Le Pape peut-il nous trahir ?


Commentaires (3)

Publié le lundi 30 septembre 2019

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Église et papauté

Nombre de consultations : 724

Le sujet de cette méditation est tellement important que je publie la traduction française aujourd'hui sur ce blog, malgré qu'il a été écrit il y a quelques années. Le sujet est toujours plus actuel.

8 octobre 2014 — Je n'ai pas pu dormir la nuit dernière. Je me suis réveillé dans ce que les Romains appelleraient la « quatrième veille », cette période de la nuit qui précède l'aube. Je me suis mis à penser à tous les courriels que j'ai reçus, aux rumeurs que j'entends, aux doutes et à la confusion qui s'installent… tels des loups à la lisière de la forêt. Oui, j'ai clairement entendu des avertissements s'élever dans mon coeur, peu après la résignation du Pape Benoît XVI, me faisant comprendre que nous allions entrer dans une période de grande confusion. Et aujourd'hui, je me sens un peu comme un berger, le dos et les bras saisis par une forte tension, mon bâton levé face à ces ombres qui se déplacent autour de ce précieux troupeau que Dieu m'a confié afin de le nourrir d'une "nourriture spirituelle". Mon instinct protecteur est en alerte.

Traduction d'un article de Mark Mallett. Lire le texte original en anglais.

Les loups sont là.

J'attrapai mon chapelet et allai m'asseoir dans le salon, le soleil ne se lèverait pas avant deux bonnes heures. Je pensais au Synode sur la famille en cours à Rome [octobre 2014]. Et une parole me vint à l'esprit, une parole qui semblait porter un poids qui n'était pas de ce monde :

L'avenir du monde et de l'Église passe par la famille.

— Saint Jean-Paul II, Familiaris Consortio, n. 75

Sans vouloir exagérer, il semble que ce Synode agit subrepticement comme un tamis, criblant indistinctement le coeur et l'esprit des laïcs, des religieux et des prêtres, tels du blé et de l'ivraie secoués et jetés dans les vents du relativisme moral. Il se peut que nous ne le remarquions pas immédiatement, mais c'est là, juste sous la surface. (Note de Pierre et les Loups : aujourd'hui, en 2019, cela a clairement percé la surface)

Et beaucoup ont peur que le Pape François soit dans le camp de l'ivraie.

C'est un homme qui, [depuis le début de son pontificat], a mis beaucoup de personnes mal à l'aise. Le camp progressiste a longtemps attendu de voir s'assouplir l'enseignement de l'Église sur les questions de morale... mais François parle davantage du diable que de la doctrine. Le camp des conservateurs s'est attendu, quant à lui, à voir apparaître un nouveau héros de la guerre culturelle... mais le Saint Père leur dit d'être moins obsédés par les questions morales et davantage possédés par Jésus. Il a dénoncé l'avortement tout en lavant les pieds d'une femme musulmane. il a chaleureusement salué des athées et des protestants tout en donnant l'impression de rabrouer de fidèles cardinaux ; ses exhortations et discours sont davantage ceux d'un homme du peuple que d'un théologien pontifiant ; il a appelé l'Église à retrouver un esprit de pauvreté tout en renversant les tables des "marchands du Temple".

Les actions de ce Pape ne vous rappellent-elles pas celles d'un certain Jésus ?

Et en effet, d'un côté, j'entends parler de certains prêtres aujourd'hui qui, comme Matthieu, ont abandonné leur confort pour se conformer davantage à la pauvreté du Christ, comme les y a exhorté François. Un prêtre a vendu sa voiture de sport et a reversé le produit de la vente aux pauvres. Un autre a décidé d'utiliser le même téléphone portable jusqu'à ce qu'il tombe en panne. Mon propre évêque a discrètement vendu sa résidence et déménagé dans un appartement.

