Compromission : La grande Apostasie


Commentaires (0)

Publié le dimanche 17 novembre 2019

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Encouragements spirituels

Nombre de consultations : 509

Le Livre d'Isaïe commence par une magnifique vision d'un temps futur où « toutes les nations » afflueront dans l'Église pour s'abreuver à la source vivifiante des enseignements de Jésus. A en croire l'enseignement des premiers Pères de l'Église, les messages de Notre-Dame de Fatima, et les paroles prophétiques des papes du XXe siècle, nous pouvons effectivement espérer en cette future « ère de paix » dans laquelle les nations [ne se feront plus la guerre et] « forgeront de leurs épées, des socs, et de leurs lances, des faucilles. » [Isaïe 2: 4]

Lire le texte original en anglais sur le blog de Mark Mallett

... tournant notre regard vers l'avenir, nous attendons avec confiance l'aube d'un nouveau Jour... « [Les guetteurs élèvent leur voix], ensemble ils poussent des cris de joie, car ils ont vu de leurs propres yeux que le Seigneur revient à Sion. » (Is 52: 8) Leur témoignage généreux dans tous les endroits de la terre annonce : « Alors que nous sommes proches du troisième millénaire de la Rédemption, Dieu est en train de préparer pour le christianisme un grand printemps que l'on voit déjà poindre » Que Marie, « l'Etoile du Matin », nous aide à répéter avec une ardeur toujours nouvelle le « Fiat » au dessein de salut du Père, afin que tous les peuples et toutes les langues puissent voir sa gloire (cf. Is 66: 18).

— PAPE SAINT JEAN-PAUL II, Message pour la Journée mondiale des missions, n° 9, 24 octobre 1999; Vatican.va

Saint Jean-Paul II associait ce « nouveau Jour », ce « nouveau printemps », à l'attente du « retour du Seigneur ». Cependant, comme l'explique Lactance, l'un des Pères de l'Église [1], le « jour du Seigneur » ne doit pas être compris comme une journée de 24 heures, mais comme une période de temps, symbolisée au chapitre 20 du Livre de l'Apocalypse par une période de « mille ans » au cours de laquelle le Christ règnera à travers Ses saints.

Cependant, cette espérance d'un nouveau printemps est contrebalancée par l'avertissement suivant de l'Évangile : le jour du Seigneur sera précédé d'un hiver de compromission.

Comme il en fut aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il lors de la venue du Fils de l'homme. En ces jours-là, avant le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche...

Mt 24: 37-38

Cette compromission avec l'esprit du monde, l'esprit de l'Antéchrist, est ce que saint Paul appelle « apostasie », une grande rébellion, lorsqu'un grand nombre abandonne la foi. C'est pourquoi saint Paul nous offre une petite douche froide en nous rappelant que « le jour est proche » et qu'il nous faut « nous conduire comme des enfants de lumière » [Eph 5: 8], « loin des excès et de l'ivrognerie, de la luxure et de l'impudicité, des querelles et des jalousies. » [Rm 13: 13] Le message est clair : si nous ne voulons pas être pris au dépourvu tels un voleur dans la nuit, comme ce fut le cas aux jours de Noé, alors...

... revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ ; ne vous abandonnez pas aux préoccupations de la chair pour en satisfaire les convoitises.

Rm 13: 14

En d'autres mots, ne cédons pas à l'esprit de compromission. Nous devrions tous nous poser la question suivante : de quelles manières suis-je en train de négocier avec ce que le Pape François appelle « l'esprit de mondanité » ?

... la mondanité est la racine du mal qui nous conduit à renier nos propres traditions et notre propre identité et à négocier notre fidélité à Dieu qui demeure toujours fidèle. Ceci... s'appelle l'apostasie, qui ... est une forme d'“adultère” qui survient quand nous négocions l'essence de notre être : la fidélité envers le Seigneur.

— PAPE FRANÇOIS, extrait d'une homélie, 18 novembre 2013 ; cf. Vatican.va

Il est si facile de faire des compromis aujourd'hui, n'est-ce pas ? Pour certains, il peut s'agir de la tentation de cliquer sur tels liens menant vers des sites douteux ; pour d'autres, il s'agit de négliger nos temps de prière ou notre devoir d'état pour regarder la télévision... ou lire des livres ou des magazines que nous ne devrions pas lire ; ou bien de nous lâcher sur notre lieu de travail en faisant preuve d'un humour de mauvais goût ou en usant de propos grossiers, par souci de « faire comme tout le monde » ... Nous n'agissons pas seulement ainsi parce que notre chair s'écrie « oui, oui ! », mais trop souvent parce que c'est la chose la plus facile à faire. Ceux qui vivent ainsi ne dérangent finalement pas grand monde. Mais laissez-moi vous dire ceci : ceux qui, du temps de Noé, vivaient selon l'esprit du monde se sont retrouvés à pratiquer la nage du chien dans les eaux du Déluge.

