Synode sur l'Amazonie - Des idoles Pachamama jetées dans le Tibre : les prophéties s'accomplissent


Commentaires (2)

Publié le vendredi 25 octobre 2019

Auteur / source : Daniel O'Connor

Catégorie : Prophéties & réflexions sur les signes des temps

Nombre de consultations : 674

Si vous êtes catholique et que vous ne ressentez pas un frisson de joie lorsque vous entendez parler d'idoles païennes saisies dans le sanctuaire d'une église catholique et jetées dans un fleuve, il pourrait être utile de vérifier si votre tête est correctement fixée sur vos épaules (ou, du moins, vous assurer que vous n'êtes pas trop à l'étroit dans vos pompes). (Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle ou cet article en anglais)

Voici un extrait de l'article du National Catholic Register :

Dans la légende sous la seconde vidéo, il est dit que l'action a été menée « pour une seule et unique raison : Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, Sa Sainte Mère et tous ceux qui suivent le Christ sont les cibles d'attaques de la part des membres de notre propre Église. Nous n'acceptons pas cela ! Nous ne restons plus silencieux ! Nous commençons à agir MAINTENANT ! »

« Parce que nous aimons l'humanité, nous ne pouvons accepter que les habitants d'une région en particulier ne se fassent pas baptiser et se voient par conséquent interdire l'entrée au Ciel » (ndtr : la mission de l'Eglise catholique, dans le contexte de ce Synode, est d'annoncer le Christ aux peuples indigènes d'Amazonie, et non à laisser s'infiltrer le paganisme dans l'Église), poursuit la légende. « Il est de notre devoir de suivre la Parole de Dieu comme le fit Notre Sainte Mère. Il n'y a pas de seconde voie de salut. Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat !

(...)

Faisant référence à un commentaire qu'il avait fait la semaine dernière, à savoir que cette statuette « représente la vie, la fertilité et la terre », Paolo Ruffini (responsable de la communication au Vatican) a déclaré le 21 octobre que se débarrasser de ces statuettes « est un geste qui me semble contredire l'esprit de dialogue qui devrait toujours animer toutes nos actions. »

« Je ne sais pas quoi dire de plus. C'était un vol », a ajouté Ruffini ...

Le père Giacomo Costa, responsable des communications pour le Synode sur l'Amazonie, a déclaré le 21 octobre que la figure sculptée représente la vie en Amazonie de la même manière qu'une "bouteille d'eau" ou des "perroquets" représentent la vie dans la région. (A chacun de juger à ce stade de ce qu'il en est réellement, au vu de la photo en tête de cet article, représentant une statue de la Pachamama devant laquelle sont déposées des offrandes.)

Pour en revenir aux statuettes et à l'acte de les jeter dans le Tibre, « Cela n'a pas de sens », a déclaré le Père Costa.

Le prêtre ajoutant que « vraiment, ce n'est jamais constructif de voler un objet. »

L'image controversée faisait partie d'une cérémonie de plantation d'un arbre [dans les jardins du] Vatican le 4 octobre et d'un Chemin de Croix pour l'Amazonie le 19 octobre. La même figure [païenne] était présente dans le voisinage du Vatican lors de divers événements du Synode, dans le cadre de l'initiative « Casa Comun » (Maison commune), dont beaucoup se sont déroulés dans l'église Santa Maria in Traspontina.

ncregister.com

Bien entendu, les suspects habituels se sont immédiatement rués sur Twitter pour exprimer leur feinte indignation face à ce « péché de vol » (voler est généralement un acte coupable, mais pas un mal intrinsèque — tel que, par exemple, l'adultère qui est bien un mal intrinsèque — il peut arriver, dans certaines circonstances, que l'on soit amené à commettre un vol, et une idole païenne dans un sanctuaire catholique fait manifestement partie de l'une de ces circonstances), certains qualifiant cet acte de « profanation » (ce qui n'est pas sacré au départ ne peut être profané) et un « manque de respect pour les indigènes. »

Oh, comme je me sens mal pour eux si leur indignation était plus qu'un simple spectacle ; je ne me donnerai pas la peine de dresser la liste de toutes les biographies de saints qu'ils ne devraient surtout pas lire, et des passages des Saintes Écritures qu'ils devraient arracher de leurs Bibles, afin de protéger leur nature délicate de tout préjudice supplémentaire (beaucoup ont déjà fourni ces listes). Mais ils ont aussi été très prompts à justifier leur indignation par de piètres tentatives d'argumentation qui se présentaient presque toutes sous cette forme : « Il existe des symboles catholiques légitimes dans les églises (par exemple, le Pélican, l'Agneau), dont certains ont même des racines païennes. Par conséquent, il n'existe pas de symbole illégitime qui, même aujourd'hui, équivaudrait véritablement à du paganisme ou de l'idolâtrie. »

Je ne m'embêterai pas à réfuter ces arguments ici (encore une fois, beaucoup d'autres personnes l'ont déjà fait), car tous ces sophismes ignorent un fait : même si ces arguments étaient valables, ils seraient cependant totalement hors de propos.