Ensuite, j'entends parler de certains autres catholiques, hommes et femmes que l'on qualifierait de "conservateurs", dénonçant François (un peu comme les pharisiens) dans des articles, des lettres, des vidéos YouTube, et même des fax adressés à des presbytères, avertissant que ce Pape pourrait vraisemblablement être le « faux prophète » de l'Apocalypse. Ils citent des "révélations privées" comme s'il s'agissait de la Sainte Écriture, tout en ignorant ce que dit l'Écriture comme si ça ne s'appliquait pas dans ce cas précis. Ils mettent en garde contre la division que va provoquer ce Pape, devenant eux-mêmes cette source de division, en blessant les consciences fragiles des plus faibles et en ébranlant la confiance de ceux qui sont dans la confusion.

Et ensuite, il y a ces voix de nos frères séparés qui, debout derrière leur pupitre, se penchent sur leurs micros pour déclarer haut et fort et avec virulence que l'Église catholique est une anti-église menant l'humanité vers une religion mondiale unique — avec le Pape François à la barre.

Oui, eux aussi sont, tous autant qu'ils sont, de dangereuses ombres qui commencent à se mouvoir au milieu du troupeau du Christ. Tout cela me pousse à rester éveillé, sur le qui-vive.

Tandis que toutes ces pensées me traversaient l'esprit, telles des grains de chapelet passant entre mes doigts, j'ai repensé à ce passage des Écritures :

Frères et soeur : je m'étonne que vous abandonniez si vite celui qui vous a appelés par la grâce du Christ, et que vous passiez à un Évangile différent (non qu'il y en ai un autre). Il y a en effet des gens qui jettent le trouble parmi vous et qui veulent pervertir l'Évangile du Christ.

Gal 1: 6-7

Mes lecteurs savent que j'ai défendu les propos du Pape François à plusieurs reprises. En fait, articles après articles, j'ai cité quantité de citations venant de différents papes, des premiers Pères de l'Église jusqu'aux plus récents. Pourquoi ? Pour la simple raison que Jésus a dit aux Apôtres (et donc à leurs successeurs — prêtres, évêques, cardinaux et papes) « quiconque vous écoute m'écoute. » [1] Et je pense qu'il est préférable que vous écoutiez l'esprit du Christ que la pensée de Mark (même si je prie pour que ce soit le même esprit qui inspire ma pensée).

À cause de cela, j'ai été accusé de « papolâtrie » — comme si je transformais pour ainsi dire le Saint-Père en un pilier d'infaillibilité, au point où chaque syllabe traversant ses lèvres serait exempte d'erreur. Ceci serait bien entendu une erreur. En réalité, l'Épitre aux Galates révèle que, dès le début, un Pape peut se tromper et cela s'est souvent vérifié :

Mais quand Pierre est venu à Antioche, je me suis opposé à lui ouvertement, parce qu'il était dans son tort.

En effet, avant l'arrivée de quelques personnes de l'entourage de Jacques, Pierre prenait ses repas avec les fidèles d'origine païenne. Mais après leur arrivée, il prit l'habitude de se retirer et de se tenir à l'écart, par crainte de ceux qui étaient d'origine juive.

Tous les autres fidèles d'origine juive jouèrent la même comédie que lui, si bien que Barnabé lui-même se laissa entraîner dans ce jeu.

Mais quand je vis que ceux-ci ne marchaient pas droit selon la vérité de l'Évangile, je dis à Pierre devant tout le monde : « Si toi qui es juif, tu vis à la manière des païens et non des Juifs, pourquoi obliges-tu les païens à suivre les coutumes juives ? »

Ga 2: 11-14

Le problème ici est que Pierre a commencé à s'égarer dans l'application pastorale de l'Évangile. Il n'a changé aucune doctrine, mais s'est abusé dans la mise en pratique de la miséricorde. Il aurait dû se poser la même question que celle que s'était posé Saint Paul :

Est-ce par des hommes ou par Dieu que je veux me faire approuver ?

