Dieu agit à travers des intermédiaires


Commentaires (0)

Publié le mardi 20 août 2019

Auteur / source : Philippe B.

Catégorie : Marie

Nombre de consultations : 600

La première lecture de ce jour (Jg 6, 11-24a) me donne une belle opportunité de méditer sur la façon dont Dieu aime passer par des intermédiaires pour s'adresser aux hommes. En réalité l'Écriture, en particulier l'Ancien Testament, regorge de tels exemples (par exemple les anges qui viennent rendre visite à Abraham et Sara). Dans le nouveau Testament Jésus se présente comme le Visage du Père, Il devient ainsi l'intermédiaire entre l'homme et le Père. Mais cela ne veut pas dire que Dieu n'agit plus à travers d'autres intermédiaires.

Source image : destresorsdanslesable.over-blog.com/

Commençons par lire la première lecture de ce 20 août 2019. Je mets les passages significatifs en gras.

Lecture du livre des Juges

L'ange du Seigneur vint s'asseoir sous le térébinthe d'Ofra,
qui appartenait à Joas, de la famille d'Abièzer.
Gédéon, son fils, battait le blé dans le pressoir,
pour le soustraire au pillage des Madianites.
L'ange du Seigneur lui apparut et lui dit :
« Le Seigneur est avec toi, vaillant guerrier ! »
Gédéon lui répondit :
« Pardon, mon Seigneur ! Si le Seigneur est avec nous,
pourquoi tout ceci nous est-il arrivé ?
Que sont devenus tous ces prodiges
que nous ont racontés nos pères ?
Ils nous disaient :
“Est-ce que le Seigneur
ne nous a pas fait monter d'Égypte ?”
Mais aujourd'hui le Seigneur nous a abandonnés,
en nous livrant au pouvoir de Madiane… »
Alors le Seigneur regarda Gédéon et lui dit :
« Avec la force qui est en toi,
va sauver Israël du pouvoir de Madiane.
N'est-ce pas moi qui t'envoie ? »
Gédéon reprit :
« Pardon, mon Seigneur ! Comment sauverais-je Israël ?
Mon clan est le plus faible dans la tribu de Manassé,
et moi je suis le plus petit dans la maison de mon père ! »
Le Seigneur lui répondit :
« Je serai avec toi,
et tu battras les Madianites
comme s'ils n'étaient qu'un seul homme. »
Gédéon lui dit :
« Si j'ai trouvé grâce à tes yeux,
donne-moi un signe que c'est bien toi qui me parles
.
Ne t'éloigne pas d'ici
avant que je revienne vers toi.
Je vais chercher mon offrande
et je la placerai devant toi.
 »
Le Seigneur répondit :
« Je resterai jusqu'à ton retour. »

Gédéon s'en alla, il prépara un chevreau,
et avec une mesure de farine il fit des pains sans levain.
Il mit la viande dans une corbeille, et le jus dans un pot,
puis il apporta tout cela sous le térébinthe et le lui présenta.
L'ange de Dieu lui dit :
« Prends la viande et les pains sans levain,
pose-les sur ce rocher et répands le jus. »
Gédéon obéit.
Alors l'ange du Seigneur
étendit le bâton qu'il tenait à la main,
et il toucha la viande et les pains sans levain.
Le feu jaillit de la roche,
consuma la viande et les pains sans levain,
et l'ange du Seigneur disparut.
Alors Gédéon comprit que c'était l'ange du Seigneur,
et il dit :
« Malheur à moi, Seigneur mon Dieu !
Pourquoi donc ai-je vu l'ange du Seigneur face à face ?
 »
Le Seigneur lui répondit :
« Que la paix soit avec toi !
Sois sans crainte ; tu ne mourras pas. »
À cet endroit, Gédéon bâtit un autel au Seigneur
sous le vocable de Seigneur-de-la-paix.