Car, même si ces statuettes n'étaient pas des idoles en réalité, elles l'étaient de façon évidente en apparence — du point de vue d'un laïc ordinaire (ce qui, bien sûr, est ce qui importe le plus lorsqu'il s'agit pour un laïc ordinaire de déterminer ce qu'il doit faire), les statuettes semblaient assurément être des sculptures de la "déesse" païenne Pachamama. Ceci est évident pour quiconque effectue des recherches élémentaires sur la « déesse » andine de la fertilité et de la terre, appelée Pachamama. Voir, par exemple, la photo en début d'article de l'une des nombreuses statues païennes Pachamama existant actuellement en Amérique du Sud.

Se plaindre de voir jeter ces statuettes dans le Tibre sous prétexte qu'elles « n'étaient pas réellement des idoles » me rappelle ceux qui réclament la tête d'un policier après que celui-ci ait tiré sur un individu l'ayant braqué avec une arme à air comprimé qui, selon toute apparence, semblait être une vraie arme à feu. Comment diable l'agent de police était-il supposé savoir que cette arme n'était pas réelle ? Les policiers ne peuvent-ils pas se défendre ?

De plus, ces « statuettes » (idoles) étaient présentes pendant plus de deux semaines dans les alentours du Synode sans aucune réfutation solide de la part du Vatican (tout ce qui a été dit, en fait — que ces statuettes étaient des « symboles de la vie, de la fertilité et de la terre », ce qu'est exactement la déesse païenne — semblait donner du crédit à la conclusion selon laquelle ces statuettes étaient bel et bien celle de la Pachamama — et non de la Sainte Vierge Marie comme le prétendent certains, ndtr), et toute personne ayant une once d'honnêteté est, par conséquent, obligée de supposer que l'apparence correspond à la réalité.

Un autre exemple : supposons que l'on place une statue de chèvre avec un torse d'homme et un pentagramme au milieu d'un cercle de prière et que l'on s'incline devant lui dans une église catholique. De toute évidence, un tel bouc semble être Baphomet, la principale idole du satanisme, et en l'absence d'une indication absolument irréfutable du contraire, il nous faut présumer que l'apparence correspond à la réalité. Les organisateurs de l'événement échoueraient complètement dans leurs tentatives de se justifier si, après qu'un homme courageux se soit emparé de la statue pour la détruire, ceux-ci venaient se plaindre en disant : « Attendez. Cette statue symbolisait simplement la délicieuse saveur du fromage de chèvre ; le pentagramme dont il était surmonté visait également à glorifier la beauté de la géométrie ; et le torse d'homme symbolisait tout ce que l'être humain gagne à manger de la chèvre ! »

Mais il y a un problème bien plus sournois. Pachamama n'est pas n'importe quelle idole. Compte tenu de l'importance de ce Synode (nombreux sont ceux qui ont fait remarquer que c'est peut-être ce Synode qui doit précéder de près le Grand Avertissement prophétisé à Garabandal : « Selon une religieuse qui est en contact avec Conchita, voyante de Garabandal, l'avertissement se produirait après un important synode »), nous ferions bien de surveiller de près ce qui s'y passe. Car, même si l'Église est véritablement indestructible, le diable travaille néanmoins avec acharnement à faire entrer le péché et l'erreur, autant que faire se peut, dans les divers actes non magistériels de l'Église, en ces jours où la Grande Apostasie atteint son plus haut sommet (soyez assuré, cependant, que tous les enseignements authentiques touchant à la foi ou à la morale contenus dans un acte formel du Magistère promulgué par le Pape sont exempts d'hérésies). [En parlant du Pape François, je pense qu'il fut plus heureux que quiconque du destin des idoles. Rappelez-vous cet étrange rituel du 4 octobre 2019 (auquel il fut invité et auquel il a assisté, mais qui n'était pas directement organisé par le Vatican), au cours duquel la Pachamama fut placée au premier plan avec des personnes s'inclinant devant elle, le Saint Père était supposé donner un discours préparé. Au lieu de cela, il mit sa feuille de côté — il le fait souvent avant de gratifier son public de remarques impromptues — et, cette fois, il s'est contenté de prier le Notre Père, rien de plus.

Il me paraît évident qu'il a vu l'acte d'idolâtrie se dérouler devant lui et qu'il ne voulait pas l'approuver avec ce qu'il savait être contenu dans son discours préparé. Il a donc procédé à ce qu'il pensait servir de réparation et d'exemple pour les peuples païens : réciter la prière reçue du Seigneur. Bien sûr, il aurait dû balancer lui-même ces idoles dans le Tibre ; mais, hé, c'est quelque chose. En outre, le premier « tweet » du Pape François, après que les idoles aient été jetées dans le fleuve, était une exhortation : « Courage ! Le Seigneur attend de grandes choses de vous ! ». Il apparaît sur mon écran à 4h30 du matin, ce qui je présume correspond à mon fuseau horaire (New York), ce qui signifie que, si mon hypothèse est correcte, le Pape l'a publié à 10h30 du matin, heure de Rome ; longtemps après que les nouvelles de la "noyade" des idoles eurent atteint les couloirs du Vatican et, vraisemblablement, François lui-même.]

Quoi qu'il en soit, j'ai décidé de creuser un peu plus profondément.

