Mgr Aupetit : « Qu’est ce qui nous fait progresser en humanité ? »


Commentaires (0)

Publié le vendredi 23 février 2018

Catégorie : Mariage, Famille & Bioéthique

Nombre de consultations : 238

Monseigneur Michel Aupetit, nouvel archevêque de Paris, a répondu aux questions du magazine La Vie à propos de bioéthique. Les états généraux de la bioéthique sont une occasion toute particulière pour l’Eglise : « même si c’était joué d’avance, cela ne nous empêcherait pas de parler » déclare-t-il, assurant plus loin : « Je ne suis jamais inquiet, parce que l’espérance est plus forte que le désespoir ». Faire entendre la voix de l’Eglise, « c’est un devoir de conscience, quitte à être à contretemps ».

Le travail de mobilisation est également important : « C’est éclairer les consciences. La plupart des gens se disent ‘pourquoi pas, qu’est-ce que ça change ?’ Nous voulons qu’ils se disent : ‘oui, il y a un problème’ ». Il y a ici « un enjeu de civilisation, la nécessité d’ouvrir les cœurs à l’attention aux plus faibles. Or on revient peu à peu à la loi de la jungle, à cet homme en bonne santé, riche, bien portant, qui pourra se payer tout ce qu’il veut, faire du transhumanisme pour lui-même, mettre une puce dans sa tête, mais aux dépense de qui ? De la majorité des gens qui crèveront de faim ».

Interrogé sur le « progressisme », Mgr Aupetit questionne : « Comment définir le progrès ? Est-il technique, humain ? (…) La technique doit toujours être évaluée par l’éthique ». « ‘Progressiste’ veut dire que l’on suit un progrès. Qu’est ce qui nous fait progresser en humanité ? C’est le regard que l’on pose sur les plus faibles. J’ai appris cela quand j’étais médecin et que des handicapés sont venus s’installer à côté de mon cabinet. Je les soignais. Ils m’ont appris bien plus sur l’humanité de l’homme que n’importe quel manuel ».

Sur la fin de vie, il se dit « vigilant », alors que l’euthanasie est de nouveau débattue sans que la loi Claeys Leonetti n’ait été évaluée, ni les soins palliatifs généralisés. « Une personne très âgée, une personne handicapée, ce n’est pas rentable ! Mais ils nous apprennent l’humanité », rappelle-il. Face à des situations dramatiques présentées dans les médias, il répond : « On ne peut pas partir d’un cas pour écrire une loi générale. Qu’est-ce qui peut protéger l’ensemble des patients, leur assurer le meilleur des soins dans l’état actuel des connaissances scientifiques ou médicales ? Il faut raisonner à partir de cela ». Confronté lors de son exercice de la médecine à des situations de fin vie, il ne s’étonne pas que des proches puissent demander l’euthanasie pour la personne qu’ils accompagnent : « C’est insupportable de voir les gens que l’on aime souffrir en étant dans l’impuissance ». Mais si le proche « peut faire un geste qui soulage et qui exprime son affection », il n’y a « presque plus » de demandes d’euthanasie. « Etre dans l’impuissance, c’est insupportable. Donner la mort est une mauvaise réponse ».

Lucide sur « les puissances financières qui mettent la main sur nous », mais aussi sur l’eugénisme en place qui « ne laisse pas naitre les enfants trisomiques », il invite à l’écologie, qui comprend aussi la « manière dont l’homme respecte sa propre nature » : « Son désir illimité épuise la planète. Son désir illimité par rapport à lui-même va détruire son humanité. Va-t-il accepter une limite à ses désirs ? La loi va-t-elle s’ordonner au désir individuel de chacun ? ».

Sources : La Vie, Olivia Elkaim et Aymeric Christensen (20/02/2018)

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 16 x 5 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Mgr Aupetit : « Qu’est ce qui nous fait progresser en humanité ? ».

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 16 x 5 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La loi anti-fessée... un pas de plus vers une société totalitaire et de l'enfant-roi !

jeudi 29 novembre 2018   0 commentaire   424

Une nouvelle loi anti-fessée est actuellement discutée à l'Assemblée. La question de l'interdiction de la fessée en France revient régulièrement. C'est un véritable serpent de mer, mais qui cette fois pourrait être la bonne. Les députés [auront eu à] se prononcer ce 29 novembre sur une proposition de loi contre les "violences éducatives ordinaires" (VEO), et notamment la fessée.

Lire la suite

Transhumanisme : la fin de la Femme ?

vendredi 2 mars 2018   1 commentaire   364

Le XXème siècle a bouleversé la famille, la contraception moderne a permis de se défaire des lois biologiques et libérer les choix de construction de la vie familiale. Les techniques de fécondation ont également créé de nouvelles façons de concevoir des enfants. Le XXIème siècle pourrait être celui de nouvelles avancées dans les processus de fécondation, l’ectogenèse, c’est-à-dire la fécondation hors du ventre de la mère. L’ectogenèse, une technique de fécondation dont la porte fut entrouverte avec la fécondation in vitro, ouvrant à l’être humain de nouvelles perspectives sociétales. Périodiquement l’humanité en se cherchant, se réinvente, se déconstruit et produit un monde de plus en plus artificiel, déshumanisant, déconnecté du réel.

Lire la suite

Le meilleur des mondes, c’est maintenant ?

mercredi 7 mars 2018   1 commentaire   457

L’humanité en abandonnant la foi comme fondement de la société a du même coup abandonné toute conscience ontologique. On ne part plus de l’invisible qui sous-tend le monde pour en tirer une manière d’exister ou un principe de vie mais on se contente de vivre une existence tendue vers l’efficacité et la rentabilisation de l’être au service de la communauté dirigée par l’impératif économique. Impératif froid et brutal qu’un certain Jésus appela autrefois Mammon. Choisir entre Dieu et Mammon, c’est aujourd’hui choisir entre deux approches différentes du monde, l’un ou la vie vaut en tant que vie, imparfaite mais tendue vers une verticalité infinie et l’autre où l’on supporte de moins en moins l’imperfection au sein d’un univers purement horizontal.

Lire la suite