La déferlante révolutionnaire


Commentaires (6)

Publié le samedi 28 septembre 2019

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Sciences et technologies

Nombre de consultations : 746

Il y a une sensation de malaise dans mon âme. Pendant quinze ans, j'ai écrit au sujet de cette révolution mondiale qui s'annonce, du retour du communisme et de cette époque où l'impiété commencera à envahir toutes nos sociétés, laquelle est actuellement fomentée par le biais d'une subtile mais puissante censure, à travers le politiquement correct. J'ai partagé avec vous les deux paroles que j'ai reçues intérieurement dans la prière, ainsi que, bien plus important encore, les paroles de nos papes et de Notre-Dame qui, pour certaines, s'étendent sur des siècles. Ces paroles et messages nous avertissent qu'une révolution est à nos portes, et que celle-ci s'apprête à renverser intégralement l'ordre de nos sociétés telles que nous les connaissons actuellement.

Traduction d'un article de Mark Mallett. Lire le texte original en anglais.

Photo : « Grève [mondiale] des écoles pour une action climatique » — Vendredi 21 mars 2019, des jeunes du monde entier sont descendus dans la rue pour réclamer de nouveaux engagements politiques en matière de climat. (© cc search / Julian Meehan)

Sous l'empire [du royaume de Satan] et en sa puissance se trouvent tous ceux qui, suivant les funestes exemples de leur chef et de nos premiers parents, refusent d'obéir à la loi divine et multiplient leurs efforts, ici, pour se passer de Dieu, là pour agir directement contre Dieu... A notre époque, les fauteurs du mal paraissent s'être coalisés dans un immense effort, sous l'impulsion et avec l'aide d'une Société répandue en un grand nombre de lieux et fortement organisée, la Société des francs-maçons. Ceux-ci, en effet, ne prennent plus la peine de dissimuler leurs intentions et ils rivalisent d'audace entre eux contre l'auguste majesté de Dieu... Il s'agit pour les francs-maçons, et tous leurs efforts tendent à ce but, il s'agit de détruire de fond en comble [l'intégralité de l'ordre religieux et social] qui est né des institutions chrétiennes et de lui en substituer [un nouveau] façonné à leurs idées et dont les principes fondamentaux et les lois sont empruntées au naturalisme.

— PAPE LEON XIII, Humanum Genus, lettre encyclique condamnant le relativisme philosophique et moral de la franc-maçonnerie, 20 avril 1884

Bien que j'écrive à ce sujet depuis de nombreuses années, je ne peux m'empêcher d'être troublé lorsque je vois tant d'âmes tomber aveuglément dans cette imposture. Car tout à coup, les pièces se rassemblent pour former une image inquiétante. Nous sommes, semble-t-il, sur le point d'assister à une déstabilisation radicale de notre monde, ainsi que de l'Église — un bouleversement d'une ampleur telle que l'humanité n'en a jamais connu. En effet, la devise de cette société secrète des francs-maçons qui anime une grande partie de ce que nous voyons aujourd'hui est Ordo ab chaos : « l'ordre par le chaos ». Parfois, nous ne pouvons comprendre une prophétie qu'après coup, une fois que les événements ont eu lieu. Je pense que c'est le cas aujourd'hui, tandis que nous entrapercevons ce qui se cache derrière la révolution mondiale en cours...

Réchauffement climatique : sauver la planète ?

L'Antéchrist trompera bien des gens parce qu'il sera considéré comme un humaniste doté d'une personnalité fascinante, qui épouse le végétarisme, le pacifisme, les [nouveaux] droits de l'homme et l'environnementalisme.

— Cardinal Biffi, London Times, vendredi 10 mars 2000, faisant référence à un portrait de l'Antéchrist figurant dans le livre de Vladimir Soloviev, "War, Progress and the End of History"

Il ne fait aucun doute que l'action de l'homme nuit à la planète. Dans mon article The Great Poisoning, j'expose avec force détails la manière dont nous intoxiquons littéralement la terre et tous ses habitants. Mais voici la terrible ironie de tout ceci : ce n'est pas dans les cocktails de médicaments pharmaceutiques ni dans le revêtement de nos ustensiles de cuisine que réside le problème, pas plus que dans les poisons que nous pulvérisons sur nos cultures, les aérosols que nous libérons dans l'atmosphère, les produits chimiques que nous mettons dans nos aliments, les vaccins, [les nanoparticules dans nos vêtements et produits cosmétiques], la [contamination de notre] eau ou une centaine d'autres choses que nous ingérons ou respirons quotidiennement — tout cela a été jugé "sûr" par nos comités gouvernementaux. Non, le véritable démon est le « réchauffement climatique ». On entend dire aujourd'hui que l'humanité « empoisonne » en réalité la planète à coup de CO2 et qu'il ne nous reste qu'environ [3 ans] pour éviter la fin du monde (lire « L'action climatique, "une bataille pour nos vies", aux yeux d'António Guterres »). Et il importe peu que de tels scénarios apocalyptiques aient échoué des dizaines et des dizaines de fois.