Je l'ai dit nombre de fois et je vais le répéter aujourd'hui : aussi vrai qu'il y ait eu depuis 2000 ans quantité d'hommes pécheurs qui ont occupé la hiérarchie de l'Église, de la base jusqu'au sommet, aucun pape n'a jamais modifié un seul dogme de foi. Certains appellent cela un miracle. Je l'appelle simplement la Parole de Dieu :

Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l'emportera pas sur elle.... Quand il viendra, lui, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière

Mt 16: 18-19; Jean 16: 13

Ou comme il est dit dans le Psaume 116 :

... éternelle est la fidélité du Seigneur !

Le Catéchisme le dit d'une manière qui, franchement, laisse peu de place à la confusion :

Le Pape, évêque de Rome et successeur de S. Pierre, "est principe perpétuel et visible et fondement de l'unité qui lie [à la fois] les évêques [entre eux], [et] la multitude des fidèles."

— Catéchisme de l'Église catholique, n° 882

Le Pape peut-il nous trahir ? Qu'entendez-vous par trahir ? Si vous vous demandez si le Pape peut changer [le dépôt immuable de la foi qui nous vient] de la Sainte Tradition, alors non, il ne le peut. Cela n'est pas en son pouvoir. Mais le Pape peut-il faire des erreurs, y compris poser de mauvais jugements dans ses décisions pastorales ? Même Jean-Paul II a admis, vers la fin de sa vie, qu'il n'avait pas été assez dur avec les dissidents.

Les papes ont commis et commettent encore des erreurs et ce n'est pas une surprise. L'infaillibilité est réservée aux enseignements ex cathedra [“depuis la Chaire” de Saint Pierre, c'est-à-dire toutes proclamations de dogmes fondées sur la Sainte Tradition]. Aucun pape dans toute l'histoire de l'Église n'a jamais commis d'erreur ex cathedra.

— Rev. Joseph Iannuzzi, théologien, dans une lettre personnelle

Donc, oui, il arrive que le Saint-Père puisse faire des déclarations malheureuses au cours de ses déplacements quotidiens, étant donné que l'infaillibilité dont il jouit se limite à son autorité d'enseignement. Mais cela ne fait pas de lui un « faux prophète », tout au plus une personne faillible.

[...] si vous êtes troublé par certaines déclarations que le Pape François a faites dans ses récents entretiens, ce n'est pas de la déloyauté que de désapprouver certaines paroles prononcées lors de tels ou tels entretiens improvisés. Naturellement, si nous sommes en désaccord avec le Saint Père, nous le faisons avec le plus profond respect et la plus grande humilité, conscients qu'il se peut que nous ayons nous-mêmes besoin d'être corrigés. Cependant, les entretiens du Pape n'exigent ni l'assentiment de la foi qui est réservé aux enseignements ex cathedra, ni la soumission intérieure de l'intelligence et de la volonté qui est accordée à ses déclarations faisant partie de son magistère non infaillible mais néanmoins authentique (ex: ses exhortations apostoliques, ndtr).

— Père Tim Finigan, professeur de théologie sacramentelle au Séminaire de St John, Wonersh; extrait de The Hermeneutic of Community, “Assent and Papal Magisterium”, 6 octobre 2013 ; http://the-hermeneutic-of-continuity.blogspot.co.uk

Personnellement, j'ai trouvé les homélies et l'exhortation apostolique du Pape François extrêmement riches, prophétiques et inspirées par le Saint-Esprit. Parce que presque chacun d'entre nous a perdu son premier amour. Presque chacun d'entre nous s'est prosterné d'une manière ou d'une autre devant l'esprit du monde. Nous sommes une génération qui manque cruellement de saints. Nous sommes une civilisation qui a une immense soif de sainteté, assoiffée d'authenticité. Et il nous faut voir que cette crise de la foi reflète en vérité dans la glace notre propre visage. Une partie de mon agitation aujourd'hui est peut-être due au fait que je ne suis pas moi-même le bon petit berger que je sais que je devrais être...