Je me suis constitué une impressionnante bibliothèque ici pour mes recherches en philosophie et religion, et j'ai donc décidé de rechercher le mot Pachamama dans l'énorme "Encyclopedia of Religion" (éditée par Lindsay Jones). Au sein de ses plus de 10 000 pages, on peut lire les informations fascinantes suivantes au sujet de Pachamama :

ATAHUALPA (c. 1502-1533) fut le treizième empereur de l'Empire Inca et le dernier à le présider avant l'arrivée au Pérou des conquistadors espagnols. Le peuple andin considère aujourd'hui Atahualpa comme un messie... Au cours des périodes coloniale (1532 - 1826) et républicaine (1826 - aujourd'hui), Atahualpa en est venu à symboliser le peuple conquis et sa mort à signifier la rupture [de l'ère andine : celle des Incas] par la conquête espagnole. La renaissance d'Atahualpa s'exprime également dans les légendes entourant la figure d'Inkarri (le nom d'Inkarrí est une altération hispano-quechua née de la déformation, sous l'influence de la phonétique quechua, des mots Inka rey, autrement dit le « roi inca »). Selon ces légendes, le père d'Inkarri est le Soleil. Inkarri possède de l'or en abondance. Sa tête est enterrée quelque part à Cuzco. Son corps se régénère lentement, en commençant par la tête. Lorsque le corps d'Inkarri sera totalement régénéré, il reviendra pour juger le monde. Bien que les légendes d'Inkarri annoncent le retour des Incas de façon générale, elles sont également associées à Atahualpa. Les Andins traditionnels croient que la tête d'Atahuallpa est également enterrée à Cuzco, où son corps est, lui aussi, en phase de régénération grâce au pouvoir de Pachamama (la Terre-Mère), une déesse majeure des Andes. « Lorsqu'il sera régénéré, Atahualpa émergera du lac Titicaca. Au cours de l'âge messianique qui suivra, il jugera tous ceux qui ont bouleversé la nature, la culture et la société. Sur le plan ethno-historique, Atahualpa est ainsi devenu un symbole combinant les idées incas de la renaissance cosmique et terrestre avec les croyances chrétiennes concernant la mort, la résurrection et la seconde venue du Christ. Les croyances chrétiennes, cependant, sont secondaires par rapport à l'association entre Atahuallpa et la Terre en tant que centre d'un cycle de régénération de la naissance à une vie renouvelée, en passant par la mort. Ce processus fondamental donne une signification cosmique à la tyrannie initiée par la conquête espagnole.

En bref : pour les peuples d'Amazonie, le culte de la Pachamama est essentiel pour ramener leur faux messie païen, Atahualpa, afin d'instituer une fausse ère messianique, au cours de laquelle les « conquistadors » (c'est-à-dire les Européens et les Occidentaux, et le véritable catholicisme qui y est associé) seront eux-mêmes conquis ; une ère qui reconnaît superficiellement certains aspects chrétiens mais place en réalité tout cela en second plan par rapport au paganisme, que, apparemment, de nombreux « catholiques » sud-américains n'ont jamais vraiment abandonné quand ils sont devenus catholiques. Cela vous rappelle-t-il quelque chose ? Si non, laissez-moi vous rafraîchir la mémoire :

Avant l'avènement du Christ, l'Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants. La persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre dévoilera le "mystère d'iniquité" sous la forme d'une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l'apostasie de la vérité. L'imposture religieuse suprême est celle de l'Anti-Christ, c'est-à-dire celle d'un pseudo-messianisme où l'homme se glorifie lui-même à la place de Dieu et de son Messie venu dans la chair.

— Catéchisme de l'Eglise catholique, n° 675

Maintenant, je ne suis pas un théoricien complotiste fou essayant de prétendre que les stupides sculptures en bois présentes à ce Synode sont en réalité un plan démoniaque dont le but est d'introniser l'Antéchrist. Je suppose que ceux qui les ont amenées sont, comme beaucoup de catholiques aujourd'hui, des personnes de bonne volonté mais égarées qui ne réalisent tout simplement pas que le syncrétisme est une hérésie et un péché, et qui n'ont pas conscience de quels démons elles invitent par leurs actions. (On a longtemps observé que de nombreux catholiques aborigènes d'Amérique du Sud n'avaient pas abandonné leur paganisme pour devenir catholiques, mais avaient simplement mélangé les deux). Mon propos ici est seulement de dire qu'il s'agit d'un signe des temps majeur, dont la mise en lumière aujourd'hui n'est pas simplement le fruit du hasard — mais a été inspirée par Dieu lui-même, qui, je crois, a inspiré à ces hommes de jeter ces idoles dans le Tibre — signe par lequel Dieu souhaite attirer notre attention sur ce qui va bientôt arriver d'une façon beaucoup plus globale et beaucoup plus sérieuse. Les catholiques avertis feraient bien de se montrer particulièrement vigilants lorsque le paganisme s'insinue de façon aussi ouverte au cœur de la chrétienté.

Pour les amoureux du monde et du « dialogue » (car le fait de jeter les idoles dans le Tibre est apparemment aussi un "péché qui nuit au dialogue"), puis-je leur rappeler avec gentillesse que l'idolâtrie est un péché terriblement grave. Espérons que nous nous souvenions tous du Premier Commandement. Mais laissez-moi partager avec vous ce que la Sainte Vierge a révélé à la Servante de Dieu, Luisa Piccarreta, à propos de l'arrivée de la Sainte Famille en Égypte :

Nous arrivâmes donc en Egypte, et après une longue période, l'Ange du Seigneur dit à Saint Joseph que nous devions retourner à la maison de Nazareth, car le cruel tyran était mort. Nous revînmes donc dans nos terres d'origine. Maintenant, l'Egypte symbolise la volonté humaine — une terre pleine d'idoles ; et partout où passait le Petit Jésus, il abattait ces idoles et les jetait en Enfer.

