La Nouvelle et Divine Sainteté


Commentaires (1)

Publié le vendredi 16 février 2018

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : L'Ère de Paix et la Vie dans la Divine Volonté

Dieu souhaite accomplir quelque chose dans l'humanité qu'Il n'a jamais encore fait par le passé, en dehors de quelques individus. À savoir, accorder à Son Épouse si pleinement le don de Lui-même, que son être en soit transformé et qu'elle puisse commencer à vivre et se mouvoir selon un mode complètement nouveau.

Le Seigneur désire donner à Son Église la « Sainteté des saintetés ».

Une nouvelle et divine sainteté

Dans un discours peu connu adressé aux Pères Rogationistes, le Pape saint Jean Paul II faisait remarquer comment, à travers leur fondateur, le Bienheureux Annibale Maria Di Francia (aujourd'hui vénéré sous le nom de saint Annibale ou saint Hannibal) ...

Dieu Lui-même avait prévu de provoquer cette « nouvelle et divine » sainteté avec laquelle l'Esprit Saint désire enrichir les Chrétiens à l'aube du troisième millénaire, dans le dessein de « faire du Christ le coeur du monde. »

— PAPE SAINT JEAN-PAUL II, Message aux Pères Rogationistes, n° 6, Vatican.va

Les trois principes fondamentaux de saint Hannibal, ou les trois "bourgeons" pourrions-nous dire, qui finiront par donner naissance à ce nouveau printemps, consistent à :

I. Placer la Sainte Eucharistie au centre de la vie personnelle et communautaire, de sorte que nous puissions apprendre d'elle comment prier et aimer selon le Cœur du Christ.

II. Exister en tant qu'un seul corps dans l'unité, dans une harmonie de cœurs qui rend notre prière agréable à Dieu.

III. Être dans une union intime avec les souffrances du Très Sacré Coeur de Jésus. [1]

Ce que saint Jean Paul II décrit ci-dessus est à la fois un programme pour et le programme de l'Ère de Paix qui suivra la purification du monde, et dans laquelle l'Eucharistie, l'Unité et les Souffrances de l'Église serviront à rendre parfaite, sans tache ni souillure, la seule et unique Épouse du Christ afin de la préparer pour les Noces éternelles de l'Agneau. Comme saint Jean l'entendit et le vit dans une vision :

Soyons dans l'allégresse et dans la joie, rendons gloire à Dieu, car voici les noces de l'Agneau, et son épouse s'est faite belle : on lui a donné de se vêtir de lin d'une blancheur éclatante.

Ap 19: 7-8

C'est-à-dire qu'il lui fut accordé une « nouvelle et divine » sainteté...

Le Don

Plusieurs mystiques ont parlé de cette prochaine et nouvelle ère, bien qu'usant de termes variés pour la décrire. Parmi ceux-ci nous pouvons citer l' « Incarnation Mystique » de la Vénérable Concepción Cabrera de Armida et de l'Archevêque Luis Maria Martinez ; la « nouvelle Demeure » de la Bienheureuse Élisabeth de la Trinité ; l' « Assomption des âmes par l'Amour » de saint Maximilien Kolbe ; la « Substitution Divine » de la Bienheureuse Dina Belanger ; la « Flamme d'Amour » d'Élisabeth Kindelmann ; et le « Don de la Vie dans la Divine Volonté » de la Servante de Dieu, Luisa Piccarreta.

Cette « nouvelle et divine » sainteté est essentiellement l'état de l'âme qui vit dans la Divine Volonté, un état qui était celui d'Adam et Eve avant la chute, et qui fut restauré en Marie, la « Nouvelle Eve ». Et c'est, bien sûr, l'état permanent du Christ, le « nouvel Adam ». [2] La Bienheureuse Vierge Marie, comme je l'ai déjà écrit, est la clef qui permet de comprendre la nature de l'Église telle qu'elle est, et telle qu'elle est appelée à devenir. [3] En quoi cela consiste-t-il ?

