Quand le Pape ne serait pas le Pape


Commentaires (6)

Publié le samedi 17 février 2018

Catégorie : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise

Nombre de consultations : 206

Voici une réponse claire (source : reponses-catholiques.fr) à tous ceux qui prétendent, parfois avec grande agressivité, que le Pape actuel (cela n'est pas propre au pontificat de François) ne serait pas un Pape légitime, voire serait un imposteur ou carrément l'Antéchrist.

Que ce pontificat en déconcertent beaucoup - moi le premier - est tout à fait normal mais ne tombons pas dans le piège de douter des paroles de Jésus qui a promis qu'il prierait pour que la foi de Pierre ne défaille pas (dont chacun des Papes canoniquement élu jusqu'à François fut le successeur légitime) et que les portes de l'Enfer ne prévaudront pas contre son Eglise. Ne scandalisons pas ceux qui mettent leur foi en Jésus en condamnant le Saint Père à l'hérésie ou à je ne sais quoi d'autre encore.

Si nous ne comprenons pas certaines paroles ou certains gestes du Pape, faisons comme la Sainte Vierge Marie, ne médisons pas ! mais méditons ces choses dans notre coeur et l'Esprit Saint nous enseignera ce qui légitimement peut nous sembler incompréhensible.

La question que vous pouvez lire ici est provocante (et je le dis : indigne d'un Catholique !) mais la réponse donnée par le site reponses-catholiques.fr est édifiante et mérite d'être publiée sur ce blog :

Cette question rebondit à l'article « Destituer le pape et apostasier » publié sur le même site reponses-catholiques.fr.

Nous pouvons faire grosso modo une réponse reprenant les mêmes thèmes. La question ne fait que propager les mêmes hérésies qu’au temps de Marcion, de Novatien, des Cathares ou de Luther. L’Eglise a tenu bon et puisse le Seigneur tenir sa promesse que « les portes de la mort ne tiendront pas contre elle » (Mt 16, 18).

Tout discours qui pousse à apostasier la foi catholique ne peut venir que du démon, et ce n’est pas en le travestissant en dénonciation des « ingérences de Satan » que cela y change quelque chose. Rappelons que c’est le péché le plus grave qui soit, qui contrevient au premier commandement.

En effet, l’Ecriture nous le confirme dans la Première Lettre de Jean, qui nous encourage à nous garder des antichrists : « Petits enfants (…) déjà beaucoup d’antichrists sont survenus (…). Ils sont sortis de chez nous mais ils n’étaient pas des nôtres. S’ils avaient été des nôtres, ils seraient restés avec nous ». (1 Jn 2, 18-19). De même, les deux Epîtres à Timothée et celle de Tite enjoignent les épiscopes de l’Eglise que sont Timothée et Tite de lutter contre les faux docteurs, leurs fausses doctrines, de garder le dépôt de la foi et de se tenir éloignés des querelles doctrinales. Comme l’Ancien de 1 Jn, Timothée et Tite, les épiscopes de nos jours sont les évêques et le premier d’entre eux, le Pape François.

Ce que cette question-ci comporte de plus grave que celle de l’article en référence, c’est qu’elle relaie également le schisme sédévacantiste, niant que le Pape est Pape, son ordination épiscopale, son baptême. Donc St Jean-Paul II qui l’a nommé évêque, les évêques qui l’ont ordonné, le prêtre qui l’a baptisé, l’évêque qui l’a confirmé, le maitre des novices, puis le provincial jésuites qui l’ont admis aux vœux, l’évêque qui l’a ordonné prêtre… Toutes ces personnes commettent « toutes les ingérences de Satan » aux yeux de l’auteur de la question. Ne serait-ce que la figure de St Jean-Paul II est un démenti cinglant à ces divagations.

Notons au passage que l’auteur de la question trafique l’Ecriture. En Ap 3, 16, Dieu dit à l’église de Laodicée : « Puisque te voilà tiède… je vais te vomir de ma bouche ». Il n’est écrit nulle part que Dieu hait les tièdes. Interpréter ainsi ce verset est commettre une erreur méthodologique et une faute théologique dignes d’un Témoin de Jéhovah, qui falsifie l’Ecriture.

De même, la déformation de la pensée de St Thomas d’Aquin est aussi grossière. La légitime défense est bien en cas de menace sur la vie et l’intégrité physiques d’innocents. Il n’est jamais question chez le Docteur angélique de refuser la disputatio théologique entre gens qui savent de quoi ils parlent.

Mais, tout comme dans la question en référence, le plus grave est certainement de proférer ces insanités et ces appels à l’apostasie alors que tant de catholiques souffrent parce qu’ils restent fidèles à leur foi. Ces chrétiens acceptent d’être égorgés, décapités, violées, parce que, eux, justement, refusent d’apostasier. Que le Seigneur pardonne à l’auteur de cette question.

Source : reponses-catholiques.fr

 

reponses-catholiques.fr

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

@Philippe Coutel
Pouvez-vous expliquer qui serait le "coupable" selon votre thèse?