— Notre-Dame à Luisa Piccarreta, Jour 23 de la Bienheureuse Vierge Marie dans le Royaume de la Divine Volonté ; lire : La chute des idoles lors de la fuite en Egypte

Et une chose semblable a été révélée à la vénérable Marie d'Agreda. Jésus — quand il n'était encore qu'un tout petit enfant — ne pouvait pas tolérer la présence d'une seule idole sur son passage ; et donc, par un exercice immense de Son omnipotence, qui ne fut aucunement atténuée malgré Sa petite taille de l'époque, Il détruisit littéralement ces idoles païennes (et ceci, avant l'existence du christianisme, à l'époque où le paganisme était loin d'être aussi coupable qu'il ne l'est aujourd'hui) et les jeta dans l'abîme.

Nous n'avons donc pas besoin de demander de façon rhétorique : « Que ferait Jésus ? » Nous savons concrètement ce qu'il fit. Il détruisit les idoles.


Le Triomphe du christianisme (1585), Sala di Costantino, Vatican

En ce qui concerne le dialogue, contre lequel nous avons apparemment aussi "péché" en retirant des idoles de sanctuaires catholiques, Jésus ne tolère pas davantage l'approche moderne par laquelle la vérité est commodément écartée au nom d'incessantes et insignifiantes discussions et civilités qui ne sauvent ni ne sanctifient personne. Voici ce que Jésus dit à Luisa à ce sujet :

Ma fille, la pure vérité, nue et simple, est le plus puissant aimant pour attirer les cœurs et les disposer à faire face à n'importe quel sacrifice par amour de la vérité et des personnes qui révèlent cette vérité. Qui a disposé les Martyrs à verser leur sang ? La vérité. Qui a donné à de nombreux autres Saints la force de mener une vie pure et sans tache au milieu de tant de batailles ? (cf. la vie de Sainte Kateri Tekakwitha) La vérité — et une vérité nue, simple et désintéressée... Ah, ma fille, en cette triste époque, comme Il est difficile de trouver quelqu'un qui soit disposé à manifester cette vérité nue, même parmi le clergé, les religieux et les personnes pieuses ! Leurs paroles et leurs actions nourrissent toujours quelque chose d'humain, des intérêts personnels ou d'autres choses, et ils manifestent la vérité comme si elle était couverte ou voilée... C'est pourquoi tant de sacrements, tant de confessions, sont gaspillés, profanés et ne portent aucun fruit... Ils ne M'écoutent pas, parce qu'ils pensent en eux-mêmes que s'ils le faisaient, ils perdraient leur prestige, l'amour que le monde leur porte...

— Jésus à Luisa. 16 septembre 1906

Oui, le dialogue est important. Mais la vérité est plus importante encore. (...) Et un dialogue authentique n'invite certainement pas les idoles païennes dans notre Église.

Mais, lorsque c'est précisément ce qui se passe aux plus hauts niveaux de l'Église, il devient impossible de ne pas réaliser...

Que les temps que nous vivons ont été prophétisés il y a longtemps. Nous y sommes. La bataille a commencé et nous ne sommes plus nulle part en sécurité. Alors, ne prétendons pas le contraire, et rejoignons plutôt la bataille ... en nous plaçant du bon côté.

Quand un membre de la maison de Habsbourg s'exprime

Comme cela devient de plus en plus évident (malgré l'insistance de plus en plus stridente de la part de quelques théologiens autoproclamés en eschatologie qui refuseront visiblement toujours d'abandonner leur point de vue erroné selon lequel l'Antichrist ne peut venir qu'immédiatement avant la fin des temps, après une période de paix relativement agréable), l'émergence de l'Antéchrist est aujourd'hui véritablement imminente. Se leurrer en prétendant qu'il n'en est rien (ou, pire, que cela n'est même pas possible à notre époque) ne nous rend que plus susceptibles de succomber à sa puissance de séduction.

Réfléchissez à ceci : Parmi toutes les personnes vivant dans le monde aujourd'hui, qui donc, selon vous, pourrait être le plus qualifié pour donner une analyse sobre et perspicace de la nature des temps que nous vivons, éclairée par des connaissances acquises aux plus hauts niveaux de la société ?

Et si je vous disais un membre d'une famille royale ? Non pas n'importe quelle famille royale, mais une fervente famille royale catholique, l'une des dynasties les plus puissantes de l'histoire ?

Je vous présente son Altesse Impériale et Royale, l'Archiduc Rodolphe d'Autriche, de la Maison de Habsbourg, « l'une des maisons royales les plus influentes et distinguées d'Europe », ayant « dominé la politique européenne pendant près de cinq siècles ».

(...)

Eh bien, l'Archiduc Rudolf vient d'accorder un entretien exceptionnel au National Catholic Register ; publié le jour même où les idoles furent jetées dans le Tibre. Voici une partie de ce qu'il a dit :

National Catholic Register : « A quels dangers sommes-nous confrontés aujourd'hui ? »

Archiduc Rudolf : « Aujourd'hui ? Ceci est mon propre sentiment. Je lis beaucoup. Je prie beaucoup. Je discute beaucoup. Fondamentalement, nous devons être proches des années du règne de l'Antéchrist, car tout est dans un état horrible. Regardez comment vivent la population et les gens autour de nous : le matérialisme, qui est l'un des principaux dangers, est devenu le maître de la plupart des âmes en ce monde. C'est une chose terrible !