Venerable-Concepcion-Cabrera-de-Armida.jpgJésus expliquait à la Vénérable Conchita :

C'est bien plus qu'un mariage spirituel. Le mariage est une forme d'union plus extérieure. La grâce de M'incarner, de vivre et de grandir dans ton âme, sans plus jamais en sortir, te posséder et être possédé par toi comme en une même substance, sans que, évidemment, tu me donnes la vie ; au contraire, c'est moi qui la communique à ton âme en une compénétration qui ne peut se comprendre : c'est la grâce des grâces. C'est là une union mystique très grande et élevée, la plus grande qui puisse exister. Elle n'est pas d'une autre nature que l'union du Ciel, sauf qu'en Paradis disparaît le voile qui cache la Divinité...

— cité dans The Crown and Completion of All Sanctities, de Daniel O'Connor, p. 11-12

En d'autres mots, il s'agit une fois de plus de vivre dans la Divine Volonté. Que cela signifie-t-il ? Frères et sœurs, c'est au cours de notre époque, mais je crois davantage encore dans les temps à venir, que doit être dévoilée toute l'ampleur théologique de ce Don que Dieu s'apprête à accorder à l'humanité. Cela a déjà commencé. Comme Jésus le disait à Luisa :

Le temps dans lequel ces écrits seront révélés sont relatifs et dépendent de la disposition des âmes à désirer recevoir un si grand bien, ainsi que des efforts de ceux qui doivent, dans un esprit de sacrifice, s'appliquer à annoncer cette nouvelle ère de paix...

— Jésus à Luisa, Le Don de la Vie dans la Divine Volonté, écrits de Luisa Piccarreta, n° 1.11.6, Rev. Joseph Iannuzzi (traduction libre depuis l'anglais)

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort est sans doute celui à avoir su saisir le mieux le sens de ces gémissements qui ne cessent de monter du Corps du Christ, dans l'attente de ce nouveau don divin, face à ce mal qui continue de s'acharner sur terre :

Votre divine loi est transgressée ; Votre Évangile est abandonné ; les torrents d'iniquité inondent toute la terre et entraînent jusqu'à Vos serviteurs ; toute la terre est désolée ; l'impiété est sur le trône ; Votre sanctuaire est profané, et l'abomination est jusque dans le lieu saint. Laisserez-Vous tout ainsi à l'abandon, juste Seigneur, Dieu des vengeances ? Tout deviendra-t-il, à la fin, comme Sodome et Gomorrhe ? Vous tairez-Vous toujours ? Souffrirez-Vous toujours ? Ne faut-il pas que Votre volonté soit faite sur la terre comme dans le ciel, et que Votre règne arrive ? N'avez-Vous pas montré par avance à quelques-uns de Vos amis une future rénovation de Votre Église ?

— Prière de saint Louis-Marie Grignion de Montfort demandant a Dieu des missionnaires pour sa compagnie de Marie ; catholicapedia.net

Plutôt que d'essayer de synthétiser ici l'œuvre de Luisa, qui s'étend sur pas moins de 36 volumes — une oeuvre qui n'a pas encore été entièrement éditée ni traduite (et qui fait en réalité l'objet d'un moratoire sur sa publication, à l'exception des quelques ouvrages mentionnés ci-dessous), je me limiterai à vous donner un indice supplémentaire de cette grâce tant attendue, avant de retourner à ma mission particulière qui consiste à « annoncer cette nouvelle ère de paix » :

Une nouvelle ère où l'amour n'est pas avide et égoïste, mais pur, fidèle et sincèrement libre, ouvert aux autres, respectueux de leur dignité, cherchant leur bien et rayonnant la joie et la beauté. Une nouvelle ère où l'espérance nous libère de la superficialité, de l'apathie et de l'égoïsme qui mortifient nos âmes et enveniment les relations humaines. Chers jeunes amis, le Seigneur vous demande d'être des prophètes de cette nouvelle ère...

