Une parole pour notre temps venue d'Afrique par Mark Mallett


Commentaires (1)

Publié le samedi 6 avril 2019

Auteur : Mark Mallett

Catégorie : Vie de l'Eglise

Nombre de consultations : 768

Le cardinal Sarah nous offre aujourd'hui un entretien étonnant, lucide et visionnaire, que l'on peut lire dans le Catholic Herald. Nous n'y trouvons pas seulement “cette parole pour notre temps” qui rejoint les avertissements que je me sens obligé de claironner depuis plus d'une décennie, mais plus précisément et essentiellement, nous y trouvons les solutions à la crise actuelle. Je me prépare à donner une retraite pour hommes demain avec deux merveilleux frères canadiens en Jésus Christ (voir l'affiche ici). Je vais donc vous laisser ce week-end méditer sur quelques passages importants de l'entretien du cardinal Sarah, auxquels j'ai ajouté, pour les nouveaux lecteurs, des liens vers certains des articles connexes de mon blog, qui vous permettront d'approfondir davantage ses observations.

Photo : le cardinal Sarah s'agenouillant devant le Saint-Sacrement à Toronto (University of St Michael's College) - © Catholic Herald

L'entretien

Version française de l'entretien : nd-chretiente.com

C'est une crise mondiale et non régionale qui s'enracine dans la période des Lumières :

CS (Cardinal Sarah): La crise spirituelle concerne le monde entier. Mais elle a sa source en Europe. Le rejet de Dieu est né dans les consciences occidentales... L'effondrement spirituel a donc des traits proprement occidentaux.Catholic Herald, le 5 avril 2019 ; version française : nd-chretiente.com

TNW (Articles connexes sur The Now Word - le Blog de Mark Mallett ; lien vers la version française sur mon blog quand disponible) : Mystery Babylon, The Fall of Mystery Babylon, et The Collapse of Babylon

L'émergence d'une "bête" économique :

CS : Parce que [l'homme occidental] refuse de s'accepter comme héritier [d'une histoire, d'une culture, d'un nom, d'une famille], l'homme se condamne à l'enfer de la mondialisation libérale où les intérêts individuels s'affrontent sans autre loi que celle du profit à tout prix.

TNW : Capitalism and the Rising Beast et The New Beast Rising

La crise de la paternité :

CS : Je veux rappeler aux Occidentaux que la raison véritable de ce refus d'hériter, de ce refus de la paternité est au fond le refus de Dieu. Je discerne au fond des coeurs occidentaux un profond refus de la paternité créatrice de Dieu. Nous recevons de lui notre nature d'homme et de femme. Cela devient insupportable aux esprits modernes.

TNW : A Priest in My Own Home : Part I et Part II, On Becoming a Real Man, et The Coming Revelation of the Father

Sur la volonté de contrefaire notre humanité à travers "l'idéologie du genre" :

CS : L'Occident refuse de recevoir, il n'accepte que ce qu'il construit lui-même. Le transhumanisme est l'ultime avatar de ce mouvement. Même la nature humaine, parce qu'elle est un don de Dieu, devient insupportable à l'homme d'Occident. Cette révolte est en son essence spirituelle.

TNW : The Coming Counterfeit

Sur la fausse quête de liberté coupée de la vérité :

CS : Une liberté qui n'est pas en elle-même orientée et guidée par la vérité n'a aucun sens. L'erreur n'a pas de droit... L'homme occidental a peur de perdre sa liberté en recevant le don de la foi véritable. Il préfère s'enfermer dans une liberté vide de contenu.

TNW : The Quest for Freedom

La crise du sacerdoce :

CS : Je suis persuadé que la crise du sacerdoce est un élément central de la crise de l'Église. On a enlevé aux prêtres leur identité. On leur a fait croire qu'ils devaient être des hommes efficaces. Or un prêtre est fondamentalement un continuateur parmi nous de la présence du Christ. On ne doit pas le définir par ce qu'il fait mais par ce qu'il est : ipse Christus, le Christ lui-même.

TNW : Amertume et fidélité, L'échec catholique, My Young Priests, Be Not Afraid ! et So, You Saw Him Too ?

