La Goélette Noire - partie 2


Commentaires (1)

Publié le vendredi 30 novembre 2018

Auteur : Mark Mallett

Catégorie : Eschatologie, signes des temps & prophéties

Nombre de consultations : 237

Guerres et rumeurs de guerres… Et pourtant, Jésus a déclaré que celles-ci ne seraient que « le commencement des douleurs de l'enfantement. » [1] A quoi pourrait alors ressembler le travail d'enfantement ? Jésus répond :

Alors, vous serez livrés à la détresse, on vous tuera, vous serez détestés de toutes les nations à cause de mon nom. Alors ce sera pour beaucoup une occasion de chute ; ils se livreront les uns les autres, se détesteront les uns les autres. Beaucoup de faux prophètes se lèveront, et ils égareront bien des gens.

Matt 24: 9-11

Oui, la mort violente du corps est une parodie, mais la mort de l'âme est une tragédie. Le travail d'enfantement est cette grande lutte spirituelle que nous percevons déjà et qui ne va aller qu'en s'intensifiant...

Titre original : « The Black Ship – Part II » Pour lire la première partie : La Goélette Noire - partie 1

Traduction Pierre et les Loups

Deux naissances qui s'affrontent

C'est la lutte entre la naissance de l'ensemble du Peuple de Dieu (Juifs et Gentils) et la naissance d'un Nouvel Ordre Mondial sans Dieu. C'est l'affrontement entre idéologies, celui de l'enseignement de l'Église catholique contre l'humanisme laïque qui est le fruit des Lumières — le "nouveau paganisme". Il s'agit en définitive d'une lutte entre la lumière et les ténèbres, la vérité et le mensonge. Et dans cette lutte, Jésus nous dit que l'Église finira par « être détestée de toutes les nations » et qu'une fausse église émergerait et « égarera bien des gens. » Il s'agit de la grande confrontation détaillée dans l'Apocalypse et symbolisée par la Femme contre le dragon.

… Le Dragon vint se poster devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l'enfant dès sa naissance. Or, elle mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les conduisant avec un sceptre de fer.

Ap 12: 4-5

Je reviendrai sur cette naissance du Peuple de Dieu dans quelques instants. Mais pour l'instant, nous devons reconnaître quel est ce deuxième signe que nous décrit Saint Jean : ce « grand dragon rouge feu » qui prend de plus en plus d'emprise sur le monde. Il cherche à tout contrôler. En avril 2007, je me souviens avoir prié devant le Saint-Sacrement et avoir eu l'impression très nette qu'un ange se tenait dans les basses sphères célestes, planant au-dessus du monde et criant, [2]

« Contrôle ! Contrôle ! »

Depuis lors, nous constatons que nos libertés ne sont suspendues plus que par un fil. Alors que la menace d'un effondrement économique plâne de plus en plus [3], nos gouvernements se tiennent prêts à saisir les comptes bancaires privés, à s'emparer du contrôle de l'internet, voire celui de nos rues. Tout ce qu'il leur manque c'est la crise appropriée. La plupart des gens ignorent les lois et les mesures mises en place pour donner un contrôle plus grand, sinon absolu, à ce que le Pape François appelle les « empires inconnus » qui tirent les ficelles du monde. [4]

Nous sommes à l'orée d'une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est une crise majeure appropriée, et les nations accepteront le Nouvel Ordre Mondial.

—David Rockefeller, membre éminent de sociétés secrètes comprenant les Illuminati, les Skull and Bones et le groupe Bilderberg ; prenant la parole à l'ONU le 14 septembre 1994

Colonisation idéologique

Mais la Goélette Noire, la fausse église qui a désormais pris la mer, est un navire ayant un rayon d'action bien plus important : c'est le contrôle de la pensée.

Il ne s'agit certainement pas d'une belle mondialisation qui s'exprime dans l'unité de toutes les nations, qui conservent cependant leurs usages et coutumes. Il s'agit plutôt de la mondialisation de l'uniformité hégémonique, la pensée unique fruit de la mondanité.