Benoît XVI, si je vous comprends bien ?
Lequel aurait sciemment trompé tout le monde ?
Car je suppose qu'il connaît au moins aussi bien que vous l'esprit du droit canonique.

Ou alors une autre influence, capable de tromper Benoît XVI lui-même (outre toute la Curie et tous les Cardinaux) ?

Bref, pour parler en termes d'enquête policière, à qui ce "crime" que vous soupçonnez aurait-il bénéficié ?

Commentaire laissé par le

@Philippe Coutel

Rien ne dit que Benoit XVI ait fuit devant les loups (comme ce pour quoi il nous avait demandé de prier pendant son pontificat)

La papauté ne se réduit pas à un Pape Le Pape c'est Saint Pierre et Saint Pierre ne démissionne pas c'est un fait. Cela dit avant de juger les intentions ou les actes de Benoît XVI il faut essayer de se mettre à sa place. Connaitre aussi les prophéties, notamment celle de Paul VI au sujet des fumées de Satan qui s'élèverait jusqu'au plus haut sommet de l'Eglise. Cela ne veut pas dire que le Pape serait un faux prophète (à cause de ces fumées) mais qu'il serait attaqué médiatiquement à cause de l'apostasie de certains Evêques, prêtres et cardinaux. Pour ma part je peux comprendre que Benoit XVI n'ait pu humainement tenir face à toutes ces attaques médiatiques car aujourd'hui Satan est déchainé contre l'Eglise ! Saint Pierre continue malgré tout sa mission à travers François. Et même si c'est unique dans l'Histoire de l'Eglise, nous avons aujourd'hui un Pape "régnant" et un Pape priant. Benoit XVI a, il est vrai, dit qu'il ne renonce qu'à "la charge active". Mystérieusement il conserve une partie de la charge (par la prière). Mais n'oublions jamais que ce qui demeure c'est Saint Pierre sur lequel le Christ a bâtit son Eglise. Laissons Dieu juger si cela est valide ou non, ne nous plaçons pas au dessus du Magistère - nous ne sommes que des laïcs - faisons comme Marie et méditons dans notre coeur ce qui nous semble incompréhensible voire scandaleux, et restons pour notre part fidèles aux successeurs de Saint Pierre jusqu'à François. Car sans cela nous serons très vite à la merci des vents qui vont frapper de plus en plus violemment notre monde.

Lire : La papauté ne se réduit pas à un Pape et Quand le Pape ne serait pas le Pape

"Le pape François reste le Vicaire du Christ. Il détient les clefs du Royaume - et pas un seul Cardinal qui l'a élu n’a suggéré le contraire (que cette élection papale serait invalide).

Et priez pour le Saint-Père. Je pense qu'il est assez significatif qu'il n'y ait pas une seule prophétie crédible dans l'Écriture ou de la part de Notre Dame qui dit qu'un jour, on ne devrait pas faire confiance à l’office de Pierre. Au contraire, elle nous appelle à prier pour le pape et tous nos bergers et à rester dans une unité ferme, tout en soutenant et en défendant la vérité."

Commentaire laissé par le

Non canoniquement il y a un doute : canon 188 et 233 + Universi Dominici Gregis.

Canon 188 : la démission du pape est invalide si elle est sous l'effet d'une peur injustifiée ou d'une erreur substantiellement grave.
Peur injustifié : croire qu'il n'était plus capable. Or dans Universi Dominici Gregis Jean Paul II nous dit que le pape est toujours capable puisqu'il y a l'Esprit Saint.
Erreur substantiellement grave : Voir canon 233. Croire qu'il peut y avoir deux papes en même temps : un de l'action et l'autre de la prière. C'est théologiquement impossible car il n'y a qu'un seul pape, et le statu de pape émérite n'existe pas.

canon 233 : La démission du pape est invalide si cette démission n'est pas entière. C'est le cas puisqu'il se dit pape de la prière, qu'il garde la soutane blanche et l'anneau des pécheurs. Mais ça au conclave, les cardinaux ne le savaient pas.

Universi Dominici Gregis Pas de place pour traiter le sujet.

Commentaire laissé par le

Il est strictement impossible de poser comme hypothèse que le conclave de 2013 ait pu être "non-canonique" : en effet, le rite conclavique de " l'accepto " par lequel le papabile pressenti approuve formellement l'élection de sa personne comme pape, inclut la question préliminaire suivante, posée par le cardinal-doyen s'exprimant au nom de tout le Sacré-Collège, c'est-à-dire au nom de l'Église Universelle, DONC DE MANIÈRE INFAILLIBLE : "Acceptes-tu l'élection qui vient d'être faite CANONIQUEMENT de ta personne comme Souverain Pontife ?" Or, bien sûr, cette dite question rituelle a été posée le jour de l’élection du pape François comme elle le fut également dans tous les conclaves pour les papes même depuis Vatican II. Ce qui signifie qu'on a la certitude de Foi (de fide), PAR L'INFAILLIBLE FAIT DOGMATIQUE, que cette élection du pape François était canonique. Donc le Pape François est bel et bien le Vicaire du Christ.

