Le meilleur des mondes, c’est maintenant ?


Commentaires (1)

Publié le mercredi 7 mars 2018

Catégorie : Mariage, Famille & Bioéthique

Nombre de consultations : 401

L’humanité en abandonnant la foi comme fondement de la société a du même coup abandonné toute conscience ontologique. On ne part plus de l’invisible qui sous-tend le monde pour en tirer une manière d’exister ou un principe de vie mais on se contente de vivre une existence tendue vers l’efficacité et la rentabilisation de l’être au service de la communauté dirigée par l’impératif économique. Impératif froid et brutal qu’un certain Jésus appela autrefois Mammon. Choisir entre Dieu et Mammon, c’est aujourd’hui choisir entre deux approches différentes du monde, l’un ou la vie vaut en tant que vie, imparfaite mais tendue vers une verticalité infinie et l’autre où l’on supporte de moins en moins l’imperfection au sein d’un univers purement horizontal.

Un article à lire au complet sur Aleteia.

Certains utopistes transhumanistes ne craignent pas de se référer à Francis Galton (1822-1911), l’inspirateur de l’eugénisme nazi qui considérait qu’il est devenu désormais tout à fait nécessaire de procéder à l’amélioration de l’espèce humaine, l’individu moyen étant trop inférieur aux tâches quotidiennes que requiert la civilisation moderne.

Dans une conférence dans le cadre de l’organisation TEDX2, le médecin français Laurent Alexandre attire l’attention sur la menace eugéniste. Il commence son exposé par le fait que l’inégalité aujourd’hui se fait sur base de l’intelligence. En effet, l’économie est de plus en plus fondée sur l’intelligence. (...) Pour être compétitif aujourd’hui un état doit posséder des « cerveaux ».

De plus, l’intelligence artificielle faisant des progrès exponentiels, il va falloir de plus en plus de personnes pour être à la hauteur des automates.

Pour pallier les inégalités d’intelligence et de concurrence homme/machine, l’école de l’État va monopoliser toutes les ressources NBIC afin de produire des personnes les plus concurrentielles possibles. Parmi ces ressources : les implants cérébraux et l’eugénisme intellectuel. En quoi consisterait ce dernier ? À sélectionner les embryons. Dans le monde de demain, l’école ne s’occupera plus de transmettre des savoirs mais de gérer les cerveaux. Les enseignants seront remplacés par des médecins-techniciens, des « neuro-culteurs » dont le travail commencera avant la naissance.

Science-fiction ? Malheureusement non. La filiale génomique de Google a déjà déposé le brevet pour « la sélection génétique et le bébé à la carte ». (...)

Le paradigme de la chosification de l’être

Va-t-on alors vivre dans une société où seront systématiquement éliminés ceux qui n’ont pas les gènes adéquats pour donner un quotient intellectuel élevé ? (...)

En réalité ce que nous montre ce développement du transhumanisme, et parallèlement les débats et les atteintes récentes à la liberté d’expression concernant l’IVG, c’est que nous sommes en train de construire une vision de la vie technique et mécanique basée sur le paradigme de la chosification de l’être.

Après avoir été réduit au rang d’animal par Darwin et ses successeurs, l’homme est maintenant relégué au rang de machine destinée à concurrencer celles-ci et à remplir les mêmes exigences de rentabilité que les objets de métal ou de plastique.

Sébastien Morgan

Lire l'article complet sur Aleteia.

A lire

La Bonne Nouvelle : Le Transhumanisme

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Cette vidéo courageuse du Pape François me paraît aussi fondamentale.
Selon moi, tous les médias catholiques devraient faire tourner en boucle cette condamnation du commerce des armes et du business des guerres.
Un des pires fléaux modernes, avec l'avortement.
On ne peut pas être « pro vie » envers l'avortement et se taire devant cette autre face hideuse du « meilleur des mondes » et de sa culture de mort.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 63 x 23 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Le meilleur des mondes, c’est maintenant ?.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 63 x 23 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Transhumanisme : la fin de la Femme ?

vendredi 2 mars 2018   1 commentaire   328

Le XXème siècle a bouleversé la famille, la contraception moderne a permis de se défaire des lois biologiques et libérer les choix de construction de la vie familiale. Les techniques de fécondation ont également créé de nouvelles façons de concevoir des enfants. Le XXIème siècle pourrait être celui de nouvelles avancées dans les processus de fécondation, l’ectogenèse, c’est-à-dire la fécondation hors du ventre de la mère. L’ectogenèse, une technique de fécondation dont la porte fut entrouverte avec la fécondation in vitro, ouvrant à l’être humain de nouvelles perspectives sociétales. Périodiquement l’humanité en se cherchant, se réinvente, se déconstruit et produit un monde de plus en plus artificiel, déshumanisant, déconnecté du réel.

Lire la suite

« Un Dissident » : un roman qui aborde l’immense défi du transhumanisme et de l’homme augmenté

dimanche 18 mars 2018   0 commentaire   316

Dans « Un Dissident », paru aux éditions Albin Michel, on entend des questions redoutables : comment certaines entreprises organisent-elles une économie transhumaniste sans nous demander notre avis ? Comment résister à ce mouvement qui semble inéluctable ? Comment rester connecté au réel ? La technologie peut-elle nous apporter le bonheur ? Où et comment peut-il y avoir un risque totalitaire ?

Un roman oui, mais un roman pas comme les autres ! L'abbé de Chaillé reçoit François-Régis de Guenyveau, un tout jeune auteur qui aborde d'une façon originale l'immense défi du transhumanisme et de l'homme augmenté.

Lire la suite

La Famille et le Totalitarisme

Michael O'Brien   dimanche 6 mai 2018   1 commentaire   549

La canonisation du Pape Saint Jean-Paul II a généré une conscience renouvelée du don phénoménal qu'il fut pour notre temps et pour les générations à venir. On a beaucoup écrit sur son implication dans le passage de l'Église postconciliaire vers une intégration appropriée des documents du Concile, de son rôle dans la chute de l'empire soviétique, et de ses nombreuses initiatives pour lancer l'ère de la Nouvelle Évangélisation. En outre, son enseignement sur la « théologie du corps » est devenu une pierre angulaire dans notre compréhension de la sexualité humaine dans le dessein de Dieu pour l'humanité. Peu connu aujourd'hui est, cependant, le contexte plus large de ses enseignements sur le mariage et la famille, malgré le fait qu'aucun autre pontificat avant ou depuis le sien nous ait donné un enseignement aussi riche et continu sur ces sujets.

Lire la suite