Sur l'innocence


Commentaires (0)

Publié le jeudi 30 août 2018

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Réflexions et méditations diverses

Nombre de consultations : 152

Quel don nous est fait à travers le Sacrement du baptême : l'innocence de notre âme est restaurée. Et si nous venions à pécher après cela, le Sacrement de réconciliation rétablit cette innocence. Dieu veut que vous et moi soyons innocents, car Il se réjouit de la beauté d'une âme immaculée, recréée à Son image. Même le pécheur le plus endurci, s'il fait appel à la miséricorde de Dieu, retrouve sa beauté originelle. On pourrait dire que dans une telle âme, Dieu se voit. De plus, Il se réjouit de notre innocence, car Il sait que seul cet état peut nous rendre capables de la véritable joie.

Traduction d'un article de Mark Mallett du 7 mars 2016 : « On Innocence »

L'innocence était si importante pour Jésus qu'Il nous avertit,

Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, il est préférable pour lui qu'on lui accroche au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu'il soit englouti en pleine mer. Malheur au monde à cause des scandales ! Il est inévitable qu'arrivent les scandales ; cependant, malheur à celui par qui le scandale arrive !

Mt 18: 6-7

A travers la tentation, l'intention de Satan est de nous faire perdre à vous et moi notre innocence, notre pureté de coeur, sans laquelle nous ne pouvons pas voir Dieu. De plus, cela bouleverse notre équilibre et notre paix intérieurs, et souvent, par voie de conséquence, la paix du monde qui nous entoure. Nous voyons les effets de la perte de l'innocence dans le Jardin d'Eden de trois manières.

Quand Adam et Ève mangèrent des fruits de l'arbre défendu, l'Écriture nous dit que « leurs yeux à tous deux s'ouvrirent et ils se rendirent compte qu'ils étaient nus. » (Gn 3: 7) Le premier effet de l'innocence perdue est le sentiment de honte. C'est un sentiment inévitable commun à l'ensemble de la race humaine indiquant à l'homme et à la femme qu'ils ont fait quelque chose qui est contraire à leur nature, contraire au [Dieu] d'Amour, à l'image de Qui ils ont été créés.

Deuxièmement, Adam et Eve éprouvent de la peur, en particulier de la peur vis-à-vis de Dieu. « J'ai entendu ta voix dans le jardin », dit Adam au Seigneur, « j'ai pris peur parce que je suis nu, et je me suis caché… » (Gn 3: 10)

Le troisième effet est de jeter le blâme sur un autre. « La femme que tu m'as donnée, c'est elle qui m'a donné du fruit de l'arbre, et j'en ai mangé. » La femme répondit : « Le serpent m'a trompée, et j'ai mangé. » Au lieu d'assumer et reconnaître leur faute, ils commencèrent à se justifier … Et ainsi commence un cycle de honte, de peur et de blâme qui, en l'absence de repentir, peut produire une multitude de maladies spirituelles et même physiques et de nombreuses divisions — les fruits de l'innocence perdue.

La question est la suivante : comment pouvons-nous rester innocents dans un monde qui nous expose constamment au mal presque à chaque coin de rue ? La réponse réside dans l'exemple que nous a donné Jésus. Il a passé ses trois années de ministère presque entièrement en présence de pécheurs. En sachant qu'Il dîna avec la racaille, fréquenta des adultères et rencontra régulièrement des démoniaques ... comment Jésus est-Il resté innocent ?

La réponse est qu'Il est constamment resté en communion avec le Père, en tant qu'exemple pour nous :

Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j'ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour.

Jean 15: 9-10

Nous pouvons « demeurer » dans l'amour du Père par la prière vécue dans la fidélité à la volonté du Père. C'est précisément parce qu'Il demeurait dans le Père que Jésus a pu voir, à travers l'amour du Père, au-delà du coeur des meurtriers, des luxurieux et des gloutons, pour ne voir que l'état d'innocence et de beauté originelle que leur âme avait le potentiel de recouvrer grâce à la foi en Lui. C'est ainsi qu'Il a pu crier : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu'ils font. » (Lc 23: 34) De la même manière, si nous demeurons dans le Père, non seulement nous trouverons la force de résister à la tentation, mais nous trouverons la capacité d'aimer à travers Ses yeux.

