Reprise du culte – un protocole douteux


Commentaires (4)

Publié le lundi 1 juin 2020

Catégorie : Réflexions et méditations diverses

Pourquoi il est impossible que des évêques aient rédigé le protocole suivant à propos de la reprise du culte en Belgique.

Dans l'épidémie de peur que nous vivons tous à cause de la pandémie du coronavirus, nous risquons d'agir comme des fonctionnaires et non comme des bergers... Pensez à toutes ces âmes qui se sentent terrifiées et abandonnées parce que nous, pasteurs, suivons les injonctions des autorités civiles — ce qui est juste dans ces circonstances pour éviter la contagion — alors que nous risquons de mettre de côté les injonctions divines — ce qui est un péché. Nous pensons à la manière des hommes et non de Dieu.

— PAPE FRANÇOIS, 15 mars 2020; Le Pape François demande pourquoi les catholiques ont le droit de se faire livrer une pizza mais pas de recevoir l'eucharistie

L'esprit de rationalisme est l'un des grands fléaux de notre temps, en particulier dans l'Église. Cet esprit ne laisse aucune place au surnaturel, aucune place à Dieu pour bénir Ses enfants et accomplir Ses miracles. À moins de pouvoir analyser, anticiper et contrôler notre environnement, nous cédons à la peur et recourons à la manipulation plutôt qu'à la confiance et à l'abandon. [Demandons-nous] si même nous, les « baptisés, confirmés et consacrés », nous ne cherchons pas de façon compulsive à nous auto-préserver comme le fait le reste du monde.

— Mark Mallett, Réflexion sur la foi et la Providence

Pourquoi nous ne devons pas suivre les instructions du protocole de la CEB [1] ?

Car il y a méprise : il est impossible que des évêques l'aient rédigé.

(Je vous partage cette réflexion reçue d'une amie. Les citations et parties en couleur sont de moi. A partager largement, en particulier au(x) prêtre(s) de votre paroisse et à votre évêque si possible, si vous vivez en Belgique ou dans une région où ce genre de protocole est d'application !)

Le protocole en question est accessible depuis ce lien et je vous invite vivement à le lire.

... s'il doit y avoir persécution, il se peut qu'elle arrive peut-être au moment où, dans toute la chrétienté, nous serons tous à ce point divisés, amoindris... au moment où, ayant renoncé à notre indépendance et à notre souveraineté, nous nous serons coulés dans le monde et dépendrons de sa protection. Alors, à ce moment, [l'Antichrist] pourra fondre sur nous dans toute sa fureur, autant que Dieu le lui permettra...

— Saint John Henry Newman, Sermon IV: La persécution de l'Antichrist ( PDF)

Nos évêques savent que la Pentecôte n'est pas un événement qui se célèbre individuellement mais en Eglise car il est advenu alors que les disciples « étaient tous ensemble dans un même lieu » (Ac 2: 1). Si des évêques avaient rédigé ce protocole, ils auraient invité au moins 30 chrétiens par église (cf plafond pour les funérailles) à implorer ensemble la venue de l'Esprit-Saint.

Si des évêques avaient rédigé ce protocole, ils ne l'auraient pas seulement « élaboré sous la direction d'experts et approuvé par les autorités », mais ils auraient aussi écouté l'avis de leurs prêtres qui doivent les « vivre sacerdotalement parlant » et les mettre en pratique pour leurs assemblées.

Si des évêques avaient écrit ce protocole, ils n'auraient pas limité leur « attention soutenue pour ceux qui subissent de plein fouet la crise dans ses dimensions sanitaires, économiques et sociales », mais ils auraient ajouté « mais aussi dans ses dimensions spirituelles, ecclésiales et religieuses ».

Etonnant aussi que les rédacteurs nous appellent à « traverser la crise ensemble », alors qu'il est interdit de nous réunir pour parler, nous entraider (même en famille), ou prier ensemble.

Si des évêques avaient rédigé ce protocole, ils n'auraient pas limité « la réflexion approfondie à une consultation sociale » mais l'auraient élargi à une consultation ecclésiale. Cela coule de source.