— PAPE BENOÎT XVI, Homélie, Journée mondiale de la Jeunesse, Sydney, Australie, 20 juillet 2008

Dans sa thèse doctorale historique [4] le théologien et prêtre Joseph Iannuzzi nous donne un petit aperçu supplémentaire de cette grâce qui accompagnera la prochaine « nouvelle Pentecôte » pour laquelle ont prié les papes du siècle dernier.

Au travers de ses écrits, Luisa présente le don de la Vie dans la Divine Volonté comme une nouvelle et divine Présence de Jésus dans l'âme, qu'elle appelle la « vraie Vie » du Christ. La vraie Vie du Christ consiste essentiellement pour l'âme à participer continuellement à la vie de Jésus dans l'Eucharistie. Tandis que Dieu peut se rendre substantiellement présent dans une hostie inanimée, Luisa affirme que la même chose peut être dite d'un sujet animé, tel que l'âme humaine.

Le Don de la Vie dans la Divine Volonté, par le Père Joseph Iannuzzi, n° 4.1.21, p. 119 ; cf. Comment vivre dans la Divine Volonté

Cette transformation en une « "Hostie vivante" qui reflète parfaitement la vie intérieure de Jésus » [5], tout en conservant son identité de créature douée d'un libre arbitre et de toutes ses facultés, mais entièrement unie à la vie intime de la Sainte Trinité, surviendra sous la forme d'un nouveau don, une nouvelle grâce, une nouvelle sainteté en comparaison de laquelle, selon Luisa, la sainteté des saints du passé semblera bien terne. Pour reprendre les mots de ce grand saint marial :

A la fin du monde... le Très-Haut avec sa sainte Mère doivent se former de grands saints qui surpasseront autant en sainteté la plupart des autres saints, que les cèdres du Liban surpassent les petits arbrisseaux.

— Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge, Art. 47

Mais vous vous demandez sans doute à présent, « Quoi...? Une plus grande sainteté que celle de Catherine de Sienne, Jean de la Croix, François d'Assise ?? » Pour comprendre ce mystère il nous faut nous tourner vers l'énigme des âges...

L'énigme des âges

Il y a quelques années, j'ai reçu l'inspiration d'écrire au sujet de la future Ère d'Amour et des quatre âges de la Grâce. Les trois premiers âges sont ceux de la Sainte Trinité agissant dans les limites du temps. Saint Jean-Paul II dans son discours aux Pères Rogationistes parle d'un « appel à la sainteté sur le chemin des vertus évangéliques. » [6] On pourrait aussi parler des trois âges de la Foi, de l'Espérance et de la Charité [7] qui nous font cheminer vers la « Sainteté des saintetés ». Comme il est dit dans le Catéchisme :

La création a sa bonté et sa perfection propres, mais elle n'est pas sortie tout achevée des mains du Créateur. Elle est créée dans un état de cheminement ("in statu viæ") vers une perfection ultime encore à atteindre, à laquelle Dieu l'a destinée.

Catéchisme de l'Eglise Catholique, n° 302

L'Âge du Père, qui est l' « âge de la Foi », commença avec la chute d'Adam et Eve lorsque Dieu conclut des alliances avec l'humanité. L'Âge du Fils, ou l' « âge de l'Espérance », commença avec la Nouvelle Alliance en Jésus Christ. Et enfin, l'Âge du Saint Esprit est celui dans lequel l'humanité aujourd'hui est en train d'entrer à mesure que nous « franchissons le seuil de l'espérance » qui mène vers l' « âge de l'Amour ».

Le temps est venu d'exalter le Saint-Esprit dans le monde… Je désire que cette dernière époque soit consacrée d'une manière très spéciale au Saint-Esprit… C'est son tour, c'est son époque, c'est le triomphe de l'amour dans Mon Église, dans tout l'univers.

— Jésus à la vénérable María Concepción Cabrera de Armida ; Père Marie-Michel Philipon, Conchita: Mother's Spiritual Diary, p. 195-196

Ce Triomphe de Notre Dame et de l'Église n'est pas encore la félicité du Ciel, cet état définitif de totale perfection en corps, âme et esprit. Ainsi, l' « Ère de Paix » ou « troisième millénaire » du Christianisme, nous dit saint Jean-Paul II, ne doit pas être l'occasion « de se laisser porter à croire à un nouveau millénarisme »...

