« Le Maître de la Terre », un roman prophétique recommandé par le Pape François


Publié le dimanche 25 février 2018

Catégorie : Eschatologie, fin des temps

Nombre de consultations : 239

« Le Maître de la terre » (en anglais, « Lord of the World »), est un roman de style apocalyptique écrit en 1907 par Robert Hugh Benson (1871-1914), un prêtre anglican d’Angleterre (son père était archevêque anglican de Canterbury) qui se convertit au catholicisme en 1903, et fut ordonné prêtre catholique en 1904.

Dans ce roman, à la fin du 20ème siècle, les progrès du matérialisme et de la franc-maçonnerie ont réduit la religion chrétienne à une infime minorité en Europe, malgré sa survie en Irlande et dans la ville pontificale de Rome. Mais alors que l’on attendait l’ère de la Paix Universelle, l’Asie menace de déferler sur l’Europe.

Au moment où la guerre semble inévitable, Julien Felsenburgh, un jeune sénateur américain du Vermont, convainc soudainement l’Asie de faire la paix, gagnant ainsi une immense popularité mondiale. S’en suit l’instauration d’un gouvernement mondial (dirigé par Felsenburgh) et de la religion de l’Humanité, excluant comme criminelle toute spiritualité transcendante, et l’Église y subit sa dernière persécution. L’euthanasie est pratiquée sur grande échelle. Ce roman est une fresque grandiose de la fin des temps et de la venue de l’Antéchrist.

Lors de son voyage apostolique aux Philippines en janvier 2015, le Pape François avait parlé de « colonisation idéologique » lors d’une rencontre avec les familles le 16 janvier à Manille:

« Soyons attentifs aux nouvelles colonisations idéologiques. Il y a des colonisations idéologiques qui cherchent à détruire la famille. Elles ne naissent pas du rêve, de la prière, de la rencontre avec Dieu, ni de la mission que Dieu nous donne. Elles viennent du dehors, c’est pour cela que je dis que ce sont des colonisations idéologiques... La famille est aussi menacée par les efforts croissants de certains pour redéfinir l’institution même du mariage à travers le relativisme, la culture de l’éphémère et un manque d’ouverture à la vie. »

Le 19 janvier 2015, durant la conférence de presse au cours du vol de retour des Philippines, un journaliste a demandé au Pape François ce qu’il voulait dire par « colonisation idéologique ». Le Saint-Père a répondu :

« Il y a un livre — pardonnez-moi je fais de la publicité — il y a un livre, dont le style est sans doute un peu lourd au début, parce qu’il a été écrit en 1907 à Londres... À cette époque, l’écrivain a assisté à ce drame de la colonisation et le décrit dans le livre. Il s’appelle Lord of the World. L’auteur est Benson, il a été écrit en 1907, je vous conseille de le lire. En le lisant, vous comprendrez bien ce que je veux dire par colonisation idéologique ».

Robert H. BensonEn d’autres mots, le Saint-Père semble laisser entendre que les attaques que subissent aujourd’hui l’Église et les familles rappellent le genre de société décrite dans le roman de Benson, avec une persécution finale de l’Église et un dictateur mondial. En 2013, le Pape François avait aussi fait mention de ce roman de Benson, déclarant qu’il décrivait « l’esprit du monde qui mène à l’apostasie presque comme une prophétie.»

La traduction française de ce livre, publiée entre autres aux Éditions Téqui, est aussi disponible gratuitement sur le web à l’adresse suivante. En voici de cours extraits:

« Pour résumer la situation, dit-il, il n’y a plus au monde que trois forces qui comptent : le catholicisme, l’humanitarisme, et les religions de l’Orient. Sur ce dernier terrain, je ne saurais rien prédire: la récente union des Chinois et des Japonais achève de dérouter tous nos calculs. Mais en Europe et en Amérique, incontestablement, le conflit n’existe qu’entre les deux autres éléments que je viens de nommer... L’humanitarisme est en train de devenir lui-même une religion organisée, malgré sa négation du surnaturel. Il s’est associé au panthéisme: sous la direction de la franc-maçonnerie, il s’est créé des rites qu’il ne cesse point de développer; et il possède, lui aussi, un Credo: L’homme est dieu... Je suis d’avis que, avant dix ans, leur doctrine sera légalement établie comme religion officielle, dans l’Europe entière.

