C'est une épreuve


Commentaires (7)

Publié le samedi 19 octobre 2019

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Encouragement spirituel

Nombre de consultations : 1.197

En me réveillant ce matin, les mots suivants me sont venus à l'esprit : C'est une épreuve. Et ensuite, quelque chose comme ceci a suivi...

Traduction d'un article de Mark Mallett. Lire le texte original en anglais.

L'épreuve

Si tout ce qui se passe actuellement dans l'Église vous fait perdre la paix, vous échouez au test...

Oh quelle paix nous perdons souvent, Oh quelle souffrance nous subissons inutilement. Tout cela parce que nous ne portons pas tout à Dieu dans la prière.

— Joseph Scriven, extrait de l'hymne « What a Friend we have in Jesus »

Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, priez et suppliez, tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes.

Philippiens 4: 6

Si vous dites que le Pape François est en train de détruire l'Église, vous échouez au test...

Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église...

Mt 16: 18

Si vous dites que le Synode sur l'Amazonie va détruire l'Église, vous échouez au test...

Je bâtirai mon Église et la puissance de la Mort ne l'emportera pas sur elle.

Mt 16: 18

Si vous dites que le Pape François est un agent secret communiste ou un infâme franc-maçon essayant délibérément de ruiner l'Église, vous échouez au test...

Se rend coupable de jugement téméraire celui qui, même tacitement admet comme vrai, sans fondement suffisant, un défaut moral chez le prochain... de calomnie celui qui, par des propos contraires à la vérité, nuit à la réputation des autres et donne occasion à de faux jugements à leur égard.

— Catéchisme de l'Église catholique, n° 2477

Si vous déclarez que le Pape François est un hérétique, vous échouez au test...

Non, ce pape est orthodoxe, c'est-à-dire doctrinalement sain au sens catholique. Mais sa tâche est de rassembler l'Église dans la vérité et il serait dangereux pour lui de céder à la tentation de dresser le camp des progressistes fanfaronnant contre le reste de l'Église...

— Cardinal Gerhard Müller, « Als hätte Gott selbst gesprochen », Der Spiegel, 16 février 2019, p. 50

Si vous dites que vous allez vous battre contre le Pape, vous échouez au test...

L'Église est représentée sur la terre par le vicaire du Christ, c'est-à-dire le pape. Et qui est contre le pape est ipso facto hors de l'Église.

— Cartinal Robert Sarah, Corriere della Sera, 7 octobre 2019 ; La Croix

Celui qui ne reste pas attaché à cette unité de Pierre, est-ce qu'il peut croire qu'il reste attaché à la foi ? Celui qui abandonne le siège de Pierre, lui sur qui l'Église est construite, est-ce qu'il peut affirmer : « Moi, je suis dans l'Église » ?

— Saint Cyprien, évêque de Carthage, « De l'unité de l'Église », n° 4 ; The Faith of the Early Fathers, Vol. 1, pp. 220-221

Si vous dites suivre la « véritable Église » mais refusez de reconnaître le pontificat actuel comme valide, vous échouez au test...

DIEU LE PÈRE : « Qu'on ne s'excuse point en disant : "Je ne fais pas injure à la sainte Eglise, je ne me révolte pas contre elle, je n'en ai qu'aux vices des mauvais pasteurs." Qui parle ainsi ment sur sa tête. Son amour-propre l'aveugle, et l'empêche d'y voir clair, ou plutôt, il voit bien, mais fait semblant de ne pas voir, pour étouffer les reproches de sa conscience. S'il était sincère, il verrait bien, et même, il voit bien que ce ne sont pas les hommes qu'il persécute, mais le Sang de mon Fils. A Moi l'injure, comme à Moi le respect! Et donc à Moi aussi, tous les dommages, tous les mépris, tous les affronts, tous les opprobres, toutes les réprobations dont mes ministres sont l'objet. Je considère comme fait à Moi-même tout ce qui leur est fait. Je l'ai dit et je le répète : Je ne veux pas que l'on touche à mes christs ! — C'est à Moi seul de les punir. »

A qui laissa-t-il les clefs de ce Sang ? Au glorieux Apôtre Pierre et à tous ses successeurs qui sont venus et qui viendront après lui jusqu'au Jour du Jugement. Tous possèdent la même autorité que Pierre, qui ne peut être amoindrie par aucune de leurs fautes personnelles.