En gros, j'ai le sentiment que le diable travaille actuellement, si je puis dire, comme l'enfer sur terre (avec acharnement, ndtr), pour détruire l'Église. Et, de toute évidence, il est également aidé de certaines personnes dans l'Église, ce qui est très triste. Nous devons beaucoup prier et aider les prêtres et l'Église à changer maintenant et à devenir d'une certaine manière vraiment chrétiens.

Et je pense que ce Pape fait de son mieux pour faire avancer les choses dans la bonne direction, mais je détesterais être à sa place car cela doit être si difficile. »

L'Archiduc Rudolf d'Autriche a annoncé
que « nous devons être proches des années du règne de l'Antéchrist »

Vous avez bien lu. Il a également partagé de beaux conseils concernant l'éducation des enfants catholiques, que je ne peux m'empêcher de partager avec vous, même si ce n'est pas exactement le sujet de cet article :

National Catholic Register : « S'il vous plaît, donnez à nos lecteurs des exemples de la manière dont vous et votre épouse avez encouragé vos enfants dans la foi. »

Archiduc Rudolf : « Nous les avons souvent emmenés à la messe, même en semaine. Nous nous sommes assuré qu'ils aillent fréquemment à la sainte confession... Nous avons fait des pèlerinages avec eux, par exemple à Medjugorje en Bosnie-Herzégovine et à Częstochowa en Pologne... Nous leur avons donné de bons livres à lire. Quand ils étaient plus petits en particulier, nous avons pris soin de leur présenter de bons livres qui élèveraient leur âme et leur esprit et maintiendraient leur conscience droite. Le soir, il était important de discuter de ces lectures à la maison. Nous avons également été très attentifs à la manière dont nos enfants choisissaient leurs amis. Et nous avons essayé d'éviter Internet, en leur expliquant comment cela pouvait les détruire. Des choses comme ça. C'est un très gros travail. »

Mais il est temps pour moi de conclure, je vais donc achever cet article avec quelques points supplémentaires :

  • Nous voyons de plus en plus de personnes se réveiller suite à l'insistance de Mgr Fulton Sheen qui nous avertissait que nous vivons à l'époque de l'Antéchrist : http://www.ncregister.com/blog/joseph-pronechen/did-fulton-sheen-prophecy-about-these-times. (Traduction Google)
  • Et en parlant de l'Antéchrist et de ceux qui prophétisent son arrivée imminente, je voudrais à nouveau recommander le Père Michele Rodrigue, dont j'ai parlé dans mon précédent article. J'ai visionné récemment deux vidéos de ses prédications : ici et ici ; et je suis aujourd'hui encore plus confiant dans son authenticité. Un de mes amis a examiné des dizaines de CD de conférences du Père Michele et a partagé avec moi, également, que le Père Michele a avoué — avec une certaine tristesse — que le prochain message que le Père Céleste lui adressera aura essentiellement pour but d'annoncer l'arrivée des tribulations.
  • Si vous cherchez un guide digne de confiance pour vous aider à traverser la confusion des temps présents, ne cherchez pas plus loin que le cardinal Robert Sarah. Son dernier livre, Le soir approche et déjà le jour baisse, est excellent.
  • Christine Watkins a publié un livre sur le Grand Avertissement (en anglais) : The Warning: Testimonies and Prophecies of the Illumination of Conscience — cet événement glorieux et sans précédent sur le point de se produire — que je recommande vivement (si vous comprenez l'anglais...).

Pedro Regis, un voyant catholique d'Amérique du Sud qui a reçu le soutien de son évêque, était en Italie la semaine dernière. Voici quelques extraits de ses messages :

Chers enfants, Je vous demande d'avoir le courage de Jean-Baptiste pour défendre la vérité et non la lâcheté de Judas. Des jours d'obscurité viendront et beaucoup de Mes pauvres enfants chemineront comme des aveugles qui guident d'autres aveugles. Agenouillez-vous en prière. Mon Jésus a besoin de chacun de vous. Soyez fidèles à l'Evangile et au véritable Magistère de Son Eglise... Les ennemis trompent avec des demi-vérités, mais la victoire de Dieu viendra pour les justes. Courage...

— Message de Notre-Dame d'Anguera, Reine de la Paix, Italie, à Pedro Regis, 22 octobre 2019

... Vous serez persécutés, mais ne reculez pas. Ne fuyez pas. Mon Jésus a besoin de vous. Mon Jésus a besoin de votre courage et de votre disponibilité. Défendez-Le. Annoncez la vérité et ne permettez pas que les ennemis l'emportent. Demeurez fidèles à Mon Fils Jésus. Il n'y a pas de victoire sans croix. Après toute tribulation, le Seigneur essuiera vos larmes. Allez de l'avant sans peur...

