Temps mort !


Commentaires (3)

Publié le dimanche 12 avril 2020

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Encouragements spirituels

Je vous parlerai prochainement de la façon d'entrer, sans peur, dans l'Arche — notre Refuge. Mais pour pouvoir nous y préparer efficacement, il nous faut d'abord apprendre à enraciner fermement nos pieds et nos cœurs dans la réalité.

Lire le texte original en anglais sur le blog de Mark Mallett

Dans la réalité

Certaines personnes sont effrayées par ce qu'elles lisent sur ce blog ou dans certains messages prophétiques... Châtiment ? Antéchrist ? Purification ? Vraiment ? Une lectrice a posé cette question [sur le blog] de mon traducteur français :

Même si [l'Ère de Paix] a été prophétisée : peut-on encore croire au triomphe du Cœur Immaculé quand il y aura des millions de morts du covid 19 et après les agissements du nouvel ordre mondial ?
Qui échappera ? Vraiment ça donne pas envie de continuer à vivre et tous les petits enfants qui vont vivre cela ?
Est-ce vraiment Notre Seigneur Jésus et Notre Dame qui acceptent toutes ces horreurs ? Alors priez, priez pour que tout cela arrive quand même ?

Pardonnez-moi, mais il me faut vous parler avec franchise.

Pour commencer, tout ce que j'ai écrit se trouve dans la Sainte Écriture elle-même. Le fait que de nombreux pasteurs préfèrent ignorer ces sujets difficiles dans leurs homélies ne signifie pas que ce ne sont pas des vérités que le Christ a toujours voulu que nous entendions et qui font partie intégrante de la révélation publique transmise à l'Église. Dans l'Ancien Testament, les faux prophètes étaient ceux qui disaient aux gens ce qu'ils voulaient entendre ; les prophètes de Dieu étaient ceux qui leur disaient ce qu'ils avaient besoin d'entendre. Et visiblement, Jésus a pensé que nous devrions savoir « que des nations se dresseront contre d'autres nations... qu'il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre... des abominations, de faux prophètes et de faux messies... » [1] Concluant par ces mots :

Voilà : je vous l'ai dit à l'avance.

Mt 24: 25

Ceci devrait suffire à nous faire comprendre que Jésus n'essayait pas de nous faire peur mais de nous préparer pour le jour où tout cela se produirait. Cela implique que le Seigneur prendra soin de Son troupeau ; en effet, Il n'a pas dit : « Quand vous verrez ces choses se produire, désespérez ! » Mais plutôt :

Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.

Luc 21: 28

De toute évidence, le Seigneur prendra donc soin de tous Ses enfants :

Puisque tu as gardé mon appel à persévérer, moi aussi je te garderai de l'heure de l'épreuve qui va venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre. Je viens sans tarder : tiens fermement ce que tu as, pour que personne ne prenne ta couronne. Le vainqueur, j'en ferai une colonne dans le sanctuaire de mon Dieu.

Apocalypse 3: 10-12

Mais cela ne signifie pas que Dieu veut que nous vivions ces « horreurs » (du moins, pour ce qui est de Sa Volonté active ; ces épreuves sont en effet permises de par Sa Volonté permissive, dans le but de nous purifier et de nous corriger, comme le fait un Père qui aime Ses enfants [cf. He 12: 5-12]) ! Même après les deux guerres mondiales du siècle dernier et, aujourd'hui, le début d'une troisième ; même aujourd'hui, face à ces centaines de millions de bébés avortés sans que l'on puisse entrevoir la fin [de ce génocide] ; même aujourd'hui, face à la pornographie qui, telle un tsunami, emporte des milliards d'âmes innocentes et à toute cette violence et ces horreurs que la télévision glorifie quotidiennement ; même aujourd'hui, face à ces attaques incessantes contre le seul véritable mariage [et la famille] traditionnels et contre la sexualité humaine authentique dont les défenseurs sont presque désormais considérés comme hors la loi ; même aujourd'hui, face à ces messes publiques suspendues pour une durée indéfinie et au basculement de nos sociétés dans un état policier ... oserions-nous prétendre que les voies de Dieu sont injustes ? J'entends les paroles d'Ézéchiel tonner dans mon âme :