Non seulement le dioxyde de carbone n'est pas un polluant, mais il est également essentiel à la vie des plantes : les plantes s'en nourrissent. Plus les niveaux de CO2 sont élevés, plus la planète prospère. C'est un fait historique que toutes les fois où la planète s'est refroidie, les périodes de croissance se sont raréfiées, les pénuries alimentaires se sont accrues, les épidémies se sont multipliées et les nations se sont retrouvées plongées dans l'instabilité (et la corrélation entre le CO2 et le réchauffement, ou l'absence de réchauffement, n'a jamais été prouvée non plus, considérant d'autres facteurs plus cruciaux tels que l'énergie solaire, les courants océaniques, etc.). Comme l'explique le scientifique et chercheur dans le domaine du changement climatique, Tomas Sheahen :

C'est une grande erreur de confondre le changement climatique [et le CO2] avec la pollution. Ce sont deux questions entièrement différentes. Nous ne sommes pas en mesure de contrôler le climat, mais nous savons comment contrôler la pollution.

— 12 octobre 2016 ; LifeSiteNews.com

Pourtant, on nous dit que, selon un « consensus scientifique », la planète se réchauffe en raison de causes anthropiques (d'origine humaine). Le problème, cependant, n'est pas seulement que plusieurs experts en climatologie réfutent ce prétendu consensus, mais que ceux-ci se voient écartés des médias grand public ainsi que de l'Académie des sciences pontificale du Vatican dans le but de les empêcher de présenter les résultats de leurs travaux scientifiques. Une telle censure est l'antithèse même de la science ; remettre en question les faits et les hypothèses est la nature et le fondement mêmes de la recherche scientifique. Le climat actuel est en fait un climat anti-science, ce qui révèle en réalité une dimension spirituelle. Comme le disait Saint Paul :

Or, le Seigneur, c'est l'Esprit, et là où l'Esprit du Seigneur est présent, là est la liberté.

2 Corinthiens 3: 17

L'esprit qui empêche le débat autour de la vraie nature du mariage, des enfants à naître, du genre, etc. est le même esprit du mensonge qui est à l'œuvre aujourd'hui. Car, comme je l'ai détaillé dans plusieurs articles [1], il s'est avéré que la "science" à laquelle sont nourris les écoliers et le grand public par le biais des médias a été manipulée et falsifiée [pour adapter la réalité des faits à la théorie de l'origine humaine du réchauffement climatique] (cf. « Climategate »). Nous pourrions en rire si cela n'avait pas de graves conséquences pour l'avenir, comme je vais l'expliquer dans un instant. Il est absolument stupéfiant que des centaines, voire des milliers de voix sérieuses et crédibles dans le domaine de la science climatique soient non seulement ignorées, mais carrément réduites au silence. En voici quelques exemples :

Note de Pierre et les Loups : si vous êtes déjà convaincu de l'imposture que représente cette croyance en un réchauffement climatique d'origine humaine, vous pouvez directement passer au chapitre suivant, « Réchauffement planétaire : catalyseur de la révolution ».

♦ L'océanographe Mototaka Nakamura est un célèbre modeleur climatique. En juin 2019, il a publié « Confessions of a climate scientist: the global warming hypothesis is an unproven hypothesis » (« Confessions d'un climatologue : l'hypothèse du réchauffement climatique est une hypothèse non prouvée »). Il y explique en quoi les modèles informatiques (ceux-là mêmes qui sont utilisés actuellement pour prédire le réchauffement climatique) sont terriblement inexacts et incapables de faire la moindre prédiction pour un certain nombre de raisons, et ne peuvent être considérés comme fiables. De façon remarquable, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations Unies (GIEC) qui dirige le programme de lutte contre le "réchauffement climatique" a déclaré dans son troisième rapport :

Dans le domaine de la recherche et de la modélisation climatiques, nous devons reconnaître que nous traitons avec un système couplé non linéaire chaotique et que, par conséquent, la prévision à long terme des états climatiques futurs n'est pas possible.

— Chapitre 14, section 14.2.2.2.

♦ Le Professeur Patrick Michaels, ancien climatologue de l'État américain de la Virginie, a déclaré :

Le climat est loin d'être aussi chaud qu'il est "supposé" l'être. Les modèles informatiques font des erreurs systématiques et dramatiques.

— Lors d'une émission télévisée avec l'animateur Mark Levine

♦ En 2000, la NASA a publié les travaux de l'astrophysicien serbe Milutin Milankovitch (mais les a archivés depuis), que l'on appelle désormais les « cycles de Milankovitch ». Il est plus connu, souligne la NASA, « pour avoir développé l'une des plus importantes théories mettant en relation les mouvements de la Terre et les changements climatiques à long terme. » La forme de l'orbite terrestre, qui est elliptique (forte excentricité) devient presque circulaire (faible excentricité) au cours d'un cycle qui dure entre 90.000 et 100.000 ans. Ses théories se sont plus tard avérées être vraies :

... En 1976, une étude publiée dans la revue Science examina les carottes de sédiment en eau profonde et découvrit qu'en réalité, la théorie de Milankovitch correspondait bel et bien à des périodes de changement climatique... Depuis cette étude, le Conseil national de la recherche de la National Academy of Sciences des États-Unis a adopté le modèle des cycles de Milankovitch.

