Mgr Aupetit : « Qu’est ce qui nous fait progresser en humanité ? »


Commentaires (0)

Publié le vendredi 23 février 2018

Catégorie : Mariage, Famille & Bioéthique

Nombre de consultations : 229

Monseigneur Michel Aupetit, nouvel archevêque de Paris, a répondu aux questions du magazine La Vie à propos de bioéthique. Les états généraux de la bioéthique sont une occasion toute particulière pour l’Eglise : « même si c’était joué d’avance, cela ne nous empêcherait pas de parler » déclare-t-il, assurant plus loin : « Je ne suis jamais inquiet, parce que l’espérance est plus forte que le désespoir ». Faire entendre la voix de l’Eglise, « c’est un devoir de conscience, quitte à être à contretemps ».

Le travail de mobilisation est également important : « C’est éclairer les consciences. La plupart des gens se disent ‘pourquoi pas, qu’est-ce que ça change ?’ Nous voulons qu’ils se disent : ‘oui, il y a un problème’ ». Il y a ici « un enjeu de civilisation, la nécessité d’ouvrir les cœurs à l’attention aux plus faibles. Or on revient peu à peu à la loi de la jungle, à cet homme en bonne santé, riche, bien portant, qui pourra se payer tout ce qu’il veut, faire du transhumanisme pour lui-même, mettre une puce dans sa tête, mais aux dépense de qui ? De la majorité des gens qui crèveront de faim ».

Interrogé sur le « progressisme », Mgr Aupetit questionne : « Comment définir le progrès ? Est-il technique, humain ? (…) La technique doit toujours être évaluée par l’éthique ». « ‘Progressiste’ veut dire que l’on suit un progrès. Qu’est ce qui nous fait progresser en humanité ? C’est le regard que l’on pose sur les plus faibles. J’ai appris cela quand j’étais médecin et que des handicapés sont venus s’installer à côté de mon cabinet. Je les soignais. Ils m’ont appris bien plus sur l’humanité de l’homme que n’importe quel manuel ».

Sur la fin de vie, il se dit « vigilant », alors que l’euthanasie est de nouveau débattue sans que la loi Claeys Leonetti n’ait été évaluée, ni les soins palliatifs généralisés. « Une personne très âgée, une personne handicapée, ce n’est pas rentable ! Mais ils nous apprennent l’humanité », rappelle-il. Face à des situations dramatiques présentées dans les médias, il répond : « On ne peut pas partir d’un cas pour écrire une loi générale. Qu’est-ce qui peut protéger l’ensemble des patients, leur assurer le meilleur des soins dans l’état actuel des connaissances scientifiques ou médicales ? Il faut raisonner à partir de cela ». Confronté lors de son exercice de la médecine à des situations de fin vie, il ne s’étonne pas que des proches puissent demander l’euthanasie pour la personne qu’ils accompagnent : « C’est insupportable de voir les gens que l’on aime souffrir en étant dans l’impuissance ». Mais si le proche « peut faire un geste qui soulage et qui exprime son affection », il n’y a « presque plus » de demandes d’euthanasie. « Etre dans l’impuissance, c’est insupportable. Donner la mort est une mauvaise réponse ».

Lucide sur « les puissances financières qui mettent la main sur nous », mais aussi sur l’eugénisme en place qui « ne laisse pas naitre les enfants trisomiques », il invite à l’écologie, qui comprend aussi la « manière dont l’homme respecte sa propre nature » : « Son désir illimité épuise la planète. Son désir illimité par rapport à lui-même va détruire son humanité. Va-t-il accepter une limite à ses désirs ? La loi va-t-elle s’ordonner au désir individuel de chacun ? ».

Sources : La Vie, Olivia Elkaim et Aymeric Christensen (20/02/2018)

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 53 + 2 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Mgr Aupetit : « Qu’est ce qui nous fait progresser en humanité ? ».

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 53 + 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Vivons-nous des temps apocalyptiques ? Partie 2

Michael O'Brien   mardi 30 octobre 2018   0 commentaire   787

Voyez les jeunes dispersés dans cette salle ce soir. Ce sont de véritables héros et héroïnes. Ils sont l'Eglise, ils sont l'avenir et nous devons leur donner une saine nourriture. Ils sont le Corps du Christ revenant à la vie dans cette zone désolée, et si nous négligeons de les nourrir, nous devrons en rendre compte au Jour du Jugement Dernier. Nous devons faire aujourd'hui un choix. Ne pas choisir est un choix. Le genre d'Église que nous aurons bientôt dans ce pays dépendra beaucoup du choix que nous ferons. À moins que nous ne commencions à voir avec précision la nature du problème, et que nous nous repentions vraiment pour la part que nous y avons jouée, l'Église est finie dans notre pays. À moins d'un changement extraordinaire de notre coeur, elle est finie. Au cours de sa longue histoire, l'Église s'est éteinte dans de nombreuses régions du monde. Pensez à l'Afrique du Nord, qui fut autrefois la gloire de la chrétienté, pensez à d'autres églises particulières — elles ne sont plus ! Pourquoi supposerions-nous que Notre Seigneur investirait massivement dans la préservation d'une culture comme la nôtre ; pourquoi nous imaginerions-nous qu'Il continuerait de faire prospérer cette civilisation ? Il se peut qu'Il le fasse, s'il y a encore « dix hommes justes » parmi nous. Il se peut qu'Il le fasse s'il y a un retour massif des coeurs vers Sa sainte volonté. Ou il peut ne pas le faire.

Lire la suite

Leurs récriminations dans le désert ont beaucoup à nous apprendre (Leçon n°3)

Mgr Charles Pope   lundi 26 mars 2018   0 commentaire   228

Nous avons étudié précédemment plusieurs incidents dans lesquels l'ancien peuple juif a récriminé contre Moïse et contre Dieu. Nous l'avons fait non seulement pour examiner leurs péchés, mais pour apprendre de nos propres tendances à faire de même. Ce qui rend la récrimination si détestable, c'est qu'elle vient si tôt après avoir reçu des bénédictions et des démonstrations stupéfiantes de l'amour de Dieu pour nous et de Sa volonté et Sa capacité à nous sauver. La confiance, semble-t-il, est quelque chose qu'il nous est très difficile à apprendre.

Lire la suite

Nous serions à l’heure des premières conversions massives de musulmans au christianisme

lundi 19 février 2018   1 commentaire   428

Article de Clémentine Jallais repris du site "le blog de Lazare" :

Pour le Père Mitch Pacwa S.J., c’est une certitude, « Nous sommes à l’heure des premières conversions massives de musulmans » au christianisme. Le National Catholic Register qui a mené l’interview, n’est pas allé chercher un quidam pour cette assertion, mais un prêtre jésuite, multilingue, expert sur le Moyen-Orient (co-auteur du livre Inside Islam : A Guide for Catholics). Et c’est pour lui la violence de l’islam abouti, sous sa forme la plus poussée, celui des islamistes, qui serait à l’origine de ces défections individuelles qui se multiplient. Et qui arrivent souvent dans des pays où toute abjuration équivaut à une mise à mort.

Lire la suite