— Sainte Catherine de Sienne, extrait du Livre des dialogues ; télécharger le PDF ici

Ceux-là se trompent donc dangereusement qui croient pouvoir s'attacher au Christ Tête de l'Eglise sans adhérer fidèlement à son Vicaire sur la terre.

— PAPE PIE XII, Mystici Corporis Christi (sur le corps mystique du Christ), 29 juin 1943 ; n° 41 ; vatican.va

Si vous dites que Benoît XVI est le « vrai » Pape, vous échouez au test...

Il n'y a pas le moindre doute quant à la validité de ma renonciation au ministère pétrinien. La seule condition à la validité de ma renonciation est la pleine liberté au moment de ma décision. Les spéculations sur sa validité sont tout simplement absurdes... [Mon] seul et unique objectif [est] de soutenir le pontificat de [François] par la prière.

— PAPE EMÉRITE BENOÎT XVI, Cité du Vatican, 26 février 2014 ; Zenit.org

Si vous déclarez que Benoît XVI est victime de « chantage et de complot », vous échouez au test...

C'est un total non-sens. Non, c'est en fait une affaire simple... personne n'a cherché à me faire chanter... Si on avait essayé de le faire, je serais resté parce qu'il ne faut pas partir sous la pression. Et il n'est pas vrai non plus que j'aurais renoncé à ma charge en cédant à un chantage quelconque. En effet, Dieu merci, j'étais dans l'état d'esprit paisible de celui qui a surmonté la difficulté. L'état d'esprit de celui qui peut, tranquillement passer le gouvernail à celui qui vient après.

Benoît XVI, Dernières conversations: avec Peter Seewald (éditions fayard) ; traduction depuis l'anglais (Bloomsbury Publishing) ; p. 24 ; lire Les « dernières conversations » de Benoît XVI

Si vous dites que Benoît XVI n'a que partiellement renoncé au ministère pétrinien et aurait conservé les Clés du Royaume, vous échouez au test...

Je ne porte plus le pouvoir de la charge pour le gouvernement de l'Église, mais dans le service de la prière, je reste, pour ainsi dire, dans l'enceinte de saint Pierre.

— BENOÎT XVI, 27 février 2013 ; vatican.va

Si vous déclarez que le Pape François cherche intentionnellement à tromper les fidèles afin de changer la doctrine, vous échouez au test...

Pour éviter le jugement téméraire, chacun veillera à interpréter autant que possible dans un sens favorable les pensées, paroles et actions de son prochain : Tout bon chrétien doit être plus prompt à sauver la proposition du prochain qu'à la condamner. Si l'on ne peut la sauver, qu'on lui demande comment il la comprend ; et s'il la comprend mal, qu'on le corrige avec amour...

Catéchisme de l'Église catholique, n° 2478

Si vous prétendez que la moindre critique justifiée du Pape est un péché ou que le Pape ne peut commettre aucune erreur, vous échouez au test...

L'expression sincère et respectueuse d'une inquiétude en ce qui concerne des sujets de grande importance théologique et pastorale pour la vie de l'Eglise aujourd'hui, qui est adressée également au Souverain Pontife, est aussitôt étouffée et présentée sous un jour négatif, et il nous est reproché de façon diffamatoire de « semer le doute », d'être « contre le Pape », ou même d'être « schismatique. »

— Cardinal Raymond Burke, Mgr Anthanasius Schneider, « clarification au sujet de la signification de la fidélité au Pape », 24 septembre 2019 ; hommenouveau.fr ; lire aussi : Synode sur l'Amazonie : des erreurs et des hérésies dénoncées par le cardinal Burke et Mgr Schneider

Cependant, si vous restez en communion avec le Pape, en vous efforçant de l'aider par vos prières et avec des propos respectueux, voire même par une « correction filiale » faite de manière appropriée, vous réussissez le test...

Nous devons aider le Pape. Nous devons rester avec lui comme nous le ferions avec notre propre père.