Il faut noter que le Seigneur désigne comme un « guetteur » celui qu'il envoie prêcher. Le guetteur se tient toujours sur la hauteur pour voir de loin tout ce qui va venir. Et tout homme qui reçoit le poste de guetteur doit se tenir sur la hauteur par sa vie, afin de pouvoir rendre service par sa vigilance.

Combien il m'est cruel de dire ces paroles ! Car en parlant, je [m'accuse] moi-même : je ne pratique pas la prédication comme je le devrais ; et lorsque cette prédication est suffisante, ma vie ne concorde pas avec ma parole.

Je ne nie pas ma culpabilité, je vois ma [paresse] et ma négligence. Peut-être que de reconnaître ma faute m'obtiendra le pardon auprès du juge miséricordieux ?

— St Grégoire le Grand, homélie sur Ezekiel, Liturgie des heures ; AELF

Et ainsi, les médias sont captivés par le Pape François parce qu'il mène cette simplicité de vie à laquelle nous appelle l'Évangile, et qui exerce un attrait inexplicable, même pour les athées. Mais pour être honnête, je ne vois rien de tellement nouveau dans ce pontificat. Saint Jean-Paul II fut le premier à briser le moule de la formalité papale, prenant son repas avec son personnel, marchant parmi la foule, chantant et frappant des mains avec les jeunes, etc. Et ce qu'il fit extérieurement, Benoît XVI le fit intérieurement au travers d'écrits beaux, riches et évangéliques, qui nous ont profondément nourris pendant plus de quatre décennies, plus que la plupart d'entre nous le réalise. Le Pape François a aujourd'hui puisé dans la spontanéité de Jean-Paul II et dans la profondeur de Benoît XVI pour en retirer l'essentiel : le Christ crucifié par amour pour l'humanité. Et cette réorientation vers ce qui fait le coeur de notre foi catholique a commencé à secouer et tamiser l'Église dans toute sa hiérarchie, et cela ne prendra fin qu'une fois que le peuple de Dieu aura été entièrement purifié.

Le Pape peut-il nous trahir — comme par exemple en conduisant l'Église dans les bras de l'Antéchrist ? Je laisserai la parole de conclusion au Pape régnant et au Pape émérite. Et ensuite, j'irai me coucher, après avoir prié pour chacun de vous, petites brebis bien-aimées du Christ. Car cette veille touche à sa fin.

Voici ma prière :

... ne nous laisse pas entrer en tentation. (Mt 6: 13)

Car, avec le même réalisme avec lequel nous dénonçons aujourd'hui la disproportion entre les péchés des papes et l'ampleur de leur charge, nous devons également reconnaître que Pierre s'est systématiquement opposé tel un roc aux idéologies, aux dissolution de la parole dans les plausibilités d'une époque donnée, à l'assujettissement aux puissances de ce monde. Quand nous reconnaissons cela à travers les événements de l'histoire, nous ne célébrons pas des hommes mais louons le Seigneur, qui n'abandonne pas l'Église et qui a voulu manifester qu'il est le roc à travers la personne de Pierre, la petite pierre d'achoppement : « La chair et le sang » ne sauvent pas, mais le Seigneur sauve à travers ceux qui sont de chair et de sang. Nier cette vérité n'apporte rien à notre foi, ne nous fait pas grandir en humilité mais ne fait que nous soustraire à l'humilité qui reconnaît Dieu tel qu'il est. Par conséquent, la promesse pétrinienne et sa personnification historique à Rome demeurent au niveau le plus profond un motif de joie toujours renouvelé ; les puissances de l'Enfer ne prévaudront pas contre cela...

