Chien, chat, cheval… retrouverons-nous nos animaux de compagnie au Paradis ?


Commentaires (0)

Publié le mercredi 6 juin 2018

Catégorie : Foi, doctrine & morale catholiques

À l'occasion de la journée mondiale des animaux de compagnie (article du 3 octobre 2017), il est intéressant de nous retourner vers notre tradition catholique et voir ce qu'elle dit de la nature spirituelle des animaux. D'autant qu'en ce début de XXIe siècle, l'on assiste à une offensive massive des idéologies de type « vegan » et pire encore dans l'absurde, l'« anti-spécisme ».

Un article de Sébastien Morgan publié sur Aleteia le 03/10/2017.

Dieu créa l'Homme à son image… juste l'Homme

Dans la Genèse, Dieu crée l'Homme en dernier, le sixième jour. Malgré cette apparition tardive, seul l'humain est fait à l'image et à la ressemblance de Dieu, car il n'y a que dans l'Homme que Dieu place son souffle. Il y a donc une différence de nature profonde, en philosophie, on parle de différence ontologique, entre l'animal et l'Homme. Ce dernier est le seul être capable de liberté, de raisonner et de prier.

C'est cette différence qui fait dire à la tradition chrétienne que la résurrection ne concerne que l'être humain. Rien, dans la nature du chien ou du chat ne mène automatiquement à la résurrection, car si les animaux sont dotés d'un principe de vie qui les fait se mouvoir, ils n'ont pas d'âme immortelle. Ainsi pour Saint Thomas d'Aquin : «  … dans les animaux ne se trouve aucun désir d'éternité, mais ils sont éternels comme espèce, dans la mesure où se trouve en eux un désir de reproduction grâce auquel l'espèce continue d'exister ». ( «  De l'immortalité des animaux » – Eugen Drewermann – Thomas d'Aquin, Somme contre les Gentils, II, 82).

Une nouvelle terre et des nouveaux cieux vides ?

Pour autant, on imagine mal la « nouvelle création et les cieux nouveaux » tant attendus vides de toute présence autre que les hommes et les anges. Car c'est bien, toute la Création qui gémit dans les douleurs de l'enfantement. Il est donc tout à fait permis d'imaginer que le Royaume sera peuplé d'animaux.

À noter également que la vision de l'existence post-résurrectionnelle dans le christianisme, envisage une vie éternelle fort semblable à celle que nous connaissons, en tout cas dans le même corps, mais débarrassée de toute trace de mort, de chagrin, de douleur… En somme, une vie dans la continuité et l'accomplissement. Il n'est pas interdit de penser que dans cette vie là, l'animal qui nous a accompagné une longue partie de notre vie, le compagnon pour lequel nous avions un si grand amour, soit bel et bien là. Non par nature ou obligation ontologique, mais comme grâce et cadeau de Dieu qui ne rechigne jamais à rajouter du miracle au miracle !

Un roi en communion avec son royaume

Enfin, il faut signaler que si Dieu a fait de l'Homme, le roi de la Création, il ne s'agit pas d'être un roi despotique. En cela comme en bien d'autres choses, le christianisme propose une vision radicalement différente de celle toute moderne issue de Descartes. Alors que la tradition philosophique voit dans l'animal un objet à la libre disposition et exploitation de l'homme, la tradition chrétienne lui donne la plus grande dignité. Comme le rappelle l'encyclique Laudato Si' :

En même temps que nous pouvons faire un usage responsable des choses, nous sommes appelés à reconnaître que les autres êtres vivants ont une valeur propre devant Dieu et «  par leur simple existence ils le bénissent et lui rendent gloire  », puisque «  le Seigneur se réjouit en ses oeuvres  » (Ps 104, 31)

Laudato Si n°69

Source : fr.aleteia.org

Lire aussi : Les animaux vont-ils au paradis ?

A priori, il n'y a pas de paradis pour les animaux. Mais il y a un paradis pour les hommes justes, et si retrouver ses animaux fait partie de la justice, Dieu y pourvoira.