Celui qui met sa confiance en lui-même est perdu. Celui qui met sa confiance en Dieu peut tout faire.

— St Alphonse de Liguori (1696-1787)

En matière de tentation, nous ne devons surtout pas mettre notre confiance en nous-mêmes.

Dans un autre article, nous examinerons plus attentivement le mensonge de la tentation (à lire en anglais sur le blog de Mark Mallett) qui cherche à voler notre innocence de nombreuses et subtiles façons — et comment y résister.

En résumé

L'innocence augmente non seulement notre aptitude à la joie, mais elle nous permet de voir notre prochain avec les yeux du Christ.

J'ai bien peur qu'à l'exemple d'Ève séduite par la ruse du serpent, votre intelligence des choses ne se corrompe en perdant la simplicité et la pureté qu'il faut avoir à l'égard du Christ… Voilà comment nous savons que nous sommes en Lui : celui qui déclare demeurer en Lui doit, lui aussi, marcher comme Jésus lui-même a marché.

2 Cor 11: 3 ; 1 Jean 2: 5-6

Mark Mallett

Cet article m'inspire ...


de la joie
1


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Soutenons le ministère à plein temps de Mark Mallett !

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 7 - 3 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Sur l'innocence.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 7 - 3 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Le Sang de l'Agneau

Michael O'Brien   mardi 19 novembre 2019   3 commentaires   602   partager

Un grand nombre d'hommes à notre époque en sont arrivés à croire au mensonge que Dieu est mort et que la mort triomphe. Comme conséquence de la désintégration de leur monde, ils vivotent ici-bas en sachant à peine comment vivre. Déracinés, blessés et terriblement seuls. Par désespoir, ils se tournent vers la drogue du matérialisme et du plaisir, ou tout ce qui stimule en eux la violence, dans une fuite désespérée pour échapper à une vision intolérable de la vie. Tant de gens ne croient plus en un Dieu bon et ont laissé s'accumuler une énorme aversion envers Lui, un ressentiment qui s'est aggravé suite aux crimes du siècle passé.

Lire la suite

Homélie pour le Vendredi Saint

Père Simon Noël   vendredi 30 mars 2018   0 commentaire   441   partager

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? Ce cri de Jésus sur la Croix est une parole étrange pour le croyant. Dieu n'abandonne jamais ses amis. Tant de psaumes le disent, et en particulier ce psaume 21, que Jésus reprend ici, et qui se termine par une exultation pour la délivrance que Dieu apporte à son serviteur, au terme d'une épreuve qui ne dure qu'un moment.

Lire la suite

Le Pape : thermomètre d'apostasie

Mark Mallett   jeudi 28 novembre 2019   0 commentaire   430   partager

Manquant parfois de recul, il nous arrive de penser que les attaques actuelles contre le Pape François sont sans précédent — attaques venant de ceux-là même qui devraient l'aimer, prier pour lui et le défendre. Cependant, cela n'a pas commencé sous son pontificat ; Benoît XVI fut lui aussi la cible de nombre d'attaques. Voici un article de Mark Mallett qui date de 2013, juste après la renonciation de Benoît XVI, mais qui est pourtant particulièrement actuel. Car, toutes ces attaques se concentrent aujourd'hui sur François. C'est l'aboutissement de la « Confrontation finale », dont parlait Saint Jean-Paul II, entre l'Église du Christ et l'église de l'Antéchrist. Dieu seul sait si ce pontificat sera le dernier avant que les portes de la Miséricorde ne se referment pour faire place à l'heure du jugement, avant l'entrée du peuple fidèle dans la nouvelle Ère de Paix...

Lire la suite