— Cardinal Robert Sarah, 16 mai 2016, Lettres du Journal de Robert Moynihan

Par notre intervention, nous exprimons, comme pasteurs du troupeau, notre amour profond pour les âmes, pour la personne du pape François lui-même et pour le don divin de l'office pétrinien. Si nous ne fassions pas cela, nous commettrions un grave péché d'omission et d'égoïsme. Si nous demeurions silencieux, nous aurions une vie plus tranquille et peut-être même recevrions-nous des honneurs et des reconnaissances. Cependant, si nous étions silencieux, nous violerions notre conscience.

— Cardinal Raymond Burke, Mgr Anthanasius Schneider, « clarification au sujet de la signification de la fidélité au Pape », 24 septembre 2019 ; hommenouveau.fr

Si vous réalisez que tout ce que dit le Pape n'est pas infaillible, vous réussissez le test...

Le Pape n'est pas un souverain absolu, dont la pensée et la volonté font loi. Le ministère du Pape est la garantie de l'obéissance envers le Christ et envers Sa Parole.

— Pape Benoît XVI, Homélie du 7 mai 2005 ; Basilique de Saint-Jean-de-Latran ; Vatican.va

[...] si vous êtes troublé par certaines déclarations que le Pape François a faites dans ses récents entretiens, ce n'est pas de la déloyauté que de désapprouver certaines paroles prononcées lors de tels ou tels entretiens improvisés. Naturellement, si nous sommes en désaccord avec le Saint Père, nous le faisons avec le plus profond respect et la plus grande humilité, conscients qu'il se peut que nous ayons nous-mêmes besoin d'être corrigés. Cependant, les entretiens du Pape n'exigent ni l'assentiment de la foi qui est réservé aux enseignements ex cathedra, ni la soumission intérieure de l'intelligence et de la volonté qui est accordée aux déclarations faisant partie de son magistère non infaillible mais néanmoins authentique.

— Père Tim Finigan, professeur de théologie sacramentelle au Séminaire de St John, Wonersh; extrait de The Hermeneutic of Community, “Assent and Papal Magisterium”, 6 octobre 2013 ; http://the-hermeneutic-of-continuity.blogspot.co.uk

Si vous acceptez de reconnaître que l'homme qui détient l'office pétrinien peut pécher, mais que le Christ a toujours protégé l'Office de Pierre contre les erreurs ex cathedra, vous réussissez le test...

Quand nous reconnaissons cela à travers les événements de l'histoire, nous ne célébrons pas des hommes mais louons le Seigneur, qui n'abandonne pas l'Église et qui a voulu manifester qu'il est le roc à travers la personne de Pierre, la petite pierre d'achoppement : « La chair et le sang » ne sauvent pas, mais le Seigneur sauve à travers ceux qui sont de chair et de sang. Nier cette vérité n'apporte rien à notre foi, ne nous fait pas grandir en humilité, mais cela consiste à nous soustraire à cette humilité qui reconnaît Dieu tel qu'il est. Par conséquent, la promesse pétrinienne et sa personnification historique à Rome demeurent au niveau le plus profond un motif de joie toujours renouvelé ; les puissances de l'Enfer ne prévaudront pas contre elle...

— Cardinal Ratzinger (PAPE BENOÎT XVI), Called to Communion, Understanding the Church Today, Ignatius Press, p. 73-74 (Appelés à la Communion : Comprendre l'Eglise aujourd'hui, éditions Fayard)

Si nous regardons d'abord notre propre cœur et réalisons que non seulement Pierre, mais chacun de nous peut renier le Christ, ce que nous faisons bien souvent, nous réussissons le test...

Le Pierre post-Pentecôte… est ce même Pierre qui, par crainte des Juifs, a contredit sa liberté chrétienne (Galates 2 11-14) ; il est à la fois un rocher et une pierre d'achoppement. Et cela n'a-t-il pas été ainsi à travers toute l'histoire de l'Église que le Pape, successeur de Pierre, a été à la fois Petra et Skandalon — à la fois le rocher de Dieu et une pierre d'achoppement ?

— PAPE BENOÎT XVI, extrait de Das neue Volk Gottes, p. 80ff

Si vous éprouvez le devoir de ne pas imiter certains actes de l'homme occupant le siège de Pierre, tout en restant néanmoins soumis à son enseignement magistériel, vous réussissez le test...