—PAPE FRANCOIS, Homélie, 18 novembre 2013 ; Vatican.va

Lors de son voyage aux Philippines en 2015, le Pape François a hardiment critiqué la « colonisation idéologique » en cours à travers le monde. A savoir que l'aide étrangère est souvent accordée à une nation à la condition qu'elle adhère à une idéologie : qu'elle offre à ses citoyens des « soins de santé reproductive » (contrôle des naissances, avortement à la demande, stérilisation) ou légalise d'autres formes de "mariage". Le Pape François a courageusement dénoncé cette manipulation :

Cela est de la colonisation idéologique : on s'insère au sein d'un peuple avec une idée qui n'a rien à voir avec le peuple ; avec des groupes du peuple, oui, mais pas avec le peuple, et on colonise le peuple avec une idée qui change ou qui veut changer une mentalité ou une structure.

—PAPE FRANCOIS, 19 janvier 2015, Vatican.va

Il utilisa comme exemple l'imposition de la « théorie du genre » (lire : Mgr John Esseff : « Je suis convaincu que la façon dont ce truc du genre s'est répandu est démoniaque », ndt) en Afrique et les mouvements de jeunesse dirigés par Mussolini et Hitler, où des idéologies furent imposées à la population. Confirmant mon article Mystery Babylon concernant l'Occident et l'Amérique en particulier, le Pape François a fait une référence puissante à l'intention de ceux qui "colonisent" avec ces idéologies :

... lorsqu'apparaissent des conditions imposées par des empires colonisateurs, ils tentent de faire perdre aux peuples leur identité et de créer l'uniformité. Voilà la mondialisation de la sphère : tous les points sont équidistants du centre. Et la véritable mondialisation — j'aime dire cela — n'est pas la sphère. Il est important de mondialiser, pas comme la sphère, mais comme le polyèdre, c'est-à-dire que chaque peuple, partout, conserve son identité, son être, sans être colonisé de façon idéologique. Voilà ce que sont les « colonisations idéologiques ».

—PAPE FRANCOIS, 19 janvier 2015

Ceci est un résumé succinct de l'enseignement social catholique sur l'unité entre les nations. Mais aujourd'hui, la Goélette Noire ne partage ses trésors et son or qu'avec ceux qui attachent leur libre arbitre et leur conscience à sa poupe, perdant par voie de conséquence leur âme individuelle ou nationale. Alors que beaucoup furent obsédés en 2015 lorsque François fit référence aux catholiques qui ne sont pas obligés de « se reproduire comme des lapins », nous devrions accorder une plus grande attention au sérieux avertissement que François nous a lancé dans ses remarques franches adressées aux journalistes du monde entier lors de ce même entretien.

Religion et raison

Un des grands mensonges que la Goélette Noire a propagé à notre époque, et que des tueurs dérangés n'ont fait qu'enflammer au nom de l'islam, est l'idée que la religion provoque des guerres. En effet, nous entendons, de nos jours, les athées ressasser sans cesse ce même refrain devant le peuple crédule. Cependant, le Pape François souligne à juste titre (certainement devant un auditoire composé de sourds) que :

Je suis convaincu qu'une Europe capable de mettre à profit ses propres racines religieuses, sachant en recueillir la richesse et les potentialités, peut être plus facilement immunisée contre les nombreux extrémismes qui déferlent dans le monde d'aujourd'hui, et aussi contre le grand vide d'idées auquel nous assistons en Occident, parce que « c'est l'oubli de Dieu, et non pas sa glorification, qui engendre la violence. »

—PAPE FRANCOIS, discours au Parlement européen, 25 novembre 2014 ; brietbart.com, vatican.va

C'est là une affirmation très révélatrice, car elle suppose la vérité première et fondamentale selon laquelle l'homme est essentiellement un « être religieux » [5], démontrée maintes et maintes fois à travers les générations, les cultures et les millénaires.