... avec la tentation de prédire des changements substantiels au sein de la société et dans la vie des individus. La vie humaine se poursuivra, les hommes continueront de connaître des succès et des échecs, des moments de gloire et des phases de déclin, et le Christ Notre Seigneur sera toujours, jusqu'à la fin des temps, l'unique source du salut.

— PAPE SAINT JEAN-PAUL II, Conférence Nationale des Evêques, 29 janvier 1996 ; Vatican.va

Néanmoins, la dernière phase de croissance dans la perfection que connaîtra l'Église n'aura aucun précédent dans toute l'histoire de l'humanité. En effet, l'Écriture elle-même témoigne que Jésus est en train de se préparer une Épouse qu'Il veut sainte, pure et sans tache.

Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l'amour... [car] il voulait se la présenter à lui-même, cette Église, resplendissante, sans tache, ni ride, ni rien de tel ; il la voulait sainte et immaculée.

Ep 1: 4 ; Ep 5: 27

Dans ses écrits, le Seigneur parle à Luisa des trois âges de ce monde, ce qu'Il appelle le « Fiat de la Création », le « Fiat de la Rédemption », et le « Fiat de la Sanctification » qui forment un seul chemin vers le Saint des saints.

Mes trois Fiats s'entremêleront et accompliront la sanctification de l'homme. Le troisième Fiat donnera à l'homme tant de grâces qu'il reviendra presqu'à son état originel. Seulement alors, quand Je verrai l'homme tel qu'il est sorti de Moi, Mon œuvre sera achevée...

— Jésus to Luisa, Le Don de la Vie dans la Divine Volonté

Tout comme l'ensemble de l'humanité partage la désobéissance d'Adam, tous les hommes doivent participer à l'obéissance du Christ à la volonté du Père. La rédemption ne sera achevée que lorsque tous les hommes partageront Son obéissance...

— Père Walter Ciszek, Il me conduit, pages 116-117

Ceci est rendu possible par la puissance du Saint Esprit :

Après que le Christ eut achevé sa mission sur terre, il était encore nécessaire que nous devenions participants à la nature divine du Verbe. Il nous fallait abandonner notre propre vie et être à ce point transformés que nous commencerions à vivre une existence complètement nouvelle qui soit capable de plaire à Dieu. Ceci n'était possible que si nous participions à la vie du Saint Esprit.

— Saint Cyrille d'Alexandrie

Serait-ce dès lors injuste que la plus grande sainteté soit réservée à ceux qui vivront dans le dernier âge ? La réponse se trouve dans le mot « don ». Comme l'écrit saint Paul :

Car c'est Dieu qui produit en vous le désire et l'agir, selon son dessein bienveillant.

Ph 2: 13

Le don de la Vie dans la Divine Volonté que Dieu veut accorder à Son Église en ce dernier âge de la création surviendra précisément par le désire et la coopération du corps du Christ que Dieu Lui-même inspire — en tous temps. Il s'agit donc là de l'œuvre majeure qu'est en train d'accomplir la Mère de Dieu à notre époque : nous rassembler dans la chambre haute de son Coeur Immaculé dans le dessein de préparer l'Église à recevoir la « Flamme d'Amour » qui, d'après les écrits d'Élisabeth Kindelmann, est Jésus Christ Lui-même [8]. C'est précisément ce à quoi Luisa faisait référence quand elle décrivait ce don tant attendu comme étant la « Vraie Vie » du Christ ; et c'est la raison pour laquelle nous pouvons aussi en parler comme étant l'aube du « Jour du Seigneur » [9], ou le « retour intermédiaire » du Christ [10], ou encore l' « étoile montante du Matin » [11] qui annonce les premiers signes du glorieux retour de Jésus à la fin des temps [12], lorsque nous le verrons face à face. Ce sera aussi l'accomplissement du Notre Père — « Que Ton Règne vienne sur la terre comme au Ciel. »

... le Règne de Dieu signifie le Christ en personne, lui que nous appelons de nos voeux tous les jours, et dont nous voulons hâter l'avènement par notre attente. Comme il est notre Résurrection, car en lui nous ressuscitons, [il peut aussi être compris comme] le Règne de Dieu, car en lui nous régnerons.