L'assistance divine est donnée aux successeurs des apôtres, enseignant en communion avec le successeur de Pierre, et, d'une manière particulière, à l'évêque de Rome, Pasteur de toute l'Église, lorsque, sans arriver à une définition infaillible et sans se prononcer d'une "manière définitive", ils proposent dans l'exercice du Magistère ordinaire un enseignement qui conduit à une meilleure intelligence de la Révélation en matière de foi et de [morale]. A cet enseignement ordinaire les fidèles doivent « [adhérer avec un assentiment religieux.] »

Catéchisme de l'Église catholique, n° 892

Même si le Pape était Satan incarné, nous ne devons pas nous révolter contre lui... Je sais très bien que beaucoup tentent de se justifier en fanfaronnant : « Ils sont tellement corrompus et font toutes les oeuvres du mal ! » Mais Dieu a ordonné que, même si les prêtres, les pasteurs et le Christ-sur-terre (le Saint Père, Vicaire du Christ, ndt) étaient le mal incarné, nous leur devons obéissance et soumission, non pas à cause de leur personne, mais par amour pour Dieu et pour l'obéissance que nous devons avoir envers Lui.

St. Catherine of Siena, SCS, p. 201-202, p. 222, (cité dans Apostolic Digest, par Michael Malone, Livre 5 : « The Book of Obedience », chapitre 1: « There is No Salvation Without Personal Submission to the Pope »)

Si vous reconnaissez que le Pape François a enseigné tous les grands principes de la doctrine catholique (lire Pope Francis On…) et qu'il encourage tous les catholiques à en faire de même, vous réussissez le test...

Confesser la foi ! Toute la foi, pas une partie. Toute ! Conservez cette foi, entièrement, telle qu'elle nous est parvenue, par la voie de la Tradition : toute la foi !

— PAPE FRANÇOIS, Zenit.org, 10 janvier 2014 ; cf. La foi peut tout

Si vous reconnaissez que la foi catholique est également en train de mourir en Occident et qu'une anti-église tente de se dresser à sa place, vous réussissez le test...

Aujourd'hui, beaucoup de chrétiens ne sont même plus conscients des enseignements fondamentaux de la foi...

— Cardinal Gerhard Müller, Manifeste pour la foi : « Que votre cœur ne soit pas bouleversé », 8 février 2019, correspondanceeuropeenne.eu

La crise spirituelle concerne le monde entier. Mais elle a sa source en Europe. Les peuples d'Occident sont coupables d'avoir rejeté Dieu... L'effondrement spirituel a donc un aspect proprement occidental.

— Cartinal Robert Sarah, nd-chretiente.com, 5 avril 2019

La société occidentale est une société dans laquelle Dieu est absent de l'espace public et n'a plus rien à lui dire. Et c'est pourquoi c'est une société où la mesure de l'humanité se perd de plus en plus.

— Pape Émérite Benoît XVI, “L'Église et le scandale des abus sexuels”, 10 avril 2019 ; la-croix.com

... on fait d'une religion [ou idéologie] négative et abstraite une [norme] tyrannique [à laquelle] chacun doit se plier.

— Pape Benoît XVI, Lumière du monde, Le pape, l'Eglise et les signes des temps, Conversation avec Peter Seewald, page 78

Si vous reconnaissez que, malgré les crises que nous traversons actuellement, aucun homme, pas même un pape, ne peut détruire l'Église du Christ, vous réussissez le test...

Combien de forces, au long de l'histoire, ont cherché – et cherchent – à anéantir l'Église, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, mais elles sont toutes anéanties et l'Église reste vivante et féconde ! Elle reste inexplicablement solide... Ils ont passé des royaumes, des peuples, des cultures, des nations, des idéologies, des puissances, mais l'Église, fondée sur le Christ, malgré beaucoup de tempêtes et nos nombreux péchés, reste fidèle au dépôt de la foi dans le service, parce que l'Église n'est pas l'Église des Papes, des évêques, des prêtres et non plus des fidèles, elle est seule et seulement du Christ.

— PAPE FRANÇOIS, Homélie, le 29 juin 2015 ; Vatican.va

Enfin, si vous reconnaissez que vous ne pouvez fournir que votre part d'efforts, que la Tempête en cours n'est pas au-dessus de la puissance du Christ ni de la Divine Providence, et que l'avenir de l'Église est en définitive entre Ses mains, vous réussissez le test...