Si des évêques avaient rédigé ce protocole, ils n'auraient pas invoqué les « garanties médicales suffisantes » mais les garanties liturgiques suffisantes, et auraient rappelé : « qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à sa vie ? » (Mt 6,2).

Les évêques n'auraient pu rédiger ce protocole car les rédacteurs disent « prendre en compte la santé mentale de chaque personne qui se rend à l'église ». Or la santé mentale n'est pas du ressort d'un évêque mais d'un psychiatre. Un évêque aurait rappelé que Jésus a dit de « ne pas craindre ceux qui tuent le corps — virus compris — mais ne peuvent tuer l'âme, mais de craindre plutôt celui qui a le pouvoir de tuer le corps et l'âme dans la géhenne » (cf. Mt 10: 28). Qui pourrait dire à ces psychiatres que ce qui nous rend mentalement malade, ce n'est pas le coronavirus, c'est le confinement, nos églises dégarnies de la moitié de leurs chaises, agrémentées de fléchages, cordons, désinfectants, services d'ordre, etc

Mais comment ces psychiatres peuvent-ils protéger notre « santé mentale » par une « assistance spirituelle et collective » s'ils continuent à nous imposer la distance et ce climat d'hystérie collective alors que la pandémie touche à sa fin ?

Impossible d'imaginer ce texte de la plume de nos évêques car les auteurs semblent obsédés par « la sécurité de tous ceux qui se rendent à l'Eglise » alors que leur obsession doit être, rappelons-le, le salut de toutes les âmes. De même vouloir « prévoir des mesures de sécurité physique et de bien-être mental » ne peut être de la plume d'un évêque. Mais bigre, qui donc s'octroie soudainement l'autorité de veiller sur notre « bien-être mental » ? Impossible que cela soit le souci de nos évêques vu le nombre de prêtres qui tombent en dépression. Mais dites au rédacteur que ce qui fragilise notre santé mentale, c'est bien toutes ces mesures hygiénistes insensées qui finiront oui, par nous déboussoler complètement, du plus jeune au plus âgé.

Bizarre aussi des évêques qui recommandent de porter des masques buccaux [déshumanisants] à porter avant et après les célébrations ; ils devraient encourager ce qui favorise des rencontres en vérité et non masquées alors que l'épidémie est en fin de course. Et comment nous sourire et nous parler « masqués » sur le parvis de nos églises, alors même que l'on peut parler à visage découvert dans l'espace public ?

Les rédacteurs de ce protocole appellent à limiter le nombre de fidèles à 100, quelle que soit la taille de nos églises. Mais si des évêques avaient consenti à ce plafond, ils auraient bien évidemment encouragé leurs prêtres à démultiplier les messes dominicales pour ne pas entrer dans le « système de réservation » (sic) que le protocole suggère, si loin de l'esprit de nos églises et de l'Évangile.

Je pense à tous ceux qui vivent en se nourrissant de l'Eucharistie, parce qu'ils croient en la présence réelle de Jésus qui se donne dans la sainte communion. Je pense à ces gens qui doivent maintenant se satisfaire d'une messe transmise en streaming. Je pense aux âmes qui ont besoin de réconfort spirituel et du sacrement de la confession. Je pense à tous ces gens qui abandonneront certainement l'Église, quand ce cauchemar sera terminé, parce que l'Église les a abandonnés quand ils ont eu besoin d'elle.

— PAPE FRANÇOIS, 15 mars 2020; Le Pape François demande pourquoi les catholiques ont le droit de se faire livrer une pizza mais pas de recevoir l'eucharistie

Passons les réglementations policières de circulation, les désinfections et précautions à multiplier, les carnets de chants et bénitiers à bannir. Mais si des évêques avaient rédigé ce protocole, ils auraient encouragé leurs prêtres à asperger abondamment chaque assemblée d'eau bénite. En cette crise sanitaire, ils auraient rappelé ses vertus pour la santé de l'âme et du corps. Désormais, il est obligatoire d'entrer dans une église les mains trempées dans de l'eau alcoolisée mais interdit de les tremper dans de l'eau bénite. Etrange religion. Impossible que cela soit du cru d'évêques.

Ils n'auraient jamais écrit que « l'objectif est de créer un environnement ecclésial aussi sûr que possible » mais ils auraient écrit « aussi priant que possible ».