Un enfant pose la question : « Est-ce que les animaux vont au paradis ? » La question est délicate : il s'agit à la fois d'accompagner les enfants dans leurs attaches affectives et en même temps de bien poser les choses, notamment la différence qu'il peut y avoir entre un animal et un homme. Les deux n'ont ni la même vie, ni le même destin.

Être au paradis, c'est « voir Dieu ». Les animaux peuvent-ils voir Dieu ? A priori non : les animaux ont certes une âme, mais celle-ci n'est ni spirituelle ni immortelle, et n'ayant pas d'âme spirituelle capable de discerner le bien du mal, les animaux ne sont pas capables de voir Dieu, lui qui est le bien à l'état pur.
Au paradis, « il n'y aura plus de larmes et la mort n'existera plus. » Autrement dit, il n'y aura plus de deuil pour les hommes. Cela concerne aussi, même si cela est secondaire, le chagrin que nous pouvons éprouver devant la perte d'un animal. Saint François d'Assise parlait des animaux comme de nos frères…

La mort reste le lieu où les souhaits les plus profonds seront exaucés, les bons qui mèneront au paradis, les mauvais en enfer. Or, les animaux peuvent faire partie de nos souhaits… mais leur existence serait pour ainsi dire subjective. C'est pour autant que les hommes se souviennent au paradis de leurs animaux que ces animaux vivront au paradis.

On pourra profiter de cette question pour recadrer les choses dans un sens plus moral et plus divin, avec un authentique sens de l'espérance. Par exemple, en disant : « Je crois que Dieu exaucera tes désirs s'ils sont justes. » Et si la personne pense que son désir de voir son chien au paradis est juste, on pourra lui répondre qu'elle doit faire confiance à Dieu. Tout est dit : à la fois la compassion et la recherche de la sainteté. « Cherchez d'abord la justice de Dieu et son royaume et le reste vous sera donné de surcroît » (Matthieu 6, 33). Et le reste appartient à Dieu qui nous aime et veut notre bien.

Pour aller plus loin : Que deviennent les animaux après leur mort ?

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 85 - 5 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Chien, chat, cheval… retrouverons-nous nos animaux de compagnie au Paradis ?.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 85 - 5 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Gaudete et exsultate : pour le pape François, « Dieu veut que nous soyons saints »

lundi 9 avril 2018   1 commentaire

Le pape François a rendu public lundi 9 avril au Vatican, Gaudete et exsultate, l'exhortation apostolique sur « l'appel à la sainteté dans le monde moderne ».

Dans ce texte majeur de son pontificat, François rappelle que chaque baptisé à une vocation à la sainteté.

Lire la suite

Leurs récriminations dans le désert ont beaucoup à nous apprendre (Leçon n°3)

lundi 26 mars 2018   0 commentaire

Nous avons étudié précédemment plusieurs incidents dans lesquels l'ancien peuple juif a récriminé contre Moïse et contre Dieu. Nous l'avons fait non seulement pour examiner leurs péchés, mais pour apprendre de nos propres tendances à faire de même. Ce qui rend la récrimination si détestable, c'est qu'elle vient si tôt après avoir reçu des bénédictions et des démonstrations stupéfiantes de l'amour de Dieu pour nous et de Sa volonté et Sa capacité à nous sauver. La confiance, semble-t-il, est quelque chose qu'il nous est très difficile à apprendre.

Lire la suite

Pourquoi divisons-nous le corps du Christ ?

mardi 10 avril 2018   1 commentaire

Voici une très belle réflexion sur l'unité du corps du Christ, lue sur le site rtngabon.org. Je conserve le tutoiement utilisé par l'auteur.

Je ne sais pas pour toi, mais moi j'ai souvent tellement mal au coeur quand je vois comment les chrétiens font du mal au corps du Christ parce qu'ils passent leur temps à se déchirer, créant ainsi de la distraction qui nous éloigne davantage de Dieu. J'y ai moi-même souvent participé d'ailleurs. Plutôt que d'être unis, nous passons notre temps à pointer les différences des uns et des autres. Nous nous revendiquons de telle confession en prétextant qu'elle est meilleure qu'une autre. Nous accusons les autres de ne pas être de vrais chrétiens et j'en passe.

Lire la suite