Savoir quand parler et quand se taire - Pape François


Commentaires (0)

Publié le samedi 8 septembre 2018

Catégorie : Liturgie, sermons & homélies

Nombre de consultations : 116

La réponse à ceux qui cherchent la division est le silence.

« La vérité est douce, la vérité est silencieuse », a souligné le pape François à la messe matinale qu'il a célébrée à Sainte-Marthe, le 3 septembre 2018. Et avec ceux qui cherchent seulement « le scandale » et « la division », la réponse est « le silence » et « la prière ».

Photo : Sainte Marthe 18 mai 2018 © Vatican Media

Un article de Anne Kurian du 3 septembre 2018 publié sur Zenit.org

En ce jour de rentrée après la pause estivale, le pape a repris ses homélies quotidiennes depuis la chapelle de sa résidence au Vatican. Dans sa méditation sur l'Evangile (Lc 4, 16-30) rapportée par Vatican News, il a invité à « réfléchir sur la façon d'agir dans la vie quotidienne, quand il y a des malentendus », afin de comprendre « comment le père du mensonge, l'accusateur, le diable, agit pour détruire l'unité d'une famille, d'un peuple ».

Prêchant dans la synagogue, Jésus n'utilise que « la Parole de Dieu », a fait observer le pape : c'est avec cette Parole, et avec le silence, qu'il vainc « les chiens sauvages », le « diable » qui « avait semé le mensonge dans les coeurs ».

« Ce n'étaient pas des personnes, c'était une meute de chiens sauvages qui le chassaient hors de la ville, a fait observer le pape François. Ils ne raisonnaient pas, ils criaient. Ils l'amenèrent jusqu'à un escarpement pour le précipiter en bas. ‘Mais lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin' ». Et de saluer « la dignité de Jésus : par son silence, il vainc cette meute sauvage et s'en va… Le diable avait semé le mensonge dans leur coeur, et Jésus restait en silence. »

Pour le pape, cet épisode enseigne que face à l'aveuglement, « reste le silence » : « Le silence vainc, mais à travers la Croix. Le silence de Jésus. Mais combien de fois dans les familles on commence des discussions sur la politique, sur le sport, sur l'argent… et ces familles finissent détruites, dans ces discussions où l'on voit que le diable est là qui veut détruire. »

Le pape recommande « le silence. Dire ce qu'on pense et puis se taire. Parce que la vérité est douce, la vérité est silencieuse, la vérité n'est pas bruyante. Avec les personnes qui ne sont pas de bonne volonté, avec les personnes qui cherchent seulement le scandale, qui cherchent seulement la division, qui cherchent seulement la destruction, dans les familles aussi : silence. Et prière ».

Il a conclu par cette prière : « Que le Seigneur nous donne la grâce de discerner quand nous devons parler et quand nous devons nous taire. Et cela dans toute la vie : au travail, à la maison, dans la société… dans toute la vie. Ainsi nous serons de meilleurs imitateurs de Jésus. »

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 94 : 2 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Savoir quand parler et quand se taire - Pape François.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 94 : 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Le Diable existe, il ne faut pas être naïf, avertit le Pape François

Publié le samedi 7 avril 2018 - 2 commentairess

Une homélie sur la « tactique » du diable

« Le diable existe, même au XXIè siècle : nous ne devons pas être naïfs !, a expliqué le pape François dans son homélie de la messe de 7 h du vendredi 11 avril 2014, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe du Vatican. »

Lire la suite

Pape François : Il faut jeûner avec cohérence, pour aider les autres

Publié le samedi 24 février 2018

Lors de la messe matinale du 16 février à la Maison Sainte-Marthe, le Pape a mis en garde contre le risque de jeûner avec incohérence, c’est-à-dire en méprisant les autres. Le jeûne, au contraire, est destiné à aider les autres.

Lire la suite

Cardinal Newman : « Le Carême, temps de repentance »

Publié le vendredi 23 février 2018

Le titre du sermon résume l'enseignement que Newman veut donner à ses ouailles : ne pas laisser passer le temps du Carême sans prendre ou reprendre conscience de l’état de pécheur dans lequel ils sont et faire preuve du repentir qui doit en résulter, saisir l’occasion de ce temps de l’année que l’Église a établi pour cela depuis les origines. En effet, le sérieux avec lequel doit être prise la vie chrétienne est mis à mal par l’insouciance que favorise la vie facile que connaissaient la plupart des auditeurs de Newman, insouciance qui rend le chrétien oublieux des dons qu’il a reçus au baptême et le fait glisser peu à peu dans le péché sans qu’il éprouve le souci ou le besoin de se repentir. Contre cette tendance, le Carême constitue un avertissement salutaire. Cette attitude d’insouciance et finalement d’indifférence à l’égard des privilèges chrétiens, répandue chez beaucoup de fidèles, est figurée dans l’Ancien Testament par le comportement d’Ésaü à l’égard des dons paternels auxquels sa situation d’aîné lui donnait droit. Au lieu de les considérer à leur juste valeur, il les a pris à la légère : il a abandonné son droit d’aînesse pour peu de choses, un plat de nourriture, ensuite il a cru pouvoir obtenir la bénédiction paternelle en échange d’un plat de venaison sans se soucier du fait que son premier péché, l’abandon du droit d’aînesse, le rendait inapte à obtenir la bénédiction qui lui revenait. Son cri angoissé quand il s’aperçut qu’elle était allée à son frère aîné ne sera-t-il pas celui de beaucoup de chrétiens qui vivent dans l’insouciance et n'éprouvent pas le besoin de se repentir ? Comme Ésaü, comme les vierges folles de la parabole, ils voudront le faire quand il sera trop tard, au jour du Jugement. S’ils ne se repentent pas à temps, s’ils n'entendent pas les avertissements que le Seigneur, dans sa providence, leur donne sous la forme d’épreuves diverses, maladie, échec, revers de fortune, etc., leur punition sera plus dure ensuite.

Lire la suite