Jésus dormait sur le coussin à l'arrière. Les disciples le réveillent et lui disent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N'avez-vous pas encore la foi ? »

Mc 4: 38-40

Un homme reste chrétien aussi longtemps qu'il s'efforce de donner son assentiment sur l'essentiel, aussi longtemps qu'il essaie de prononcer le oui fondamental de la confiance, même s'il est incapable de vivre ou de comprendre cette foi dans le détail. Il y aura des moments dans la vie où, à travers toutes sortes de ténèbres et de moments d'obscurité, la foi reviendra à la simplicité de son énoncé : 'Oui, je crois en Toi, Jésus de Nazareth ; Je crois qu'en Toi a été révélé ce dessein divin qui me permet de vivre avec confiance, tranquillité, patience et courage.' Tant que ce noyau reste présent, un homme vit par la foi, même si pour le moment il trouve que bien des détails de la foi sont obscurs et impraticables. Répétons-le : à la base, la foi n'est pas un système de connaissance, mais de confiance.

— Cardinal Joseph Ratzinger, extrait de Faith and the Future, Ignatius Press

Mark Mallett
This is a Test

Quel ami fidèle et tendre,
Nous avons en Jésus Christ,
Toujours prêt à nous entendre,
A répondre à notre cri!
Il connaît nos défaillances,
Nos chutes de chaque jour.
Sévère en ses exigences,
Il est riche en Son amour.

Quel ami fidèle et tendre,
Nous avons en Jésus Christ,
Toujours prêt à nous comprendre
Quand nous sommes en souci!
Disons Lui toutes nos craintes,
Ouvrons Lui tout notre cœur.
Bientôt ses paroles saintes
Nous rendront le vrai bonheur

Quel ami fidèle et tendre,
Nous avons en Jésus Christ,
Toujours prêt à nous défendre,
Quand nous presse l'ennemi!
Il nous suit dans la mêlée,
Nous entoure de ses bras,
Et c'est lui qui tient l'épée,
Qui décide les combats.

Quel ami fidèle et tendre,
Nous avons en Jésus-Christ,
Toujours prêt à nous apprendre,
A vaincre en comptant sur lui!
S'il nous voit vrais et sincères à chercher la sainteté,
Il écoute nos prières et nous met en liberté.

Quel ami fidèle et tendre,
Nous avons en Jésus Christ,
Bientôt il viendra nous prendre
Pour être au ciel avec Lui!
Suivons donc l'étroite voie,
En comptant sur son secours,
Bientôt nous aurons la joie
De vivre avec Lui toujours.

— Joseph Scriven, extrait de l'hymne « Quel ami fidèle et tendre (nous avons en Jésus) » (version française, différente (!) de la version anglaise : «  What a Friend we have in Jesus  »)

Cet article m'inspire ...


de la joie
29


de l'encouragement
26


de la perplexité
4


de la tristesse
1


de la peur
1

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

La limite de l'exercice me semble tenir au fait que des propositions de la première partie ne sont pas nécessairement incompatibles avec celle de la seconde.

Pour le reste, il y a des rappels salutaires et des citations qu'il ait heureux de trouver. Merci!

Commentaire laissé par le

Le terme "piloté" est mal choisi mais le Pape est bien guidé par l'Esprit Saint, bien plus qu'on ne le pense. Non pas dans chacune de ses paroles mais dans la gouvernance de l'Eglise, pour que les portes de l'enfer ne prévalent jamais contre elle. Si l'Esprit Saint n'était pas à l'oeuvre l'Eglise aurait sombré depuis bien longtemps. L'Esprit Saint empêche également le Pape de modifier la doctrine et le dépôt de la foi même si telle était son intention de départ. Enfin c'est l'Esprit Saint et non les hommes (cardinaux) qui élit le Pape (en tout cas inspire l'élection d'un homme plus que d'un autre) dont chaque époque a besoin. Nous pouvons donc être assurés que François est le Pape que Dieu veut (selon ses charismes) pour notre temps. Celui de la miséricorde, car le temps de la miséricorde touche a sa fin. Plutot que de le critiquer nous devrions en effet prier pour lui et profiter de ces derniers temps où Dieu nous fait grâce de cette miséricorde pour nous convertir.

