Le nouveau paganisme - partie 1


Commentaires (2)

Publié le jeudi 21 novembre 2019

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Prophéties & réflexions sur les signes des temps

Nombre de consultations : 560

Quel enfant n'aime pas les bonbons ? Pourtant, laissez courir librement ce même enfant dans un magasin de sucreries, en le laissant manger tout ce qu'il désire... et très vite, il aura envie de légumes.

Lire le texte original en anglais sur le blog de Mark Mallett

Le grand vide

Lorsque l'archevêque de Philadelphie, Mgr Chaput, se rendit au Canada il y a dix ans, il fit un aveu surprenant :

... il n'y a pas de façon aisée de le dire. L'Eglise aux Etats Unis a fait un piètre travail de formation de la foi et de la conscience des catholiques pendant plus de 40 ans. Et aujourd'hui, nous en récoltons les fruits — sur la place publique, dans nos familles et dans la confusion de notre vie personnelle.

— Archevêque Charles J. Chaput, « Rendre à César ce qui est à César : la vocation politique catholique », 23 février 2009 ; catholicnewsagency.com

Mais cela ne concerne pas que les États-Unis :

La crise spirituelle concerne le monde entier. Mais elle a sa source en Europe. Les peuples d'Occident sont coupables d'avoir rejeté Dieu... L'effondrement spirituel a donc un aspect proprement occidental.

— Cardinal Robert Sarah, nd-chretiente.com, 5 avril 2019

Pendant de nombreuses décennies, la plupart des homélies et autres prédications n'ont été, à quelques exceptions près bien sûr, rien d'autre que des "sucreries" (mais aussi ce qui est enseigné aux jeunes dans un nombre grandissant d'écoles et de familles catholiques, ndtr) ; les calories vides que l'on retrouve dans ces innovations modernistes ont complètement drainé la Sainte Tradition de sa richesse mystique et surnaturelle. Les miracles du Christ ? Ce ne sont que des histoires. Les apparitions de Notre Dame ? Hallucinations pieuses. L'Eucharistie ? Purement symbolique. La messe ? Une célébration, non pas un Sacrifice. Les charismes du Saint-Esprit ? Délires émotionnels.

Religieux par nature

Mais l'homme, par nature, est un être spirituel. Nous avons été créés pour la vie mystique et surnaturelle. « Tu nous as faits pour Toi Seigneur et notre cœur est sans repos tant qu'il ne repose en Toi », a déclaré saint Augustin. Là se trouve la clé pour comprendre le proche avenir de l'Église et du monde à la fin de cet âge.

Le désir de Dieu est inscrit dans le cœur de l'homme, car l'homme est créé par Dieu et pour Dieu... De multiples manières, dans leur histoire, et jusqu'à aujourd'hui, les hommes ont donné expression à leur quête de Dieu par leurs croyances et leurs comportements religieux (prières, sacrifices, cultes, méditations, etc.). Malgré les ambiguïtés qu'elles peuvent comporter, ces formes d'expression sont si universelles que l'on peut appeler l'homme un être religieux.

Catéchisme de l'Église catholique, n° 27-28

Je suis toujours étonné de voir comment des personnes qui ne vont pas à l'église sont capables d'engager une discussion spirituelle. En effet, depuis l'aube de la création, l'homme aspire à la transcendance : nous voulons voir Dieu.

L'accomplissement

Dieu a répondu à cette aspiration à travers l'Incarnation et la révélation de Jésus-Christ. Lorsque les premiers Apôtres sortirent du Cénacle, remplis du Saint-Esprit, le christianisme a littéralement explosé du jour au lendemain. Des milliers de juifs et de païens se convertirent au catholicisme — une religion de prodiges et de miracles, riche en magnifiques symboles et en chants sacrés, proposant une solide philosophie et une profonde théologie qui finirent par transformer l'Empire romain. Au cours des siècles suivants, cette réalité mystique fut enrichie par l'art sacré ; d'imposantes cathédrales furent érigées ; des hymnes sublimes et de saintes liturgies naquirent. Les âmes furent transportées par les parfums d'encens, par la lumière éclatante des bougies, et par de prestigieuses représentations théâtrales sacrées. Combien d'âmes firent alors l'expérience de l'Étincelle divine par le seul fait de pénétrer dans une église catholique !

