Sauvés par la Foi ET les oeuvres !


Commentaires (0)

Publié le vendredi 2 février 2018

Catégorie : Foi, doctrine & morale catholiques

Nombre de consultations : 336

La question de savoir si le chrétien est sauvé par la Foi ou par les œuvres, a déjà engendré beaucoup de polémiques. Ce n’est pas seulement un « combat » mené entre Catholiques et protestant, mais la source de polémiques est vielle : bien avant l’avènement du protestantisme. Le principe selon lequel le Chrétien est sauvé par la « Foi seule », est un des principes au cœur de la foi protestante ; principes énoncés par Martin Luther, le père de la réforme. Seulement, nous affirmons que c’est là une erreur : les Écritures saintes nient une telle doctrine ! Aucun verset ne pourra donner raison à n’importe quel théologien protestant, aussi éminent soit-il.

Martin Luther, sans crainte du Seigneur, eut l’audace folle de falsifier les Écritures afin d’asseoir et d’accréditer sa théorie fallacieuse qu’était la « sola fide ». En effet, Luther falsifia la lettre sainte écrite par Paul (En Romains 3,28) ! Paul nous assure que « l’homme vivra par la Foi sans les œuvres de la Loi ». Pour rendre plus claire sa théorie, Luther va ajouter aux mots de S. Paul le mot seule, ce qui devient donc : « L’homme vivra par la Foi seule ». Ce n’est qu’un mot après tout ! Un seul mot certes, mais aux conséquences énormes. Puisque les disciples de Luther lui reprochaient cette manipulation des Saintes Lettres, il leur répondit : Le Docteur Martin Luther l’a voulu ainsi ! – Mais que diront les Catholiques ? Ajoutèrent les disciples. – Les Catholiques ! Vous leur direz qu’ils sont tous des ânes et que leur pape est l’Antichrist !

On observe donc une chose d’emblée : cette doctrine protestante, pour s’imposer, a dû le faire par la falsification des textes sacrés. Mais, ne le reprochons pas tant aux protestants, car, comme nous le disions tantôt, cette doctrine est bien plus vielle que le protestantisme. Quel est le point de vue du Catholicisme qui est également celui de la Bible ? Certains, tout à fait ignorants de la Foi Catholique, affirment que celle-ci enseigne que l’on est sauvé par les œuvres. Plusieurs articles ayant comme titre « Est-on sauvé par les œuvres ? », polluent le web et certifient leur ignorance complète du Catholicisme. On ignore souvent que le Catholicisme enseigne que l’Homme est sauvé par la Foi ! Et oui ! Seulement, cette Foi à elle seule n’est pas suffisante pour le Salut : elle doit être accompagnée d’œuvres ! Le Catholicisme n’a jamais enseigné qu’on est sauvé par les œuvres, en aucun moment. On est donc sauvé par la Foi et par les Œuvres, car il est inutile d’avoir la Foi si on a point les œuvres, si bien que la Foi à elle seule ne peut nous sauver (S. Jacques II, 14). Si je suis sauvé uniquement par la Foi, quelle différence fait-on entre moi et un démon ? Aucune. En effet, le démon également croit qu’il y a un seul Dieu (S. Jacques II,19) ; je ne suis par conséquent pas différent du démon si je pense que je suis sauvé uniquement par la Foi. Le parallèle peut sembler choquant pour un Chrétien, mais ce n’est que la Vérité : le Chrétien qui affirme que seule la Foi sauve, n’est pas différent du démon. En tant que vrais Chrétiens, sauvés non par la Foi seule, mais par la Foi et les œuvres, nous sommes le « sel de la terre » et la « Lumière du monde ». Or, c’est à travers nos œuvres que nous montrerons que nous sommes le « sel de la terre » et la « Lumière du monde ». De fait, on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais bien sur le lampadaire, ainsi la lumière que nous sommes doit briller devant les hommes afin que ces derniers voient nos bonnes œuvres et glorifient notre Père céleste (S. Matthieu V, 13-16).