Article intéressant à lire avec discernement : https://myriamir.wordpress.com/2016/08/27/article-de-daniel-paradis-ecrit-lundi-22-aout-2016-fete-de-marie-reineil-faut-se-tourner-vers-dieu-pour-avoir-le-meme-coeur-que-lui-pour-connaitre-le-pape-francois/

« [...] Priez aussi pour le Saint Père François et le Saint Père Benoît XVI, votre Pape émérite, c'est très important et pour tous Mes consacrés. Un jour, pas lointain, vous allez comprendre pourquoi, en ces temps qui sont les derniers, les deux Papes sont ensemble, pourquoi Dieu l'a voulu ainsi. Priez pour eux, priez aussi pour tous vos frères et sœurs du monde entier sans aucune exception ».

Extrait du message donné par la Très Sainte Vierge Marie à Sulema le 24 juillet 2013

« Je viens, avec le cri de mon Cœur Immaculé, vous demander de prier pour votre Mère l’Église, de prier pour le vicaire de mon Fils, le Pape François. Priez pour les prêtres, les consacrés, pour qu'ils puissent lui rester fidèles [au Pape] et obéissants, pour qu'ils restent fidèles aux Commandements, à la saine doctrine. C'est votre devoir de prier pour eux, il faut les soutenir ; ne les jugez pas, ne les condamnez pas, ils sont d'autres Christ ».

Extrait du message donné par la Très Sainte Vierge Marie à Sulema le 11 septembre 2013

« Priez pour mes fils de prédilection, mes consacrés, mais surtout pour le Saint-Père François : il a besoin de vos prières. On va tout faire pour le diffamer ; il va beaucoup souffrir, car les loups veulent le dévorer ; ils ont cru qu'il serait une proie facile à avaler. Mon Vicaire à l'audace et la fermeté de dire la Vérité, il n'a pas accepté le modernisme proposé. Priez pour lui, mes enfants, car sa vie peut être en danger ; on ne veut pas de lui, soutenez-le par vos prières ».

Extrait du message donné par Notre Seigneur Jésus à Sulema le 28 novembre 2013

La Très Sainte Vierge Marie à Edson Glauber, témoin des apparitions d'Itapiranga au Brésil reconnues par Mgr Carillo Gritti le 31 mai 2009 :

- extrait du message du 15 mai 2013 :

« Les temps sont difficiles pour l’Église et pour le monde. Mais Dieu vient toujours en aide à tous Ses enfants, car Sa grâce et Son secours ne manqueront jamais. Vous vivez actuellement le temps où les deux Papes sont proches l'un de l'autre et s'aident mutuellement : l'un dans le silence, la prière et l'adoration, offrant ses souffrances pour l'autre qui doit guider, parler, agir et témoigner des enseignements de mon Fils Jésus auprès de tous. Deux vies, deux flammes brûlent pour le bien de l'Eglise et du monde. Mon fils Benoît XVI vous donne l'exemple de savoir se renoncer, de se sacrifier et de prier pour le bien de l'Eglise et du Pape actuel, ce que beaucoup ne font pas. Ce sont les deux oliviers et les deux flambeaux qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre (Ap 11,4) ».

Source : http://jeanderoquefort.free.fr/les_deux_temoins_du_chapitre_11_de_l_apocalypse_sont_les_papes_francois_et_benoit.html

Commentaire laissé par le

Non, Le Pape n’est pas piloté par le Saint-esprit – Ce n’est pas un robot – Comme tout homme, il a une volonté libre et il peut refuser l’assistance du Saint-Esprit - Il possède un charisme de discernement, mais ce charisme ne force pas son libre arbitre. S’il préfère l’avis de ses conseillers ou les séductions du monde , libre à lui
Sinon tous ses actes et paroles seraient parfaits (ce qui n’est manifestement pas le cas) et on ne nous demanderait pas de prier pour lui

Commentaire laissé par le

Bien d'accord. Nous devons reconnaissance au successeur de Pierre, quoi qu'il décide : il et évidemment piloté par le Saint Esprit du Christ et il est assez diplomate pour arriver à ses fins, n'en déplaise à ceux qui ne comprennent pas sa stratégie.
Merci au Seigneur de nous l'avoir donné pour guide et merci à lui d'avoir accepté cette énorme mission de piloter cette église si rebelle.