... vous dites : “La conduite du Seigneur n'est pas juste”. Écoutez donc, fils d'Israël : est-ce ma conduite qui n'est pas juste ? N'est-ce pas plutôt la vôtre ? Si le juste se détourne de sa justice, commet le mal, et meurt dans cet état, c'est à cause de son mal qu'il mourra. Si le méchant se détourne de sa méchanceté pour pratiquer le droit et la justice, il sauvera sa vie. Il a ouvert les yeux et s'est détourné de ses crimes. C'est certain, il vivra, il ne mourra pas. Et pourtant la maison d'Israël répète : “La conduite du Seigneur est injuste”. Est-ce ma conduite qui est injuste, maison d'Israël ? N'est-ce pas votre conduite qui est injuste ? C'est pourquoi je vous jugerai chacun selon sa conduite...

Ézéchiel 18: 25-30

Je suis franchement horrifié à la pensée que quiconque puisse suggérer que Notre Seigneur ou Notre Dame puisse « accepter toutes ces horreurs ». Depuis plus de deux siècles, le Ciel nous envoie des messagers les uns après les autres pour nous avertir et nous appeler à nous éloigner du précipice au bord duquel nous nous tenons, précisément parce qu'il y a une autre voie ! Jésus a dit à la Servante de Dieu Luisa Piccarreta dans ce qui est véritablement l'une des révélations les plus déchirantes que j'ai jamais lues :

Ainsi, les Châtiments qui ont eu lieu ne sont rien d'autre que les préludes de ceux qui suivront. Combien de villes devront encore être détruites... ? Ma justice est à bout ; Ma volonté veut triompher, et aimerait triompher par le biais de l'Amour pour que s'établisse Mon Royaume. Mais l'homme ne veut pas venir à la rencontre de cet Amour, dès lors il est nécessaire de passer par Ma Justice.

— Jésus à la Servante de Dieu, Luisa Piccarreta; 16 novembre 1926

Comment pouvons-nous blâmer Dieu quand un homme décide de son plein gré d'appuyer sur le bouton de lancement d'un missile ou sur la gâchette d'un revolver ? Comment pouvons-nous blâmer Dieu pour toutes ces familles affamées dans un monde débordant de nourriture, lorsque les hommes cupides s'accaparent égoïstement toutes ces ressources ou que les riches entassent pour eux-mêmes les bénédictions que Dieu fait aux nations ? Comment pouvons-nous blâmer Dieu pour chaque désordre et chaque discorde quand c'est nous-mêmes qui ne respectons pas Ses commandements qui nous donnent la vie ? Personnellement, je ne crois pas une seule seconde que « Dieu a envoyé le COVID-19 ». C'est une création de l'homme ! C'est ce qui se produit quand les nations rejettent la voie de Dieu et ignorent ensuite inévitablement les balises éthiques qui, par le passé, interdisaient les expérimentations humaines et le contrôle de la population qui aujourd'hui obsèdent les puissants. Non, ce que notre Père aimant n'a pas cessé de nous dire à maintes reprises est ceci : « Vous avez le libre arbitre. Je vous en prie, choisissez le chemin de la paix, Mes enfants, que vous a révélé Mon Fils Jésus et que vous a rappelé de façon incessante Sa Sainte Mère » :

C'est [Dieu] qui, au commencement, a créé l'homme et l'a laissé à son libre arbitre. Si tu le veux, tu peux observer les commandements, il dépend de ton choix de rester fidèle. Le Seigneur a mis devant toi l'eau et le feu : étends la main vers ce que tu préfères. La vie et la mort sont proposées aux hommes, l'une ou l'autre leur est donnée selon leur choix.

Si 15: 14-17

Je prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre : je mets devant toi la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction. Choisis donc la vie, pour que vous viviez, toi et ta descendance, en aimant le Seigneur ton Dieu, en écoutant sa voix, en vous attachant à lui ; c'est là que se trouve ta vie, une longue vie sur la terre...

Dt 30: 19-20 (ajout)

Et ainsi :

Ne vous égarez pas : Dieu ne se laisse pas narguer. Ce que l'homme a semé, il le récoltera.

