe » ou à un « pain convivial » à partager entre tous, sans être dans l'état de grâce et les conditions requises. Que ce soit en L'abandonnant dans nos tabernacles (décentrés) de nos églises (fermées), en ne Lui accordant aucune attention ni dévotion. En dénigrant le sacerdoce. En privant les petits enfants de ce « Pain des Anges ». En recevant distraitement le Saint Corps du Christ dans la main, en trempant ses doigts dans le Saint Sang dont les gouttes s'écoulent à même le sol. En jetant des hosties consacrées dans la boite aux lettres d'une malade comme cela se fit récemment, etc.

—Véronique Hargot - « Un Miracle Eucharistique à Bruxelles »

Au milieu de tant d'attaques contre les sacrements institués par Notre-Seigneur Jésus, contre l'Eucharistie, le mariage, la confession, et face à l'avancée des ennemis de l'Église de Dieu qui la trahissent de l'intérieur, il est nécessaire de rappeler l'importance centrale de l'Eucharistie, pour ne pas oublier sa grandeur et reconnaître sa valeur infinie, trésor que l'ennemi prétend voler à l'Église.

L'adversaire est aujourd'hui représenté idéologiquement par le courant moderniste qui prétend accommoder la Parole de Dieu à la perversion du monde actuel. Ce mouvement hérétique appelé modernisme est chapeauté aujourd'hui par des membres prééminents de la même Église catholique ; non seulement il cherche à pervertir l'Evangile de Jésus-Christ, en faisant des concessions impossibles, mais il prétend détruire les fondements même de l'Église.

Cette ultime tentative de Satan passe par la destruction de la loi morale et des sacrements, elle vise à la formation d'une nouvelle église qui inaugure l'abomination de la désolation et la suppression du sacrifice perpétuel prophétisé par le prophète Daniel (9: 27), par le Seigneur Jésus en Mathieu (25: 15) et dans l'Apocalypse (13: 14). Elle instaurera le nouvel ordre mondial, afin qu'apparaisse l'Antichrist.

Notre Dame de l'EucharistieCeci, c'est l'objectif de tous les changements et réformes qu'ils prétendent imposer dans le monde et spécialement dans l'Église en matière de morale, de doctrine, en matière de mariage et de famille, avec l'imposition de l'agenda gay, l'idéologie du genre et maintenant avec l'abominable destruction exigée des sacrements, pour chercher à supprimer l'Eucharistie, le plus important des sacrements.

Nous avons intitulé ainsi leur programme : « Détruire l'Eucharistie, c'est tuer l'Église » parce que pour tuer l'Église, comme le cherchent les ennemis de Dieu, il faut détruire les sacrements, changer les enseignements de Dieu et éloigner tous les hommes de l'unique vérité, que Jésus est le Christ Notre Seigneur.

Aujourd'hui, considérons la sainte Eucharistie et partons de ce prémisse certain, puisque c'est Parole de Dieu : l'Église catholique, fondée par le Christ lui-même prévaudra, même si, minée et réduite à sa plus petite expression ; [car un grand nombre de ses membres] seront trompés et séduits et beaucoup d'âmes se perdront, même si l'Église s'avérera [en définitive] victorieuse. En [ces derniers] temps, nous sommes appelés à affronter la grande épreuve de la fidélité à Jésus et à ses enseignements et seulement si nous lui restons fidèles ainsi qu'à son Evangile, nous demeurerons dans l'église victorieuse.

Qu'est-ce que l'Eucharistie?

L'Eucharistie constitue le centre de la vie de l'Église, sans elle [il n'y aurait pas] d'Église, c'est l'une des vérités fondamentales de notre foi. Le nier et le mettre en doute, c'est méconnaitre [gravement] un fondement de la vie chrétienne. C'est pourquoi il est très grave d'entendre des lèvres consacrées [affirmer] que l'Eucharistie n'est pas la réalité de la présence réelle du Christ dans l'hostie et le vin consacrés, mais que ce sont seulement des symboles, que ce n'est pas le Christ lui-même, mais seulement une de ses représentations.

Si le Christ n'était pas dans l'Eucharistie, inutile serait l'Eglise à laquelle le Christ ordonna d'actualiser Son sacrifice de la Croix chaque fois qu'on célèbre la messe. Bien au contraire, le Christ, en instituant l'eucharistie, ordonna dans l'Evangile et dans la première lettre aux Corinthiens (11: 24) : « Faites ceci en mémoire de moi. »

Il n'y a qu'un sacrifice digne de Dieu et salvateur pour le monde : le sacrifice de la Croix. C'est pourquoi il n'y a rien de plus grand que la messe.