Commentaire laissé par le

Bonjour Eric,

Vous dites :

"Dans ce cas, on fait quoi ? On approuve quand même ... Désolé mais non ! Certes, il ne m'appartient pas de juger des intentions de l'auteur de la proposition (Dieu seul juge) mais je n'accepte pas de me taire et encore moins d'approuver une proposition mensongère parce qu'elle émanerait du Pape"

=> Qui vous demande d'approuver ? Ce document ne fait pas partie de l'enseignement infaillible du Pape (foi et morale, ex cathedra) donc rien ne vous oblige à l'approuver. Ce qui vous est demandé est de désapprouver de façon respectueuse, sans pour autant traiter le Saint Père, vicaire du Christ et successeur de Saint Pierre, d'hérétique. Tout comme le reniement de Saint Pierre n'a pas fait de lui un hérétique.

Je cite Mark Mallett :

"Cependant, si vous restez en communion avec le Pape, en vous efforçant de l'aider par vos prières et avec des propos respectueux, voire même par une « correction filiale » faite de manière appropriée (ex: en écrivant au Saint Père ou en le rencontrant, non pas publiquement sur Facebook ou sur des forum), vous réussissez le test..."

Et le Père Tim Finigan :

"[...] si vous êtes troublé par certaines déclarations que le Pape François a faites dans ses récents entretiens, ce n'est pas de la déloyauté que de désapprouver... Naturellement, si nous sommes en désaccord avec le Saint Père, nous le faisons avec le plus profond respect et la plus grande humilité, conscients qu'il se peut que nous ayons nous-mêmes besoin d'être corrigés. Cependant, les entretiens du Pape n'exigent ni l'assentiment de la foi qui est réservé aux enseignements ex cathedra, ni la soumission intérieure de l'intelligence et de la volonté qui est accordée aux déclarations faisant partie de son magistère non infaillible mais néanmoins authentique. (ex: exhortations apostoliques)"

Sauf erreur, la déclaration d'Abu Dhabi ne fait pas partie de "son magistère non infaillible mais néanmoins authentique." D'autant plus qu'elle émane à la fois de François et du Grand Imam d'Al-Azha, ce dernier n'ayant aucune autorité magistérielle au sein de l'Eglise catholique !

Dans tous les cas il y a bel et bien une épreuve aujourd'hui dans l'Eglise et elle est de cet ordre :

« Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup... Il sera un signe de contradiction et toi, ton âme sera traversée d’un glaive : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

Lc 2: 34-35

La femme dont le coeur sera transpercée d'un glaive c'est chaque fidèle catholique aujourd'hui. Ne sommes-nous pas comme transpercés d'un glaive face à l'état lamentable de l'Eglise du Christ (tout comme Marie l'était face à l'état lamentable dans lequel se trouvait le corps de son Fils flagellé et crucifié) ? Le grand nombre dont les pensées du coeurs sont dévoilées ce sont ces loups au sein de l'Eglise. Mais aussi ces catholiques qui se rebellent et attaquent le Saint Père parce qu'ils ne comprennent pas sa mission à notre époque et le traitent d'hérétique.

Mais notons que Marie a toujours tout médité dans son coeur, elle ne s'est jamais énervée face au déchainement du mal et a toujours su garder sa paix intérieure.

Lorsque nous sommes confrontés à ce "signe de contradiction" nous avons deux choix possibles : soit prier et laisser le glaive transpercer notre coeur (nos souffrances face à ce mal qui déchire le corps de Celui que l'on aime - Son Église), soit faire justice nous-mêmes en prenant le glaive et en frappant l'enfant, le "signe de contradiction". C'est ce qui s'est produit du temps de Jésus il y a 2000 ans et que se produit à nouveau aujourd'hui sous le pontificat de François.

J'ai vu le Saint-Père, dans une très grande maison, à genoux devant une table, la tête dans les mains, et pleurant. Dehors, il y avait beaucoup de monde. Les uns lui jetaient des pierres, d'autres lui adressaient des injures et lui disaient de vilaines paroles. Pauvre Saint-Père ! Il nous faut prier beaucoup pour lui !