— NASA, 24 mars 2000 ; earthobservatory.nasa.gov

♦ Le Professeur Fred Singer est un expert en mesures de télédétection, ayant servi en tant que directeur fondateur du service météorologique américain, vice-président du comité consultatif national américain sur les océans et l'atmosphère, administrateur assistant adjoint chargé des politiques à l'EPA, et en tant que réviseur de plusieurs rapports du GIEC. Il réfute fermement l'affirmation d'Al Gore et de ses disciples selon laquelle l'activité des combustibles fossiles allait provoquer l'inondation des côtes :

Comprenons que les températures moyennes dans le monde ont augmenté à un taux assez constant d'environ un degré Fahrenheit (0,6° C) au cours des 100 dernières années, et qu'elles vont probablement continuer ainsi, bien qu'avec des fluctuations à la fois plus chaudes et plus froides, pendant les centaines d'années à venir. Au cours de chacun des derniers siècles, y compris le dernier, le niveau de la mer s'est élevé d'environ 7 pouces (18 cm). En conséquence, ni la tendance générale au réchauffement ni l'élévation du niveau de la mer n'ont commencé avec la révolution industrielle et l'utilisation des combustibles fossiles... et rien ne laisse non plus penser qu'elles aient changé sous l'effet de l'action humaine. Et nous ne pouvons même pas affirmer que la seconde suit la première. Le niveau de la mer a augmenté pendant le petit âge glaciaire entre 1400 et 1859 environ... une période considérablement plus froide qu'aujourd'hui.

— 24 septembre 2013, Forbes.com

♦ Les Professeurs James P. Wallace III, John R. Christy et Joseph S. D'Aleo, dans leurs études évaluées par des pairs, ont révélé que, si l'on tient compte d'El Ninos et de La Ninas, qui représentent « les fluctuations de température entre l'océan et l'atmosphère dans le centre-est du Pacifique équatorial » qui « se produisent en moyenne tous les deux à sept ans », la tendance climatique est stable depuis 1997. Pas de réchauffement. En effet, comme l'a fait remarquer dans le Washington Times le président du Comité des sciences, de l'espace et des technologies de la Chambre des représentants des États-Unis, l'Administration nationale des océans et de l'atmosphère (NOAA) écarte délibérément certaines données satellitaires cruciales de ses projections climatiques.

Les données satellitaires atmosphériques, considérées par beaucoup comme les plus objectives, n'ont clairement montré aucun réchauffement au cours des deux dernières décennies. Ce fait est bien documenté mais s'avère embarrassant pour une administration déterminée à imposer des réglementations environnementales coûteuses.

— Lamar Smith, The Washington Times, le 26 novembre 2015

Des scientifiques canadiens ainsi que le Groupe de travail scientifique de 2016 ont découvert que les ours polaires ne sont pas en déclin et que leurs populations sont « globalement stables, voire en augmentation ».

Lire : Le vrai problème sera-t-il l'ère glaciaire qui approche ? et Une mini-période glaciaire pourrait toucher la Terre à partir de 2030

Réchauffement planétaire : catalyseur de la révolution

Il y a quelque chose de beaucoup plus insidieux que de simplement supprimer des données scientifiques ou d'étouffer un débat. Le fait est que le « réchauffement climatique » (qu'il soit ou non d'origine humaine) est utilisé pour déclencher une révolution visant à renverser l'ordre actuel, en particulier l'ordre économique. En un mot, il est utilisé pour déconstruire le système de marché libre et imposer les principes socialistes de la redistribution de la richesse, à savoir le communisme... sans préciser qu'il s'agit d'une excuse pour réduire la population mondiale.

Pour ceux qui croient que la fin du monde est proche à cause du « dérèglement climatique » et que le coupable est l'homme, sachez que cette théorie a été inventée de toutes pièces il y a 44 ans, aux Etats-Unis... A l'époque, on ne parlait pas encore de « réchauffement climatique », car la tendance était plutôt au « refroidissement climatique », mais on cherchait déjà une cause humaine qui permettrait de justifier des politiques hostiles à la croissance démographique.

Quand les verts et le climat accouchent du malthusianisme noir (ajout de Pierre et les Loups — nous comprenons tout à coup que toutes les idéologies actuelles, à savoir l'avortement, la théorie du genre, la promotion des comportements LGBT dès le plus jeune âge, l'euthanasie, etc. marchent main dans la main pour atteindre un objectif commun.)

En cherchant un nouvel ennemi pour nous unir, nous en sommes arrivés à l'idée selon laquelle la pollution, la menace du réchauffement planétaire, les pénuries d'eau, la famine, etc. seraient des candidats de choix. Tous ces dangers sont causés par une intervention humaine, et ce n'est que par un changement d'attitudes et de comportements que l'on peut les surmonter. Le véritable ennemi est donc l'humanité elle-même.

— Alexander King & Bertrand Schneider (à l'ordre du jour du Club de Rome), The First Global Revolution, p. 75, 1993

[...] Lire : Confusion climatique

Tout à coup, nous commençons à voir se mettre en place toutes les pièces du puzzle... les avertissements de nos papes à l'égard de la franc-maçonnerie et du socialisme... les avertissements de Notre-Dame quant à la propagation des erreurs de la Russie (marxisme, etc.) ... les avertissements du livre de l'Apocalypse au sujet d'une « Bête » qui émergerait et imposerait à tous un système économique sans lequel il deviendrait impossible « d'acheter ou de vendre » ... Ces avertissements nous mettent en garde contre l'expansion d'un communisme planétaire. Et pour ceux qui l'auraient oublié, le communisme est l'idéologie politique voulant que ce soit l'État, et non la libre entreprise, qui redistribue la richesse afin de rendre tous les citoyens « égaux ». Cela aboutit finalement à la confiscation des biens et propriétés privés et à l'élimination de quiconque tente de s'y opposer.

Le communisme est donc en train de revenir dans le monde occidental, parce que quelque chose est mort en Occident — à savoir la foi forte des hommes en ce Dieu qui les a créés.