« Les prêtres avaient été mis en état d’accorder les sacrements et d’offrir le Saint-Sacrifice avec le moins de risques possible pour eux; et ces facilités s’étaient déjà montrées d’un avantage infini, notamment dans les prisons des pays d’Europe, où, à présent, plusieurs milliers de catholiques étaient en train d’expier leur refus de participer au culte nouveau... Treize personnes seulement, sur toute la surface du globe, savaient que le nom du pape avait été Franklin, et que c’était à Nazareth que se dressait, pour le moment, le trône de Saint Pierre... »

Source : www.versdemain.org

Il a vu combien l'esprit du monde porte à l'apostasie

Plusieurs fois, le Pape François a cité un livre, l’indiquant comme un antidote au « progressisme adolescent » ou « à la globalisation hégémonique caractérisée par la pensée unique persuadée qu’aller de l’avant est meilleur que rester dans la fidélité. Cela s’appelle apostasie, adultère, parce qu’on négocie, on marchande l’essentiel, la fidélité au Seigneur ». La dernière fois, ce fut dans l’avion au retour des Philippines.

Lord of The WorldDans son homélie à Ste Marthe le 18 novembre 2013, le Pape François faisait de ce livre le commentaire suivant : « l’auteur parle comme si c’était une prophétie, il a vu combien l’esprit du monde porte à l’apostasie ». Écrit en 1907, ce roman, a vrai dire assez inquiétant, raconte l’ascension de Julian Felsemburgh, auteur de la paix entre Orient et Occident, philanthrope, démocrate, très populaire, champion d’un nouvel humanitarisme athée qui prêche la tolérance universelle, en supprimant les différences entre les religions, et donc, de ce fait, les anéantissant. Devenu président du monde, il est adoré comme un dieu par des foules en délire. Tel un anti-christ, mais un anti-christ « soft », d’une société qui veut se passer de Dieu et donc de Jésus Christ, il va le « singer » à travers une religion et une liturgie qui lui rend un véritable culte. Dans ce « monde nouveau », on embrasse la credo de l’humanitarisme et l’abjuration du credo chrétien se propage : «  des « ministres de l’euthanasie » en « faveur » des malades, prêtent leur concours plein de compassion ; le mariage sacré n’existe plus, mais se trouve remplacé par le « mariage avec bail »; on s’en tient à un « nouvel évangile » ; Il n’y a pas Dieu, mais l’homme ; pas le prêtre, mais le député ; pas le prophète, mais le pédagogue » ».  Sans s’en rendre compte, la population se retrouve dans le pire des esclavages, celui de la conscience, (méfiez-vous lorsque on vous parle d’ « ordre mondial » !) L’Église Catholique n’accepte pas tout cela et, au nom de la tolérance, elle est mise hors la loi, persécutée et presque anéantie. Ayant perdu la plupart de ses fidèles, elle est délimitée à la seule ville de Rome, comme un îlot assiégé, et à quelques catholiques éparpillés de par le monde. Mais, suite à un attentat à « l’abbaye de Londres » devenue temple suprême maçonnique, Rome est totalement détruite en représailles. C’est alors que les deux cardinaux survivants élisent le P. Percy Franklin comme Pape, sous le nom de Silvestre III. Ce dernier quitte alors Rome en ruine et revient aux origines, là où tout a commencé, à Nazareth, pour reconstruire l’Eglise, dans une atmosphère qui ressemble de plus en plus à la veille de l’Apocalypse.