— Ibid. 21 octobre 2019

Chers enfants, empressez-vous de défendre Jésus. La vérité est votre grande arme de défense. Les ennemis se dépêchent de démolir spirituellement l'Eglise, mais vous pouvez les vaincre par la Lumière de la Vérité. Annoncez Jésus et Son Evangile. N'oubliez pas les grandes leçons du passé. La Vérité de Dieu sera éternelle. Vous appartenez au Seigneur et Il attend beaucoup de vous. Ne craignez pas. Quand vous vous sentez abandonnés, à cause de la défense de la vérité, sachez qu' à ce moment-là Mon Fils est tout près de vous. Les gloires du monde passent, mais les merveilles que le Seigneur a réservées pour vous seront éternelles. Courage. Ne reculez pas. Votre victoire est dans le Seigneur. Demeurez fermes dans votre foi. Vous n'êtes pas seuls. Je suis votre Mère et Je suis avec vous...

— Ibid. du 20 octobre 2019

Chers enfants, les Grands Prêtres se sont corrompus, s'unissant aux ennemis pour avoir du pouvoir, c'est pourquoi ils ont agi contre Mon Fils Jésus. Vous vivez dans le temps des grandes épreuves, mais Mon Seigneur est avec vous. Vous, qui êtes du Seigneur, ne permettez pas que la Maison de Dieu devienne une banque de collectes pour donner pouvoir aux ennemis. La méchanceté des hommes a corrompu beaucoup de Mes pauvres enfants, causant un grand aveuglement spirituel. L'Eglise de Mon Jésus marche vers le calvaire...

— Ibid. du 19 octobre 2019

... Vous vivez dans un temps de grandes confusions et le moment de votre Oui sincère et courageux est venu. L'Eglise de Mon Jésus est entourée d'ennemis, mais l'épée de la vérité mènera l'Église à la grande victoire. L'Eglise de Mon Jésus ne doit pas être un espace de réunions où la vérité est laissée de côté. Mon Jésus est la Vérité et Il doit occuper tous les espaces en vos vies. Je suis votre Mère Douloureuse et Je souffre de ce qui advient pour vous. Les ennemis agissent, mais vous pouvez les vaincre par la force de la prière et la défense de la vérité. Vous êtes du Seigneur et Il attend beaucoup de vous. Ce que vous avez à faire, ne le remettez pas à demain. Rappelez-vous toujours : Dieu vous demandera des comptes. Le jour viendra où ceux qui trahissent la foi vont pleurer et se lamenter car leurs âmes seront dans une profonde obscurité. Ne vous engagez pas avec le monde. Tout passe en cette vie, mais la Grâce de Dieu en vous sera Eternelle. Priez... Je vous aime et Je viens du Ciel pour vous aider. Ne vous découragez pas. Je suis à votre côté bien que vous ne me voyiez pas. Allez de l'avant dans la vérité... Restez en Paix.

— Ibid. du 18 octobre 2019

... Quand tout semblera perdu, la Main Puissante de Dieu agira en faveur des justes. Je connais vos besoins et Je prierai Mon Jésus pour vous. Ceux qui demeurent fidèles jusqu'á la fin seront proclamés Bénis du Père...

— Ibid. du 17 octobre 2019

... En ce moment présent, je fais tomber du Ciel sur vous une extraordinaire pluie de grâces. Courage. Ce que vous avez à faire, ne le remettez pas à demain...

— Ibid. du 15 octobre 2019

Vous vivez dans un temps pire que celui du Déluge. Soyez attentifs pour ne pas être trompés... Les vents forts des fausses doctrines atteindront le grand navire et la douleur sera grande pour les hommes et femmes de foi. Restez avec Jésus. Ne vous écartez pas du chemin que Je vous ai montré. Quand tout semblera perdu, le Seigneur agira en faveur des justes. Courage. Je vous aime et Je serai toujours à votre côté.

— Ibid. du 14 octobre 2019

Et, au cas où cela semblerait « excessif » ou « trop sinistre », ou quelque autre qualificatif que les modernistes voudraient attribuer à ces messages, je terminerai cet article avec les paroles de Notre Divin Seigneur lui-même tirées de l'évangile du 23 octobre 2019 (Lc 12: 39-48) :

Jésus disait à ses disciples : « Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur viendrait, il n'aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra... Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n'a rien préparé et n'a pas accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups... À qui l'on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage. »

La mission n'a pas changé

Ne soyez pas distraits. Ne soyez pas découragés. Gardez les yeux sur le prix.

A mesure que continueront de se dérouler ces inévitables événements,
les commentaires et débats sembleront de plus en plus vitaux [parmi les catholiques],
et la tentation de nous y laisser absorber ne cessera de croître.

Nous devons reconnaître cette tentation, la combattre et refuser d'y succomber.

En réalité, c'est la mission qui devient toujours plus vitale, et il nous faut d'urgence y consacrer notre temps et nos efforts.

Vivre dans la Divine Volonté

*

Proclamer la miséricorde divine

*

Eucharistie, Rosaire, Chapelet, Sainte Écriture, jeûne, confession, œuvres de miséricorde

*

Prier, prier, prier

*

Et que l'amour — un amour parfaitement pur, désintéressé, complet, altruiste — imprègne de façon absolument incontestable chacune de vos décisions, pensées, paroles, et actes.

Puisse la prière
« Jésus, j'ai confiance en Toi...
Que Ta volonté soit faite.  »

être sans cesse à votre esprit, dans votre coeur et sur vos lèvres.

Mise à jour :
Le pape François admet que le paganisme est entré dans l'Église à Rome.

(Ce serait le bon moment pour se réveiller)

Dans mon article ci-dessus je spéculais que le Pape François lui-même serait peut-être le plus heureux de tous d'apprendre que ces idoles ont été jetées dans le Tibre. Eh bien, j'accepte d'être contredit par la réalité. Car le Saint Père vient de présenter des excuses publiques pour l'acte même.