Nous vivons l'heure de l'agonie de Jésus au Jardin de Gethsémani et de Sa Passion :

CS: L'Église vit aujourd'hui avec le Christ les outrages de la Passion. Les péchés de quelques-uns lui sont renvoyés comme des crachats au visage... Les Apôtres eux-mêmes se sont enfuis du jardin des Oliviers. Ils ont abandonné le Christ au moment le plus difficile... Oui, il existe des prêtres, des évêques et même des cardinaux infidèles qui manquent à la chasteté mais aussi, et c'est tout aussi grave, à la vérité de la doctrine ! Ils désorientent les fidèles chrétiens par leur langage confus et ambigu. Ils trahissent et falsifient la Parole de Dieu, prêts à la tordre et à la plier pour obtenir l'approbation du monde. Ce sont les Judas Iscariots de notre époque.

TNW : Our Passion, The Hour of Judas, La secousse de l'Eglise et La chute des étoiles

Sur l'homosexualité et les péchés contre la chasteté :

CS : Il n'y a pas dans l'Église un « problème homosexuel ». Il y a un problème de péchés et d'infidélité. Ne nous laissons pas imposer le vocabulaire de l'idéologie LGBT. L'homosexualité ne définit pas l'identité des personnes. Elle qualifie des actes déviants et peccamineux. Pour ces actes, comme pour les autres péchés, les remèdes sont connus. Il s'agit de retourner au Christ, de le laisser nous convertir.

TNW : Human Sexuality and Freedom – Part IV, L'Anti-Miséricorde, The Authentic Mercy, et Wormwood

La véritable crise dans l'Église :

CS : La crise de l'Église est avant tout une crise de la foi. On veut faire de l'Église une société humaine et horizontale. On veut lui faire parler un langage médiatique. On veut la rendre populaire. Certains veulent que l'Église... ne parle pas de Dieu, mais se charge corps et âme des problèmes sociaux : migration, écologie, dialogue, culture de la rencontre, lutte contre la pauvreté, pour la justice et la paix. Ce sont bien sûr des questions importantes et vitales devant lesquelles l'Église ne peut pas fermer les yeux. Mais une telle Église n'intéresse personne. L'Église n'a d'intérêt que parce qu'elle nous permet de rencontrer Jésus.

TNW : La crise derrière la crise, Jésus seul marche sur l'eau, et A Gospel for All

Les saints, pas les réformes, renouvelleront l'Occident :

CS : On croit parfois que l'histoire de l'Église est marquée par les réformes de structures. Je suis certain que ce sont les saints qui changent l'histoire. Les structures suivent ensuite et ne font que pérenniser l'action des saints... La foi est comme un feu. Il faut être soi-même brûlant pour pouvoir la transmettre. Veillez sur ce feu sacré ! Qu'il soit votre chaleur au coeur de l'hiver de l'Occident.

TNW : Resurrection, not Reform, The Triumph – Part II, et La Nouvelle et Divine Sainteté

Sur l'athéisme dans notre culture :

CS : Dans la conclusion de mon livre (*), je parle de ce poison dont nous sommes tous victimes : l'athéisme liquide. Il infiltre tout, même nos discours d'ecclésiastiques. Il consiste à admettre à côté de la foi, des modes de pensée ou de vie radicalement païens et mondains. Et nous nous satisfaisons de cette cohabitation contre-nature ! Cela montre que notre foi est devenue liquide et sans consistance ! La première réforme à faire est dans notre coeur. Elle consiste à ne plus pactiser avec le mensonge.

TNW : Le retour du communisme, et The Good Atheist

(*) « Le soir approche et déjà le jour baisse », de Nicolas Diat et Robert Sarah, éditions Fayard - mars 2019

L'effondrement de l'Occident, tout comme celui de l'Empire romain, et le retour à la barbarie :

CS : Je suis persuadé que la civilisation occidentale vit une crise mortelle. Elle a atteint les limites de la haine autodestructrice. Comme à l'époque de la chute de Rome, les élites ne se soucient que d'augmenter le luxe de leur vie quotidienne et les peuples sont anesthésiés par des divertissements de plus en plus vulgaires. Comme évêque, je me dois de prévenir l'Occident ! Les barbares sont désormais à l'intérieur de la cité. Les barbares sont tous ceux qui haïssent la nature humaine, tous ceux qui bafouent le sens du sacré, tous ceux qui méprisent la vie, tous ceux qui se révoltent contre le Dieu créateur de l'homme et de la nature.