— Mgr Fulton Sheen, « Le communisme en Amérique », cf. youtube.com

Mais ne me croyez pas sur parole. Voici ce qu'ont déclaré ceux à l'origine du mouvement de défense de la théorie du réchauffement climatique, dans ce qui s'avère être un aveux stupéfiant de leurs motivations :

… Il faut se débar­rasser de l'illusion selon laquelle la politique climatique inter­nationale est une politique environ­nementale. Mais il faut dire clairement que, grâce à la politique climatique, nous redistribuons de facto la richesse planétaire...

Ottmar Edenhofer au sujet du GIEC de l'ONU, fdesouche.com, 19 novembre 2011

Christine Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, a déclaré [en 2015] :

C'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que nous nous donnons pour mission de changer intentionnellement, dans un délai déterminé, le modèle de développement économique qui règne depuis au moins 150 ans depuis la révolution industrielle.

— 30 novembre 2015 ; unric.org ; skyfall.fr

Le site Internet des Nations Unies sur les changements climatiques précise :

L'Accord de Paris exige de toutes les Parties qu'elles fassent tout leur possible pour présenter des "Contributions déterminées au niveau national" ...

unfccc.int

Et encore :

Les impacts du changement climatique sont de plus en plus difficiles à ignorer. Nous avons besoin de profondes transformations de nos économies et de nos sociétés.

— Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la CCNUCC, le 3 décembre 2018 ; lire Discours d'ouverture de la COP23 de Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de l'ONU Changements Climatiques, 6 novembre 2017

Il est à noter que la branche socialiste radicale du parti démocrate aux États-Unis, dirigée par la représentante Alexandria Ocasio-Cortez, a également révélé ses motivations cachées. Son chef de cabinet, Saikat Chakrabarti, a déclaré plus tôt cette année lors d'une réunion avec Sam Ricketts, directeur de la politique climatique pour le gouverneur de Washington, Jay Inslee :

La chose intéressante à propos du Green New Deal est que cela n'était pas du tout à l'origine une question de climat. Est-ce que vous voyez cela comme une question de climat ? Parce que nous le voyons réellement comme une façon de changer l'ensemble de l'économie.

nationalreview.com

A quoi Rickett a répondu:

Je pense qu'il y a ... un double enjeu, qui consiste à la fois à relever le défi existentiel lié au climat et à bâtir une économie plus prospère. Plus de durabilité dans cette prospérité — et une prospérité plus largement partagée, profondément équitable et juste.

— 10 juillet 2019, washingtonexaminer.com

C'est le communisme sans l'uniforme, du moins dans un premier temps. Il se présente sous de nombreux titres comme vous venez de le lire, avec en tête le langage codé utilisé par les Nations Unies : « développement durable ». Greta Thunberg, la jeune activiste pour le climat qui s'est accaparée les gros titres cette semaine avec son discours enflammé, est devenue la mascotte de l'ONU et de l'armée grandissante de révolutionnaires en culottes courtes. Elle est aussi le visage de ces enfants de plus en plus terrorisés (et exploités) par les propagandistes qui prétendent qu'une "urgence climatique" ou un "désastre climatique" est imminent. D'une part, son texte soigneusement préparé démontre clairement que ceux qui sont au pouvoir se concentrent de façon malavisée sur la recherche du profit au détriment des populations.

... tout ce dont vous parlez, c'est d'argent, et d'un conte de fées [nous faisant miroiter] une croissance économique éternelle. Comment osez-vous !

— Le 23 septembre 2019; valeursactuelles.com

Malheureusement, Greta a avalé les solutions idéologiques promues par l'ONU, solutions qui deviennent jour après jour de plus en plus radicales (interdire l'élevage de bovins ou même condamner quiconque mange de la viande au titre du crime d'« écocide »). Elle ne se rend pas compte que ce qu'elle réclame aboutira à l'asservissement de sa génération. Comme j'aurais préféré entendre Greta nous dire :

Comment osez-vous falsifier les statistiques climatiques et manipuler les données dans le but d'imposer une taxe carbone aux pauvres ! Comment osez-vous essayer de cacher l'affaire Climategate à ma génération et utiliser le « réchauffement climatique » pour imposer un agenda socialiste ! Comment osez-vous menacer ma génération de scénarios apocalyptiques pour nous faire peur, nous rendre anxieux et nous faire subir un lavage de cerveau pour nous pousser à accepter la réorganisation de l'économie en un système communiste ? Comment osez-vous !!

Bénédiction papale

Cela devient encore plus douloureux lorsque nous entendons le Pape François non seulement embrasser sans réserve la science controversée entourant le réchauffement climatique provoqué par l'homme, mais également donner sa bénédiction papale à l'ONU — une organisation historiquement connue pour son hostilité aux principes moraux de l'Évangile et qui s'est activement engagée dans les théories de réduction de la population. Dans son message pour la célébration de la Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création, François déclare :

C'est l'heure d'abandonner la dépendance des carburants fossiles et d'entreprendre, de manière rapide et décisive, des transitions vers des formes d'énergie propre et d'économie durable et circulaire.

— 1er septembre 2019 ; Vatican.va

Encore une fois, nous devrions tous agir pour faire cesser l'empoisonnement de la planète et les terribles dommages causés aux océans, à notre sol et à notre air. Comme l'a exprimé Mgr Charles Pope :

Le souci de l'environnement fait partie de la sage intendance attendue des chrétiens. [Cependant,] il ne peut y avoir aucune compromission vis-à-vis de nos valeurs catholiques dans le but de rejoindre ce qui est devenu un mouvement de plus en plus impie, anti-vie et anti-humain.