Catéchisme de l'Eglise Catholique, n° 2816

Il s'agit d'un retour intérieur du Christ dans le sein de Son Épouse.

L'Église, qui comprend les élus, est à juste titre appelée aube ou aurore... Il sera pleinement jour pour elle quand elle brillera de la parfaite clarté de la lumière intérieure.

— Saint Grégoire le Grand, Pape ; Liturgie des Heures, Vol III, p. 308

Ceci, encore une fois, est réaffirmé dans l'enseignement magistériel de l'Église :

Nous pouvons encore, sans [nous écarter de] la vérité, traduire ces paroles : « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » par celles-ci : « dans l'Église comme dans notre Seigneur Jésus Christ  » ; [ou] « dans l'Épouse qui lui a été fiancée, comme dans l'Époux qui a accompli la volonté du Père.  »

Catéchisme de l'Eglise Catholique, n° 2827

Et j'ai vu les âmes de ceux qui ont été décapités à cause du témoignage pour Jésus, et à cause de la parole de Dieu, eux qui ne se sont pas prosternés devant la Bête et son image, et qui n'ont pas reçu sa marque sur le front ou sur la main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec le Christ pendant mille ans.

Ap 20: 4

Plus grand que saint François ?

Peut-être pouvons-nous comprendre pourquoi la sainteté des saints de cette prochaine ère surpassera celle des saints des précédentes générations, si nous revenons au seuil du deuxième âge de la grâce, le « Fiat de la Rédemption ». Jésus disait,

Amen, je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d'une femme, personne ne s'est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui.

Mt 11: 11

Vous voyez, Abraham, Moïse, Jean le Baptiste, etc. furent de grands hommes dont la foi leur fut compté comme mérite. Pourtant, Jésus insiste sur le fait que le Fiat de la Rédemption accorda à la génération suivante quelque chose d'encore plus grand, à savoir le don de la Trinité venant faire sa demeure en l'homme. L'âge de la Foi laissa place à une vivante Espérance et une nouvelle possibilité de sanctification et de communion avec Dieu. Pour cette raison, même le plus petit dans le Royaume de Dieu possède quelque chose de plus grand que les patriarches qui les ont précédés. Comme l'écrit saint Paul :

En effet, pour nous Dieu avait prévu mieux encore, et Il ne voulait pas les mener sans nous à la perfection.

Hé 11:40

Mais avec nous, ils connaîtront la perfection et toute la gloire que leur ont mérité leur foi en Dieu (et à quoi cela ressemblera-t-il dans l'éternité, Dieu seul le sait. Il se peut qu'Abraham atteigne un degré plus élevé de gloire que celui des saints canonisés. Qui sait ?)

Quand Luisa posa au Seigneur cette même question de savoir comment il est possible qu'il n'y ait jamais eu de saints ayant en toutes choses accompli la Très Sainte Volonté de Dieu et qui en même temps aient vécu « dans Votre Volonté », Jésus lui répondit :

Bien sûr qu'il y a eu des saints qui ont continuellement fait Ma Volonté, mais ils n'ont accompli de Ma Volonté que ce qu'ils en connaissaient.

Jésus compare ensuite Sa Divine Volonté à un « somptueux palais » auquel, en tant que son prince, Il a révélé, petit à petit, âge après âge, la gloire qui était la sienne :

A un groupe de personnes il a montré le chemin menant à son palais ; à un second groupe il a indiqué la porte d'entrée ; à un troisième il a montré la cage d'escaliers ; au quatrième il a ouvert les premières pièces ; et au dernier groupe il a donné accès à toutes les pièces...