— Cardinal Ratzinger (PAPE BENOÎT XVI), Appelés à la Communion : Comprendre l'Eglise aujourd'hui (traduction libre)

... la foi ne se négocie pas. Dans l'histoire du peuple de Dieu a toujours existé cette tentation : amputer un peu de foi, peut-être "seulement un peu" ... Ainsi faut-il dépasser la tentation d'être un peu "comme ils font tous". De ne pas être trop trop rigides, parce que c'est précisément de là que commence un chemin qui finit dans l'apostasie. En effet, lorsque nous commençons à amputer la foi, ou négocier la foi, à aller presque jusqu'à la vendre au meilleur offrant, nous empruntons le chemin de l'apostasie, de l'absence de fidélité au Seigneur.

— PAPE FRANÇOIS, Messe à Sainte Marthe, 7 avril 2013 ; Vatican.va

Mark Mallett
Can the Pope Betray Us ?

Cet article m'inspire ...


de la joie
3


de l'encouragement
23


de la perplexité
3


de la tristesse
4


de la peur
0

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

« [...] Priez aussi pour le Saint Père François et le Saint Père Benoît XVI, votre Pape émérite, c'est très important et pour tous Mes consacrés. Un jour, pas lointain, vous allez comprendre pourquoi, en ces temps qui sont les derniers, les deux Papes sont ensemble, pourquoi Dieu l'a voulu ainsi. Priez pour eux, priez aussi pour tous vos frères et sœurs du monde entier sans aucune exception ».

Extrait du message donné par la Très Sainte Vierge Marie à Sulema le 24 juillet 2013

« Je viens, avec le cri de mon Cœur Immaculé, vous demander de prier pour votre Mère l’Église, de prier pour le vicaire de mon Fils, le Pape François. Priez pour les prêtres, les consacrés, pour qu'ils puissent lui rester fidèles [au Pape] et obéissants, pour qu'ils restent fidèles aux Commandements, à la saine doctrine. C'est votre devoir de prier pour eux, il faut les soutenir ; ne les jugez pas, ne les condamnez pas, ils sont d'autres Christ ».

Extrait du message donné par la Très Sainte Vierge Marie à Sulema le 11 septembre 2013

« Priez pour mes fils de prédilection, mes consacrés, mais surtout pour le Saint-Père François : il a besoin de vos prières. On va tout faire pour le diffamer ; il va beaucoup souffrir, car les loups veulent le dévorer ; ils ont cru qu'il serait une proie facile à avaler. Mon Vicaire à l'audace et la fermeté de dire la Vérité, il n'a pas accepté le modernisme proposé. Priez pour lui, mes enfants, car sa vie peut être en danger ; on ne veut pas de lui, soutenez-le par vos prières ».

Extrait du message donné par Notre Seigneur Jésus à Sulema le 28 novembre 2013

La Très Sainte Vierge Marie à Edson Glauber, témoin des apparitions d'Itapiranga au Brésil reconnues par Mgr Carillo Gritti le 31 mai 2009 :

- extrait du message du 15 mai 2013 :

« Les temps sont difficiles pour l’Église et pour le monde. Mais Dieu vient toujours en aide à tous Ses enfants, car Sa grâce et Son secours ne manqueront jamais. Vous vivez actuellement le temps où les deux Papes sont proches l'un de l'autre et s'aident mutuellement : l'un dans le silence, la prière et l'adoration, offrant ses souffrances pour l'autre qui doit guider, parler, agir et témoigner des enseignements de mon Fils Jésus auprès de tous. Deux vies, deux flammes brûlent pour le bien de l'Eglise et du monde. Mon fils Benoît XVI vous donne l'exemple de savoir se renoncer, de se sacrifier et de prier pour le bien de l'Eglise et du Pape actuel, ce que beaucoup ne font pas. Ce sont les deux oliviers et les deux flambeaux qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre (Ap 11,4) ».