— 25 septembre 2019, ncregister.com

En effet, ce qui nous est proposé fera davantage de mal aux pauvres dont, paradoxalement, le Pape (et le Christ) nous demande de façon répétée de prendre soin. [...] Il existe [par ailleurs] d'autres technologies moins dangereuses que celles [proposées aujourd'hui, telles que les éoliennes] (qui sont notamment responsables de la mort de millions d'oiseaux et de chauves-souris) qui pourraient créer, en fait, de l'énergie gratuite pour le monde entier. Mais il ne s'agit pas ici de débattre des avantages de telle ou telle technologie. Il s'agit plutôt de souligner le mouvement anti-humain qui se cache derrière la religion du changement climatique, et dont l'objectif est en définitive de réduire la population mondiale et d'imposer le communisme. À cette fin, il agit en tant qu'instrument de la "Bête" de l'Apocalypse. Parmi les messages de la voyante catholique, Luz de Maria, adressés au monde par [le Ciel], et ayant reçus l'approbation de son évêque, il convient de noter ces avertissements particuliers [du Christ] :

Le communisme n'a pas quitté l'humanité, mais il s'est déguisé pour continuer de persécuter mon peuple.

— 27 avril 2018

Le communisme n'a pas faibli, il refait surface au coeur de cette confusion et de cette grande détresse spirituelle qui frappent votre monde.

— 20 avril 2018

Et en mars de la même année, Notre-Dame a dit :

Le communisme ne diminue pas mais s'étend et s'intensifie, ne soyez pas confus quand on vous dit le contraire. L'économie mondiale sera celle de l'Antéchrist, la santé sera sujette à l'adhésion à l'Antéchrist, tous seront libres s'ils se soumettent à l'Antéchrist, de la nourriture leur sera donnée s'ils se soumettent à l'Antéchrist... VOILÀ LA LIBERTÉ À LAQUELLE CETTE GENERATION EST EN TRAIN DE SE SOUMETTRE : LA SUJÉTION A L'ANTÉCHRIST.

— Luz de Maria, le 2 mars 2018

À cette fin, je ne me suis jamais senti aussi déchiré entre la direction prise par le Vatican et ma conscience. Bien sûr, le Christ et la Sainte Tradition gagnent à chaque fois. Des catholiques du monde entier m'ont écrit pour m'exprimer les mêmes réserves. Aussi, voici ce qui peut nous servir de grâce salvatrice dans tout ceci. Il s'agit en fait de nous en tenir fermement aux paroles mêmes du Pape à ce sujet. Dans son encyclique sur l'environnement, une parole équilibrée a été insérée :

Dans certaines discussions sur des questions liées à l'environnement, il est difficile de parvenir à un consensus. Encore une fois je répète que l'Église n'a pas la prétention de juger des questions scientifiques ni de se substituer à la politique, mais j'invite à un débat honnête et transparent, pour que les besoins particuliers ou les idéologies n'affectent pas le bien commun.

Laudato si' n° 188

Et donc, suivant les conseils du Pape, je désapprouve respectueusement et instamment l'opinion du Vatican sur ces questions, étant donné qu'elles ne relèvent pas du mandat de l'Église, et j'espère effectivement « inviter à un débat honnête et transparent » afin d'éviter que « des besoins particuliers ou des idéologies » contraires à l'Évangile n'affectent « le bien commun. »

Soyons sur nos gardes

Tout cela étant dit... je pense qu'il y a une certaine inéluctabilité dans le déroulement des événements actuels, que ceux-ci se déroulent conformément à un programme bien établi. Par ces mots, je ne suggère pas un certain fatalisme par lequel nous ne puissions pas avoir d'impact sur l'avenir. Mais plutôt que ces événements sont en réalité les étapes inévitables de cette « confrontation finale » dans laquelle, d'après le Pape Jean-Paul II, nous nous trouvons aujourd'hui :

Nous faisons face aujourd'hui à la confrontation finale entre l'Église et l'anti-Église, entre l'Évangile et l'anti-Évangile, entre le Christ et l'anti-Christ.

— Cardinal Karol Wojtyla (JEAN PAUL II), extrait d'un discours prononcé en 1976 devant les évêques américains à Philadelphie, Conférence eucharistique.

Ou ce que le Catéchisme décrit :

Avant l'avènement du Christ, l'Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants. La persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre dévoilera le "mystère d'iniquité" sous la forme d'une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l'apostasie de la vérité.