Le désir de Dieu est inscrit dans le coeur de l'homme, car l'homme est créé par Dieu et pour Dieu; Dieu ne cesse d'attirer l'homme vers Lui, et ce n'est qu'en Dieu que l'homme trouvera la vérité et le bonheur qu'il ne cesse de chercher : L'aspect le plus sublime de la dignité humaine se trouve dans cette vocation de l'homme à communier avec Dieu. Cette invitation que Dieu adresse à l'homme de dialoguer avec Lui commence avec l'existence humaine...

—Catéchisme de l'Église catholique, n° 27

Je me souviens d'avoir lu, il y a de nombreuses années, le récit d'une expérimentation communiste dans laquelle un garçon fut complètement isolé du monde extérieur dans le but de le maintenir éloigné de toute langue ou notion de Dieu. Mais un jour, ses gardiens entrèrent dans sa chambre et trouvèrent le jeune garçon à genoux en prière.

C'est lorsque nous commençons à ignorer la voix du divin que la violence sous toutes ses formes fond sur nous : la violence de l'islam ou la violence des personnes pratiquant l'avortement sont les symptômes d'une même maladie — la séparation entre foi et raison.

Tout en nous réjouissant beaucoup des possibilités de l'homme, nous voyons aussi les menaces qui surgissent de ces possibilités et nous devons nous demander comment les maîtriser. Nous ne le pouvons que si foi et raison se retrouvent d'une manière nouvelle...

—PAPE BENOIT XVI, Conférence à l'Université de Regensburg, Allemagne ; 12 septembre 2006 ; vatican.va

Quelle ironie lorsque des humanistes laïcs accusent les catholiques d'être fermés à la raison. Car ce sont souvent les humanistes et les athées qui persistent à vouloir écarter la raison dans le but de défendre leurs idéologies. [6] Par exemple, l'ancienne chaire d'évolution de l'Université de Londres a écrit que la théorie de l'évolution est acceptée …

… non pas parce qu'elle peut être prouvée comme vraie par des preuves logiquement cohérentes, mais parce que la seule alternative, la création [divine], est franchement difficile à admettre.

—Professeur D.M.S. Watson, Whistleblower, February 2010, Volume 19, No. 2, p. 40. ; books.google.be

Le petit-fils de Thomas Huxley, collègue de Charles Darwin, déclara :

Je suppose que la raison pour laquelle nous avons sauté sur l'origine des espèces était que la notion de Dieu faisait obstacle à nos moeurs sexuelles.

Whistleblower, février 2010, Volume 19, n°. 2, p. 40.

Saint Paul décrit cette « éclipse de la raison » [7],

Depuis la création du monde, on peut voir avec l'intelligence, à travers les oeuvres de Dieu, ce qui de lui est invisible : sa puissance éternelle et sa divinité. Ils n'ont donc pas d'excuse, puisque, malgré leur connaissance de Dieu, ils ne lui ont pas rendu la gloire et l'action de grâce que l'on doit à Dieu. Ils se sont laissé aller à des raisonnements sans valeur, et les ténèbres ont rempli leurs coeurs privés d'intelligence. Ces soi-disant sages sont devenus fous ; ils ont échangé la gloire du Dieu impérissable contre des idoles représentant l'être humain périssable ou bien des volatiles, des quadrupèdes et des reptiles. Voilà pourquoi, à cause des convoitises de leurs coeurs, Dieu les a livrés à l'impureté, de sorte qu'ils déshonorent eux-mêmes leur corps.

Rm 1: 20-24

Un autre exemple de cette éclipse de la raison à notre époque est la promotion du "mariage" homosexuel en tant qu'équivalent du mariage "traditionnel" en contradiction avec les données biologiques et sociologiques. Par exemple, les agences d'adoption catholiques sont de plus en plus contraintes d'accorder l'adoption d'enfants aux couples homosexuels. Bien entendu, le mantra constant du mouvement LGBT est que ces identités de genre sont "naturelles". Cependant, étant donné que deux hommes (ou deux femmes) ne peuvent pas concevoir naturellement des enfants entre eux, il n'est donc pas naturel d'avoir des enfants par le biais de ce type d'union. Ainsi, l'argument "naturel" retombe sur la tête, et pourtant, ce sont les catholiques qui sont de plus en plus « détestés de toutes les nations » en raison de leur insistance sur le fait que l'humanité est guidée par la loi naturelle, et non pas seulement par les caprices de la génération actuelle — en particulier ceux des juges idéologiques. [8]