Ga 6: 7

À Fatima, la Sainte Vierge a explicitement et clairement indiqué les remèdes permettant de retenir ce Glaive de Justice. Écoutons-les encore une fois, afin que personne ne puisse blâmer Dieu pour les calamités qui frappent aujourd'hui l'humanité :

Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites.

— Message de Fatima, Vatican.va

Marie ne dit pas que Dieu provoquera tout cela, mais que l'homme lui-même en sera la cause en raison de son impénitence — ces erreurs qui menacent de détruire complètement non seulement des nations, mais surtout notre dignité qui découle de l'image de Dieu selon laquelle nous avons été créés.

Le problème est mondial !... Nous sommes en train de vivre un moment d'anéantissement de l'homme comme image de Dieu.

— PAPE FRANÇOIS, rencontre avec les évêques polonais pour la 31e Journée mondiale de la jeunesse, 27 juillet 2016 ; Vatican.va

Mais peu de catholiques ont tenu compte de ce genre de révélations « privées », en particulier au sein de la hiérarchie. Alors pourquoi blâmons-nous Dieu pour ce qui arrive ? Pourquoi pensons-nous que le Ciel « accepte » les horreurs que l'homme provoque lui-même, en particulier lorsque des images et des statues de Notre Seigneur et de Notre Dame pleurent dans de nombreux endroits à travers le monde ?

... ne disons pas que c'est Dieu qui ainsi nous punit ; au contraire, ce sont les hommes qui préparent eux-mêmes leur châtiment. Dans sa sollicitude, Dieu nous avertit et nous incite à prendre le bon chemin, respectant la liberté qu'il nous a donnée ; c'est pourquoi les hommes sont responsables.

— Sœur Lucie, l'un des voyants de Fatima, dans une lettre au Saint-Père, le 12 mai 1982 ; Vatican.va

Mais même maintenant — même maintenant — Dieu continue de nous envoyer des messagers pour nous transmettre les appels pressants de Sa Très Sainte Mère : des hommes et des femmes qui recueillent ces larmes célestes et les apportent à l'Église et au monde, en nous disant : « Le Père vous aime. Il désire simplement que Ses enfants rentrent à la maison. Il vous attend à bras ouverts, Il attend de pouvoir retrouver Ses fils et Ses filles prodigues. Mais hâtez-vous. Faites vite ! Car la justice exige que Dieu intervienne avant que Satan ne réussisse à détruire toute la création ! »

Mais qu'avons-nous fait ? Nous avons tourné Ses prophètes en dérision et les avons lapidés une fois de plus. Nous disons que nous n'avons pas besoin d'écouter les révélations privées (comme si ce que Dieu peut avoir à nous dire n'a pas grande importance). Nous disons que Notre Dame n'apparaîtrait jamais quotidiennement comme le fait le « facteur » et qu'elle ne devrait dire que « ceci » ou que « cela ». Autrement dit, ses paroles doivent ressembler aux miennes, sinon ce ne peut pas être elle qui parle ! Et ainsi, nous élaborons nos petites formules et construisons nos petites boîtes et demandons à Dieu d'y entrer et de ne surtout pas en sortir — ou soyez maudits, vous prophètes de malheurs ! Soyez maudits vous faux voyants ! Soyez maudits vous qui arrachez nos zones de confort, tiraillez nos consciences et pesez contre nos tours de Babel.

Celui qui est tombé dans cette mondanité regarde de haut et de loin, il refuse la prophétie [de leurs frères et sœurs] ...

— PAPE FRANÇOIS, Evangelii Gaudium, n° 97

Depuis quinze ans, je consacre ces écrits à relier chaque prophétie, chaque révélation privée (y compris celles que je reçois moi-même) à la Sainte Tradition. J'ai cité les papes et leurs paroles sévères pour vous permettre de reposer votre tête en toute sécurité sur la proue de la Barque de Pierre. J'ai cité les Pères de l'Église pour que vous puissiez vous fier à la solide coque de la Sainte Tradition. Et j'ai cité plusieurs messages du Ciel, lorsque cela se révélait nécessaire, afin que vous puissiez percevoir le souffle du Saint Esprit dans les voiles de l'Église et ressentir la brise fraîche de la Divine Providence.