—Père André Daigneault, Le bon larron : Mystère de miséricorde ; p. 163

[Ce qu'a dit ce] prêtre catholique, qui nie l'Evangile en ne croyant pas dans la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie [et qui] prêcha que l'Eucharistie n'est pas sacrée, que nous devons désacraliser l'Eucharistie, [que] l'Eucharistie est seulement un partage, un symbole de familiarité et de communauté... ce qu'a dit ce prêtre, c'est exactement la thèse soutenue par de nombreux protestants au sujet de l'Eucharistie.

La messe actualise le sacrifice de la Croix

Pour les fidèles catholiques, la messe est une actualisation sans effusion de sang du sacrifice sanglant de Jésus sur la Croix, par lequel Il nous a rachetés de nos péchés, Il a vaincu le démon, Il a célébré une nouvelle et éternelle Alliance qui remplace l'ancienne en nous [redonnant] la possibilité de la vie éternelle.

Ce sujet a été développé avec précision par Jacques Maritain : « Par le moyen du signe sacrificiel, la toute-puissance divine nous rend présent le sacrifice de la croix éternellement conservé au Ciel... Au moment le plus solennel de la messe, nous sommes réellement présents au sacrifice de la Croix tel qu'il a eu lieu dans le passé ; mais s'il en est ainsi, c'est parce que, par l'effet (miraculeux) d'un signe rituel (à portée existentielle) accompli sur l'autel, nous sommes réellement, physiquement rendus présents à ce même sacrifice de la Croix tel qu'il est éternellement conservé au Ciel... Par la vertu du signe sacrificiel, un certain moment de notre temps est rendu miraculeusement participant à l'éternité divine pour s'y confondre avec un certain moment d'un certain temps passé conservé en elle. »

—Ibid. p. 163

L'Eucharistie, ou la messe, se célèbre en mémoire de Jésus et c'est une actualisation, non pas un simple rappel de Son acte rédempteur ; cela signifie que chaque fois que l'on célèbre la messe, le sacrifice douloureux et sanglant du Christ sur la Croix se renouvelle et se réactualise (toute l'assemblée des fidèles est réellement présente devant la croix, aux côté de Marie et Saint Jean ; nous sommes propulsés hors du temps pour rejoindre un moment éternellement conservé en Dieu, celui où Jésus meurt sur la Croix), grâce à ce sacrifice célébré sans versement de sang, comme un acte de réconciliation qu'on offre à Dieu Père créateur, en réparation des continuelles offenses de l'humanité et pour ses nombreux péchés.

A la messe, s'actualise l'unique sacrifice de la Croix, c'est pourquoi la messe n'est pas une répétition de ce sacrifice, comme s'il pouvait y en avoir plusieurs. La lettre aux Hébreux nous avertit qu'il ne se répète pas, mais que ce sacrifice que le Christ a réalisé il y a deux mille ans se fait présent à chaque messe.

Il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, en répandant, non pas le sang de boucs et de jeunes taureaux, mais son propre sang. De cette manière, il a obtenu une libération définitive.

Hébreux 9: 12

Dans les sacrifices d'animaux de l'ancienne alliance, c'était une répétition continue, à la différence du sacrifice du Christ qui s'est produit une fois pour [toute et pour] toujours. Dans la même lettre aux Hébreux, il est affirmé :

Il n'a pas besoin, comme les autres grands prêtres, d'offrir chaque jour des sacrifices, d'abord pour ses péchés personnels, puis pour ceux du peuple ; cela, il l'a fait une fois pour toutes en s'offrant lui-même.

Hébreux 7: 27

Et un peu plus loin :

Tout prêtre, chaque jour, se tenait debout dans le Lieu saint pour le service liturgique, et il offrait à maintes reprises les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais enlever les péchés. Jésus Christ, au contraire, après avoir offert pour les péchés un unique sacrifice, s'est assis pour toujours à la droite de Dieu. Il attend désormais que ses ennemis soient mis sous ses pieds. Par son unique offrande, il a mené pour toujours à leur perfection ceux qu'il sanctifie.

Hébreux 10: 11-14

Jésus nous a ouvert la possibilité de la vie éternelle

Jésus a déclaré en Jean 6: 54 :

Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.

D'où la question : en quoi consiste la vie éternelle ?

L'apôtre le proclame avec clarté :

La vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.

Jn 17: 3

Dans la Bible, le verbe "connaître" n'a pas la signification grecque de connaissance intellectuelle, mais un sens spirituel. Avec la caractéristique d'une union profonde entre celui qui connaît et celui qui est connu. Quand saint Jean dit que la vie éternelle consiste en « qu'ils te connaissent Toi », cela signifie une union profonde de l'âme avec Dieu, si profonde que l'âme se sanctifie et se divinise, elle se divinise avec Dieu, par Dieu, en Dieu et pour Dieu.