Faux oecuménisme

Et ainsi nous voyons l'assaut de la Goélette Noire contre la Barque de Pierre — et même contre chaque être humain. Celui-ci est double. Le premier assaut consiste en la « colonisation idéologique » du monde à travers une mondialisation qui se répand tel un tsunami spirituel. Comme le disait Benoît XVI, il s'agit en réalité de l'émergence d'une « religion négative et abstraite [en train de devenir une norme] tyrannique auquel chacun doit se plier. » [9] Deuxièmement, nous avons l'isolement, puis l'homogénéisation des religions.

Il y a eu une fusion silencieuse mais constante entre la religion et l'humanisme laïc. En fait, nous pouvons constater qu'en quelques décennies seulement, presque toutes les grandes religions ont cédé à la pensée relativiste. En conséquence, un nouveau mouvement oecuménique s'est mis en marche. Ici, je ne parle pas d'églises qui s'unissent autour d'une foi commune en Jésus-Christ, [10] mais plutôt une foi commune dans la déesse tolérance.

À cet égard, le Pape Émérite Benoît XVI est sorti une fois de plus de son silence relatif pour s'attaquer à une « problématique qui, aujourd'hui, nous concerne tous profondément. » [11] Et il s'agit de l'émergence de cette Goélette Noire à travers l'union de toutes les religions du monde en une seule religion unique.

Est-ce qu'il ne serait pas plus approprié de se rencontrer dans le dialogue entre les religions et de servir ensemble la cause de la paix dans le monde ? … Aujourd'hui, en effet, il y a un grand nombre de gens qui pensent que les religions devraient se respecter mutuellement et qu'elles devraient, en dialoguant entre elles, devenir une force commune de paix. Dans cette manière de penser, un présupposé que l'on rencontre dans la plupart des cas est que les différentes religions constituent des variantes d'une seule et même réalité ; que « religion » est le genre commun, qui prend des formes différentes en fonction des différentes cultures, mais qui exprime en tout cas une même réalité. La question de la vérité, qui à l'origine préoccupait les chrétiens plus que tout le reste, est dans ce cas-là mise entre parenthèses… Cette renonciation à la vérité semble réaliste et utile à la paix entre les religions du monde. Et cependant elle est mortelle pour la foi.…

— Message de Benoît XVI à l'Université pontificale urbanienne, 21 octobre 2014, scholasaintmaur.net

Et, en vérité, c'est là l'objectif unique du « grand dragon rouge feu, » une conception démoniaque qui a pratiquement fait exploser, d'une part, le concept de péché et, d'autre part, celui d'absolu moral.

Il ne faut pas avoir peur d'appeler par son nom le premier artisan du mal : le Mauvais. La tactique qu'il a appliquée et qu'il applique consiste à ne pas se révéler, afin que le mal, répandu par lui depuis les origines, se développe par l'action de l'homme lui-même, par les systèmes et par les relations entre les hommes, entre les classes et entre les nations ... pour que [ce mal] devienne toujours plus un péché « structurel » et pour qu'on puisse d'autant moins l'identifier comme un « péché personnel ». Donc pour que l'homme se sente en un sens « libéré » du péché, et qu'il soit en même temps toujours plus plongé dans ce péché.

—PAPE JEAN-PAUL II, Lettre apostolique, Dilecti Amici, À la jeunesse du monde, n° 15 ; Vatican.va

En avez-vous pris conscience, cher lecteur ? Voyez-vous comment le monde est est train de mépriser la Barque de Pierre comme s'il s'agissait d'un vieux rafiot sans valeur et dangereux ? Comment les faux prophètes se sont levés en masse pour déclarer un meilleur et nouvel ordre mondial — sans l'Église ? Ne prenez pas l'admiration que portent les médias envers le Pape François pour de l'admiration pour ce qu'il enseigne. [12]

