Un expert des Nations Unies : "les religions du monde devraient se soumettre à l’autorité des experts des Nations Unies"


Commentaires (0)

Publié le lundi 9 mars 2020

Auteur / source : c-fam.org

Catégorie : Actualité chrétienne et de l'Eglise

WASHINGTON, D.C., 6 mars (C-Fam) Selon l'expert spécial des Nations Unies sur la liberté de religion, les opinions marginales des organes des droits de l'homme des Nations Unies doivent avoir préséance sur les croyances dominantes de nombreuses grandes religions du monde, en matière de droit et de politique.

Photo : Ahmed Shaheed, auteur du rapport sur la liberté de religion et de croyance. Foreign and Commenwealth Office/Flickr

Un article de Rebecca Oas, publié sur le site c-fam.org

Dans son nouveau rapport annuel, Ahmad Shaheed, le rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction, écrit sur l'intersection de la religion et de l'égalité des sexes. Il conclut que les lois fondées sur la morale traditionnelle, souvent de nature religieuse, devraient être abrogées si elles entrent en conflit avec les opinions des spécialistes des droits de l'homme et des experts des Nations Unies.

« Les États ont l'obligation de garantir à tous, y compris aux femmes, aux filles et aux personnes LGBT +, un droit égal à la liberté de religion ou de conviction », dit-il, « notamment en créant un environnement propice où des compréhensions de soi pluralistes et progressistes peuvent se manifester. »

Afin de permettre ces « compréhensions de soi », les lois criminalisant l'avortement ou divers comportements sexuels devraient être abrogées.

Shaheed note que les lois concernant l'avortement et le comportement homosexuel découlent souvent de l'application d'enseignements religieux concernant le caractère sacré de la vie, la famille et la moralité sexuelle. Tout en n'appelant pas directement les grandes religions du monde, telles que le christianisme ou l'islam, à changer leurs doctrines, il tente de différencier les interprétations « patriarcales » et « d'égalité de genre » des enseignements religieux. Le rapport cite le travail de chercheurs qui ont œuvré à la promotion de réinterprétations « progressistes » des traditions religieuses, ajoutant que la source de la violence ou de la discrimination fondée sur le genre n'est pas nécessairement les religions, mais plutôt certaines interprétations de celles-ci, « qui ne sont pas en soi protégées. »

La notion de « droits des LGBT + », un concept qui n'est entré que récemment dans le langage des universitaires et qui ne relève pas d'un consensus international, encore moins d'une définition formellement acceptée, est traitée par le rapport comme une donnée. En revanche, les traditions religieuses, dont certaines remontent à des milliers d'années, sont traitées comme subordonnées. Le rapporteur spécial cite « de nombreuses féministes et spécialistes des droits de l'homme » en faisant valoir que « les règles régissant le statut des hommes et des femmes, y compris dans la nomination du clergé », ne sont pas seulement religieuses, mais politiques et, par conséquent, « concernent l'État et le droit international sur les droits de l'homme. »

En novembre dernier, Shaheed a tweeté une citation d'un atelier axé sur l'égalité des sexes et la liberté de religion :

« Lorsque l'accès à un avortement sans risque est refusé, le droit à la vie, le droit à la santé, le droit à l'égalité de la dignité humaine sont refusés. »

Lundi [2 mars 2020], le Conseil des droits de l'homme a mené un dialogue interactif avec le Rapporteur spécial, et une déclaration commune a été présentée au nom de plusieurs organisations pro-vie et pro-famille, dont C-Fam, soulevant des objections sur le mépris du rapport pour les droits des enfants à naître et sur les appels à restreindre les droits de l'objection de conscience à l'avortement pour les professionnels de la santé.

Le poste du Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de croyance fait partie du sous-ensemble du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies connu sous le nom de procédures spéciales. En tant que tel, il sert à titre individuel, non rémunéré, tandis que ses rapports sont consultatifs et non contraignants. Néanmoins, ils alimentent la bibliothèque de l'ONU sur les documents relatifs aux droits de l'homme qui se citent fréquemment les uns les autres pour défendre les interprétations des droits de l'homme qui sont loin d'obtenir un large soutien parmi les États membres de l'ONU.

Les précédents rapporteurs spéciaux, y compris ceux dont le mandat comprend la torture, la violence contre les femmes et le droit à la santé, ont utilisé leur poste pour faire avancer les positions en faveur de l'avortement.

Lire aussi cet article plus complet sur : Campagne Québec-Vie

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
5


de la peur
0

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 - 2 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Un expert des Nations Unies : "les religions du monde devraient se soumettre à l’autorité des experts des Nations Unies".

Champs obligatoires

@
Votre adresse e-mail sera transmise au destinataire. Celle-ci ne sera pas conservée et nous n'en ferons aucun autre usage.
@
L'adresse e-mail du destinataire ne sera pas conservée et nous n'en ferons aucun autre usage.
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 - 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Secret de la confession : quand on impose aux ministres du culte de choisir entre la prison et l’excommunication

Diakonos.be   samedi 20 juillet 2019   3 commentaires   partager

La dernière attaque en date vient d'être déjouée il y a quelques jours à peine en Californie. Le 13 juillet, le comité d'État pour la sécurité publique a dû faire retirer la proposition de loi SB 360 présentée par le sénateur Jerry Hill – et déjà approuvée par le sénat – visant à abolir le secret de la confession.

Lire la suite

Très catholique Bavière ! Trop catholique pour certains hommes d’Église ?

samedi 5 mai 2018   1 commentaire   partager

La Bavière est un pays catholique. Là-bas, pas de laïcité agressive comme en France. La liberté de conscience est entière, chacun peut croire ou ne pas croire, et pratiquer sa religion comme il l'entend. Mais l'ancien royaume du sud de l'Allemagne est profondément imprégné de son histoire, enraciné et conscient de ce que le christianisme a forgé son identité.

Lire la suite

Lettre ouverte du cardinal Ouellet sur les récentes accusations contre le Saint-Siège

dimanche 7 octobre 2018   2 commentaires   partager

Dans une lettre ouverte datée du 7 octobre 2018, le Préfet de la Congrégation pour les Evêques répond aux accusations formulées par l'ancien nonce à Washington Mgr Carlo Maria Viganò qui visaient le Pape François et le Saint-Siège, à propos de la gestion du cas Mc Carrick.

Je mets ci-dessous les points qui me paraissent les plus importants dans le cadre de la mission de ce blog et parce que certains propos, ils me semble, peuvent parfaitement s'adresser aux catholiques actuellement en rébellion plus ou moins ouverte contre le Saint Père, et qui servent par leurs agissements davantage le père du mensonge et le diviseur que le Prince de la Paix.

La lettre peut être lue dans son intégralité sur le site Vatican News.

Lire la suite