Apparitions de la Vierge Marie au Laus - France (1664-1718)


Commentaires (0)

Publié le mardi 13 mars 2018

Catégorie : La Sainte Vierge Marie

Nombre de consultations : 606

Le Laus est à peine à 80 km de la Salette. Le village de St-Étienne d'Avançon fait partie, actuellement du diocèse de Gap.
À l'époque des apparitions, il appartenait au diocèse d'Embrun.
Les guerres de Religion, au 16e siècle entre catholiques et protestants calvinistes laissent inutilisables 120 des 190 églises du diocèse de Gap.

Pendant quatre mois, début juin à la fin août 1664, presque tous les jours, la Mère et l'enfant Jésus rencontrent Benoîte Rencurel au Vallon des Fours.

Nous savons que pendant les deux premiers mois c'est le silence complet de la part de la Dame.
Malgré ce silence, l'événement procure à Benoîte une paix qui la comble au-delà de ses attentes.
Les deux mois suivants sont consacrés à la formation de la jeune bergère; il lui faut apprendre à prier, à devenir patiente, à être détachée.

Benoîte Rencurel, messagère de la réconciliation (1647-1718)

Source : sanctuaire-notredamedulaus.com

Benoîte, une jeune fille comme les autres

Notre Dame du Laus - vitrail : Benoîte et le chapelet1647 : Benoîte Rencurel voit le jour à Saint-Etienne d’Avançon au sein d’une modeste famille. Contemporaine du roi Louis XIV, elle va vivre une époque troublée par les tensions politiques, sociales et religieuses.

Après la mort de son père en 1654, elle se voit contrainte de travailler comme bergère. Avant de commencer à parcourir les montagnes avec ses troupeaux, elle demande à sa mère un chapelet. Ne sachant ni lire ni écrire, elle prie à longueur de journées et devient ainsi une vraie contemplative.

Simple et pleine de vie, elle est proche des gens de son village et n’hésite pas à donner sa nourriture aux enfants plus pauvres qu’elle.

1664 : début d'une longue relation

Mai 1664 : après avoir entendu une homélie de son curé, Benoîte ressent le profond désir de rencontrer la Mère de miséricorde. Peu après, saint Maurice lui apparaît et lui annonce que son vœu sera exaucé.

Le vallon des fours aujourd'huiÀ partir du lendemain, une « belle dame » lui apparaît quotidiennement pendant quatre mois au Vallon des fours, à proximité de Saint-Etienne. Pour la préparer à sa future mission, elle lui apporte une éducation intensive qui transforme son comportement et sa vie spirituelle.

Le 29 août, la belle dame révèle son identité : « Je suis Dame Marie, la Mère de mon très cher Fils. »

Fin septembre, après un mois d’absence, Marie se manifeste à nouveau, mais de l’autre côté de la vallée, à Pindreau : « Allez au Laus, vous y trouverez une chapelle d’où s’exhaleront de bonnes odeurs, et là très souvent vous me parlerez ».


Notre Dame du Laus - Pindreau
Pindreau

Un vallon choisi comme refuge pour tous

Le lendemain, Benoîte se rend au hameau du Laus tout proche et trouve la chapelle de Bon-Rencontre grâce aux parfums. À l’intérieur, debout sur l’autel, Marie lui dévoile son projet : « J’ai demandé ce lieu à mon Fils pour la conversion des pécheurs et Il me l’a accordé ».

Elle confie à Benoîte la mission de faire construire une église et une maison pour les prêtres afin qu’ils reçoivent et confessent les pèlerins.  

Recouvrant la chapelle de Bon-Rencontre, l’église est édifiée entre 1666 et 1669. Le jour de sa bénédiction, Benoîte devient membre du tiers-ordre de saint Dominique, d’où le titre de « sœur Benoîte » qui lui sera donné.

Benoîte pendant la construction de l'église
Benoîte pendant la construction de l'église

Benoîte, témoin de la miséricorde pendant 54 ans d'apparitions

L'apostolat de Benoîte auprès des pèlerinsDès le printemps 1665, les pèlerins affluent au Laus. Ils seront environ 130.000 en 18 mois.

Benoîte remplit auprès d’eux son ministère d’accueil, de prière et de pénitence. Ayant reçu le don de pouvoir lire dans les consciences, elle éclaire leur démarche de conversion et les envoie vers les prêtres émerveillés par la qualité des confessions.

