Une révolution du coeur


Commentaires (0)

Publié le jeudi 12 janvier 2017

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Réflexions et méditations diverses

L'équivalent d'un séisme sociopolitique est en cours, une révolution mondiale qui secoue les nations et polarise les peuples. La voir se dérouler en temps réel aujourd'hui nous pousse à réaliser à quel point le monde est proche de grands bouleversements.

Traduction d'un article de Mark Mallett. Lire le texte original en anglais.

Donald TrumpLa polarisation des idéologies ne pourrait être plus nette. En Europe, certains hommes politiques ont largement ouvert la porte aux "réfugiés", tandis que d'autres chefs d'état referment ces portes tout aussi vite, à peine arrivés au pouvoir. Justin TrudeauEn France, le gouvernement socialiste sanctionne d'une peine de deux ans d'emprisonnement et d'une amende pouvant aller jusqu'à 30 000 euros toute personne qui « délibérément induirait en erreur, intimiderait et / ou exercerait une pression psychologique ou morale pour décourager le recours à l'avortement. » [1] De l'autre côté de l'océan, cependant, le Président Donald Trump a promis d'installer des juges pro-vie à la Cour suprême pour abroger l'arrêt Roe vs. Wade (qui a inauguré l'ère de l'avortement et de l'extermination de centaines de millions de personnes dans ce pays). Au Canada, ce qui constitue une première pour un Premier ministre, Justin Trudeau — qui a fait l'éloge des dictatures chinoise et cubaine — participe activement aux Gay Prides, célébrant l'autonomie de l'individu sur la nature et la raison... tandis que le président polonais s'est joint récemment aux évêques de Pologne en plaçant la nation sous le règne de Jésus-Christ « Roi immortel des âges » [2].

C'est une bataille pour l'âme des nations. C'est l'accomplissement des paroles prophétiques de Saint Jean-Paul II, prononcées peu avant son élection :

Nous faisons face aujourd'hui à la confrontation finale entre l'Église et l'anti-Église, entre l'Évangile et l'anti-Évangile, entre le Christ et l'anti-Christ. Cette confrontation se situe dans les limites imposées par les desseins de la Divine Providence ; c'est une épreuve à laquelle toute l'Église, et plus particulièrement l'Église polonaise, doit faire face. C'est une épreuve pour non seulement notre nation et notre Église, mais en un sens une épreuve de 2000 ans de culture et de civilisation chrétienne, avec toutes ses conséquences pour la dignité humaine, les droits de la personne, les droits de l'homme et les droits des nations.

— Cardinal Karol Wojtyla (JEAN-PAUL II), au Congrès eucharistique de Philadelphie, en Pennsylvanie, à l'occasion de la célébration du bicentenaire de la signature de la déclaration d'indépendance, le 13 août 1976

Lorsqu'une nation abandonne complètement ses racines chrétiennes et qu'une autre les réaffirme ; lorsqu'une nation ouvre tout grand ses frontières et que le nationalisme se lève dans une autre ; quand un pays embrasse un humanisme athée et qu'un autre le rejette... les divisions idéologiques entre nations atteignent leur paroxysme [...]. [3] Ainsi se réalise aussi l'avertissement prophétique de Pie XI le 19 mars 1937 :

... l'ancien tentateur n'a jamais cessé, par ses promesses fallacieuses, de tromper le genre humain. C'est pourquoi, au cours des siècles, on a vu les bouleversements se succéder jusqu'à la révolution actuelle, qui est déjà déchaînée ou qui devient sérieusement menaçante presque partout, peut-on dire, et dépasse, par l'ampleur et la violence, ce qu'on a éprouvé dans les persécutions antérieures contre l'Église. Des peuples entiers sont exposés à retomber dans une barbarie plus affreuse que celle où se trouvait encore la plus grande partie du monde à la venue du Rédempteur.

— Pape Pie XI, Sur le communisme athée, Divini Redemptoris, n° 2, Vatican.va

Je tiens à réaffirmer sans hésitation que, compte tenu de l'accélération rapide de la mondialisation et de la détermination des Nations Unies à subvertir les valeurs de l'Évangile, il y a aujourd'hui un danger réel que, avec la crise adéquate et dans des circonstances désespérées, beaucoup se tourneront vers des systèmes humains pour trouver des solutions [qui ne peuvent être que] spirituelles — et ce, pendant que l'Église catholique traverse ses propres crises. Malheureusement, toute discussion de nos jours faisant référence à un « Antichrist » suscite immédiatement des gloussements ou de l'incrédulité (lire L'Antéchrist pour notre époque). En effet, de trop nombreuses caricatures du « fils de perdition » ont rendu la moindre notion d'un dirigeant mondial vraisemblablement irréaliste — et d'autre part un courant eschatologique rigide et ayant une vision à court terme relègue dangereusement l'Antéchrist à la toute fin du monde, tout en ignorant les avertissements clairs et les « signes des temps » énoncés par chacun de nos derniers papes et confirmés dans des révélations prophétiques approuvées (lire Why Aren't the Popes Shouting ? et Is Jesus Really Coming ?).