A la lecture de ce passage il apparaît évident qu'un ange du Seigneur se présente à Gédéon mais que, cependant, bien que Gédéon voit cet ange, il l'associe à Dieu lui-même allant jusqu'à l'appeler « Mon Seigneur » :

L'ange du Seigneur lui apparut et lui dit... « Le Seigneur est avec toi... »
« Pardon, mon Seigneur ! Si le Seigneur est avec nous, pourquoi tout ceci nous est-il arrivé ? »
Alors le Seigneur regarda Gédéon et lui dit : ... « N'est-ce pas moi qui t'envoie ? »
« Si j'ai trouvé grâce à tes yeux, donne-moi un signe que c'est bien toi qui me parles
. »

Nous voyons que l'ange de Dieu apparaît à Gédéon, lui annonce que le Seigneur est avec lui. Puis il est dit que ce n'est plus l'ange qui regarde et s'adresse à Gédéon mais le Seigneur lui-même.

« Malheur à moi, Seigneur mon Dieu !
Pourquoi donc ai-je vu l'ange du Seigneur face à face ?
 »

Le Seigneur lui répondit :
« Que la paix soit avec toi !
Sois sans crainte ; tu ne mourras pas. »

Comparez ce passage avec cet autre passage du livre de l'Exode :

[Le Seigneur] dit [à Moïse] : « Tu ne pourras pas voir mon visage, car un homme ne peut me voir et rester en vie. »

Ex 33: 20

Tout au long des Écritures nous apprenons que l'homme ne peut voir Dieu face à face sans mourir. Or là il s'agit d'un ange, non pas de Dieu lui-même. Pourtant Dieu ne corrige pas Gédéon en lui disant par exemple « Sois sans crainte, tu ne mourras pas car ce n'est pas Moi que tu as vu mais un ange. »

Ainsi, voir l'ange du Seigneur c'est comme voir Dieu lui-même. Cependant il nous faut comprendre que l'une des raisons précises pour lesquelles Dieu nous envoie des intermédiaires, c'est que nous ne pouvons pas voir Dieu sans mourir. Ses intermédiaires (y compris le Christ — qui est le Visage du Père) agissent donc comme un voile de protection entre notre humanité et la divinité du Père.

Pourtant nous entendons encore dire aujourd'hui par nombre de chrétiens de confession protestante qu'il ne peut y avoir d'intermédiaire entre Dieu et l'homme, que l'homme doit s'adresser directement à Dieu. Que s'adresser à l'un de Ses saints revient à adorer la créature plutot que le Créateur. En d'autre mots, ils prétendent que le papillon peut se frotter directement au soleil sans risquer de s'embraser et de mourir ; qu'il n'a pas besoin de la protection de la couche d'ozone entre le soleil et lui.

Or, l'Ecriture nous dit le contraire. Elle nous dit même que l'homme est appelé à reconnaître le Père dans Ses envoyés, qu'ils soient saints ou anges.

Un autre point que je souhaite souligner dans ce passage du livre des Juges est celui-ci :

À cet endroit, Gédéon bâtit un autel au Seigneur sous le vocable de Seigneur-de-la-paix.

Le mot "vocable" est connu des catholiques, et en général utilisé pour la Sainte Vierge Marie. En chaque lieu d'apparition marial, la Sainte Vierge reçoit un vocable (Notre Dame de la Paix à Medjugorje, Notre Dame du Rosaire à Fatima, Notre Dame des malades à Lourdes, etc.). En de nombreux lieux d'apparition, Notre Dame demande qu'il lui soit bâtit une chapelle. Et cependant, cette chapelle est bâtie pour Dieu lui-même. Marie ne garde rien pour elle, elle remet tout à son divin Fils. Entendre Marie nous dire « Dieu désire que vous me bâtissiez en ce lieu une chapelle en mon nom », cela revient à dire « Dieu désire que vous Lui bâtissiez en ce lieu une chapelle en l'honneur de Sa Très Sainte Mère. »

... désormais tous les âges me diront bienheureuse.