Les rois de la terre se dressent, les grands se liguent entre eux contre le Seigneur et son Messie : « Faisons sauter ces chaînes et rejetons ces entraves ! »

Psaume 2: 2-3

… l'homme ne choisit pas la vie, n'accueille pas l'"Évangile de la Vie", mais se laisse guider par des idéologies et des logiques qui mettent des obstacles à la vie, qui ne la respectent pas, parce qu'elles sont dictées par l'égoïsme, par l'intérêt, par le profit, par le pouvoir, par le plaisir et elles ne sont pas dictées par l'amour, par la recherche du bien de l'autre. C'est l'illusion constante de vouloir construire la cité de l'homme sans Dieu, sans la vie et l'amour de Dieu – une nouvelle Tour de Babel... Le résultat est qu'au Dieu vivant, on substitue des idoles humaines et passagères, qui offrent l'ivresse d'un moment de liberté, mais qui à la fin sont porteuses de nouveaux esclavages et de mort.

—PAPE BENOÎT XVI, Homélie à la messe Evangelium Vitae, Cité du Vatican, 16 juin 2013 ; Vatican.va

Etre un signe de contradiction, non d'opposition

Un problème grave se pose aujourd'hui parmi les fidèles, et il provient d'âmes bien intentionnées mais trop zélées qui ne reconnaissent pas comment la fausse église et la vraie Église naviguent de manière parfaitement parallèle. Comme je l'ai mentionné dans la première partie, Satan connait déjà la fin du présent âge et la nouvelle ère de paix à venir, et donc cet ange déchu est en train de nous préparer une contrefaçon de cet âge qui y ressemblera à bien des égards (afin de contrecarrer le projet de Dieu). [13] Et, pour être honnête, certains fidèles se laissent tromper, mais d'une manière différente. Ce n'est pas qu'ils sont attirés par la fausse église, mais ils rejettent la vraie Église. Ils voient toute forme d'oecuménisme comme une imposture ; ils confondent la miséricorde et l'hérésie ; ils considèrent la charité comme de la compromission ; ils voient le Pape François comme un faux prophète, tout comme le Christ fut considéré comme un faux prophète parce qu'Il ne rentrait pas dans leurs schémas de pensée.

Il y a des gens qui m'écrivent en disant : « Vous êtes tellement aveugle ! Ne voyez-vous pas comment le Pape François est en train de nous conduire vers une fausse église !! » Et ma réponse est : « Ne voyez-vous pas comment le Christ continue de nous conduire dans la vérité malgré la faiblesse de Ses bergers ? Votre foi est-elle réellement en Jésus-Christ ? » Certaines des attaques les plus véhémentes et les moins charitables envers mon ministère ne viennent pas de personnes athées, mais de catholiques qui sont assis sur des trônes comme les pharisiens de jadis. Leur foi est dans la lettre de la loi plutôt que dans l'Esprit d'amour. Peu importe pour eux que le Pape François n'ait pas changé une seule lettre de la doctrine (et ait en fait réaffirmé à maintes reprises l'enseignement moral de notre foi) ; il ne parle pas comme un pape, et par conséquent, ne peut pas en être un. Faites attention, frères et soeurs, car eux aussi sont de faux prophètes.

La bonne attitude à avoir n'est pas celle de juger ceux qui ont embarqué sur la Goélette Noire ou ceux qui lapident la Barque de Pierre, mais plutôt à devenir un phare aidant les âmes à retrouver le chemin du Navire du Christ. [14] Comment ? En menant une vie à tout point de vue conforme à la volonté de Dieu, une vie qui porte les fruits surnaturels de la joie et de la paix, fruits irrésistibles même pour le pécheur le plus endurci. [15] Cette configuration au Christ, qui découle de notre [Baptême et de notre] Confirmation, consiste à devenir l'amour et la lumière du Christ dans les ténèbres actuelles. À cet égard, le Pape François, à sa manière simple et spontanée, proche du peuple, montre à l'Église la voie à suivre : aimer et accueillir toutes personnes que nous rencontrons sans exception, tout en leur parlant en vérité.