Exagéré ? Voyez combien de Cubains ont pleuré sur la mort du dictateur Fidel Castro ! Combien de Vénézuéliens appelèrent le chef socialiste Chavez « père » ! Combien de Nord-Coréens pleurent au passage du dirigeant suprême communiste Kim Jong-un ! Combien ont pleuré et déclaré qu'Obama était un « sauveur » et une sorte de « Moïse », allant même jusqu'à le comparer à « Jésus » ? [4] Lors du premier mandat d'Obama, Evan Thomas, un ancien combattant historique de Newsweek, a déclaré : « D'une certaine manière, Obama se situe au-dessus du pays, au-dessus du monde. Il est une sorte de Dieu. Il va réconcilier toutes les parties adverses. » [5] Combien se tournent à présent vers Donald Trump dans l'espoir de « rendre sa grandeur à l'Amérique » ? Dieu seul peut redonner leur grandeur à nos nations lorsque nous le mettons, ainsi que l'Évangile, au centre de nos cœurs. Autrement, il ne nous reste bientôt plus que des rêves brisés (cf. CEC, n° 675-676).

Une révolution du cœur

Rien de ce qui est décrit ci-dessus n'est une surprise pour ceux qui connaissent bien les paroles de Notre-Dame de Fatima, qui nous a mis en garde face à la dégénérescence des nations. Ou de Notre-Dame du Rwanda qui a averti que le génocide rwandais n'était pas un simple événement local, mais un avertissement au monde de ce qu'il encourt à oublier son Fils (lire Warnings in the Wind). Son remède ? Que chaque être humain se convertisse et revienne à Jésus.

Comme aux époques des plus violentes tempêtes dans l'histoire de l'Eglise, aujourd'hui encore le remède fondamental consiste dans une rénovation sincère de la vie privée et publique selon les principes de l'Évangile chez tous ceux qui se glorifient d'appartenir au Christ, afin qu'ils soient vraiment le sel de la terre et préservent la société humaine de la corruption totale.

— Pape Pie XI, Sur le communisme athée, Divini Redemptoris, n° 41, Vatican.va

Oui, les gens ont besoin d'un emploi, de routes en bon état et de soins de santé — ce sont nos principales préoccupations lors de chaque cycle électoral. Mais Jean-Paul II, parlant à six mille étudiants universitaires, orienta nos regards vers le véritable enjeu : ce dont nous avons le plus besoin aujourd'hui, c'est d'une révolution du cœur.

Mes fils [et mes filles], vous avez relevé les souffrances et les contradictions dont se montre affectée une société quand elle s'éloigne de Dieu. Puisse la sagesse du Christ vous rendre capables de pousser vos recherches jusqu'à découvrir la source la plus profonde du mal existant dans le monde ; puisse-t-elle aussi vous stimuler à proclamer à tous les hommes, à vos compagnons d'étude, aujourd'hui, et de travail demain, la vérité que vous tenez des lèvres du Maître, c'est-à-dire que "le mal provient du cœur des hommes" (Mc 7, 21). [Les] analyses sociologiques [ne sont pas suffisantes] pour apporter la justice et la paix. C'est au-dedans de l'homme que se trouve la racine du mal. Le remède doit, par conséquent venir également du cœur.

— PAPE JEAN-PAUL II lors d'un congrès international, 10 avril 1979 ; Vatican.va

Même un seul cœur, totalement converti et tourné vers Dieu, peut devenir un phare dont la brillante lumière transperce les ténèbres qui règnent dans de nombreuses âmes. Un seul cœur, rempli de la Vie divine, peut être le sel qui préserve la vie d'une communauté. Un seul cœur, vivant dans la Divine Volonté, peut aveugler et rendre impuissant le prince des ténèbres. Satan révélait un jour à Saint Jean-Marie Vianney [le Saint Curé d'Ars] : « S'il y en avait trois comme toi sur la terre, mon royaume serait détruit. »

Pourquoi ne pas nous tourner vers le modèle que nous a donné Notre Seigneur qui, bien que s'adressant par moment à des multitudes, n'a choisi qu'une poignée d'hommes pour jeter les bases du monde à venir ? C'est pourquoi Notre Dame, bien que peinée, ne panique pas en voyant ces milliards d'âmes qui refusent de se convertir à Jésus Christ. Au lieu de cela, elle s'adresse aux quelques âmes qui veulent l'écouter — comme si elle était Gédéon dirigeant cette petite armée de 300 hommes. [6] Parce que, par l'intermédiaire d'une poignée d'apôtres authentiques, la Flamme de son Amour peut brûler jusqu'à ce qu'elle commence à se propager comme un feu de brousse. Et ainsi, Marie implore les quelques âmes qui l'écoutent, qui sont encore éveillées, de persévérer dans cette révolution du cœur.

Chers enfants, mon cœur maternel pleure lorsque je regarde ce que font mes enfants. Les péchés se multiplient ; la pureté de l'âme est de moindre importance ; mon Fils est oublié, de moins en moins honoré, et mes enfants sont persécutés. C'est pourquoi vous, mes enfants, apôtres de mon amour, dans votre âme et dans votre cœur, invoquez le nom de mon Fils ! Il aura pour vous des paroles de lumière.