TNW : Les barbares sont aux portes, On the Eve, et On the Eve of Revolution

Sur le nouveau totalitarisme :

CS : Un État qui renvoie Dieu au domaine privé est un État qui se coupe de la source réelle du droit et de la justice. Un État qui prétend fonder le droit uniquement sur son bon vouloir, qui ne cherche pas à fonder la loi sur un ordre objectif reçu du Créateur, risque de sombrer dans le totalitarisme.

TNW : La Progression du Totalitarisme, Qu'est-ce que la vérité ?, The Hour of Lawlessness, The Great Corralling et Fake News, Real Revolution

Lire aussi les articles de Michael D. O'Brien tels que : La Famille et le Totalitarisme

La menace islamique et les migrations incontrôlées :

CS : Comment ne pas souligner aussi le danger que constitue l'islamisme ? Les musulmans méprisent l'Occident athée... On serine aux pays du tiers-monde que l'Occident est le paradis parce qu'il est régi par le libéralisme marchand. On favorise ainsi des flux migratoires tragiques pour l'identité des peuples. Un Occident qui renie sa foi, son histoire, ses racines et son identité est condamné au mépris et à la mort.

TNW : The Crisis of the Refugee Crisis et Une réponse catholique à la crise des réfugiés

Sur les communautés authentiquement chrétiennes :

CS : J'appelle les chrétiens à ouvrir des oasis de gratuité dans le désert de la rentabilité triomphante. Nous devons créer des lieux où l'air soit respirable, où, tout simplement, la vie chrétienne soit possible. Nos communautés doivent mettre Dieu au centre. Dans l'avalanche de mensonges, on doit pouvoir trouver des lieux où la vérité soit non seulement expliquée mais expérimentée.

TNW: The Sacrament of Community, L'Église accueillante, et The Coming Refuges and Solitudes

Sur la nécessité de l'évangélisation du monde :

CS : Les chrétiens doivent être missionnaires, ils ne peuvent garder pour eux le trésor de la foi. La mission, l'évangélisation demeure une urgence spirituelle.

TNW : A Gospel for All, Trouver Jésus, The Urgency for the Gospel, et Jésus ... vous vous souvenez de Lui ?

Sur le rôle des chrétiens dans la société :

CS : Une société irriguée par la foi, l'Évangile et la loi naturelle est souhaitable. Il revient aux fidèles laïcs de la construire. C'est même leur vocation propre... Une société juste dispose les âmes à recevoir le don de Dieu. Elle ne saurait causer le salut... Il y a urgence à annoncer le coeur de notre foi : seul Jésus nous sauve du péché. Toutefois, il faut souligner que l'évangélisation n'est complète que lorsqu'elle atteint les structures de la société. Une société inspirée de l'Évangile protège les plus faibles contre les conséquences du péché.

TNW : On Just Discrimination, The Center of Truth, The Authentic Mercy, et Soft on Sin

Sur la place de l'amour et de la Croix dans l'évangélisation :

CS : Le but de l'évangélisation n'est pas la domination du monde, mais le service de Dieu. N'oublions pas que la victoire du Christ sur le monde… c'est la Croix ! Nous n'avons pas à vouloir nous emparer de la puissance du siècle. L'évangélisation se fait par la Croix.

TNW : La Croix est Amour, The Power of the Cross, La croix, chemin d'amour, The Daily Cross, et Lightening the Cross

L'importance de la vie intérieure :

CS : L'évangélisation n'est pas une question de succès, elle est une réalité profondément intérieure et surnaturelle.

TWN: Momma's Business, Sur les pas de Saint Jean, et Prayer Retreat

Pour lire l'intégralité de l'entretien avec le cardinal Sarah, empli de bien plus de sagesse et de profondeur de vue que ces courts extraits, rendez-vous sur The Catholic Herald (anglais) ou nd-chretiente.com (en français mais avec certains propos en moins).

