« Un Dissident » : un roman qui aborde l’immense défi du transhumanisme et de l’homme augmenté


Commentaires (0)

Publié le dimanche 18 mars 2018

Catégorie : Culture, littérature, cinéma

Nombre de consultations : 300

Dans « Un Dissident », paru aux éditions Albin Michel, on entend des questions redoutables : comment certaines entreprises organisent-elles une économie transhumaniste sans nous demander notre avis ? Comment résister à ce mouvement qui semble inéluctable ? Comment rester connecté au réel ? La technologie peut-elle nous apporter le bonheur ? Où et comment peut-il y avoir un risque totalitaire ?

Un roman oui, mais un roman pas comme les autres ! L'abbé de Chaillé reçoit François-Régis de Guenyveau, un tout jeune auteur qui aborde d'une façon originale l'immense défi du transhumanisme et de l'homme augmenté.

Source : padreblog.fr

Retrouvez également les deux premières vidéos du Padre Blog sur le transhumanisme sur les deux liens suivants :

Auteur : François-Régis de Guenyveau
Editeur : Albin Michel
Nombre de pages : 333
Date de publication : 23 Août 2017
EAN13 : 9782226399144

La vie de Christian Sitel, un petit Provençal élevé par un père «  plat  » et une mère «  complexe  », va basculer le jour de ses 9 ans, lorsque son oncle, venu d'Amérique, lui offre une calculatrice aux fonctionnalités bien particulières. Devenu un petit génie en sciences, Christian part outre-Atlantique rejoindre le laboratoire ultramoderne de la société Trans-K. Au coeur de la forêt de Cold Spring, au nord de New York, le prodige français travaille à l'émergence d'un homme nouveau

Albin Michel a eu du nez en publiant ce premier roman de François-Régis de Guenyveau. À seulement 28 ans, ce consultant en stratégie ne se contente pas d'offrir un récit fluide et structuré ; il déroule en filigrane, au travers des doutes et des rencontres qui jalonnent la vie du personnage principal, une critique en bonne et due forme de la tentation de l'homme-Dieu et des ressorts de ceux qui rêvent de son avènement. Un dissident est aussi l'histoire d'une amitié – celle de Christian et de Martin – et de leur perception diamétralement opposée du monde : alors que le premier passe jours et nuits dans son laboratoire aseptisé et court New York à la recherche de financeurs, le second, artiste, s'émerveille au milieu des hautes futaies de Cold Spring, sculpte le bois de ses mains, et s'inquiète du sort d'un pauvre clochard après une sortie dans une boîte de nuit luxueuse de Manhattan.

Qualifié de roman d'anticipation, Un dissident est en réalité la chronique d'un monde dans lequel nous vivons déjà sans nous en rendre compte…

Source : famillechretienne.fr

Présentation de l'éditeur

« Et au moment où il sut qu'il n'était plus vraiment un homme, il le devint. »

Partout, au coeur des sociétés d'opulence, naît le rêve d'un monde nouveau : un monde de tous les possibles, où l'Homme s'affranchirait enfin des limites de la nature.

Christian, jeune prodige scientifique, veut y prendre part. Il va participer à un projet de grande envergure : façonner l'homme de demain.

Mais face à un tel enjeu, dans la solitude de son bureau, Christian s'interroge. Inadapté, incapable de nouer des relations, il se heurte à sa propre énigme. Et si la science n'était pas le seul moteur de l'évolution humaine ?

Roman d'anticipation et quête initiatique se mêlent dans ce récit troublant, au centre des questions éthiques et philosophiques contemporaines. Un dissident est le premier roman de François-Régis de Guenyveau.

Vidéos

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 44 - 17 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page « Un Dissident » : un roman qui aborde l’immense défi du transhumanisme et de l’homme augmenté.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 44 - 17 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Transhumanisme : la fin de la Femme ?

vendredi 2 mars 2018   1 commentaire   309

Le XXème siècle a bouleversé la famille, la contraception moderne a permis de se défaire des lois biologiques et libérer les choix de construction de la vie familiale. Les techniques de fécondation ont également créé de nouvelles façons de concevoir des enfants. Le XXIème siècle pourrait être celui de nouvelles avancées dans les processus de fécondation, l’ectogenèse, c’est-à-dire la fécondation hors du ventre de la mère. L’ectogenèse, une technique de fécondation dont la porte fut entrouverte avec la fécondation in vitro, ouvrant à l’être humain de nouvelles perspectives sociétales. Périodiquement l’humanité en se cherchant, se réinvente, se déconstruit et produit un monde de plus en plus artificiel, déshumanisant, déconnecté du réel.

Lire la suite

Puisse le Ressuscité aider la femme à refuser les sollicitations perverses qui la blessent à l’intime

dimanche 1 avril 2018   0 commentaire   280

Extrait de l'homélie de Pâques de Dom Courau, abbé de Triors :

La mort rodait autour du Saint Sépulcre, elle continue de roder encore un peu partout. L'histoire est jonchée de cadavres comme d'autant d'Abel, elle menace au surplus notre vie morale, entravant la victoire pascale. La résurrection finale rendra évidente pour tous la victoire de la vie sur la mort, par Jésus ressuscité, l'unique Sauveur de l'humanité. Mais pour l'heure, elle est encore l'objet de la foi pascale qui chante avec Marie-Madeleine : Scimus Christum surrexisse a mortuis vere – Nous savons désormais que le Christ est vraiment ressuscité des morts. Et cela change nos vies.

Lire la suite

Mgr Aupetit : « Qu’est ce qui nous fait progresser en humanité ? »

vendredi 23 février 2018   0 commentaire   215

Monseigneur Michel Aupetit, nouvel archevêque de Paris, a répondu aux questions du magazine La Vie à propos de bioéthique. Les états généraux de la bioéthique sont une occasion toute particulière pour l’Eglise : « même si c’était joué d’avance, cela ne nous empêcherait pas de parler » déclare-t-il, assurant plus loin : « Je ne suis jamais inquiet, parce que l’espérance est plus forte que le désespoir ». Faire entendre la voix de l’Eglise, « c’est un devoir de conscience, quitte à être à contretemps ».

Lire la suite