Charly

Commentaire laissé par le

Le pape François est véritablement Pape et donc Vicaire du Christ, car il a dûment bénéficié de l’acte infaillible qu’est la reconnaissance ecclésiale universelle de sa qualité de Vicaire du Christ. Ce qui signifie que la toute première certitude, du théologien catholique au simple fidèle catholique qui aborde le problème de la "crise de l'Église", est que François est VRAI et INDUBITABLE pape.

Qu’arrive-t-il dès qu’un Catholique ne croit plus que François est véritablement pape ? Il arrive que ce Catholique, sans s’en rendre compte, devient schismatique et QUITTE l’UNITÉ de l’Eglise et devient schismatique ! CAR L'UNITÉ DANS L'EGLISE SE FAIT EN RECONNAISSANT LE PAPE ÉLU CANONIQUEMENT ET INFAILLIBLEMENT PAR L’EGLISE ELLE-MÊME. D’ailleurs, le Catholique qui va à la Messe et ne croit pas que François est véritablement pape se ment à lui-même, car la Messe est toujours UNA CUM, "de concert avec", « en union avec » le pape, et à notre époque c’est UNA CUM François !

Charly

Commentaire laissé par le

Bonjour,

Quel est le but de ceux qui propagent ces médisances, et comment peuvent-ils prétendre qu'un Pape ne serait pas légitime ?

Les Cardinaux électeurs ne seraient pas inspirés par l'Esprit Saint, et seraient donc aussi illégitimes à leurs yeux ?

Jusqu'où descendront-ils dans leur condamnation du clergé ?

De qui tiennent-ils leur autorité pour porter ces jugements péremptoires sur la hiérarchie de l'Église. Et pour ainsi diviser les catholiques, et en faire douter le plus possible. Se croient-ils les seuls à être inspirés par l'Esprit Saint ?

Or, l'Esprit Saint est un Esprit de vérité, charité, unité, humilité, fraternité. Et l'on sait par contre d'où provient un tel esprit de calomnie, de division, de malveillance. Cherchez l'ennemi du Christ, vous trouverez l'ennemi de son Église.

Ennemi qui semble particulièrement agressif ces derniers temps. S'énerve-t-il, car sa stratégie machiavélique n'arrive pas à tromper la toute grande majorité des catholiques ?

Bien à vous.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 84 + 48 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Quand le Pape ne serait pas le Pape.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 84 + 48 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Jésus a-t-il institué un pape ?

Publié le mardi 6 février 2018 - 0 commentaires

Tout le monde sait que l’Église catholique est dirigée par l’évêque de Rome, qu’on appelle le pape. D’où vient l’autorité du pape ? Si l’on peut prouver qu’elle a été instituée par Jésus-Christ, on prouve du même coup que l’Église catholique est la véritable Église fondée par le Christ.

Or cela peut se prouver de façon très simple, en trois temps :

I. Jésus a spécialement choisi un de ses douze Apôtres, Simon-Pierre, et lui a donné la primauté sur les autres Apôtres.

II. Cet apôtre (Simon Pierre, ou saint Pierre) est mort évêque de Rome.

III. Les évêques de Rome qui ont succédé à saint Pierre lui ont succédé en même temps dans sa primauté.

Voyons ces trois points.

Lire la suite

Pourquoi êtes-vous bouleversés ? - par Mark Mallett

Publié le vendredi 6 avril 2018 - 0 commentaires

Les grands prêtres et tout le Conseil suprême cherchaient un faux témoignage contre Jésus pour le faire mettre à mort. Ils n'en trouvèrent pas ; pourtant beaucoup de faux témoins s'étaient présentés. Finalement il s'en présenta deux, qui déclarèrent : « Celui-là a dit : “Je peux détruire le Sanctuaire de Dieu et, en trois jours, le rebâtir.” » Alors le grand prêtre se leva et lui dit : « Tu ne réponds rien ? Que dis-tu des témoignages qu'ils portent contre toi ? » Mais Jésus gardait le silence.

Mt 26 : 59 - 63

... Après avoir publié La secousse de l'Église le Jeudi Saint, il n'a fallu que quelques heures avant qu'un tremblement de terre spirituel, centré sur Rome, ne secoue toute la chrétienté. Tandis qu'on nous rapportait que des morceaux de plâtre se seraient mis à tomber du plafond de la Basilique Saint-Pierre, les titres des journaux à travers le monde annonçaient en choeur que le pape François aurait dit que « l'enfer n'existe pas. »

Lire la suite

Le pape Jean Paul Ier reconnu vénérable

Publié le mardi 20 février 2018 - 0 commentaires

Le pape François a reconnu le 9 novembre 2017 les vertus héroïques de Jean Paul Ier (1978), ouvrant la voie à sa béatification. Son pontificat, très bref, a cependant marqué les esprits, tant par les rumeurs autour de sa mort que par sa simplicité.

Devenu pape le 26 août 1978 sous le nom de Jean Paul Ier, il meurt le 28 septembre à Rome. Son pontificat n'aura duré que 33 jours et six heures. Elu sur le siège de Pierre dès le premier jour de scrutin, il prononce alors ces mots restés célèbres : “tempestas magna est super me“ – une grande tempête est sur moi.

Lire la suite