Mais il ne m'appartient pas d'éditer [ou censurer] la Parole ou les avertissements de Dieu.

Voulez-vous que je prétende que tout le monde entrera dans l'Ère de Paix ? Je ne le peux. En fait, lorsque la puissante Tempête sera passée, il est vrai que beaucoup de ceux qui sont sur terre aujourd'hui ne seront plus là demain. Les Sainte Écritures nous disent clairement que d'autres seront martyrisés et que ceux qui le rejettent — soyons justes — ne peuvent rester sur terre si Dieu veut que s'y établisse le « Règne de Sa Divine Volonté » pour que s'accomplissent les Saintes Écritures.

Ce que je peux vous dire, c'est que Dieu est avec vous en ce moment. Que l'Ère de Paix existe déjà dans votre cœur si vous prenez le temps de vous arrêter un instant et de rechercher le Royaume en vous dans la prière. Que notre avenir est et a toujours été le Ciel. Que ce soir, vous pourriez mourir, ce qui rendrait bien vaines toutes vos inquiétudes pour demain. Que « si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Ainsi, dans notre vie comme dans notre mort, nous appartenons au Seigneur. » (Rm 14: 8).

Si vous avez peur de mourir, c'est parce que vous n'êtes pas encore complètement amoureux du Seigneur.

Il n'y a pas de crainte dans l'amour, l'amour parfait bannit la crainte ; car la crainte implique un châtiment, et celui qui reste dans la crainte n'a pas atteint la perfection de l'amour.

1 Jean 4: 18

En fin de compte, ce dont nous avons peur, c'est de la mort et des souffrances qui vont avec. Sœur Emmanuel de la Communauté des Béatitudes a dit quelque chose de très beau récemment. Que nous devrions consacrer notre mort au Seigneur. (« Consacre ta mort : guéris de la peur » — écouter aussi sa conférence sur ce thème : Partie 1, Partie 2, Partie 3, Partie 4) C'est-à-dire de prier ceci (ce sont mes propres mots) :

Père, je remets l'heure de ma mort entre vos mains. Jésus, je place les souffrances de cette nuit dans ton Cœur. Saint-Esprit, je confie les peurs de cette journée à Ta Providence. Et ma Tendre Dame, je remets le sens et le but de cet instant entre tes mains. Je crois, Père, que vous ne donneriez jamais une pierre à votre fils quand il vous réclame un morceau de pain. Je crois, Jésus, que tu ne donnerais jamais un serpent à ta fille quand elle te demande du poisson. Je crois, Saint-Esprit, que tu ne m'abandonnerais jamais à la mort éternelle alors que tu es, par mon baptême, le Sceau et la Promesse de la vie éternelle. Et donc, Très Sainte Trinité, je vous consacre ma mort par l'intermédiaire de ma Très Sainte Mère et toutes les formes de mal par lesquelles elle pourrait survenir, sachant que votre puissance agit en perfection dans la faiblesse, que votre grâce me suffit, et que votre très Sainte Volonté est ma nourriture.

Tant de saints sont morts le sourire aux lèvres ! Tant de martyrs ont subi des tortures tout en demeurant dans un état de ravissement ! Tant d'autres, même de nos jours, font face à la mort avec une sérénité soudaine qu'ils ne s'étaient jamais soupçonnée parce que Dieu, dans Sa Providence, leur a donné les grâces dont ils avaient besoin, quand ils en avaient besoin !

Vous savez, nous ne pouvons pas échapper aux paroles que le Christ a prononcées au milieu de cette tempête, dans les Évangiles ; pas davantage ne pouvons-nous les ignorer face à la Grande Tempête qui recouvre aujourd'hui la terre entière :

Et voici qu'il s'éleva sur la mer une si grande tempête que la barque était couverte par les flots. Et lui, il dormait. Les disciples s'étant approchés le réveillèrent, et dirent: Seigneur, sauve-nous, nous périssons ! Il leur dit: « Pourquoi avez-vous peur, gens de peu de foi ? »

Mt 8: 24-26 (LSG)

Alors que le bilan du nombre de morts du COVID-19 continue d'augmenter, ce temps est celui de la foi. À mesure que se resserre l'étau du contrôle des populations, cette heure est celle de la foi. Alors qu'apparaissent au loin les flambeaux de la haine et que s'entendent les sabots des persécuteurs qui avancent vers l'Église, cette nuit est celle de la foi. Le moment est venu de croire, contre toute apparence, que Dieu a un plan au milieu de ce chaos (lire La miséricorde à travers le chaos) — un plan de salut même pour les pécheurs les plus endurcis. Notre Dame triomphera du mal. Jésus vaincra les méchants. Les ténèbres n'auront pas le dernier mot.

