Le pouvoir du jugement - par Mark Mallett


Commentaires (1)

Publié le lundi 8 octobre 2018

Catégorie : Encouragement spirituel

Nombre de consultations : 115

Les relations humaines — qu'elles soient maritales, familiales ou internationales — n'ont de toute évidence jamais été aussi tendues. La rhétorique, la colère et la division incitent de plus en plus les communautés et les nations à la violence. Pourquoi ? Il est certain que l'une des raisons est le pouvoir qui réside dans les jugements que nous portons sur autrui.

Un article de Mark Mallett du 4 octobre 2018 : « The Power of Judgments »

Traduction Pierre et les Loups

C'est l'un des commandements les plus francs et les plus directs de Jésus : « Ne jugez pas » (Mt 7: 1). La raison en est que le jugement que l'on porte sur une personne est capable de la relever ou de la détruire ; le jugement bâtit ou il anéantit. En fait, la paix et l'harmonie relatives de chaque relation humaine dépendent et reposent sur le fondement de la justice. Dès que nous sentons qu'un autre nous traite injustement, profite de nous, ou présume quelque chose de faux à notre égard, une tension et une méfiance immédiates peuvent facilement mener à des querelles et éventuellement à une guerre totale. Il n'y a rien de plus douloureux que l'injustice. Le simple fait de savoir que quelqu'un pense quelque chose de faux à notre sujet suffit à nous transpercer le coeur et à nous troubler l'esprit. Ainsi, le chemin de perfection de nombreux saints fut pavé des pierres de l'injustice pour lesquelles ils durent apprendre à pardonner, encore et encore. Tel fut le « Chemin » que dû suivre le Seigneur lui-même.

Jugements personnels

Il y a plusieurs mois que je souhaite écrire à ce sujet, car je vois à quel point les jugements détruisent des vies partout dans le monde. Par la grâce de Dieu, le Seigneur m'a aidé à voir comment les jugements s'étaient infiltrés dans mes propres situations personnelles — certaines récentes et d'autres anciennes — et comment elles érodaient lentement mes relations. C'est en attirant ces jugements à la lumière, en identifiant les schémas de pensée, en me repentant, en demandant pardon à chaque fois que cela était nécessaire, et enfin en apportant des changements concrets… que la guérison et la restauration furent possibles. Et cela ne sera pas différent pour vous, même si vos divisions actuelles semblent insurmontables. Car rien n'est impossible à Dieu.

A la racine de tout jugement porté sur autrui se trouve, véritablement, un manque de miséricorde. Quelqu'un n'est pas comme nous ou comme nous estimons qu'il devrait être, et donc, nous le jugeons. (...)

Ne jugez pas d'après l'apparence, mais jugez selon la justice.

Jean 7: 24

Comment devons-nous juger selon la justice ? Cela commence par aimer les autres, dès maintenant, tels qu'ils sont. Jésus n'a jamais jugé aucune âme qui se soit approché de Lui, fut-elle samaritaine, romaine, pharisienne ou pécheresse. Il les aimait tout simplement parce qu'elles existaient. C'est donc l'amour qui l'amena à se mettre à leur écoute. Et alors seulement, après les avoir écoutées en vérité, Jésus posa sur ces personnes un « juste jugement » par rapport à leurs motivations, etc. Jésus possède la faculté de lire les coeurs — ce n'est pas notre cas, et ainsi dit-Il :

Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés.

Luc 6: 37

C'est plus qu'un impératif moral, c'est une formule capable de guérir nos relations. Cessez de juger les motivations de telle personne et prenez le temps de l'écouter. Arrêtez de condamner telle autre personne et souvenez-vous que vous êtes vous aussi un grand pécheur. Enfin, pardonnez les offenses que l'on a pu vous causer et demandez pardon pour les vôtres. Cette formule a un nom : "Miséricorde".

Soyez miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux.

Luc 6: 36

Et pourtant, cela est impossible sans humilité. Une personne orgueilleuse est une personne impossible — et comme nous pouvons tous être impossibles par moment ! Saint Paul nous donne la meilleure description de ce qu'est « l'humilité en action » dans nos relations avec les autres :