Mais aujourd'hui, un grand vide s'est formé. L'intellectualisme aride et l'hyper-rationalisme de l'Église occidentale ont vidé le catholicisme de sa dimension surnaturelle. Notre amour s'est refroidi ; notre dévotion s'est éteinte ; la flamme de la foi vacille dans de nombreuses régions du globe. Aussi, qu'est-ce que l'Église a à offrir au monde si elle néglige [cette dimension essentielle] ? Sans son lien au surnaturel (à savoir, la puissance de vie et de sanctification du Saint-Esprit), même nos plus belles cathédrales ne sont plus que de simples musées.

Les friandises de Satan

Au même moment, les « erreurs de la Russie », comme les appelait Notre-Dame de Fatima, se sont répandues à travers le monde : athéisme, darwinisme, matérialisme, marxisme, socialisme, communisme, relativisme, féminisme radical, etc. Ce sont là autant de friandises que nous tend Satan — des sophismes qui émoustillent l'orgueil de l'homme et le bercent de la fausse promesse d'une douce utopie temporelle. Comme avec le fruit appétissant de l'Arbre de la connaissance du bien et du mal, le serpent ancestral nous a promis une corbeille remplie d'irrésistibles friandises : « vous serez comme des dieux ». [1] Ainsi a-t-il lentement conduit l'humanité, décennie après décennie, vers ce qui semble être la friandise la plus délicieuse de toutes : l'individualisme, par lequel nous devenons les maitres de nos vies, redéfinissant non seulement notre nature, mais altérant les éléments mêmes du cosmos, y compris notre ADN. Or, l'homme nouveau de cette révolution anthropologique n'a rien du tout d'un homme :

Le Nouvel Âge qui s'annonce sera peuplé d'être parfaits, androgynes, maîtrisant entièrement les lois cosmiques de la nature. Dans ce scénario, le christianisme doit disparaître pour faire place à une religion globale et à un nouvel ordre mondial.

Jésus Christ, le porteur d'eau vive, n° 4, Conseil pontifical de la culture et pour le dialogue interreligieux

Le problème est mondial ! ... Nous sommes en train de vivre un moment d'anéantissement de l'homme en tant qu'image de Dieu.

— PAPE FRANÇOIS, Rencontre avec les évêques polonais à l'occasion des Journées mondiales de la jeunesse, 27 juillet 2016 ; Vatican.va

Cette exaltation surdimensionnée de l'ego s'accompagne toutefois de signes révélateurs attestant que le fruit appétissant est empoisonné. Le taux de suicide monte en flèche ; la consommation de drogues augmente à un rythme effréné ; la pornographie, les jeux vidéo et les "divertissements" abrutissants plongent dans l'engourdissement d'innombrables âmes qui se réfugient ensuite dans les antidépresseurs pour compenser la nausée que provoquent ces vaines promesses de paradis artificiels sur lesquels plane le visage de la mort. Pourquoi ? Parce que l'homme postmoderne est fondamentalement le même : il est « par nature et par vocation un être religieux » [2], et par conséquent, il sent bien qu'on lui a fait avaler un mensonge — alors même qu'il se précipite déjà vers le prochain shot de dopamine. Quelque chose, au fond de lui, aspire au surnaturel ; son esprit a soif de transcendance ; son intelligence recherche désespérément un but et un sens à sa vie, ce que seule la dimension spirituelle peut lui procurer.

Oui, les âmes se réveillent aujourd'hui. Et à peine réveillées, elles ont commencé à se révolter contre le statu quo. La Grande Révolution, face à laquelle je mets mes lecteurs en garde depuis des années, déferle désormais à un rythme effréné vers une "ultime confrontation" qui risque de se révéler épique. La génération actuelle, celle des Greta Thunbergs, David Hoggs et Alexandria Ocasio-Cortezs, a commencé à tambouriner aux portes du magasin de bonbons.

Ils sont prêts pour qu'on leur serve à nouveau des légumes.

Mais où vont-ils ? Vers une Église qui, selon les médias dont ils sont consommateurs, est un repère de pédophiles ? Vers une Église où ils risquent d'être accueillis par des chrétiens aux visages d'enterrement ? Vers une Église qui ressemble de plus en plus à une caisse de résonnance du spiritus mundi — de l'esprit du monde ?

Non, ils se tournent dans une autre direction. Et cela fait partie du plan de Satan depuis le début...