Lire le texte complet du Pape François (en anglais) : https://www.lifesitenews.com/news/full-transcript-of-the-popes-comments-on-pagan-pachamama-statues

Mais ce n'est pas ce qui est le plus significatif ici ; la vraie nouvelle est que, dans la même annonce, il a admis que les statuettes étaient bien celles de la « déesse » païenne Pachamama. Voici les propres mots du Pape François, repris du site officiel du Vatican :

Bonjour. Je désire vous dire un mot au sujet des statuettes de la Pachamama qui furent enlevées de l'église Santa Maria in Traspontina — qui étaient présentes dans ce lieu sans intentions idolâtres — et jetées dans le Tibre.

Ceux qui ont suivi le débat de cette semaine se souviendront de tous les efforts qui ont été mis en oeuvre de la part de la foule habituelle, qui-veut-défendre-à-tout-prix-chaque-acte-du-Vatican-quel-qu'il-soit, pour tenter de prouver que ces statuettes ne représentaient pas la Pachamama, mais étaient simplement des symboles inoffensifs de la vie et de la fertilité. Ils ont tenté de « submerger Twitter » avec toutes sortes d'exemples de statues symboliques dans des églises catholiques qui auraient prouvé leur argument (à présent avéré erroné). Parce que Pachamama est — de manière objective et incontestable — une « déesse païenne ». Voyez par vous-même. Maintenant, le Pape François a dit que les statuettes étaient là « sans intentions idolâtres ». Soit. J'ai dit la même chose dans mon article ci-dessus :

Je suppose que ceux qui ont amené [les statuettes] sont, comme beaucoup de catholiques aujourd'hui, des personnes de bonne volonté mais égarées qui ne réalisent tout simplement pas que le syncrétisme est une hérésie et un péché, et qui n'ont pas conscience de quels démons elles invitent par leurs actions. (On a longtemps observé que de nombreux catholiques aborigènes d'Amérique du Sud n'avaient pas abandonné leur paganisme pour devenir catholiques, mais avaient simplement mélangé les deux). Mon propos ici est seulement de dire qu'il s'agit d'un signe des temps majeur, dont la mise en lumière aujourd'hui n'est pas simplement le fruit du hasard... Les catholiques avertis feraient bien de se montrer particulièrement vigilants lorsque le paganisme s'insinue de façon aussi ouverte au cœur de la chrétienté.

L'intention des catholiques manifestement ignorants ayant placé les statuettes dans cette église n'a plus la moindre importance — ce qui importe est la réalité objective qui a aujourd'hui été confirmée. Le Pape François a fait savoir par ailleurs que les idoles avaient été récupérées par la police et pourront [probablement] être exposées à la messe de clôture du Synode, dans la basilique Saint-Pierre. Que Dieu nous vienne en aide. Non, je ne pense pas que ceci soit l'accomplissement de Matthieu 24: 15, pour l'instant... mais je pense que nous avons là un signe avant-coureur ; un signe indiquant que l'Abomination de la Désolation elle-même est très très proche :

Lorsque vous verrez l'Abomination de la désolation, installée dans le Lieu saint comme l'a dit le prophète Daniel – que le lecteur comprenne !

Dans les versets suivants, Jésus poursuit en parlant des signes de Son retour qui suivront immédiatement le sacrilège susmentionné.

Source : Pope Francis admits that Naked Paganism Has Entered the Church in Rome. (Now would be a good time to wake up)

Prions pour le Saint Père, pour qu'il soit continuellement guidé et éclairé malgré les loups de plus en plus nombreux parmi ses plus proches conseillers.

Réflexion de Pierre et les Loups

Gardons la tête froide face à tout cela, même s'il y a de nombreux signes inquiétants. Je pense qu'il faut prendre en compte l'intention de chacun (que Dieu seul peut juger), quand on regarde la photo sur le site de Vatican News on peut voir que cette statuette représente une femme enceinte (on y voit le fœtus).

En tant qu'Occidental on peut donc apprécier cette figure maternelle sans pour autant être taxé d'idolâtre (tant que l'on ne se prosterne pas devant elle !). Même si pour un Amazonien cette statue peut représenter une divinité, d'où l'importance de leur apporter la vérité du Christ et de leur expliquer que la vie, la Terre et la fécondité sont des dons de Dieu et non des idoles à adorer.

Il ne faut néanmoins pas être naïfs, notre ennemi ancestral agit derrière ce Synode pour détruire l'Eglise universelle, tout comme il a agi avec détermination en 2014 lors du Synode sur la famille, mais il nous faut prier pour nos bergers et pour le Saint Père, pour qu'ils discernent les enjeux et les dangers et parviennent à détecter et éviter les pièges du Malin.