—Révélation privée reçue par la Bienheureuse Jacinthe, un des trois pastoureaux de Fatima. Révélation confiée à Soeur Lucie.

https://www.pierre-et-les-loups.net/reponses-a-des-questions-recurrentes-au-sujet-du-pape-francois-437.html

Philippe

Commentaire laissé par le

Désolé d'être en désaccord profond, avec l'épreuve proposée - De toute façon, vous orientez les réponses vers le résultat attendu (et cela m'attriste)

Par exemple, à la proposition :
Si vous déclarez que le Pape François cherche intentionnellement à tromper les fidèles afin de changer la doctrine, vous échouez au test...

Vous répondez :
Pour éviter le jugement téméraire, chacun veillera à interpréter autant que possible dans un sens favorable les pensées, paroles et actions de son prochain : Tout bon chrétien doit être plus prompt à sauver la proposition du prochain qu'à la condamner. Si l'on ne peut la sauver, qu'on lui demande comment il la comprend ; et s'il la comprend mal, qu'on le corrige avec amour...

Mais c'est une réponse qui esquive la réalité car elle n'envisage pas le cas où la proposition du prochain , et éventuellement du Pape (La fameuse diversité des religions voulue par DiEU ....Déclaration d' Abu Dhabi ) serait vraiment fausse ou hérétique - Dans ce cas, on fait quoi ? On approuve quand même ... Désolé mais non ! Certes, il ne m'appartient pas de juger des intentions de l'auteur de la proposition (Dieu seul juge) mais je n'accepte pas de me taire et encore moins d'approuver une proposition mensongère parce qu'elle émanerait du Pape

Commentaire laissé par le

Je n'ai jamais douté de l'honnêteté du Pape François..

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 - 1 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page C'est une épreuve.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 - 1 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Tout homme est une histoire sacrée

mardi 20 mars 2018   1 commentaire   401

Un article de Matthieu BOUCART - totus-tuus.fr

En méditant sur les funérailles spectaculaires de Johnny Hallyday, plusieurs pensées m'ont traversé :

La tentation est grande pour un catholique de gloser hautainement sur ce monde païen vénérant l'une de ses idoles. Pourtant je n'y cède pas. Ne serait-ce que parce que parmi ces milliers de braves gens qui se sont déplacés, venant parfois de loin, et ayant bravé le froid et les intempéries, il y avait des catholiques. Ensuite, parce qu'on sentait quelque chose de profondément humain dans cet hommage populaire, quelque chose de grand et de beau – je dirais : de surnaturel. Toute expérience de communion dans l'amour me paraît surnaturelle en effet et trouver sa source en Dieu qui est communion d'Amour.

Lire la suite

La conversion fulgurante d’Alphonse Ratisbonne

mercredi 11 avril 2018   1 commentaire   547

Rome, jeudi 20 janvier 1842. Un jeune avocat juif, athée, libre penseur et dilettante, entre dans l'église Sant'Andrea delle Fratte (Saint-André des Buissons) à Rome pour en sortir quelques minutes plus tard, chrétien, prêt à mourir pour défendre la foi en Jésus-Christ. « Si quelqu'un m'avait dit dans la matinée de ce jour : "Tu t'es levé juif, tu te coucheras chrétien", je l'aurai regardé comme le plus fou des hommes », écrira Alphonse Ratisbonne (1814-1884). Et pourtant…

Lire la suite

Apparitions de la Vierge Marie au Laus - France (1664-1718)

mardi 13 mars 2018   0 commentaire   496

Le Laus est à peine à 80 km de la Salette. Le village de St-Étienne d'Avançon fait partie, actuellement du diocèse de Gap. À l'époque des apparitions, il appartenait au diocèse d'Embrun. Les guerres de Religion, au 16e siècle entre catholiques et protestants calvinistes laissent inutilisables 120 des 190 églises du diocèse de Gap.

Pendant quatre mois, début juin à la fin août 1664, presque tous les jours, la Mère et l'enfant Jésus rencontrent Benoîte Rencurel au Vallon des Fours.

Nous savons que pendant les deux premiers mois c'est le silence complet de la part de la Dame. Malgré ce silence, l'événement procure à Benoîte une paix qui la comble au-delà de ses attentes. Les deux mois suivants sont consacrés à la formation de la jeune bergère; il lui faut apprendre à prier, à devenir patiente, à être détachée.

Lire la suite