Ils n'auraient sûrement pas envisagé d'interdire tout chant choral, sachant la puissance d'un cœur qui chante et loue le Seigneur dans le cœur de Dieu. Mais quels sont donc ces experts qui décrètent que le virus pourrait contaminer mon frère situé (de dos) à 1,50 m, si je chante (et non pas si je parle) ? Pourrait-on nous donner les références d'une étude scientifique sur la question ?

Les auteurs de ce protocole ne savent apparemment pas que le ministre du culte qui donne la communion est un « alter Christi », un homme configuré au Christ. Et le Christ n'a jamais porté de masque quand il approchait les malades mais en les touchant, Il les guérissait. Pas question donc pour un prêtre de porter un masque au moment où le Christ vient nous toucher dans la communion eucharistique, aurait clamé un évêque.

Il aurait écrit qu'un prêtre (sans masque, rappelons-le), dépose respectueusement le Corps du Christ dans la main ou dans la bouche d'un fidèle puisqu'il sait que l'Eglise autorise les deux modes de communion ; il aurait précisé qu'il n'est prouvé nulle part qu'une contamination éventuelle survient plus facilement sous un mode de communion ou l'autre. Il n'aurait jamais écrit que « la communion sur la langue n'est pas autorisée », car il saurait que le Cardinal Sarah, Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements a rappelé récemment le droit pour les catholiques de communier d'une manière ou d'une autre [même si la communion sur la langue demeure hautement recommandée].

Notre Seigneur est le Dieu de la Vie, non pas de la Mort !! Comment pouvons-nous croire qu'Il permettrait que nous soyions contaminés en le recevant dans l'Eucharistie ?? N'est-ce pas là un manque de foi flagrant de notre part ?

Réflexion personnelle

Voici les signes qui accompagneront ceux qui croiront : en mon nom, ils expulseront les démons... ils prendront des serpents dans leurs mains et, s'ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s'en trouveront bien. »

Mc 16: 17-18

(Mais croyons-nous encore ??)

Pour la distribution de la communion, les auteurs du protocole ne savent apparemment pas que l'hostie qu'il s'agit désormais de « laisser respectueusement tomber » dans la main du communiant n'est pas une chose mais une Personne : Dieu Lui-même. Et qu'on ne laisse pas « tomber » Dieu, même « respectueusement ».

Impossible même de croire que ce protocole a été rédigé par des experts, car ils doivent savoir que ... l'épidémie est TERMINÉE. Ils l'auraient rédigé en début d'épidémie, et pour nous permettre de vivre la Semaine Sainte, passons, mais pas au moment où ce cauchemar se termine !

Les rédacteurs de ce protocole l'écrivent en introduction : « ce nouveau ‘vivre ensemble' (sic) marque la sortie progressive de la crise de coronavirus » : mais pourquoi donc des mesures si strictes alors qu'ils reconnaissent qu'on sort progressivement de la crise de coronavirus ? jusqu'à quand seront-elles d'application puisqu'on nous répète que ce virus rodera toujours autour de nous et qu'après celui-ci, il y en adviendra un autre et un autre ?

Et si des évêques avaient rédigé ce protocole, ils n'auraient sûrement pas manqué de faire remarquer que le pic des décès en Belgique fut, selon les statistiques officielles, atteint le 12 avril, soit le Jour de Pâques et que dès le 13 avril, l'épidémie a commencé à régresser. C'était là l'intention de prière de nombreux chrétiens qui a été exaucée. Les évêques n'auraient pu omettre de mentionner ce signe éclatant de la victoire de Dieu sur la mort que nous ne devons plus craindre. Voilà pourquoi ils n'ont pu rédiger ce protocole.

Le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

Lc 18: 8

Je prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre : je mets devant toi la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction. Choisis donc la vie...

Dt 30: 19


[1] Conférence épiscopale de Belgique- 29 mai 20.