Le cardinal Saint John Henry Newman aurait également dit ceci qui doit être médité :

« L'utilisation des temples, et de ceux dédiés à des saints particuliers, et parfois décorés de branches d'arbres, d'encens, de lampes et de bougies ; les offrandes “ex voto” en cas de guérison de maladies ; l'eau bénite, maternelle ; les fêtes et les saisons liturgiques, l'utilisation des calendriers, les processions, les bénédictions sur les champs, les vêtements sacerdotaux, la tonsure, l'anneau utilisé dans le mariage, la liturgie tournée vers l'Orient, et à une date ultérieure aussi les images, peut-être même le chant religieux et le Kyrie Eleison : tous sont d'origine païenne et ont été sanctifiés par leur adoption dans l'Église. »

Le Pape François s'est excusé pour cet acte d'avoir jeté ces figurines dans le Tibre par ces mots :

Comme évêque de Rome, je demande pardon aux personnes qui ont été offensées par cet acte, a déclaré le souverain pontife, réfutant l'idée que l'exposition des statuettes équivalait à des rites idolâtriques.

Il ne nous est pas permis en tant que chrétien d'offenser une personne, de blesser sa conscience (aussi imparfaitement éclairée soit-elle), même si ses croyances sont erronées, il nous faut l'aider à cheminer, avec amour et respect de son vécu et de son histoire, vers la pleine vérité en Jésus Christ. Pour autant, je reste persuadé que ces statuettes n'ont pas leur place dans une église catholique.

Cet article m'inspire ...


de la joie
6


de l'encouragement
17


de la perplexité
5


de la tristesse
1


de la peur
3

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Il faudrait relire et méditer le message de N D de Guadeloupe pour évangéliser l’Amazonie.

Avec le mariage des prêtres un grand pas sera fait vers le protestantisme.Suivra là protestantisation de la sainte messe.
On ne sera pas loin de l’abolition du St sacrifice.Tout ça insensiblement pour la grande majorité des catholiques.

Commentaire laissé par le

Le Cardinal Gerhard Müller a commenté l'incident jeudi soir sur la chaîne EWTN. Il a expliqué que "la grosse erreur fut de faire entrer ces idoles dans l'église, non pas de les en sortir, parce que selon la Loi de Dieu lui-même – le premier commandement – l’idolâtrie est un péché grave et ne peut être mélangé avec la liturgie chrétienne"

“Les mettre dehors,” Müller poursuit, “les jeter dehors, peut être une infraction aux lois des hommes, mais faire entrer des idoles dans l'Eglise était un grave péché, un crime contre la Loi Divine.”

“C'est une profonde différence.”

Source : https://www.lifesitenews.com/news/cardinal-mueller-the-great-mistake-was-to-bring-the-idols-into-the-church-not-to-put-them-out

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 7 - 4 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Synode sur l'Amazonie - Des idoles Pachamama jetées dans le Tibre : les prophéties s'accomplissent.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 7 - 4 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La grande apostasie - Partie I

Michael O'Brien   dimanche 3 juin 2018    636

L'infidélité du futur : la grande apostasie

Michael D. O'Brien

« Le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18: 8)

Comme à chaque génération, une « aube nouvelle » s'apprête à se lever, ne se matérialisant jamais comme nous l'avions imaginé. Pour cette raison, notre éternelle tentation est de reléguer la téléologie de l'histoire, et l'eschatologie de la révélation dans le champ des constructions mentales produites par des peurs irrationnelles ou limitées par des analyses enflammées de situations contemporaines, un cycle se répétant soi-disant sans fin, dans lequel jamais ne se réalisent les scénarios catastrophiques promis. Pourtant, à en croire les paroles du Christ dans les évangiles et le livre de l'Apocalypse, les lettres de St Pierre, St Paul et St Jean, les prophètes de l'Ancien Testament, ainsi que les révélations privées approuvées par l'Église ayant augmenté en nombre et en intensité au cours des 150 dernières années, proche est le temps où tous les scénarios spéculatifs s'évaporeront face à un péril réel et ultime pour l'humanité. Alors le futur deviendra le présent. Il sera précédé d'une apostasie d'une intensité sans précédent. En effet, jour après jour, cette apostasie s'étend tout autour de nous. Elle trouvera son apogée dans le jour du Seigneur, qui sera un jour de feu.

Lire la suite

La Goélette Noire - partie 2

Mark Mallett   vendredi 30 novembre 2018   1 commentaire   635

Guerres et rumeurs de guerres… Et pourtant, Jésus a déclaré que celles-ci ne seraient que « le commencement des douleurs de l'enfantement. » [1] A quoi pourrait alors ressembler le travail d'enfantement ? Jésus répond :

Alors, vous serez livrés à la détresse, on vous tuera, vous serez détestés de toutes les nations à cause de mon nom. Alors ce sera pour beaucoup une occasion de chute ; ils se livreront les uns les autres, se détesteront les uns les autres. Beaucoup de faux prophètes se lèveront, et ils égareront bien des gens.

Matt 24: 9-11

Oui, la mort violente du corps est une parodie, mais la mort de l'âme est une tragédie. Le travail d'enfantement est cette grande lutte spirituelle que nous percevons déjà et qui ne va aller qu'en s'intensifiant...

Lire la suite

L'échec catholique

Mark Mallett   samedi 2 juin 2018   2 commentaires   581

Pendant douze ans, le Seigneur m'a demandé de me tenir sur le « rempart » comme l'un des « veilleurs » de Saint Jean-Paul II et de parler de ce que je vois venir — non pas selon mes propres idées ou pensées préconçues, mais selon d'authentiques révélations publiques et privées à travers lesquelles Dieu parle continuellement à Son peuple. Mais détournant les yeux de l'horizon ces derniers jours pour regarder vers notre propre Maison, l'Église catholique, je me retrouve à baisser la tête de honte.

Lire la suite