… Que votre amour soit sans hypocrisie. Fuyez le mal avec horreur, attachez-vous au bien. Soyez unis les uns aux autres par l'affection fraternelle, rivalisez de respect les uns pour les autres. Ne ralentissez pas votre élan, restez dans la ferveur de l'Esprit, servez le Seigneur, ayez la joie de l'espérance, tenez bon dans l'épreuve, soyez assidus à la prière. Partagez avec les fidèles qui sont dans le besoin, pratiquez l'hospitalité avec empressement. Bénissez ceux qui vous persécutent ; souhaitez-leur du bien, et non pas du mal. Soyez joyeux avec ceux qui sont dans la joie, pleurez avec ceux qui pleurent. Soyez bien d'accord les uns avec les autres ; n'ayez pas le goût des grandeurs, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble. Ne vous fiez pas à votre propre jugement. Ne rendez à personne le mal pour le mal, appliquez-vous à bien agir aux yeux de tous les hommes. Autant que possible, pour ce qui dépend de vous, vivez en paix avec tous les hommes. Bien-aimés, ne vous faites pas justice vous-mêmes, mais laissez agir la colère de Dieu. Car l'Écriture dit : C'est à moi de faire justice, c'est moi qui rendrai à chacun ce qui lui revient, dit le Seigneur. Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s'il a soif, donne-lui à boire : en agissant ainsi, tu entasseras sur sa tête des charbons ardents. Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais sois vainqueur du mal par le bien.

Rom 12: 9-21

Pour parvenir à surmonter les tensions actuelles dans vos relations avec les autres, il doit y avoir une certaine part de bonne volonté. Et parfois, il suffit que, dans une relation, l'une des deux personnes ait suffisamment de générosité pour regarder au-delà des fautes commises, pardonner, reconnaître quand l'autre a raison, admettre ses propres fautes et faire les concessions qui s'imposent. C'est l'amour qui peut vaincre même les coeurs les plus endurcis.

Frères et soeurs, je sais que vous êtes nombreux à vivre de terribles tribulations dans votre couple et votre famille. Comme je l'ai écrit récemment, mon épouse Lea et moi-même avons dû faire face à une crise cette année où tout semblait irréconciliable. Je dis « semblait » parce que c'est ce que l'ennemi cherchait à nous faire croire — il s'agit d'une forme de jugement. Dès que nous jugeons que la Miséricorde de Dieu ne peut plus rien pour sauver nos relations, Satan commence à s'installer dans la relation et il lui devient possible de tout ravager. Cela ne signifie pas qu'il ne faudra pas du temps, un travail acharné, voire certains sacrifices pour arriver à la guérison ; l'essentiel est de ne pas perdre espoir… car avec Dieu rien n'est impossible.

Avec Dieu.

Jugements moraux

Nous avons franchi une étape dans la révolution mondiale en cours. Nous constatons que le pouvoir du jugement commence à se transformer en une persécution réelle, tangible et cruelle. Cette révolution, ainsi que les tensions que vous vivez dans vos propres familles, ont une racine commune : il s'agit d'une attaque diabolique contre l'humanité.

Il y a un peu plus de quatre ans, j'ai partagé une "parole" qui m'est venue dans la prière : « L'Enfer a été déchaîné, » ou plutôt, l'homme a lui-même déchaîné l'Enfer. C'est non seulement encore plus vrai aujourd'hui, mais plus visible que jamais. En fait, cela a été confirmé récemment dans un message adressé à Luz de Maria Bonilla, une voyante résidant en Argentine et dont les messages antérieurs ont reçu l'Imprimatur de son évêque. Le 28 septembre 2018, notre Seigneur lui aurait dit :

Vous n'avez pas compris que quand l'Amour Divin manque dans la vie de l'homme, celui-ci tombe dans la turpitude qui insuffle dans les sociétés le mal pour que le péché soit considéré comme correct. Les actes de révolte envers Notre Trinité et envers Ma Mère dénotent de l'avance du mal dans cet instant de l'Humanité, Humanité qui a été prise par les hordes de Satan, celui qui a promis d'introduire son mal dans les enfants de Ma Mère.

Jésus à Luz de Maria ; myriamir.wordpress.com

Il semblerait que quelque chose ressemblant à la "force d'égarement" dont parle Saint Paul soit en train de se propager à travers le monde tel un nuage de ténèbres. Cette "influence d'égarement", comme nous pouvons le lire dans d'autres traductions, est permise par Dieu …

… du fait qu'ils n'ont pas accueilli l'amour de la vérité, ce qui les aurait sauvés. C'est pourquoi Dieu leur envoie une force d'égarement qui les fait croire au mensonge ; ainsi seront jugés tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui se sont complus dans le mal.

2 Thessaloniciens 2: 10-11

Le Pape Benoît XVI a qualifié les ténèbres actuelles d' « éclipse de la raison ». Son prédécesseur les a qualifiées de « confrontation finale entre l'Évangile et l'anti-évangile ». Ainsi, on peut dire qu'il y a un certain brouillard de confusion qui a frappé l'humanité, provoquant un véritable aveuglement spirituel. Soudain, le bien est devenu mal et le mal est devenu bien. En un mot, le « jugement » de beaucoup de personnes a été obscurci au point d'altérer la capacité à raisonner sainement.