La vérité est qu'il y a vraiment un refuge. Il y a vraiment un lieu de repos pour chacun de nous, y compris dans cette Tempête. Et il se trouve juste là, avec Jésus. Mais dès lors que vous gardez les yeux fixés sur les vagues gargantuesques qui parcourent les gros titres dans la presse ; dès lors que vous croyez que ces vents démoniaques peuvent nous vaincre ; dès lors que vous négligez tous les moyens que nous ont donné Notre Seigneur et Notre Dame pour nous faire entrer dans ce refuge, dans cette Arche... que voulez-vous entendre de plus ?

Notre Arche et notre Refuge

Entendez encore ceci : l'Arche ultime est le Cœur du Christ. C'est là que nous trouvons le seul et véritable refuge contre la tempête de justice que réclament nos péchés. Mais n'oublions jamais que Jésus nous a laissé, pour ainsi dire, une image visible de Son Sacré-Cœur ici sur terre — « l'Église ». Car de son sein coulent le sang et l'eau Star of the Sea, par Tianna Williams (Mallett) qui jaillirent du côté du Sauveur et qui nous procurent les sacrements ; de notre Mère l'Église se déverse l'amour du Sauveur qui nous pousse à la charité envers nos frères ; et d'Elle se diffuse la vérité qui préserve ses enfants. L'Église est dès lors l'Arche et le Refuge ultimes que Dieu donne, à chaque époque, pour protéger Son Peuple et le faire traverser, en sécurité, même les pires Tempêtes.

C'est pour réunir de nouveau tous ses enfants que le péché a dispersés et égarés que le Père a voulu convoquer toute l'humanité dans l'Église de son Fils. L'Église est le lieu où l'humanité doit retrouver son unité et son salut. Elle est "le monde réconcilié". Elle est ce navire qui "navigue [en toute sécurité] en ce monde au souffle du Saint-Esprit sous la pleine voile de la Croix du Seigneur" ; selon une autre image chère aux Pères de l'Église, elle est figurée par l'Arche de Noé qui seule sauve du déluge.

Catéchisme de l'Église catholique, n° 845

Ton espérance, c'est l'Église. Ton salut, c'est l'Église. Ton refuge, c'est l'Église.

— Saint Jean Chrysostome, Homélie "de capto Euthropio", n° 6 ; cf. E Supremi, n° 9

Il n'y a aucune révélation privée, aussi profonde soit-elle, aucun prophète, aussi gratifié soit-il de dons mystiques, qui puisse jamais surpasser la grandeur de ce Navire. Je dis cela parce que j'ai été accusé récemment d'être un disciple de tel ou tel voyant ; accusé d'être « égaré ». Absurdité totale. Je ne suis disciple que de Jésus-Christ. [2] Si j'ai écrit quelque chose de faux ou d'erroné, alors je prie que, par charité, vous me le fassiez savoir. Je suis responsable de ce que j'écris ; vous êtes responsable de ce que vous lisez. Mais nous avons tous l'obligation de rester fidèles au vrai magistère et de ne jamais nous écarter de ses enseignements.

Pourtant, si nous-mêmes, ou si un ange du ciel vous annonçait un Évangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème !

Ga 1: 8

En d'autres mots, je vais continuer à obéir au commandement de la Sainte Écriture, que cela plaise à certains de mes lecteurs ou non :

Ne méprisez pas les prophéties,
mais discernez la valeur de toute chose ;
ce qui est bien, gardez-le...

