Les témoins de la résurrection


Commentaires (0)

Publié le dimanche 1 avril 2018

Catégorie : Foi, doctrine & morale catholiques

Nombre de consultations : 412

Puisque nous entrons dans le temps de Pâques, je vous présente le résumé du sermon du Cardinal Newman sur les témoins de la résurrection (version intégrale disponible sur Internet seulement en anglais).

« Dieu l'a ressuscité le troisième jour et lui a donné de se manifester, non à tout le peuple, mais aux témoins que Dieu avait choisi d'avance, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d'entre les morts. »

Actes 10, 40-41

Le Christ ressuscité ne s'est montré qu'à un petit nombre de personnes. Pourquoi ?

Il aurait bien pu se manifester dans sa gloire à tous les juifs, spécialement à ceux qui l'ont crucifié. Cela ne leur aurait-il pas donné une bonne leçon ? Peut-être se seraient-ils convertis ! Au Christ crucifié on demanda de descendre de sa croix pour prouver qu'il était le Fils de Dieu. Ce n'est pas de cette façon que Dieu a voulu manifester sa gloire. D'un point de vue strictement rationnel, ne manifester sa résurrection qu'à un petit nombre de témoins est ce qu'il y a eu de mieux pour propager l'Évangile du Christ sur la terre et faire des disciples de toutes les nations. Mais la manifestation publique de sa gloire n'est réservée qu'au jugement dernier.

Si le Christ ressuscité s'était manifesté publiquement à tous les juifs, cela aurait probablement suscité sur le coup de l'étonnement voire de la stupeur chez le peuple mais pas de façon durable. Surtout cela n'aurait pas entraîné nécessairement de véritables conversions. Durant les années de son ministère publique, le Christ a fait un grand nombre de miracles qui ont impressionné les gens, mais les ennemis du Christ ont toujours soulevé des objections, comme le fait qu'il accomplissait ses miracles avec l'aide du démon.

De plus, si le Christ était apparu au grand nombre, bien peu de gens auraient pu réellement l'approcher et le toucher. On aurait bien pu dire que ne l'ayant pas soi-même touché et vu de près, on ne pouvait être sûr que le Jésus mort sur la croix était vraiment celui prétendument ressuscité.

Pour aider la cause de l'évangélisation, il était bien plus opportun que le Christ n'apparaisse qu'à ses plus proches amis, à ceux qui l'avaient côtoyé durant des années et qui pouvaient attester que c'était vraiment Jésus de Nazareth qu'ils avaient connu et qu'ils avaient vu ressuscité. Il ne s'est manifesté qu'à ceux qui seraient ses instruments pour la propagation de la Foi. Une manifestation du Christ ressuscité à monsieur et madame tout le monde n'aurait pas fait davantage de disciples convaincus pour la cause de l'Évangile.

Le Seigneur s'est fait connaître intimement selon sa véritable nature à un petit nombre de disciples, de sorte que ceux-ci étant gagnés à sa cause, la foule suivrait. C'est l'expérience que nous démontre l'histoire. C'est par de petits groupes de personnes profondément motivées et convaincues que les grands changements de l'histoire et des peuples s'opèrent.

La raison profonde du choix des premiers évangélisateurs, témoins de la résurrection, fut que ceux-ci étaient du côté de la Vérité, et ils étaient peu nombreux au début. Ces témoins furent les amis intimes du Christ, médiateurs choisis pour diffuser son Évangile à travers le monde.

Source : foicatholique.com

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 98 - 7 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Les témoins de la résurrection.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 98 - 7 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Mystère de la grâce et de la justice divine

lundi 2 avril 2018   0 commentaire   535

Voici un extrait significatif de la pensée du précédent Pape Benoît XVI tirée de son encyclique Spe Salvi concernant la grave question du mystère de la grâce et de la justice divine, pensée qui n'exclut pas la possibilité de la damnation éternelle.

Lire la suite

Théobule, les enfants connectés à la parole de Dieu

mercredi 14 mars 2018   0 commentaire   547

Théobule propose aux enfants de rencontrer Jésus avec des vidéos, des activités ludiques et un coin prière. Complément de supports de catéchisme ou outil unique, Théobule est un bon allié pour la pastorale en école primaire. Théobule est aussi l'ami des familles et des parents désireux de partager et de transmettre leur foi à leurs enfants. Conçu par les religieux dominicains, Théobule vous aide aussi pour l'éveil à la foi, le partage de la parole et de l'Évangile le dimanche, la prière en famille. Avec Théobule, la Bible, la parole de Dieu est donnée, commentée et éclairée pour la joie des plus jeunes !

Lire la suite

Que disent les terribles prophéties de Notre-Dame de La Salette ?

mardi 13 mars 2018   0 commentaire   1.079

Le véritable "secret" de Notre Dame de la Salette reste un mystère, l'Église ne reconnaissant pas son ton apocalyptique. On y parle de guerres, de tremblements de terre et de démons libérés sur Terre.

19 septembre 1846, sud-est de la France. Dans les alpages du petit village de La Salette, la Vierge Marie apparaît à deux enfants venus y faire paître leurs vaches : Mélanie Calvat (14 ans) et Maximin Giraud (11 ans). La Vierge est en pleurs, assise sur un gros caillou. Elle est habillée comme les femmes du village : une robe qui descend jusqu’aux pieds, un fichu sur les épaules, une coiffe sur la tête, et un tablier autour de la taille. La coiffe, le fichu et ses pieds sont ornés de guirlandes de roses. Près des roses du fichu, une lourde chaîne. La Vierge porte sur sa poitrine un crucifix avec, de chaque côté, une paire de tenailles et un marteau. Un halo de lumière émane du crucifix.

Lire la suite