En tant que chrétiens, nous devons nous attendre à être mal jugés et détestés, marginalisé et exclus. La présente révolution est satanique. Elle cherche à renverser tout l'ordre politique et religieux et à ériger un nouveau monde — sans Dieu. Que devons-nous faire ? Imiter le Christ, c'est-à-dire aimer, et dire la vérité quel qu'en soit le prix. Rester fidèles.

Devant une situation aussi grave, le courage de regarder la vérité en face et d'appeler les choses par leur nom est plus que jamais nécessaire, sans céder à des compromis par facilité ou à la tentation de s'abuser soi-même. A ce propos, le reproche du Prophète retentit de manière catégorique: « Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui font des ténèbres la lumière et de la lumière les ténèbres » (Is 5, 20).

—PAPE JEAN-PAUL II, Evangelium Vitae, “L'Évangile de la vie”, n° 58 ; vatican.va

Mais c'est l'amour qui prépare le terrain pour la Vérité. Tout comme le Christ nous a aimés jusqu'à la fin, nous devons aussi résister à la tentation de juger, d'étiqueter et de nous montrer condescendants envers ceux qui non seulement ne sont pas de notre avis, mais cherchent à nous faire taire. Une fois encore, Notre Sainte Mère conduit l'Eglise à découvrir quelle doit être notre réponse pour parvenir à être des lumières dans les ténèbres de ce siècle...

Chers enfants, je vous invite à être courageux, à ne pas défaillir, car même le bien le plus petit, le signe d'amour le plus léger, est vainqueur du mal qui est de plus en plus visible. Mes enfants, écoutez-moi afin que le bien prédomine, afin que vous puissiez connaître l'amour de mon Fils … Apôtres de mon amour, mes enfants, vous êtes comme les rayons du soleil qui, par la chaleur de l'amour de mon Fils, réchauffent tous ceux qui les entourent. Mes enfants, le monde a besoin d'apôtres de l'amour, il a besoin de beaucoup de prière, mais d'une prière dite avec le coeur et avec l'âme, et pas seulement prononcée avec les lèvres. Mes enfants, recherchez la sainteté, mais dans l'humilité. L'humilité qui permet à mon Fils de faire, à travers vous, ce qu'il désire..

—Message de Notre Dame de Medjugorje à Mirjana, le 2 octobre 2018

Mark Mallett

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Sainte Mère Teresa : "Si vous jugez les autres, vous n'avez plus le temps de les aimer".

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 50 - 36 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Le pouvoir du jugement - par Mark Mallett.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 50 - 36 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Survivre à la toxicité de notre culture - par Mark Mallett

Publié le mercredi 17 octobre 2018 - 0 commentaires

DEPUIS l'élection de deux hommes aux postes les plus influents de la planète — Donald Trump à la présidence des États-Unis et le Pape François à la Chaire de Saint-Pierre — le discours public au sein de la culture et de l'Église elle-même a fortement évolué. Qu'ils en aient eu l'intention ou non, ces deux hommes sont devenus des agitateurs du statu quo. Tout à coup, le paysage aussi bien politique que religieux s'est mis à changer. Ce qui était caché jusqu'alors dans l'obscurité est en train de se révéler au grand jour. Contrairement à hier, il n'est plus possible aujourd'hui de prédire ce qu'il va se passer. L'ordre ancien s'effondre. C'est le début d'une grande secousse qui a pour conséquence l'accomplissement au niveau mondial des paroles du Christ :

Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »

Luc 12: 52-53

Lire la suite

Suffisamment de bonnes âmes - par Mark Mallett

Publié le jeudi 24 mai 2018 - 1 commentaires

Le fatalisme — une indifférence nourrie par la croyance que les événements futurs sont inévitables — n'est pas une disposition chrétienne. Oui, Notre-Seigneur a parlé d'événements futurs qui précéderaient la fin du monde. Mais si vous lisez les trois premiers chapitres du Livre de l'Apocalypse, vous verrez que le timing de ces événements est conditionnel : ils dépendent de notre réponse ou de l'absence de réponse.

Lire la suite

Concentration - par Denise Mallett

Publié le jeudi 22 février 2018 - 0 commentaires

Etant enfant, je l'avoue, je redoutais un peu le Carême. Je suppose que c'est le cas de beaucoup d'enfants, sachant qu'ils doivent choisir quelque chose à abandonner pendant quarante jours (probablement leur bonbon préféré). Mais avec chaque année qui passe, je me rends compte et apprécie de plus en plus le fait que le Carême ne consiste pas tant à abandonner quelque chose qu'il n'est un don à recevoir.

Lire la suite