Source : http://jeanderoquefort.free.fr/les_deux_temoins_du_chapitre_11_de_l_apocalypse_sont_les_papes_francois_et_benoit.html

Commentaire laissé par le

Je pense que ce que dit Benoît XVI cela a été toujours été l'avis d'un visionnaire.... Que nous voyons nous pas des églises alors heureusement desacralisees,
Ce que dit Anne Catherine Emmerich stupéfiant car je recherche à moi-même un groupe de prière je suis tombé sur c'est exactement ce qu'elle qui écrit à savoir à mélanger pentecôtisme avec des accents fortement protestant et un soupçon de catholicisme vous connaissez pourtant tous ce genre de prière il y a un succès énorme à travers le monde je ne sais pas si je peux si je peux citer ici de quel genre de l'Église catholique il s'agit......
Je cherche en vain à voir si d'une façon catastrophique, ce que Anne Catherine Emmerich a dit avec une justesse et une précision qui me laisse sans voix.
Je veux donner un exemple suivant à savoir la communion dans la main qui est dans sacrilège aux yeux de Jésus c'est d'ailleurs lui-même qui l'a dit.
On communique n'importe comment actuellement et recevoir le corps du Christ notre Seigneur exigent quand même un très grand respect.
Je suis dans la surprise de voir que des gens qui ont 30 ans de plus que moi donc connu cette période de communion avant Vatican 2, ne soenti même pas étonnées de ce changement.
Il est certain que de croire à la glossolalie,le parler en langues,le retrait du maître autel....
Déjà en 1967,je me souviens d'avoir assisté à une messe que j'ai trouvé vraiment étrange je le sais d'autant plus que j'étais organiste amateur dans l1 grand' messe pour les sorties, même aussi pour certains rituel de baptême ça tournesn carrément maintenant
à un cocktail déshonorant pour Jésus.
Le prêtre ne tourne t-il pas le dos oh Seigneur pour nous regarder alors compréhensible, devrions être à genoux devant le Saint-Sacrement réintégrer vraiment avant qu'il ne soit trop tard l'adoration des Saintes Espèces ?
Trouvez-vous normal qu'un prêtre aussi attentif soit il,remet nos pêches en T-SHIRT et surtout: sans aube ni étoile,?
Trouvez-vous normal ce rituel de la paix du Christ alors que le prêtre lui-même ne savons semaine pas pour serrer les mains ?
Je crois vous avoir dit que Benoît XVI était contre cette pratique je pense que c'e pape avait des pensées extrêmement élevée?
La conjugaison de deux papes dans la ça me déjà devant les petits comme Jésus et l'autre, regarde en tout ce travail qui ne peux plus accomplir et qui était un magnifique défenseur de la vraie foi.
je constate aussi que beaucoup de communauté des catholiques ne le sont pas vraiment et quand même l'imposition des mains d'un prêtre sur les laïcs pour" l'écoute prière" n'apporte rien si de nombreux prêtres
ne sentent pas cette influence du Pentecôtisme.
Pour une fois je vais quand même dit la vérité tellle qu'elle est,comme vous le dites; ÿ un j'’4

Commentaire laissé par le

Il faut bien distinguer entre le Pape François (Vicaire du Christ et de la véritable Eglise) et certains évêques aujourd'hui qui sont en train de se bâtir une fausse Eglise (voir l'actualité de l'Eglise en Allemagne) que de plus en plus de catholiques ayant apostasié risquent de rejoindre. La Bienheureuse Anne-Catherine Emmerich a vue cette fausse église en vision. Cette dernière était justement allemande (comme les évêques dissidents), ce qui n'est certainement pas un hasard. La voici dans les grandes lignes :

***

«J'ai vu également la relation entre les deux papes ... J'ai vu combien seraient néfastes les conséquences de cette fausse église. Je l'ai vue augmenter de dimensions; des hérétiques de toutes sortes venaient dans la ville (de Rome). Le clergé local devenait tiède, et j'ai vu une grande obscurité» (13 mai 1820).