Pour ceux qui comprennent l'italien (ce qui n'est pas mon cas mais il semblerait que ce qui est dit dans cette vidéo soit en lien avec l'information ci-dessus ?), n'hésitez pas à nous faire un résumé en commentaire :

Vidéos

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Bonjour,

Je n'ai malheureusement pas assez d'information sur cette voyante. Parfois je fais référence à certaines révélations non reconnue par l’Église mais qui le sont cependant par l’Évêque du lieu. Tant que cela n'est pas clairement condamné, c'est à chaque fidèle à faire preuve de discernement, comme il nous l'est demandé en 1 Thessaloniciens 5:20.

Je viens par contre de trouver une "Déclaration de non-authenticité des prétendues expériences mystiques de Mme Debora Marasco de Manduria" :

http://forumarchedemarie.forumperso.com/t7180-dclaration-de-non-authenticit-des-expriences-mystiques-prsums-de-mme-debora-marasco-de-manduria

Je vais donc retirer les messages de cette personne soit-disant reçus du Seigneur, même si ceux-ci me semblent conformes à la révélation et l'enseignement de l'Eglise.

Union de prière,

Philippe

Commentaire laissé par le

Merci pour cet article très intéressant !
Vous citez à de nombreuses reprises Debora de Manduria, mais ces apparitions ne sont pas confirmées par l'Eglise non ?

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 66 : 6 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Détruire l'Eucharistie, c'est tuer l'Eglise !.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 66 : 6 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Les détraqués sexuels polluant l'Eglise : une conséquence de la perversion soixante-huitarde

lundi 24 septembre 2018   6 commentaires   1.317

En ces jours, l'information sensationnelle et bouleversante dans le monde des médias, c'est le scandale de l'Église Catholique concernant la maltraitance des enfants par son clergé. L'attaque par les médias et les journalistes consiste à dépeindre le Pape et l'Eglise Catholique qu'il conduit, comme « l'épicentre de la violence sexuelle sur les jeunes. » Dans ce petit article je tiens à expliquer aux lecteurs ce qui se passe dans le monde aujourd'hui, comment le Pape et l'Eglise sont blâmés et ridiculisés et ce qu'ils font dans le monde actuel. Ceux qui ignorent ce qui se passe de nos jours dans le monde - particulièrement depuis la révolution sexuelle qui s'est installée dans notre société dans les dernières années du deuxième millénaire - pourraient penser que le Pape, le chef de l'Eglise catholique, les évêques et prêtres célibataires proches de lui, sont à blâmer pour tous les scandales sexuels dans le monde et particulièrement ceux de pédophilie.

Lire la suite

L'Eucharistie, et l'ultime heure de miséricorde

Mark Mallett   lundi 15 octobre 2018   0 commentaire   219

Le texte suivant est à mettre en rapport avec l'article « Détruire l'Eucharistie, c'est tuer l'Eglise » pour bien comprendre le lien intime qui existe entre l'Eucharistie et le temps de la Miséricorde dans lequel nous nous trouvons. Lorsque viendra le temps de la Justice — réservé aux pécheurs impénitents qui auront dédaigné jusqu'au bout l'appel de la Miséricorde divine — il est vraisemblable que la source de cette miséricorde, le Très Saint Sacrement, nous sera retiré (non pas par Dieu, nous l'avons compris, mais par les ennemis du Christ infiltrés au coeur de l'Église).

Mais ne craignons rien car Jésus continuera de vivre dans chacun de nos coeurs, pour nous aider à traverser cette dernière période de tribulation et de ténèbres (lire « La flamme qui faiblit  » - partie 1 et partie 2) jusqu'à ce qu'il ait mis tous Ses ennemis sous ses pieds et ait fait advenir la nouvelle ère de paix. Tâchons donc de nous trouver parmi les vierges sages et non du nombre des vierges folles.

Lire la suite

Très catholique Bavière ! Trop catholique pour certains hommes d’Église ?

samedi 5 mai 2018   1 commentaire   183

La Bavière est un pays catholique. Là-bas, pas de laïcité agressive comme en France. La liberté de conscience est entière, chacun peut croire ou ne pas croire, et pratiquer sa religion comme il l'entend. Mais l'ancien royaume du sud de l'Allemagne est profondément imprégné de son histoire, enraciné et conscient de ce que le christianisme a forgé son identité.

Lire la suite