Si le Pape François en a tant parlé, est-ce en raison de la simplicité et de la pauvreté du dernier Pape Silvestre III ? Je ne crois pas ! C’est un livre incroyablement actuel, parce qu’il décrit d’une manière clairvoyante le monde d’aujourd’hui, avec ses réalités et ses hypothèses inquiétantes. Dans son roman, Robert Benson prédit la quasi disparition de la foi chrétienne, non pas à cause d’une persécution sanglante, mais à travers l’humanitarisme exacerbé, le bien de l’homme par l’homme exclusivement. Pour utiliser les propres mots de Benson, la charité serait remplacée par la philanthropie et la foi serait évincée par la culture. Le Mal se cache derrière l’idéologie faussement humaniste, pacifiste et progressiste. « La pensée unique qui domine le monde – a-t-il dit le Pape François dans l’homélie citée plus haut – légalise les « condamnations à mort », ainsi que « les sacrifices humains », il y a des lois qui les protègent ». Il est difficile, ici, ne pas y voir une allusion à l’avortement et à l’euthanasie. En s’inspirant de la lecture du jour, tirée des Maccabées, le Pape a parlé de la « racine perverse » de la mondanité ; Il faut faire comme les autres, dit-on souvent, et pour éviter d’être isolés des autres nations, il faut abandonner nos traditions ;  il faut vivre avec son temps, entend-t-on dire aussi. Certes, mais qu’est-ce que cela signifie ? Les Maccabées n’ont pas voulu pactiser avec le roi païen Antiochus IV Épiphane, qui avait profané le Temple et voulait anéantir le culte du vrai Dieu.

On tient comme vraie l’affirmation que les religions fomentent les guerres, alors que les guerres de religion en Europe ont éclaté à cause de la politique et de la convoitise des princes, la religion n’étant, en principe, qu’un prétexte. Des voix s’élèvent aussi pour affirmer que le christianisme est une faillite, un échec. Depuis plus de deux siècles l’Église Catholique est persécutée, ridiculisée, calomniée, accusée de tous les maux possibles. Récemment, le Président Obama a dit que les chrétiens avaient eux aussi été cruels au cours des croisades et de l’Inquisition. Sans doute les présidents américains ne brillent-ils pas par leur culture historique…Dans le livre dont nous parlons, le Maître de la terre voulait que l’Église devienne une sorte de coquille évidée de sa substance salvifique, une sorte d’agence humanitaire, une o.n.g. planétaire, où l’espérance n’est plus en Jésus-Christ mais uniquement en l’homme lui-même.

Le Pape Benoît XVI, qui apprécie beaucoup ce roman, a dit lors d’une homélie du Jeudi Saint : « Ne sommes-nous pas, nous – peuple de Dieu – devenus en grande partie un peuple de l’incrédulité et de l’éloignement de Dieu? N’est-il pas vrai que l’Occident, les Pays centraux du christianisme sont fatigués de leur foi et, ennuyés de leur propre histoire et culture, ne veulent plus connaître la foi en Jésus Christ ».

Parmi les personnages du livre, il y a un couple, Olivier et Mabel Brand, adeptes du nouveau credo. Mabel dit à sa mère mourante qui, peu avant la fin, avait demandé l’Eucharistie: «Maman, ne comprenez-vous pas que tout ce que Jésus-Christ a promis est devenu réalité, mais dans un autre sens. Vous me dites vouloir le pardon des péchés, eh bien, le voilà, le pardon: nous l’avons tous, car il n’existe aucun péché, il n’y a que des actes criminels. Et vous voulez recevoir la communion, croyant en cela participer à Dieu lui-même. Eh bien, nous participons tous de Dieu ; c’est pour cette raison que nous sommes des êtres humains! Vous ne voyez pas que le christianisme est simplement un moyen d’exprimer toutes ces choses? J’admets que c’était le seul, autrefois; mais à présent, il est déjà dépassé par un autre, bien meilleur ».