Catéchisme de l'Église catholique, n° 675

En fin de compte, l'épreuve repose sur un choix que nous devrons tous faire : suivre le Christ [à travers l'obéissance à Son Vicaire lorsqu'il enseigne dans le domaine de la foi et de la morale] ou l'esprit de l'Antéchrist, qui est ce Dragon, Satan, qui exige que nous nous alignions sur le reste du monde. Il est remarquable de lire que Saint Jean parle d'un temps où le monde entier, aveuglément et de son plein gré, se laissera entraîner par (« se prosternera devant ») l'esprit diabolique, ce qui décrit parfaitement notre génération :

Émerveillée, la terre entière suivit la Bête, et l'on se prosterna devant le Dragon parce qu'il avait donné le pouvoir à la Bête. Et, devant elle, on se prosterna aussi, en disant : « Qui est comparable à la Bête, et qui peut lutter contre elle ? »

Ap 13: 4

En effet, qui peut lutter contre le politiquement correct soutenu par les tribunaux libéraux ? Qui peut lutter contre un mouvement écologiste financé par les banquiers et les élites mondiales et [visiblement] soutenu par le Pape (Petite précision du traducteur pour éviter toute confusion : cela ne remet pas en question le fait que François reste le Vicaire du Christ et le "roc" sur lequel est bâtie l'Église — lire Ga 2: 11-15 pour voir que même Pierre peut « agir [et penser] à la manière des païens » ; ce qui ne remet pas en question le rôle que le Christ lui a assigné qui est d'affermir ses frères sur les questions touchant la foi et la morale.) ? Qui peut lutter contre ceux qui, habilités par l'establishment, cherchent à supprimer la liberté de [conscience et d'expression] ? Encore cette semaine, le politicien américain et ancien candidat à la présidence, John Kerry, a déclaré « Guerre mondiale zéro » à quiconque oserait nier le réchauffement climatique d'origine humaine, « allant jusqu'à utiliser le terme "axe" pour qualifier ceux qui s'opposent à leur agenda climatique — un terme utilisé pour décrire l'alliance entre l'Allemagne nazie et le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale. » [3] Son site Internet est même actuellement en train de "recruter" des adhérents pour cette cause :

World War Zero unira des alliés improbables et réunira de puissants influenceurs d'opinion et vous-mêmes pour remporter l'avenir que nous méritons tous, et de triompher de l'axe d'opposition de notre siècle : délais, dénis et falsifications.

worldwarzero.com

Je ne le lui fais pas dire quand il parle de « falsifications ». Le fait est que cette Ultime Confrontation, comme l'a souligné Saint Jean-Paul II, « se situe dans les limites imposées par les desseins de la Divine Providence ». Comme pour le Fils, le Père permettra à l'Église de « souffrir, mourir, puis ressusciter » (cf. Mc 8: 31). Préparons-nous : la Bête, pour une courte période, sortira victorieuse :

... Il lui fut donné de faire la guerre aux saints et de les vaincre... À tous, petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, elle fait mettre une marque sur la main droite ou sur le front, afin que personne ne puisse acheter ou vendre, s'il ne porte cette marque-là : le nom de la Bête ou le chiffre de son nom... Si quelqu'un doit aller en captivité, il ira en captivité ; si quelqu'un doit être tué par l'épée, il sera tué par l'épée. C'est à cela qu'on reconnait la persévérance et la foi des saints.

Ap 13: 7, 16-17, 10

Nous ne pouvons pas contrecarrer cette dernière confrontation de notre époque. Ce que nous pouvons faire, cependant, c'est nous préparer et préparer nos familles et faire tout ce que nous pouvons pour amener les autres à Jésus-Christ. Le temps presse, nous le ressentons tous. Nous devons y être attentifs. La Révolution a commencé... mais ce qui suivra sera une glorieuse ère de paix dans laquelle les présentes ténèbres, avec tous leurs mensonges et hypocrisies, ne deviendront plus qu'un vague souvenir.

Mark Mallett
The Unfurling Revolution


[1] lire Le grand mensonge du changement climatique, L'hiver de notre châtiment, Confusion climatique et La grande concentration des masses
[2] cf. Capitalism and the Beast
[3] csnews.com : « L'ancien secrétaire d'État John Kerry a déclaré "Guerre mondiale zéro" à ceux qui s'opposent à l'agenda des libéraux en matière de changement climatique. » (traduction Google)

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
12


de la perplexité
2


de la tristesse
11


de la peur
1

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Climat : cultiver l’honnêteté, la responsabilité et le courage

Septembre 23, 2019 - Zenit.org

Pour « faire face » à « l’un des principaux défis » d’aujourd’hui – le changement climatique – « l’humanité est appelée à cultiver trois grandes qualités morales : l’honnêteté, la responsabilité et le courage », a affirmé le pape François dans un message vidéo en espagnol envoyé aux participants du Climate Action Summit (Sommet Action Climat).

« Avec honnêteté, responsabilité et courage, nous devons mettre notre intelligence ‘au service d’un autre type de progrès, plus sain, plus humain, plus social, plus intégré’ (Laudato si ‘, 112), capable de mettre l’économie au service de la personne humaine, de construire la paix et de protéger l’environnement », a dit le pape François.

« Même si la situation n’est pas bonne et que la planète en souffre, la fenêtre de l’opportunité est toujours ouverte. Nous sommes encore dans le temps, a affirmé le pape : ne la laissons pas fermer. Ouvrons-la avec notre engagement à cultiver le développement humain intégral, pour assurer une vie meilleure aux générations futures. L’avenir est à eux, pas à nous. »

Il a aussi rappelé que « le problème du changement climatique est lié aux questions d’éthique, d’équité et de justice sociale ». « La situation actuelle de dégradation de l’environnement est liée à la dégradation humaine, éthique et sociale », a-t-il souligné.

« Nous sommes confrontés à un ‘défi de civilisation’ en faveur du bien commun, a poursuivi le pape. Et cela est clair, comme il est également clair qu’il existe une multitude de solutions à la portée de tous, si nous adoptons, sur le plan personnel et social, un mode de vie qui incarne l’honnêteté, le courage et la responsabilité. »

Source : Zenit.org

Commentaire laissé par le

J'aime beaucoup vos écrits. Ils sont toujours très profonds et nous ramènent à la réalité des choses et nous éclairent sur la conduite à tenir. Merci beaucoup. Que Le Seigneur vous protège vous et tous les vôtres.