(1 Thessaloniciens 5: 20-21)

Je pense que la réflexion suivante du cardinal Robert Sarah résume parfaitement l'heure à laquelle nous sommes arrivés... un moment où il nous reste quelques moments de temps mort pour décider qui nous voulons aimer et servir : Dieu ou nous-mêmes. La véritable imposture ne réside pas dans ces avertissements que l'on entend dans telle ou telle révélation privée, mais dans l'idée que nous pouvons continuer de nous complaire dans cette « culture de mort ». Car c'est précisément tout ce qu'incarne l'Antéchrist : l'amour-propre, l'orgueil, la rébellion et la ruine — le miroir déformé de la Divine Volonté, et tout ce que la volonté humaine lui a substitué.

Il est du droit de Dieu, quelle que soit la manière dont Il l'exerce, de restaurer cette Divine Volonté dans Sa création et de se réapproprier cette création.

Ce virus sert d'avertissement. En quelques semaines, la grande illusion d'un monde matériel qui se croyait tout-puissant semble s'effondrer. Il y a quelques jours, les politiciens parlaient de croissance, de pensions, de réduction du chômage. Ils étaient sûrs d'eux. Et maintenant, un virus, un virus microscopique, a mis ce monde à genoux, un monde qui se regarde, qui se plaît, ivre d'autosatisfaction parce qu'il pensait qu'il était invulnérable. La crise actuelle est une parabole. Elle a révélé comment tout ce que nous faisons et sommes invités à croire était incohérent, fragile et vide. On nous a dit: vous pouvez consommer sans limites! Mais l'économie s'est effondrée et les marchés boursiers s'effondrent. Les faillites sont partout. On nous a promis de repousser toujours plus loin les limites de la nature humaine par une science triomphante. On nous a parlé de procréation artificielle, de maternité de substitution, de transhumanisme, d'humanité augmentée. Nous nous vantions d'être un homme de synthèse et une humanité que les biotechnologies rendraient invincibles et immortelles. Mais nous voici dans la panique, confinés par un virus dont nous ne savons presque rien. Épidémie était un mot médiéval dépassé. C'est soudainement devenu notre quotidien. Je crois que cette épidémie a dissipé la fumée de l'illusion. Le soi-disant homme tout-puissant apparaît dans sa réalité brute. Là, il est nu. Sa faiblesse et sa vulnérabilité sont criantes. Rester confiné dans nos foyers nous permettra, nous l'espérons, de retourner notre attention sur l'essentiel, de redécouvrir l'importance de notre relation avec Dieu, et donc la centralité de la prière dans l'existence humaine. Et, dans la conscience de notre fragilité, de nous confier à Dieu et à sa miséricorde paternelle.

— Le Cardinal Robert Sarah, le 9 avril 2020 ; Belgicatho

La gloire de la Miséricorde Divine éclate déjà
malgré les efforts des ennemis et de Satan lui-même,
qui a une grande haine pour la miséricorde de Dieu....
Cependant, j'ai reconnu clairement que la volonté divine
s'accomplit déjà,
et qu'elle s'accomplira jusqu'à la dernière goutte.
Les plus grands efforts de ses ennemis ne peuvent faire échouer
le plus petit détail de ce que le Seigneur a décidé.
Peu importe qu'il y ait des moments où il semble
que l'œuvre soit complètement détruite ;
elle se consolide alors d'autant plus.

— Sainte Faustine,
Miséricorde divine dans mon âme, Petit Journal, n° 1659

Mark Mallett
Time Out!


[1] cf. Mt 24
[2] “La pierre de fondation, personne ne peut en poser d'autre que celle qui s'y trouve : Jésus Christ.” (1 Co 3: 11)

Cet article m'inspire ...


de la joie
25


de l'encouragement
49


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
1

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Soutenir le ministère de Mark Mallett

Famille Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Voici quelques prophéties très éclairantes de Marthe Robin pour la France mais qui concernent aussi le reste du monde, cela vous donne une idée de ce renouveau qui suivra et auquel nous pouvons véritablement espérer :

« Vous n’imaginez pas jusqu’où l’on descendra ! Mais le renouveau sera extraordinaire, comme une balle qui rebondit ! Non, cela rebondira beaucoup plus vite et beaucoup plus haut qu’une balle ! »

« La France tombera très bas, plus bas que les autres nations, à cause de son orgueil et des mauvais chefs qu’elle se sera choisis. Elle aura le nez dans la poussière. Alors elle criera vers Dieu, et c’est la Sainte Vierge qui viendra la sauver. »