Les guérisons et les conversions sont très nombreuses. Entièrement vouée à sa mission, Benoîte vient résider à plein temps au Laus en 1672.  

Pendant 54 ans, Marie continue de lui apparaître pour la soutenir dans son apostolat et poursuivre son éducation.

Benoîte, mystique de la compassion

La chapelle du Précieux-Sang, lieu des apparitions du Christ crucifiéEn plus des apparitions mariales, Benoîte voit également des anges, plusieurs saints, et connaît des expériences mystiques comme la vision du Paradis.

Entre 1669 et 1684, elle est gratifiée 5 fois de la vision du Christ crucifié sur la croix d’Avançon. Ainsi unie à lui, elle vit une « crucifixion mystique » chaque vendredi pendant plusieurs années.

Elle traverse d’autres épreuves comme des attaques spirituelles et physiques du démon ou une mise à l’écart par des prêtres de tendance janséniste pendant 20 ans.

Épuisée par ces luttes et son dévouement, elle décède « joyeusement » le 28 décembre 1718, entourée des prêtres du sanctuaire.

Vision du Christ en croix
Vision du Christ en croix

En savoir plus :

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
1


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

Accueil du blog votre opinion

Vidéos

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 - 2 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Apparitions de la Vierge Marie au Laus - France (1664-1718).

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 - 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Que disent les terribles prophéties de Notre-Dame de La Salette ?

mardi 13 mars 2018   0 commentaire   1.161

Le véritable "secret" de Notre Dame de la Salette reste un mystère, l'Église ne reconnaissant pas son ton apocalyptique. On y parle de guerres, de tremblements de terre et de démons libérés sur Terre.

19 septembre 1846, sud-est de la France. Dans les alpages du petit village de La Salette, la Vierge Marie apparaît à deux enfants venus y faire paître leurs vaches : Mélanie Calvat (14 ans) et Maximin Giraud (11 ans). La Vierge est en pleurs, assise sur un gros caillou. Elle est habillée comme les femmes du village : une robe qui descend jusqu’aux pieds, un fichu sur les épaules, une coiffe sur la tête, et un tablier autour de la taille. La coiffe, le fichu et ses pieds sont ornés de guirlandes de roses. Près des roses du fichu, une lourde chaîne. La Vierge porte sur sa poitrine un crucifix avec, de chaque côté, une paire de tenailles et un marteau. Un halo de lumière émane du crucifix.

Lire la suite

Quand ils écoutaient

Mark Mallett   samedi 15 décembre 2018   0 commentaire   510   partager

POURQUOI le monde souffre-t-il ? Parce que nous avons muselé Dieu. Nous avons rejeté Ses prophètes et ignoré Sa Mère. Du haut de notre orgueil, nous avons succombé au rationalisme, ou la mort du mystère. Ainsi le Seigneur, par l'intermédiaire du prophète Isaïe, crie à une génération devenue sourde — qui est également la nôtre :

Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements, ta paix serait comme un fleuve, ta justice, comme les flots de la mer.

Isaïe 48: 18

Lire la suite

Notre-Dame de la Lumière arrive...

Mark Mallett   samedi 12 octobre 2019   0 commentaire   658   partager

Il y a plus de vingt ans, le Dr Brian Doran, un frère en Christ et ami proche, rêvions de la possibilité d'une expérience de camp pour jeunes garçons qui non seulement formerait leur cœur, mais répondrait à leur désir naturel d'aventure. Dieu m'a appelé, pour un temps, sur une tout autre voie. Mais Brian allait bientôt donner naissance à ce que l'on connaît aujourd'hui sous le nom d'Arcātheos — qui signifie « Forteresse de Dieu ». C'est un camp pour père et fils, n'ayant à ma connaissance pas d'équivalent ailleurs dans le monde, dans lequel l'Évangile côtoie l'imaginaire, et où le catholicisme embrasse l'aventure. Après tout, Notre Seigneur lui-même ne nous a-t-il pas enseigné en paraboles...

Mais [en août 2017], nous avons assisté à une scène qui, selon les dires de beaucoup de participants, était « la plus impressionnante » de toutes celles auxquelles ils aient pu assister depuis la création du camp. En vérité, je l'ai trouvée époustouflante...

Lire la suite