«Je vois le Saint-Père (sans doute Benoît XVI) dans une grande angoisse. Il habite dans un bâtiment autre que celui d'avant et il n'y admet qu'un nombre limité d'amis qui lui sont proches. Je crains que le Saint-Père ne souffrira beaucoup d'autres épreuves avant de mourir. Je vois que la fausse église des ténèbres fait des progrès (que certains dans leur aveuglement associent à tort à celle du Pape François mais l'actualité en 2019 nous montre que cette fausse église commence à sortir au grand jour en Allemagne), et je vois l'énorme influence qu'elle a sur les gens» (10 Août 1820).

«Et puis, j'ai vu que tout ce qui concernait le protestantisme prenait progressivement le dessus et la religion catholique tombait dans une décadence complète. La plupart des prêtres étaient attirés par les doctrines séduisantes mais fausses de jeunes enseignants, et tous contribuaient à l'œuvre de destruction. En ces jours, la foi tombera très bas, et elle ne sera conservée que dans quelques endroits, quelques maisons et quelques familles que Dieu a protégés des désastres et des guerres» (1820).

«Je vis que beaucoup de pasteurs se sont laissé entraîner dans des idées qui étaient dangereuses pour l'Église. Ils construisaient une Église grande, étrange et extravagante».

«Tous devaient y être admis, pour être unis et avoir des droits égaux: évangéliques, catholiques et sectes de toutes dénominations. Telle devait être la nouvelle Église ... Mais Dieu avait d'autres projets» (22 Avril 1823).

Pour connaître ces "projets de Dieu", demeurons fidèles au Papes François et restons dans l'Eglise du Christ.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 3 + 5 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Le Pape peut-il nous trahir ?.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 3 + 5 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La Chaire de Saint Pierre

Mark Mallett   jeudi 22 août 2019   1 commentaire   774

Il y a quelques années, alors que je me rendais dans une foire commerciale, je suis tombé sur un stand de « Cowboy chrétiens ». Posée sur un rebord se trouvaient une pile de bibles de la NIV (New International Version) dont la couverture était illustrée d'une photo de chevaux. J'en pris une, puis regardai les trois hommes devant moi qui me souriaient fièrement sous leurs Stetsons.

Lire la suite

Réponses à des questions récurrentes au sujet du Pape François

Mark Mallett   samedi 4 mai 2019   3 commentaires   880

Il y a beaucoup d'émotions qui secouent l'Église en ces temps de confusion et d'épreuves. Ce qui est primordial, c'est que nous restions en communion les uns avec les autres — que nous soyons patients et portions le fardeau les uns des autres — y compris vis-à-vis du Saint-Père. Nous sommes aujourd'hui criblés comme le froment, or beaucoup ne le réalisent pas (lire La mise à l'épreuve - Partie 1).

Lire la suite

Le Pape François a-t-il promu une religion mondiale unique ?

Mark Mallett   dimanche 18 février 2018   14 commentaires   2.015

Beaucoup de Catholiques s'interrogent depuis quelques années sur les intentions du Pape François en ce qui concerne le dialogue interreligieux. L'article suivant, traduit par nos soins du texte original anglais « Did Pope Francis promote a One World Religion » vous aidera à y voir plus clair.

Des sites FONDAMENTALISTES ont été rapides à déclarer (en janvier 2016) :

« LE PAPE FRANCOIS PUBLIE UNE VIDEO D'APPEL A LA PRIERE POUR UNE RELIGION MONDIALE UNIQUE INSINUANT QUE TOUTES LES CROYANCES SE VALENT. »

Un site d'actualité prétend ceci :

« LE PAPE FRANCOIS APPELLE A UNE RELIGION MONDIALE UNIQUE. »

Et des sites catholiques ultra-conservateurs déclarent que le Pape François prêche l' « HERESIE ! »

Ils font référence à une récente initiative du Réseau mondial de prière jésuite, l'Apostolat de la Prière, à l'origine de la diffusion d'une série de vidéos du Pape, en coopération avec le Centre Télévisé du Vatican (CTV). La vidéo – de janvier 2016 - d'une durée d'une minute et demi peut être vue au bas de l'article.

Lire la suite