Commentaire laissé par le

Bonjour,

Il faut insister là-dessus : tout ce que dit, fait , écrit un pape n’est pas pour autant « d’autorité Pétrinienne ».
Comme ce fut rappelé, celle-ci concerne la foi et la morale (l’action découlant de la foi donc).
Même en ces deux domaines exclusifs où l’obéissance au Christ est en jeu, l’autorité des documents varie...
Ainsi celle d’une encyclique, normalement n’est pas celle d’un décret conciliaire (un concile est réuni sous l’autorité de Pierre) ... et lui-même n’a pas l’autorité d’une constitution conciliaire (comme « Lumen Gentium » ou, »Dei Verbum« par exemple).
Plus : dans tout document est discerné ce qui est l’affirmation à laquelle est attachée cette autorité...
Des explications données, des citations argumentées etc peuvent ne pas jouir de la même autorité.

Ceci est le travail des théologiens dogmaticiens...

Un pape affirme clairement agir au nom de sa charge pétrinienne lorsqu’il déclare quelque chose comme étant « de foi » et requérant l’assentiment de tout membre de l’Église. Il n’agit pas alors de façon isolée : pour qu’il déclare ceci, il s’appuie sur le travail et la prière antécédents des cardinaux, évêques, et l’expression du « sens de la foi » du peuple de Dieu.
Ainsi les déclarations concernant les derniers dogmes mariaux ont suivi des milliers de demandes en ce sens par tous les composants de l’Église, et pendant pas mal de temps ...

Il faut garder cela présent en lisant certains textes.

Laisser aux personnes chargées de la conduite de l’Église faire le travail permettant de demander que soit éclairé, approfondi, mieux exprimé tel ou tel passage portant à la confusion, peu clair etc...
Mais ne pas croire que le pape est comme... « le robot de l’Esprit Saint. »
Ce serait contraire à la foi de l’Église.
Paul a remis en place Pierre (Jésus l’avait fait auparavant publiquement...). Dans l’histoire de l’Église bien des situations de confusion, d’erreur même.
Mais l’Église n’a pas dévié.

Souvent le pape François écrit qu’il ne s’exprime pas « ex cathedra ».
Ce qui permet plus de placidité en lisant certains passages.

Et si d’aucuns utilisent telle note (une note de texte!) pour orienter tel groupe d’une façon désordonnée, ceux-là manifestent surtout leur propre état de confusion...

Commentaire laissé par le

(Traduction d'un commentaire de Mark Mallett reçu par mail, dont le but est de préciser sa pensée par rapport à son article ci-dessus. Version anglaise en-dessous) :

"L'idée selon laquelle nous sommes tenus d'être en accord avec tout ce qu'un pape dit ou fait en dehors de la foi et de la morale est une fausse compréhension. Lorsque Pierre renia le Christ et fut par la suite réhabilité [en tant que le Berger des brebis du Christ], et lorsque Paul le corrigea (Ga 2: 11-15) publiquement, cela n'a diminué en rien la puissance des clés du Royaume [qui lui avaient été confiées]. Mais cela a permis de faire prendre conscience à Pierre de sa mission et de sa grande responsabilité.

Je reste l'un des seuls à continuer à défendre le Pape François et à clamer qu'il n'est pas hérétique. Qu'il adhère à la théorie du réchauffement climatique ne fait pas de lui un hérétique. Je désapprouve simplement ses conseillers scientifiques parce que rien ne me l'interdit. Le réchauffement climatique n'est pas un dogme catholique."

Mark

***

"The idea that we are bound to agree with every single thing a pope says or does outside of faith and morals is a false understanding. When Peter denied Christ and was subsequently elevated again, and when Paul corrected him to his face, it did not diminish the keys of the Kingdom. But it did realign Peter with his purpose and great responsibility.

No, I remain one of the few who continues to defend that Pope Francis is not a heretic. To embrace global warming does not make him a heretic. I just disagree with his scientific advisors because I can. Global warming is not a Catholic tenet.

Mark"
---

"11 Mais quand Pierre est venu à Antioche, je me suis opposé à lui ouvertement, parce qu’il était dans son tort.

12 En effet, avant l’arrivée de quelques personnes de l’entourage de Jacques, Pierre prenait ses repas avec les fidèles d’origine païenne. Mais après leur arrivée, il prit l’habitude de se retirer et de se tenir à l’écart, par crainte de ceux qui étaient d’origine juive.

13 Tous les autres fidèles d’origine juive jouèrent la même comédie que lui, si bien que Barnabé lui-même se laissa entraîner dans ce jeu.

14 Mais quand je vis que ceux-ci ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Évangile, je dis à Pierre devant tout le monde : « Si toi qui es juif, tu vis à la manière des païens et non des Juifs, pourquoi obliges-tu les païens à suivre les coutumes juives ? »

Galates 2: 11-14"

Commentaire laissé par le

Pour répondre à ceux qui penseraient que dans cet article Mark Mallett s'en prend ou s'oppose au Pape François, voici une petite clarification :

Dire que le Pape François soutient l'idéologie climatique est une vérité et ne veut pas dire qu'on s'en prend au Pape pour lequel il nous faut prier sans cesse et auquel nous devons nous soumettre humblement en tant qu'il est le Vicaire du Christ. Il est un fait cependant que le Pape est très mal conseillé au niveau scientifique et politique (les loups sont nombreux et partout autour de lui et cherchent à égarer les âmes en conseillant de façon erronée le Saint Père, raison pour laquelle il nous faut beaucoup prier pour lui) mais comme Mark l'a rappelé (et ce sont les paroles même du Pape François), l'Eglise n'est pas habilitée à se prononcer dans le domaine scientifique ni politique.