Le grand risque du monde d'aujourd'hui, avec son offre de consommation multiple et écrasante, est une tristesse individualiste qui vient du cœur bien installé et avare, de la recherche malade de plaisirs superficiels, de la conscience isolée. Quand la vie intérieure se ferme sur ses propres intérêts, il n'y a plus de place pour les autres, les pauvres n'entrent plus, on n'écoute plus la voix de Dieu, on ne jouit plus de la douce joie de son amour, l'enthousiasme de faire le bien ne palpite plus.

— PAPE FRANÇOIS, Evangelii Gaudium, Exhortation Apostlique, n° 2 ; Vatican.va

Mais il n'est jamais trop tard pour entrer dans l'arche de la miséricorde de Dieu ! Aussi longtemps que nous avons de l'air dans nos poumons, prions simplement :

« Seigneur, je me suis laissé tromper, de mille manières j'ai fui ton amour, cependant je suis ici une fois encore pour renouveler mon alliance avec toi. J'ai besoin de toi. Rachète-moi de nouveau Seigneur, accepte-moi encore une fois entre tes bras rédempteurs. »

— Ibid. n° 3

Aujourd'hui, élevons nos prières pour tous ceux qui n'ont pas conscience de cette grande Tempête dont l'ombre recouvre déjà notre monde, balayant la terre de ses vents violents, annonciateurs d'un grand jour de jugement et d'affliction. [2] Mais ces nuages de tempêtes apportent aussi les pluies de l'amour et de la miséricorde de Dieu.

Il nous attend, Il nous aime, Il nous pardonne. Prions pour que Sa fidélité nous sauve de l'esprit de mondanité qui cherche à tout négocier. Prions pour qu'Il daigne nous protéger et nous permettre d'aller de l'avant, en nous conduisant par la main, tout comme le fait un père avec son enfant. En tenant la main du Seigneur, nous serons en sécurité.

— PAPE FRANÇOIS, extrait d'une homélie, 18 novembre 2013

Mark Mallett
Compromise: The Great Apostasy

Cet article m'inspire ...


de la joie
5


de l'encouragement
27


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

Accueil du blog votre opinion

Soutenir le ministère de Mark Mallett

Famille Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 9 + 5 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Compromission : La grande Apostasie.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 9 + 5 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Suffisamment de bonnes âmes

Mark Mallett   jeudi 24 mai 2018   1 commentaire   507   partager

Le fatalisme — une indifférence nourrie par la croyance que les événements futurs sont inévitables — n'est pas une disposition chrétienne. Oui, Notre-Seigneur a parlé d'événements futurs qui précéderaient la fin du monde. Mais si vous lisez les trois premiers chapitres du Livre de l'Apocalypse, vous verrez que le timing de ces événements est conditionnel : ils dépendent de notre réponse ou de l'absence de réponse.

Lire la suite

La Croix, la Croix !

Mark Mallett   jeudi 3 janvier 2019   3 commentaires   700   partager

L'une des plus grandes questions auxquelles j'ai été confronté au cours de mon cheminement personnel avec Dieu est celle de savoir pourquoi je semble changer si peu ? « Seigneur, je prie et récite le chapelet tous les jours, je vais à la messe, me confesse régulièrement et m'adonne assidûment à mon ministère. Pourquoi suis-je dès lors toujours coincé dans ces mêmes vieux schémas et défauts qui me blessent ainsi que ceux que j'aime le plus ? » La réponse a fini par me venir, avec une telle évidence :

La Croix, la Croix !

Mais qu'est-ce que "la Croix" ?

Lire la suite

Le pouvoir du jugement

Mark Mallett   lundi 8 octobre 2018   1 commentaire   300   partager

Les relations humaines — qu'elles soient maritales, familiales ou internationales — n'ont de toute évidence jamais été aussi tendues. La rhétorique, la colère et la division incitent de plus en plus les communautés et les nations à la violence. Pourquoi ? Il est certain que l'une des raisons est le pouvoir qui réside dans les jugements que nous portons sur autrui.

Lire la suite