Mark Mallett
The African Now Word

Pour aller plus loin : entretien avec Aleteia au sujet du nouveau livre-entretien du Cardinal Robert Sarah : « Le soir approche et déjà le jour baisse »

Lire le livre-entretien de Nicolas Diat et Robert Sarah, « Le soir approche et déjà le jour baisse », éditions Fayard - mars 2019

Après la purification de Son Église et du monde, le Seigneur nous donnera-t-Il un Saint Pape comme le Cardinal Sarah pour nourrir toutes ces âmes qui seront alors assoiffée de vérité ?

Soutenons le ministère à plein temps de Mark Mallett !

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Fantastique ce discours! Tout m'a bien plus directement en lisant. J'ai l'impression toute proportion gardé bien entendu de revoir des choses que je n'arrête pas de dire moi aussi et ce à mon petit niveau de jeunes convertis. Je ne supportes pas non plus l'hypocrisie de vouloir admettre d'autres modes de pensées de peur de choquer ou de déranger. Non il n'y a qu'une seule vérité et cette Vérité c'est le Christ! Un point c'est tout. Cela plait ou pas on s'en fout! Nous sommes des témoins pas des bon parleurs pour les mondains.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 38 + 18 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Une parole pour notre temps venue d'Afrique.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 38 + 18 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort : « Pourquoi les chrétiens ne s'assemblent-ils pas pour prier le Saint Rosaire ? »

dimanche 11 mars 2018    271

« Le Rosaire récité en commun est bien plus terrible au démon, puisqu'on fait, par ce moyen, un corps d'armée pour l'attaquer. Il triomphe quelquefois fort facilement de la prière d'un particulier, mais, si elle est unie à celle des autres, il n'en peut venir à bout que difficilement. 

Il est aisé de rompre une [branche de houx] toute seule ; mais si vous l'unissez à plusieurs autres et en faites un faisceau, on ne peut plus la rompre. Vis unita fit fortior (L'union fait la force). Les soldats s'assemblent en corps d'armée pour battre leurs ennemis ; les méchants s'assemblent souvent pour faire leurs débauches et leurs danses ; les démons même s'assemblent pour nous perdre.

Pourquoi donc les chrétiens ne s'assembleraient-ils pas pour avoir la compagnie de Jésus-Christ, pour apaiser la colère de Dieu, pour attirer sa grâce et sa miséricorde, et pour vaincre et terrasser plus puissamment les démons ? »

Lire la suite

Théobule, les enfants connectés à la parole de Dieu

mercredi 14 mars 2018   0 commentaire   472

Théobule propose aux enfants de rencontrer Jésus avec des vidéos, des activités ludiques et un coin prière. Complément de supports de catéchisme ou outil unique, Théobule est un bon allié pour la pastorale en école primaire. Théobule est aussi l'ami des familles et des parents désireux de partager et de transmettre leur foi à leurs enfants. Conçu par les religieux dominicains, Théobule vous aide aussi pour l'éveil à la foi, le partage de la parole et de l'Évangile le dimanche, la prière en famille. Avec Théobule, la Bible, la parole de Dieu est donnée, commentée et éclairée pour la joie des plus jeunes !

Lire la suite

Les catholiques qui quittent l'Eglise en raison des scandales risquent le "néant existentiel" pour toute l'éternité

Cardinal Walter Brandmüller   vendredi 14 juin 2019   0 commentaire   243

Le cardinal Walter Brandmüller, l'un des signataires des dubia, a averti les catholiques qui abandonnent la seule véritable Église, quelle qu'en soit la raison, qu'ils risquent de tomber dans la damnation éternelle du « néant existentiel ».

Selon le cardinal Brandmüller, quitter l'Église signifie « tomber dans un néant existentiel, et ce choix, [s'il persiste] au moment de la mort, [vaudrait] pour l'éternité. » Brandmüller a fait ce commentaire lors d'un récent entretien en s'exprimant sur les raisons de l'augmentation du nombre de catholiques bavarois (Allemagne) quittant l'Église.

Il a également cité Saint Augustin, qui déclarait que les catholiques sont comme des sarments qui sont « soit greffés à la vigne, soit jetés au feu où ils brûlent ». Brandmüller a indiqué, toutefois, qu'il se sentait encouragé par le « nombre croissant de jeunes » qui ont décidé de « servir l'Église » malgré les scandales actuels.

Lire la suite