Et nous laissons ensuite Celui qui est Amour et Vérité faire le reste...

Dieu vous bénisse pour votre soutien !
Soyez béni et merci !

Mark Mallett


[1] Mt 24: 8
[2] cf. Control! Control!
[3] cf. 3 octobre 2018, William White, 'Bad Financial Moon Rising', project-syndicate.org
[4] Lire 'L'Antéchrist pour notre époque'
[5] Catéchisme de l'Église catholique, n°28
[6] cf. The Painful Irony
[7] cf. On The Eve
[8] cf. La Goélette Noire - partie 1 et The Moral Tsunami
[9] BENOIT XVI, Lumière du monde, Un entretien avec Peter Seewald, bayard, p. 78
[10] cf. The Coming Wave of Unity
[11] cf. Message de Benoît XVI à l'Université pontificale urbanienne, 21 octobre 2014, scholasaintmaur.net
[12] cf. “Beware of the two faces of Pope Francis: he ain't no liberal”, telegraph.co.uk, 22 janvier 2015
[13] cf. The Coming Counterfeit
[14] cf. A Tale of Five Popes and a Great Ship
[15] cf. Be Faithful

Soutenir l'apostolat de Mark Mallett

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Je trouve vos articles formidables. Bravo de nous apporter tant de connaissance et de nous ouvrir ainsi les yeux et l'esprit, et de nous aider à mieux comprendre où nous allons et ce que nous devons faire pour rectifier nos façons de vivre et de penser. Un très grand merci..

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 66 - 16 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La Goélette Noire - partie 2.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 66 - 16 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Sauvés par la Foi ET les oeuvres !

vendredi 2 février 2018   0 commentaire   166

La question de savoir si le chrétien est sauvé par la Foi ou par les œuvres, a déjà engendré beaucoup de polémiques. Ce n’est pas seulement un « combat » mené entre Catholiques et protestant, mais la source de polémiques est vielle : bien avant l’avènement du protestantisme. Le principe selon lequel le Chrétien est sauvé par la « Foi seule », est un des principes au cœur de la foi protestante ; principes énoncés par Martin Luther, le père de la réforme. Seulement, nous affirmons que c’est là une erreur : les Écritures saintes nient une telle doctrine ! Aucun verset ne pourra donner raison à n’importe quel théologien protestant, aussi éminent soit-il.

Lire la suite

Les reliques et le message

Mark Mallett   vendredi 23 novembre 2018   0 commentaire   178

SAINT PAUL nous a enseigné que nous sommes « entourés d'une immense nuée de témoins. » [Heb 12: 1] A l'approche de la nouvelle année, je souhaite partager avec mes lecteurs la « petite nuée » qui entoure cet apostolat à travers les reliques des Saints que j'ai reçues au fil des ans — et comment celles-ci inspirent la mission et les pensées qui sous-tendent mon ministère …

Lire la suite

L'Eucharistie, et l'ultime heure de miséricorde

Mark Mallett   lundi 15 octobre 2018   0 commentaire   211

Le texte suivant est à mettre en rapport avec l'article « Détruire l'Eucharistie, c'est tuer l'Eglise » pour bien comprendre le lien intime qui existe entre l'Eucharistie et le temps de la Miséricorde dans lequel nous nous trouvons. Lorsque viendra le temps de la Justice — réservé aux pécheurs impénitents qui auront dédaigné jusqu'au bout l'appel de la Miséricorde divine — il est vraisemblable que la source de cette miséricorde, le Très Saint Sacrement, nous sera retiré (non pas par Dieu, nous l'avons compris, mais par les ennemis du Christ infiltrés au coeur de l'Église).

Mais ne craignons rien car Jésus continuera de vivre dans chacun de nos coeurs, pour nous aider à traverser cette dernière période de tribulation et de ténèbres (lire « La flamme qui faiblit  » - partie 1 et partie 2) jusqu'à ce qu'il ait mis tous Ses ennemis sous ses pieds et ait fait advenir la nouvelle ère de paix. Tâchons donc de nous trouver parmi les vierges sages et non du nombre des vierges folles.

Lire la suite