La Foi à elle seule ne peut nous sauver car, on peut certes l’avoir, mais sans toutefois avoir les bonnes œuvres inhérentes à elle. Combien sont nombreux les Chrétiens qui, ayant la Foi, mais sont « vilains » dans leur comportement ? Esclaves du dieu terrestre qu’est la matérialisme ; idolâtrant l’argent, les « soirées », l’alcool etc ; la fortune est devenue synonyme de Bonheur : bien que ce ne soit pas la conception qu’a la Bible, ni même les grands penseurs tels Aristote, ou encore Cicéron. Raison pour laquelle la Foi est tel un instrument de musique : nous devons la travailler ! En effet, comme un bon musicien – un pianiste par exemple – pour être un « bon » pianiste, doit constamment s’exercer : les grands pianistes connus passent des heures inimaginables devant leur instrument. De la même manière, notre Foi doit être travaillée (Philippiens 2,12) afin de nous exercer dans la pratique du Bien et dans la « stimulation » de la charité et des bonnes œuvres (Tite 3,8 ; Hébreux 10,24)… La Foi, disions-nous, est comme un instrument de musique : ajoutons même que la Foi est comme la Parole de Dieu : il faut certes l’écouter, la lire, mais il faut également la mettre en Pratique (S. Luc, XI, 28). En effet, celui qui écoute la Parole de Dieu sans la mettre en pratique, ressemble à un homme qui observe sa physionomie dans un miroir. Il s’observe, part, et oublie comment il était. Celui qui, au contraire, ne se contente pas d’écouter la Parole, mais la met également en pratique, celui-là trouve le Bonheur (S. Jacques I, 22-26). Nous voyons donc, par ces quelques exemples, que la Foi, tout comme le sport, la musique, se pratique. La Foi, en effet, est une activité (I Thessaloniciens I,3 ; II Thessaloniciens I,11). Qu’est donc une activité si ce n’est un exercice, tel que nous l’avons illustré ci-haut ?

A ce stade, la démonstration a été faite ! Mais, continuons néanmoins dans le but de compléter notre sujet. La plupart, lorsqu’ils essayent maladroitement de contrer la doctrine du Salut par la Foi et les œuvres, citent les lettres de S. Paul, mais nous l’avons vu plus haut : les Écritures de Paul n’enseignent pas la sola fide. Au contraire elles nous disent que la Foi est une activité. De plus, Paul affirme que la Foi opère par la charité (Galates V, 6). Pour les quelques-uns qui disent que la Foi seule sert au Salut, Paul s’écrie en disant : « […] quand j’aurais la plénitude de la foi, une foi à transporter des montagnes, si je n’ai pas la charité, je ne suis rien » (I Corenthiens 13,2). En effet, la charité, c’est la Loi dans sa plénitude (Romains XIII,10).

Avant de conclure, relevons, une fois de plus que la Foi seule ne peut nous sauver, car c’est par nos œuvres que nous serons jugés ! Le Christ est celui qui sonde les reins et le cœurs, et il paiera chacun selon ses œuvres – vertueuses ou exécrables (Apocalypse II, 23). Lorsqu’il viendra juger, il est évident que ce ne sera pas seulement par rapport à la Foi, mais assurément par rapport aux œuvres. En effet, ceux qui seront accueillis dans le Royaume du Père, sont ceux qui ont donné à boire à ceux qui avaient soif ; à manger à ceux qui avaient faim ; ont habillé ceux étaient nus ; ont rendus visite au malades ; ont accueillis les étrangers – ce sont là des bonnes œuvres : ceux qui les auront fait, en réalité, c’est au Christ qui les auront fait (S. Matthieu 25, 34-40). En ce qui concerne ceux qui n’auront point accomplis des œuvres vertueuses, ceux-là s’en iront à une peine éternelle (S. Matthieu 25,46). Ce point de vue est confirmé car, « tout arbre qui ne donne pas un bon fruit, on le coupe et on le jette au feu. » (S. Matthieu VII, 19). Certains, ayant, au cours de leur vie, eu la Foi, seront néanmoins surpris lorsque le Christ les rejettera ! Ils viendront si sûrs d’être accueillis dans le Royaume de Dieu disant : Seigneur, n’est-ce pas en ton Nom que nous avons chassé les démons ; ton Nom que nous avons fait des miracles, en ton Nom que nous avons prophétisé ? Et le Christ leur répondra sèchement : Jamais je ne vous ai connus ; écartez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité ( S. Matthieu VII, 20-23). Pourquoi un tel rejet du Christ ? Il est évident que ces hommes que le Christ rejeta avaient la Foi, mais cela ne suffisait pas ! Car, le Christ affirme que pour entrer dans le Royaume, il faut faire la Volonté du Père céleste (S. Matthieu VII, 21). La Volonté du Père céleste c’est justement d’écouter la Parole et la mettre en pratique : nous avons déjà souligné cet aspect et avons conclu que la Foi est en fait une activité : elle se travaille ! Par conséquent, quiconque entend les paroles du Christ mais ne mettant pas ces paroles en pratique (ou n’accompagnant pas sa Foi de bonnes œuvres), celui-là « peut se comparer à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont rués sur cette maison, et elle s’est écroulée » (S. Matthieu VII, 26-27). Or celui qui met les paroles du Christ en pratique, autrement dit, celui qui accompagne sa Foi de bonnes œuvres, celui-là peut se comparer à un homme avisé qui a bâti sa maison sur le roc (S. Matthieu VII, 24). Les vents, les pluies, les torrents peuvent se déchaîner contre sa maison, elle ne croulera point !