« Pour que la France se redresse spirituellement et moralement, il faut qu’elle touche le fond. Le renouveau viendra du Ciel, il sera extraordinaire. »

« Marthe Robin prophétise qu’il va y avoir une faillite économique, et qu’ensuite il y aura [un grand renouveau] : La France va descendre jusqu’au fond de l’abîme, jusqu’au point où l’on ne verra plus aucune solution humaine de relèvement... Elle ne restera pas longtemps dans cette extrémité. Elle sera sauvée, mais ni par les armes, ni par le génie des hommes, parce qu’il ne leur restera plus aucun moyen humain… La France sera sauvée, car le Bon Dieu interviendra par la Sainte Vierge. C’est Elle qui sauvera la France et le monde… Ce sera une ère nouvelle et à partir de ce moment se réalisera l’union des cœurs et l’unité des peuples… »

Commentaire laissé par le

L'écriture s'accomplit sous nos yeux .
L'ivraie se sépare du bon grain il me semble.

Restons serein quoi qu'il arrive. Christ a vaincu Satan.

Commentaire laissé par le

Je veux remercier infiniment Mark Mallett pour tout ce qu'il dit et écrit depuis longtemps. Je le suis depuis plusieurs années et je n'ai aucune prétention face à lui. Simplement je sais dans mon coeur qu'il a raison, qu'il a reçu du Seigneur le charisme de prophète , qu'il nous aide à traverser les douleurs de l'enfantement dans la paix avec une certaine compréhension des événements. Je remercie le Seigneur de pouvoir avancer ainsi un peu moins aveugle et en sachant qu'il m'attend les bras grand'ouverts. A moi de choisir et d'avoir préparé de l'huile pour ma lampe. Après les douleurs il y a la joie de la vie nouvelle. Alleluia

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 6 - 3 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Temps mort !.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 6 - 3 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La vague d'intolérance

Mark Mallett   vendredi 11 janvier 2019   3 commentaires   partager

Un nouveau signe des temps se profile à l'horizon. Telle une vague approchant le rivage, qui grandit et grandit jusqu'à devenir un énorme tsunami, nous constatons qu'une vague d'intolérance prend de plus en plus d'ampleur envers l'Église et la liberté d'expression. Il y a dix ans, j'avais averti sur mon blog au sujet de cette persécution que je sentais imminente. [1] Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous la vivons de plus en plus en Occident.

Lire la suite

Notre véritable Refuge et Havre de Paix

Mark Mallett   lundi 22 juillet 2019   0 commentaire   partager

Je frémis toujours quand il me faut parler de "châtiments" ou de "justice divine", parce que bien souvent ces termes sont mal compris. En raison de nos propres blessures et, par suite, de notre vision déformée de la "justice", nous projetons nos images erronées sur Dieu. Nous imaginons la justice comme un acte de "représaille" ou une "juste punition" envers les pécheurs. Mais ce que nous ne comprenons souvent pas, c'est que les "châtiments" de Dieu, les "punitions" du Père, s'enracinent toujours, toujours, toujours, dans l'amour.

Qui ménage le bâton n'aime pas son fils, qui l'aime vraiment veille à le corriger.… [Car] quand le Seigneur aime quelqu'un, il lui donne de bonnes leçons ; il corrige tous ceux qu'il reconnaît comme ses fils.

Proverbes 13: 24, Hébreux 12: 6

Lire la suite

Leurs récriminations dans le désert ont beaucoup à nous apprendre (Leçon n°3)

Mgr Charles Pope   lundi 26 mars 2018   0 commentaire   partager

Nous avons étudié précédemment plusieurs incidents dans lesquels l'ancien peuple juif a récriminé contre Moïse et contre Dieu. Nous l'avons fait non seulement pour examiner leurs péchés, mais pour apprendre de nos propres tendances à faire de même. Ce qui rend la récrimination si détestable, c'est qu'elle vient si tôt après avoir reçu des bénédictions et des démonstrations stupéfiantes de l'amour de Dieu pour nous et de Sa volonté et Sa capacité à nous sauver. La confiance, semble-t-il, est quelque chose qu'il nous est très difficile à apprendre.

Lire la suite