Mgr Aupetit : « Qu’est ce qui nous fait progresser en humanité ? »


Commentaires (0)

Publié le vendredi 23 février 2018

Catégorie : Mariage, Famille & Bioéthique

Nombre de consultations : 250

Monseigneur Michel Aupetit, nouvel archevêque de Paris, a répondu aux questions du magazine La Vie à propos de bioéthique. Les états généraux de la bioéthique sont une occasion toute particulière pour l’Eglise : « même si c’était joué d’avance, cela ne nous empêcherait pas de parler » déclare-t-il, assurant plus loin : « Je ne suis jamais inquiet, parce que l’espérance est plus forte que le désespoir ». Faire entendre la voix de l’Eglise, « c’est un devoir de conscience, quitte à être à contretemps ».

Le travail de mobilisation est également important : « C’est éclairer les consciences. La plupart des gens se disent ‘pourquoi pas, qu’est-ce que ça change ?’ Nous voulons qu’ils se disent : ‘oui, il y a un problème’ ». Il y a ici « un enjeu de civilisation, la nécessité d’ouvrir les cœurs à l’attention aux plus faibles. Or on revient peu à peu à la loi de la jungle, à cet homme en bonne santé, riche, bien portant, qui pourra se payer tout ce qu’il veut, faire du transhumanisme pour lui-même, mettre une puce dans sa tête, mais aux dépense de qui ? De la majorité des gens qui crèveront de faim ».

Interrogé sur le « progressisme », Mgr Aupetit questionne : « Comment définir le progrès ? Est-il technique, humain ? (…) La technique doit toujours être évaluée par l’éthique ». « ‘Progressiste’ veut dire que l’on suit un progrès. Qu’est ce qui nous fait progresser en humanité ? C’est le regard que l’on pose sur les plus faibles. J’ai appris cela quand j’étais médecin et que des handicapés sont venus s’installer à côté de mon cabinet. Je les soignais. Ils m’ont appris bien plus sur l’humanité de l’homme que n’importe quel manuel ».

Sur la fin de vie, il se dit « vigilant », alors que l’euthanasie est de nouveau débattue sans que la loi Claeys Leonetti n’ait été évaluée, ni les soins palliatifs généralisés. « Une personne très âgée, une personne handicapée, ce n’est pas rentable ! Mais ils nous apprennent l’humanité », rappelle-il. Face à des situations dramatiques présentées dans les médias, il répond : « On ne peut pas partir d’un cas pour écrire une loi générale. Qu’est-ce qui peut protéger l’ensemble des patients, leur assurer le meilleur des soins dans l’état actuel des connaissances scientifiques ou médicales ? Il faut raisonner à partir de cela ». Confronté lors de son exercice de la médecine à des situations de fin vie, il ne s’étonne pas que des proches puissent demander l’euthanasie pour la personne qu’ils accompagnent : « C’est insupportable de voir les gens que l’on aime souffrir en étant dans l’impuissance ». Mais si le proche « peut faire un geste qui soulage et qui exprime son affection », il n’y a « presque plus » de demandes d’euthanasie. « Etre dans l’impuissance, c’est insupportable. Donner la mort est une mauvaise réponse ».

Lucide sur « les puissances financières qui mettent la main sur nous », mais aussi sur l’eugénisme en place qui « ne laisse pas naitre les enfants trisomiques », il invite à l’écologie, qui comprend aussi la « manière dont l’homme respecte sa propre nature » : « Son désir illimité épuise la planète. Son désir illimité par rapport à lui-même va détruire son humanité. Va-t-il accepter une limite à ses désirs ? La loi va-t-elle s’ordonner au désir individuel de chacun ? ».

Sources : La Vie, Olivia Elkaim et Aymeric Christensen (20/02/2018)

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 6 + 2 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Mgr Aupetit : « Qu’est ce qui nous fait progresser en humanité ? ».

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 6 + 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La Famille et le Totalitarisme

Michael O'Brien   dimanche 6 mai 2018   1 commentaire   614

La canonisation du Pape Saint Jean-Paul II a généré une conscience renouvelée du don phénoménal qu'il fut pour notre temps et pour les générations à venir. On a beaucoup écrit sur son implication dans le passage de l'Église postconciliaire vers une intégration appropriée des documents du Concile, de son rôle dans la chute de l'empire soviétique, et de ses nombreuses initiatives pour lancer l'ère de la Nouvelle Évangélisation. En outre, son enseignement sur la « théologie du corps » est devenu une pierre angulaire dans notre compréhension de la sexualité humaine dans le dessein de Dieu pour l'humanité. Peu connu aujourd'hui est, cependant, le contexte plus large de ses enseignements sur le mariage et la famille, malgré le fait qu'aucun autre pontificat avant ou depuis le sien nous ait donné un enseignement aussi riche et continu sur ces sujets.

Lire la suite

Une nation de lâches - partie 2

Mark Mallett   jeudi 10 octobre 2019   3 commentaires   315

Le silence des Canadiens, associé aux faux espoirs qu'ils mettent dans les chefs du gouvernement, conduit notre société vers un État totalitaire. Voici pourquoi ce n'est pas une exagération…

Lire la suite

Justin le juste

Mark Mallett   samedi 9 juin 2018   2 commentaires   389

L'HISTOIRE montre que lorsque des hommes ou des femmes aspirent à la direction d'un pays, ils viennent presque toujours avec une idéologie — et cherchent à s'en aller en laissant derrière eux un héritage. Peu se contentent d'être de simples gestionnaires. Qu'ils soient Vladimir Lénine, Hugo Chavez, Fidel Castro, Margaret Thatcher, Ronald Reagan, Adolf Hitler, Mao Zedong, Donald Trump, Kim Yong-un ou Angela Merkel ; qu'ils soient de gauche ou de droite, athées ou chrétiens, brutaux ou passifs — ils ont l'intention de laisser leur marque dans les livres d'histoire, pour le meilleur ou pour le pire (en pensant toujours que c'est « pour le meilleur », bien sûr). L'ambition peut être une bénédiction ou une malédiction.

Lire la suite