Voilà l’humanité, devenue auto-rédemptrice, n’a plus besoin de Dieu, parce qu’elle est « dieu ! ». Analysant la société actuelle, le pape Benoît XVI a décrit une « humanité qui voudrait être autosuffisante, où de nombreuses personnes sont presque convaincues de pouvoir se passer de Dieu pour bien vivre ».  Le Pape déplorait aussi la perte du sens du péché. Dans le roman, le monde nous apparait comme si Dieu avait voulu s’en retirer après l’avoir laissé dans la plus complète satisfaction de soi, sans Foi, ni Espérance….Je ne vais pas vous révéler la fin du livre, mais quoi qu’il arrive, la volonté de Dieu se fera toujours, de toute façon. Jésus nous dit : « Ayez confiance, j’ai vaincu le monde » (Jn 16,33)

« Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin » (Ap. 22,13)

Don Carlo Cecchin

Source : www.sainteodile.fr


Articles similaires

Lire un article au hasard

La grande apostasie - Partie II - par Michael O'Brien

Publié le dimanche 10 juin 2018 - 2 commentairess

Le Catéchisme de l'Église catholique définit l'hérésie comme une « négation obstinée, après la réception du baptême, d'une vérité qui doit être crue de foi divine et catholique, ou le doute obstiné sur cette vérité. L'apostasie est le rejet total de la foi chrétienne. » [1]

Lire la suite

La grande apostasie - Partie I - par Michael O'Brien

Publié le dimanche 3 juin 2018

L'infidélité du futur : la grande apostasie

Michael D. O'Brien

« Le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18: 8)

Comme à chaque génération, une « aube nouvelle » s'apprête à se lever, ne se matérialisant jamais comme nous l'avions imaginé. Pour cette raison, notre éternelle tentation est de reléguer la téléologie de l'histoire, et l'eschatologie de la révélation dans le champ des constructions mentales produites par des peurs irrationnelles ou limitées par des analyses enflammées de situations contemporaines, un cycle se répétant soi-disant sans fin, dans lequel jamais ne se réalisent les scénarios catastrophiques promis. Pourtant, à en croire les paroles du Christ dans les évangiles et le livre de l'Apocalypse, les lettres de St Pierre, St Paul et St Jean, les prophètes de l'Ancien Testament, ainsi que les révélations privées approuvées par l'Église ayant augmenté en nombre et en intensité au cours des 150 dernières années, proche est le temps où tous les scénarios spéculatifs s'évaporeront face à un péril réel et ultime pour l'humanité. Alors le futur deviendra le présent. Il sera précédé d'une apostasie d'une intensité sans précédent. En effet, jour après jour, cette apostasie s'étend tout autour de nous. Elle trouvera son apogée dans le jour du Seigneur, qui sera un jour de feu.

Lire la suite

L’illumination des consciences - par Mark Mallett

Publié le mardi 13 février 2018 - 1 commentaires

Traduction d'un article de Mark Mallett : « Revelation illumintion »

Il y a une grâce universelle qui arrive sur le monde dans ce qui peut être considéré comme l'événement le plus singulièrement étonnant depuis la Pentecôte.

La Bienheureuse Anna Maria Taigi, mystique et stigmatisée vénérée par les papes pour l'exactitude de ses prophéties, la qualifiait d''"illumination des consciences". St. Edmund Campion l'appelait "le jour du changement" quand "le terrible juge révélera la conscience de chaque homme". Conchita, une prétendue voyante à Garabandal, lui donnait le nom d'"avertissement". Le défunt Père Gobbi l'appelait un "jugement en miniature", tandis que la servante de Dieu, Maria Esperanza, l'appelait "un grand jour de lumière" lorsque la conscience de tous sera ébranlée" "l'heure de décision pour l'humanité".

Lire la suite