— Jésus à Luisa, Vol. XIV, 6 novembre 1922, Saints dans la Divine Volonté par le Père Sergio Pellegrini

Cela signifie qu'Abraham, Moïse, David, Jean le Baptiste, saint Paul, saint François, saint Thomas d'Aquin, saint Augustin, sainte Thérèse, sainte Faustine, saint Jean-Paul II... ont tous révélé à l'Église la voie, toujours plus profonde, menant vers le mystère de Dieu que TOUS nous partagerons en plénitude dans la Béatitude du Ciel, en tant qu'un seule corps, un seul temple en Jésus Christ.

... Ainsi donc, vous n'êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes concitoyens des saints, vous êtes membres de la famille de Dieu. Car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire, c'est le Christ Jésus lui-même. En lui, toute la construction s'élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur. En Lui, vous êtes, vous aussi, les éléments d'une même construction pour devenir une demeure de Dieu par l'Esprit Saint.

Eph 2: 19-22

Et donc aujourd'hui, à cette heure de l'histoire du salut, « Dieu a prévu quelque chose de meilleur pour nous », dans le dessein de nous mener plus profondément dans les mystères de Sa Divine Volonté, et pour que nous ne fassions avec Lui plus qu'un seul corps. [13] Et cette parfaite Unité, dont la source est la Sainte Eucharistie, adviendra par la Passion de l'Église, car...

Le chemin de la perfection passe par la Croix.

Catéchisme de l'Eglise Catholique, n° 2015

Les trois bourgeons de saint Hannibal [14] — l'Eucharistie, l'Unité, et la Croix — feront advenir le Royaume de Dieu sur terre :

Le Royaume de Dieu vient dès la Sainte Cène et dans l'Eucharistie, il est au milieu de nous. Le Royaume viendra dans la gloire lorsque le Christ le remettra à Son Père.

Catéchisme de l'Eglise Catholique, n° 2816

Mon Royaume sur la terre est Ma vie dans l'âme humaine.

— Jésus à sainte Faustine, La Miséricorde Divine dans mon âme, Petit Journal, n° 1784

Et cette Unité, telle qu'elle fut autrefois entre Adam et Eve, est le sommet de la Vie dans la Divine Volonté, la Sainteté des saintetés, qui est la Volonté de Dieu sur la terre comme au Ciel. Et ce règne du Christ et de Ses saints préparera l'Église à entrer dans le dernier et éternel âge à la fin des temps.

... chaque jour dans la prière du Notre-Père nous demandons au Seigneur: « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » (Mat 6:10) .... nous reconnaissons que c'est au « ciel » que se fait la volonté de Dieu et que la « terre » devient « ciel », lieu de la présence de l'amour, de la bonté, de la vérité, de la beauté divine, uniquement si en elle est faite la volonté de Dieu.

— PAPE BENOÎT XVI, Audience Générale, 1er février 2012, Cité du Vatican

Jésus Lui-même est ce que nous appelons le ‘Ciel'

— PAPE BENOÎT XVI, cité dans Magnificat, p. 116, Mai 2013

... le ciel, c'est Dieu.

— PAPE BENOÎT XVI, solennité de l'Assomption de la Vierge Marie, Homélie, 15 août 2008 ; Castel Gondolfo, Italie

Et pourquoi ne pas lui demander de nous donner aussi aujourd'hui de nouveaux témoins de sa présence dans lesquels lui-même s'approche de nous? Et cette prière, qui ne vise pas immédiatement à la fin du monde, mais qui est une véritable prière pour sa venue, porte en elle toute l'ampleur de cette prière que lui-même nous a enseignée « Que Ton règne vienne! » Viens, Seigneur Jésus !