À SUIVRE... « Le nouveau paganisme - partie 2 »

Mark Mallett
The New Paganism – Part I


[1] Gn 3: 5
[2] CEC, n° 44

Cet article m'inspire ...


de la joie
1


de l'encouragement
8


de la perplexité
5


de la tristesse
11


de la peur
0

Accueil du blog votre opinion

Soutenir le ministère de Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Greta Thunberg, adolescente, représente bien l'écologie actuelle qui est, elle aussi, adolescente. En témoigne un article paru dans le Guardian du 10 janvier dernier, cosigné par 21 jeunes activistes pour le climat, dans lequel ces jeunes somment les dirigeants de la planète de leur donner immédiatement ce qu'ils veulent (au sujet des énergies fossiles) comme des enfants réclamant des bonbons : « Nous ne voulons pas que ces choses se fassent d'ici 2050, 2030 ou même 2021, NOUS VOULONS QUE CELA SOIT FAIT MAINTENANT ».

bvoltaire.fr

Commentaire laissé par le

Il y a bien longtemps que je constate que non seulement il n'y a plus de révérence envers le Saint-Père mais que bien plus, tout péché est devenu banalisée et comme vous dites très bien c'est le matérialisme qui compte d'abord et c'est l'ego qui compte d'abord.
" Je possède donc j'existe je peux donc tout dominer par moi-même, je sais ce qui est juste puisque j'ai raison et que les autres ont tort et puis pourquoi me priverai je!"
C'est à peu près ça.
Les Greta thunberg et consorts, ne changeront rien à la planète pour la bonne raison qu'il est beaucoup trop tard puisque l'Homme a déjoué les Plans de Dieu.
Existe-t-il seulement à la messe ?
Où l'on parle où l'on discute.
Dit-on seulement bonjour à Dieu en entrant ?
Il y a bien longtemps que je ne vois plus tout ça je trouve ça très attristant ce modernisme,cette Liturgie,ce manque de respect.
Il suffit de regarder les orthodoxes pour se rendre compte qu'ils n'ont jamais rien changé alors quand l'Amérique dit que ça vient de l'Europe et bien oui c'est vrai.
Ne nous étonnons pas dès lors.....
Mais le pentecôtisme ne vient-il pas de l'Amérique ?
Elle a créé ici en Europe des société charismatiques, toutes différentes les unes que les autres.
Le démon à jamais autant agi.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 9 - 1 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Le nouveau paganisme - partie 1.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 9 - 1 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Synode sur l'Amazonie - Des idoles Pachamama jetées dans le Tibre : les prophéties s'accomplissent

Daniel O'Connor   vendredi 25 octobre 2019   2 commentaires   1.031

Si vous êtes catholique et que vous ne ressentez pas un frisson de joie lorsque vous entendez parler d'idoles païennes saisies dans le sanctuaire d'une église catholique et jetées dans un fleuve, il pourrait être utile de vérifier si votre tête est correctement fixée sur vos épaules (ou, du moins, vous assurer que vous n'êtes pas trop à l'étroit dans vos pompes). (Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle ou cet article en anglais)

Lire la suite

L'échec catholique

Mark Mallett   samedi 2 juin 2018   2 commentaires   621   partager

Pendant douze ans, le Seigneur m'a demandé de me tenir sur le « rempart » comme l'un des « veilleurs » de Saint Jean-Paul II et de parler de ce que je vois venir — non pas selon mes propres idées ou pensées préconçues, mais selon d'authentiques révélations publiques et privées à travers lesquelles Dieu parle continuellement à Son peuple. Mais détournant les yeux de l'horizon ces derniers jours pour regarder vers notre propre Maison, l'Église catholique, je me retrouve à baisser la tête de honte.

Lire la suite

Comprendre la crise de l'Eglise depuis 50 ans

Arnaud Dumouch   mercredi 21 mars 2018   8 commentaires   974   partager

Une approche proposée par Arnaud Dumouch

1918-1968 : 50 ans séparent ces deux dates. 1968-2018 : Encore 50 ans. L'Eglise en Occident est sortie laminée de ce siècle, comme « un figuier que la tempête a secoué à droite puis à gauche et qui a laissé tomber ses fruits avortés sur le sol » (Ap 6, 13).

La commémoration des 50 ans de mai 68 et de ce qu'ils symbolisent, approche. Les médias préparent sans doute la célébration de ce qu'ils vont considérer comme "le plus grand événement spirituel de l'histoire", autour de "progrès" libérateurs comme la pilule, l'avortement, et bientôt l'euthanasie de la génération vieillissante qui a porté ce courant.

Qu'en a-t-il été dans l'Eglise Catholique en Occident qui a vu l'écroulement de la pratique religieuse, de l'Europe au Canada ? Les analyses sont diverses : certains accusent le Concile Vatican II, d'autres la révolution mentale des années d'après guerre.

Lire la suite