Mark Mallett a toujours soutenu le Pape en tant que Vicaire du Christ et successeur de Saint Pierre. De même que de dire que Pierre a à un moment donné renié Jésus ne veut pas dire qu'on s'en prend à Saint Pierre. On dit une vérité : que Pierre n'est qu'un homme, faillible, capable de tomber, d'avoir des opinions personnelles +/- erronées, mais pour autant dont la foi ne peut faillir parce que le Christ prie pour lui. Mais les opinions scientifiques ou climatiques ne font pas partie du domaine de la foi. Nous ne devons croire que ce que l'Eglise enseigne en ce qui concerne la foi et la morale. Le reste ne fait pas partie de son mandat.

Il faut discerner entre le Vicaire du Christ, sur la foi duquel repose l'Eglise et l'homme et ses opinions personnelles. C'est le danger aujourd'hui, où le Pape s'exprime devant les médias sans aucun filtres, de penser que toutes ses opinions personnelles, ou tout ce qu'il dit lors d'interview devant des journalistes doit être considéré comme la parole infaillible de l'Eglise et du Christ.

Philippe

Commentaire laissé par le

La planète passe pas des cycles de réchauffement / refroidissement. Qu'on le veuille ou non, notre planète vit. Vouloir lutter contre son réchauffement revient à mettre un oreiller sur le visage d'un homme pour l'empêcher de respirer.

Le titre de cet d'article est donc un parfait exemple de lapalissade : "Le réchauffement climatique pourrait nous mener vers une nouvelle ère glaciaire" Eh oui, cela en surprend certains, mais le principe des cycles est qu'ils fluctuent entre deux extrêmes. Pour poursuivre sur la stupidité du titre de cet article je rajouterais donc que cette future ère glaciaire nous mènera à coup sûr vers une période de réchauffement climatique.

L'homme s'est adapté de tout temps au climat de son époque suivant le cycle dans lequel la planète se trouvait. A lutter excessivement contre le réchauffement, en particulier le CO2 qui est favorable aux culture et à la prospérité de la planète, de sa faune et de sa flore, et si les prévisions scientifiques qui annoncent une mini-ère glaciaire d'ici 2030 sont justes, l'humanité sera infiniment moins préparée à faire face à cette période de grand froid car elle se sera débarrassée de tout ce qui aurait pu l'aider à s'y adapter.

A lire :

Réchauffement climatique ? Préparez-vous plutôt à avoir froid !

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 7 + 2 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La déferlante révolutionnaire.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 7 + 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Le grand mensonge du changement climatique

Mark Mallett   mercredi 23 mai 2018   8 commentaires   2.261

J'ai reçu une lettre en juin 2017 d'un homme qui a travaillé pendant des décennies avec de grandes entreprises en tant qu'agronome et analyste financier agricole. Il m'écrivait ceci ...

C'est à travers cette expérience que j'ai remarqué que les tendances, les politiques, la formation en entreprise et les techniques de gestion allaient dans une direction curieusement absurde. C'est cet éloignement de tout bon sens et de toute raison, qui m'ayant conduit à me poser certaines questions et à chercher la vérité, m'a mené à me rapprocher davantage de Dieu ...

Lire la suite

L'hiver de notre châtiment

Mark Mallett   dimanche 2 décembre 2018   0 commentaire   988

Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées... (Évangile du 29 novembre et du 2 décembre 2018)

J'ai entendu une affirmation surprenante venant d'un scientifique il y a près de dix ans. Le monde n'est pas en train de se réchauffer — il est sur le point d'entrer dans une période de refroidissement, une « petite ère glaciaire » même. Il fondait sa théorie sur l'examen des précédentes périodes glaciaires, de l'activité solaire et des cycles naturels de la Terre. Depuis lors, des dizaines de scientifiques environnementaux du monde entier ont repris sa théorie et soutiennent la même conclusion, qui se fondent sur un ou plusieurs de ces mêmes facteurs. Surpris ? Ne le soyez pas. C'est un autre "signe des temps" de cet hiver aux multiples facettes qui approche, apportant avec lui notre châtiment...

Lire la suite

Confusion climatique

Mark Mallett   lundi 17 juin 2019   5 commentaires   979

Le Catéchisme déclare que « le Christ a doté les pasteurs du charisme d'infaillibilité en matière de foi et de moeurs. » [1] Cependant, en matière de science, de politique, d'économie, etc., l'Église prend généralement ses distances, se limitant à nous guider sur les questions d'éthique et de morale touchant le développement et la dignité de la personne humaine. Comme l'a déclaré le cardinal [australien] Georges Pell :

... l'Église n'a pas de compétences scientifiques... L'Église n'a pas reçu de mandat du Seigneur pour se prononcer sur les domaines scientifiques. Nous croyons en l'autonomie de la science.

—Cardinal Pell au sujet de "Laudato si", 20 juillet 2015 ; cath.ch

Lire la suite