Lc 1: 48

Le Seigneur aime aujourd'hui encore s'adresser aux hommes par Ses intermédiaires, parfois des anges (agissant souvent sur terre de façon incognito, sous des traits humains), parfois des saints (lors d'apparitions ou dans la prière). Prier un saint revient donc, non pas à le prier comme s'il était le destinataire de notre prière, mais à lui demander de transmettre notre prière, nos intentions, à Celui qui l'envoie, à Dieu. L'ange, le Saint, la Sainte Vierge Marie ne gardent rien pour eux-mêmes mais, en fidèles messagers, apportent tout ce que les hommes leur confient à Dieu, et ensuite viennent apporter aux hommes les paroles du Très Haut.

Voir la Sainte Vierge aujourd'hui, lui parler, la prier, cela n'est pas plus de l'idolâtrie que le fait pour Gédéon d'avoir parlé à l'ange du Seigneur en allant jusqu'à l'appeler "Seigneur". La raison étant que voir Marie revient à voir Dieu lui-même, Dieu qui aime se présenter à l'homme tantôt sous l'apparence du guerrier angélique, tantôt sous les traits maternel de sa Sainte Mère.

Aujourd'hui Jésus dit à chacun de nous, et plus particulièrement à ceux qui rejettent ses envoyés :

Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n'avez pas voulu !

Voici que votre Temple est abandonné à vous-mêmes. Je vous le déclare : vous ne me verrez plus jusqu'à ce que vienne le jour où vous direz : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »

Lc 13: 34-35

Bénie soit la Sainte Vierge Marie qui vient au nom du Seigneur !

Philippe B.

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 3 - 3 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Dieu agit à travers des intermédiaires.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 3 - 3 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

L'Enlèvement, la Ruse et le Refuge

Mark Mallett   samedi 9 juin 2018   4 commentaires   756

Cette pensée m'est venue à l'esprit aussi clairement qu'un son de cloche pendant la messe : Dieu nous donne un seul refuge pour notre époque. Tout comme du temps de Noé, il n'y avait qu'une seule arche, de même aujourd'hui, une seule Arche nous est donnée pour traverser la présente Tempête qui va aller en s'intensifiant. Non seulement le Seigneur a envoyé Sa Sainte Mère pour nous avertir de la propagation du communisme à travers le monde, (cf. The Fall of Mystery Babylon) mais aussi pour nous donner les moyens de faire face et d'être protégés tout au long de cette période difficile ...

... et ce ne sera pas un "enlèvement".

Lire la suite

Légion de Marie - Si seulement Marie était connue !

samedi 3 mars 2018   0 commentaire   527

Au prêtre qui lutte presque désespérément dans une mer de négligence religieuse, on recommande, comme préliminaire à sa considération d'une valeur possible pour lui de la Légion, les mots suivants du Père Faber, tirés de sa préface à « La Vraie Dévotion à Marie » de saint Louis-Marie de Montfort (source abondance d'inspiration pour la Légion).

Lire la suite

Notre-Dame de la Lumière arrive...

Mark Mallett   samedi 12 octobre 2019   0 commentaire   482

Il y a plus de vingt ans, le Dr Brian Doran, un frère en Christ et ami proche, rêvions de la possibilité d'une expérience de camp pour jeunes garçons qui non seulement formerait leur cœur, mais répondrait à leur désir naturel d'aventure. Dieu m'a appelé, pour un temps, sur une tout autre voie. Mais Brian allait bientôt donner naissance à ce que l'on connaît aujourd'hui sous le nom d'Arcātheos — qui signifie « Forteresse de Dieu ». C'est un camp pour père et fils, n'ayant à ma connaissance pas d'équivalent ailleurs dans le monde, dans lequel l'Évangile côtoie l'imaginaire, et où le catholicisme embrasse l'aventure. Après tout, Notre Seigneur lui-même ne nous a-t-il pas enseigné en paraboles...

Mais [en août 2017], nous avons assisté à une scène qui, selon les dires de beaucoup de participants, était « la plus impressionnante » de toutes celles auxquelles ils aient pu assister depuis la création du camp. En vérité, je l'ai trouvée époustouflante...

Lire la suite