Cet article m'inspire ...


de la joie
12


de l'encouragement
26


de la perplexité
2


de la tristesse
26


de la peur
0

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Bonjour !
D'abord un grand merci pour votre article ! Il est vrai que nous pouvons nous pouvons nous poser de nombreuses questions sur ces décisions... personnellement je n'ai pas accepté de communier autrement que dans la bouche pensant à Notre Seigneur qui n'a jamais mis de restrictions entre nous... La communion spirituelle vaut mieux que toute ces mises en scènes pour moi et votre article me le confirme, même si cela me procure beaucoup une peine profonde . Merci

Commentaire laissé par le

Bonjour,

Je tenais à vous remercier pour toutes les traductions de Mark Mallett qui sont de vraies soutiens dans la foi.

Cependant, je me permets de réagir aux commentaires ci-dessous. En effet, je crois qu'il est préférable de tout de même s'unir et participer réellement au Saint Sacrifice de la Messe plutôt que de suivre sa messe derrière un écran. En tant que membres de l'Eglise et donc du Corps du Christ, c'est notre devoir d'assister à la messe dominicale. Je soutiens le fait que communier à la main est irrespectueux vis-à-vis du Corps de notre Seigneur, mais rien ne nous empêche de nous abstenir et de faire une communion spirituelle tout en allant à la Messe.

En effet, obéissons à Dieu plutôt qu'aux hommes !
En union de prière.

Commentaire laissé par le

Chère Viviane,

Vous avez très bien fait et j'en aurais fait de même ! Je préfère m'abstenir que de recevoir le Corps de Notre Seigneur dans la main, pratique que j'ai abandonnée définitivement il y a quelques mois.

Nous devons toujours suivre notre conscience, et vous avez très bien fait également de lui dire qu'il vaut mieux obéir à Dieu qu'aux hommes !

UDP,

Simon

Commentaire laissé par le

Bonjour,

J'ai refusé d'aller à la Messe de Pentecôte, à cause de la façon dont on voulait m'obliger à recevoir Le Corps et le Sang de Notre Seigneur dans la main....avec le masque à ôter d'abord d'une main et ensuite de mettre moi-même la Sainte Hostie dans ma bouche que je devais recevoir de l'autre main. J'ai beaucoup pensé aux nombreuses particules qui devaient tomber de cette Hostie Consacrée, et qui étaient alors à terre, le Corps et le sang de Notre Seigneur et Dieu bien Présent dans l'Hostie allait donc être écrasé, piétiné, souillé ....etc... je ne le voulais pas. Ai-je mal fait?... J'ai repris ma Messe sur mon potable et j'ai continué à faire une communion spirituelle. Ai-je mal fait? Le prêtre qui m'avait confessée quelques jours avant Pentecôte m'a dit que c'était la loi qui leur avait été donnée et qu'il ne pouvait donc pas donner la Communion dans la bouche. Je n'ai pas pu m’empêcher de lui dire qu'il valait mieux obéir à Dieu qu'aux hommes, mais il n'a pas voulu m'écouter. Alors je ne suis pas allée à la Messe de Pentecôte. Ai-je mal fait?

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 + 4 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Reprise du culte – un protocole douteux.

Champs obligatoires

@
Votre adresse e-mail sera transmise au destinataire. Celle-ci ne sera pas conservée et nous n'en ferons aucun autre usage.
@
L'adresse e-mail du destinataire ne sera pas conservée et nous n'en ferons aucun autre usage.
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 + 4 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Qu'est-ce que la vérité ?

Mark Mallett   jeudi 17 janvier 2019   1 commentaire   partager

« Qu'est-ce que la vérité ? » Telle fut la question rhétorique de Ponce Pilate en réponse aux paroles de Jésus :

Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix.

Jean 18: 37

Lire la suite

Le point de non-retour

Mark Mallett   samedi 14 mars 2020   3 commentaires   partager

L'humanité a atteint le point de non-retour... sans l'intervention divine.

Je vous ai dit cela, pour qu'une fois leur heure venue, vous vous rappeliez que je vous l'ai dit. (Jean 16: 3-4)

Lire la suite

Quand l'Église est mise au tombeau

Père Michel Rodrigue   samedi 28 mars 2020   1 commentaire   partager

Le Père Michel Rodrigue partage le sens de certains passages de l'Évangile selon saint Matthieu, chapitre 24, dans la mesure où ceux-ci se rapportent à notre époque — c'est-à-dire, la fin des temps.

Lire la suite