Il se manifeste à vous, il rompt le pain avec vous et vous donne des paroles d'amour pour que vous les transformiez en actes de miséricorde et que vous soyez ainsi témoins de la vérité.

C'est pourquoi chers enfants, n'ayez pas peur ! Permettez à mon Fils d'être en vous. Il se servira de vous pour panser les blessés et convertir les âmes égarées. C'est pourquoi, chers enfants, revenez à la prière du chapelet. Priez le chapelet avec des sentiments de bonté, de sacrifice et de miséricorde. Priez non seulement avec des mots mais avec des actes de miséricorde. Priez avec amour pour tous les hommes. Mon Fils a exalté l'amour par son sacrifice. C'est pourquoi, vivez avec Lui pour avoir la force et l'espérance, pour avoir l'amour qui est vie et qui conduit à la Vie Eternelle.

Grâce à l'amour de Dieu, je suis moi aussi avec vous et, par mon amour maternel, je vous conduirai. Je vous remercie !

— Notre-Dame de Medjugorje à la voyante Mirjana, le 2 décembre 2016

La réponse urgente qu'il nous faut apporter à la dégénérescence effrénée des nations n'est pas d'ordre politique, mais spirituel. Même si le socialisme et le communisme se sont révélés être des instruments d'oppression maléfiques, le capitalisme nous montre également son véritable et terrible visage lorsque sont élevés sur les autels du cœur des hommes ces « veaux d'or » d'un nouveau genre que sont les dieux de l'argent, du confort et du matérialisme.

Pour moi, il est certain que l'Église va devoir affronter des périodes très difficiles. La véritable crise vient à peine de commencer. Il faudra s'attendre à de grands bouleversements. Mais je suis tout aussi certain de ce qu'il va rester à la fin : une Église, non du culte politique car celle-ci est déjà morte, mais une Église de la foi. Il est fort possible qu'elle n'ait plus le pouvoir social dominant qu'elle avait jusqu'à récemment, mais elle va vivre un renouveau et redevenir la maison des hommes, où ils trouveront la vie et l'espérance en la vie éternelle.

— Cardinal Joseph Ratzinger (Pape Benoît XVI), Faith and Future, Ignatius Press, 2009 ; Le jour où Joseph Ratzinger a prédit l'avenir de l'Église

C'est pour ce renouveau que Notre Dame nous appelle à nous préparer par une révolution du cœur. Je prie pour que Notre Seigneur et Notre Sainte Mère nous donnent les « paroles de lumière » dont nous avons besoin, vous et moi, non seulement pour acquérir la sagesse nécessaire pour naviguer à travers ces temps agités, mais surtout pour cheminer vers une conversion plus profonde et authentique... de sorte que le Christ puisse véritablement régner dans nos cœurs.

Mark Mallett
Revolution of the Heart


[1] cf. lemonde.fr, 16 février 2017
[2] terredecompassion.com, 21 novembre 2016
[3] cf. Benoît XVI et le Nouvel Ordre Mondial
[4] cf. Warnings from the Past
[5] Washington Examiner, 19 janvier 2013
[6] cf. The New Gideon

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
1


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Soutenons le ministère à plein temps de Mark Mallett !

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 3 - 2 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Une révolution du coeur.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 3 - 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Prendre parti

Mark Mallett   samedi 8 septembre 2018   0 commentaire   205   partager

Quand l'un de vous dit : « Moi, j'appartiens à Paul », et un autre : « Moi, j'appartiens à Apollos », n'est-ce pas une façon d'agir tout humaine ?

Première lecture de la messe du 5 septembre 2018 (1 Co 3, 1-9)

PRIEZ plus … parlez moins. Ce sont les mots que Notre-Dame de Medjugorje a adressés à l'Église dernièrement.

Lire la suite

Le germe de la Révolution

Mark Mallett   lundi 18 novembre 2019   0 commentaire   436   partager

Chers frères et soeurs, ce qui suit est une réflexion sur la révolution qui se répand actuellement dans le monde. Ce sont des connaissances, des connaissances importantes pour comprendre ce qui se passe autour de nous. Comme Jésus l'a dit un jour : « Je vous ai dit cela, pour qu'une fois leur heure venue, vous vous rappeliez ce que je vous ai dit. » [1] Cependant, la connaissance ne remplace pas l'obéissance ; elle ne doit pas se substituer à notre relation avec le Seigneur. Aussi, puisse cette réflexion vous encourager à une plus intense vie de prière, une plus grande fréquentation des Sacrements, davantage d'amour pour vos familles et votre prochain, et à une vie davantage ancrée dans le présent. Dieu vous aime !

Lire la suite

Qu'est-ce que la vérité ?

Mark Mallett   jeudi 17 janvier 2019   1 commentaire   576   partager

« Qu'est-ce que la vérité ? » Telle fut la question rhétorique de Ponce Pilate en réponse aux paroles de Jésus :

Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix.

Jean 18: 37

Lire la suite