En définitive, nous avons vu que la Foi est une activité. Or toute activité, qu’elle soit sportive ou musicale, se travaille : on peut bien connaître la théorie musicale ou sportive, si on ne pratique pas, on ne peut pas être un bon musicien ou un bon sportif ! De même, la Foi à elle seule ne peut nous sauver, elle doit être accompagnée d’œuvres . Nous l’avons à suffisance démontré. Celui qui affirme que seule la Foi sauve, celui-là est un insensé (S. Jacques II, 20 ; S. Matthieu VII, 26) ; un insensé est celui qui nie l’existence de Dieu (Proverbes XIV, 1). Celui qui dit que la Foi seule peut le sauver, celui-là est comparable aux démons (S. Jacques II, 19). En tant que Chrétiens, nous sommes appelés à être parfaits comme notre Père céleste l’est (S. Matthieu V, 48). Or, pour arriver à cette perfection, qui nous permettra également d’être la Lumière du monde, il ne suffit pas de la Foi seule ! La Perfection s’obtient par la Foi et les œuvres, non par la Foi seule. Car, le fait d’éprouver la Foi produit la constance ; or, la constance s’accompagne d’une œuvre parfaite : c’est donc à partir de là que nous sommes rendus parfaits et irréprochables (S. Jacques I, 3-4 ; Romains XIII, 13-14). Les œuvres sont par conséquent ce qui fixe la perfection, ce qui nous permet d’être parfaits comme notre Père céleste l’est.

Soutenir qu’on est sauvé par la Foi seule est donc, et nous le clamons et fort, une erreur ! Tout a donc été dit ! Que pouvons nous rajouter ? Pas grand chose. Retenons simplement que « comme le corps sans l’âme est mort, de même la Foi sans les œuvres est une foi morte » (S. Jacques II, 26)

Source : +†+Yesus Kristus azu+†+

Lire aussi : https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/05/02/la-necessite-des-oeuvres/

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 3 + 1 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Sauvés par la Foi ET les oeuvres !.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 3 + 1 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Mystère de la grâce et de la justice divine

lundi 2 avril 2018   0 commentaire   622   partager

Voici un extrait significatif de la pensée du précédent Pape Benoît XVI tirée de son encyclique Spe Salvi concernant la grave question du mystère de la grâce et de la justice divine, pensée qui n'exclut pas la possibilité de la damnation éternelle.

Lire la suite

Oui, l’enfer existe, et les damnés y passeront une éternité de souffrances

dimanche 23 septembre 2018   3 commentaires   1.119

Aujourd'hui très peu de catholiques ou chrétiens croient à l'enfer. Beaucoup de prêtres ne parlent plus de l'enfer. Vous entendrez des gens dire : « Oh, l'enfer, c'était une invention des curés pour faire peur au monde », ou bien « l'enfer, existe, mais il n'y pas personne dedans », ou encore « les bons vont aller au ciel, mais les méchants n'iront pas en enfer, ils seront tout simplement anéantis ». Eh bien non, l'enfer existe réellement, c'est une vérité de foi, et il y a bel et bien du monde dedans.

Lire la suite

Comprendre François

Mark Mallett   vendredi 12 avril 2019   3 commentaires   795   partager

Le jour où le Pape Benoît XVI renonça à sa charge pétrinienne, j'ai ressenti à plusieurs reprises dans la prière les mots suivants : Vous êtes entrés dans des jours dangereux. Le sens de ces mots était que l'Église s'apprêtait à entrer dans une période de grande confusion.

Et c'est alors qu'entra en scène le Pape François.

Lire la suite