— PAPE BENOÎT XVI, Jésus de Nazareth, Semaine Sainte : De l'Entrée dans Jérusalem à la Résurrection

Mark Mallett
The Coming New and Divine Holiness


[1] Pape saint Jean-Paul II, Message aux Pères Rogationistes, n° 6, Vatican.va
[2] 1 Co 15: 45
[3] cf. The Key to the Woman
[4] Thèse portant sur la doctrine des messages de Jésus à Luisa, et ayant reçu l'approbation ecclésiastique de l'Université pontificale grégorienne de Rome, avec l'autorisation du Saint Siège
[5] Le Don de la Vie dans la Divine Volonté, par le Père Joseph Iannuzzi, n° 4.1.22, p. 123
[6] Ibid., n° 3
[7] cf. La future ère d'amour
[8] cf. La Flamme d'Amour, p. 38 (éd. anglaise), du journal spirituel d'Élisabeth Kindelmann ; 1962 ; Imprimatur Mgr Charles Chaput
[9] cf. Two More Days
[10] cf. Le Triomphe – partie 1 partie 2, et partie 3 ; « Lors de Son premier avènement, Notre Seigneur est venu en assumant notre chair et notre faiblesse ; lors de Son avènement intermédiaire, Il viendra en esprit et en puissance ; dans Son dernier avènement, Il sera vu en gloire et majesté...  » — Saint Bernard de Clairvaux, Liturgie des heures, Vol I, p. 169
[11] cf. The Rising Morning Star
[12] cf. Dear Holy Father... He is Coming!
[13] cf. Jn 17: 23 et The Coming Wave of Unity
[14] n.b. Saint Hannibal fut le directeur spirituel de Luisa Piccarreta

Cet article m'inspire ...


de la joie
12


de l'encouragement
9


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Soutenir le ministère de Mark Mallett

Famille Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Que La Sainte Trinité vous protège vous et votre famille !
Je suis dans une totale adéquation avec vous !
DIEU vous bénisse!!!
Prions pendant ce temps de carême pour notre Eglise fondée sur le Roc ;rien ni personne ne pourra la détruire,nous en sommes convaincus!

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 + 1 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La Nouvelle et Divine Sainteté.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 + 1 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Les quatre âges de la Grâce

Mark Mallett   vendredi 10 avril 2020   0 commentaire   partager

Au chapitre 47 du Livre d'Ezéchiel, il nous est dit qu'un ange emmène Ezéchiel à l'entrée du Temple d'où sort un cours d'eau en direction de l'orient. L'ange mesure alors à quatre reprises une distance de mille coudées, depuis le Temple d'où le cours d'eau prend sa source. A chaque nouvelle mesure, l'eau devient de plus en plus profonde, jusqu'à devenir infranchissable. Cela symbolise, pourrait-on dire, les « quatre âges de la grâce » … et nous sommes au seuil du troisième.

Lire la suite

Chères filles et chers fils

Mark Mallett   lundi 9 mars 2020   1 commentaire   partager

Beaucoup de jeunes lisent mon blog. D'autres lecteurs me disent qu'ils discutent régulièrement en famille des sujets traités dans mes articles. Une mère de famille m'a écrit récemment :

Vous avez transformé ma famille grâce à vos articles que je lis et transmets autour de moi. Je pense vraiment que votre charisme consiste à nous aider à vivre une vie « plus sainte » (je veux dire, dans le sens de prier plus souvent, de comprendre davantage le rôle de Marie et d'avoir une plus grande foi en Jésus, d'accorder plus d'importance à la confession, d'avoir un désir plus profond de servir et de vivre une vie sainte…). Ce pour quoi je ne peux que vous dire MERCI !

Lire la suite

Gouvernement divin et gouvernements humains

Parvis   mercredi 15 avril 2020   1 commentaire   partager

Ces écrits que Jésus a donnés à Luisa Piccarreta sont d'une actualité étonnante bien qu'ils datent de quatre-vingts ans. Ils nous font prendre de l'altitude et « voir » les choses avec les yeux de la Providence divine. Que ce regard de sagesse nous aide à bien comprendre la façon dont Dieu nous parle et à avancer vers l'ère de sa Volonté avec confiance et patience !

Lire la suite