Quand l'ivraie arrive à maturité


Commentaires (0)

Publié le samedi 9 mai 2020

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : L'Ère de Paix et la Vie dans la Divine Volonté

En réfléchissant aux événements de ces dernières années, qui tous semblent essentiellement annoncer l'effondrement de la civilisation occidentale — une parabole m'est venue à l'esprit. La parabole de mes pâturages...

Lire le texte original en anglais sur le blog de Mark Mallett

Une histoire d'écureuils...

Lorsque nous avons emménagé dans notre petite ferme ici dans les plaines de l'ouest canadien il y a une dizaine d'années, je me suis dit que ces pâturages conviendraient parfaitement pour l'élevage de quelques vaches. Mais quand l'été est arrivé, je réalisai à quel point je m'étais trompé. De l'orge queue-d'écureuil s'étendait à perte de vue.

Cette plante herbacée ressemble au début à de l'herbe, mais en juillet, elle forme un épi qui a un peu l'apparence du blé. Cependant, le problème avec l'orge queue-d'écureuil (ou orge barbue ou orge à crinière) est que l'épi forme une sorte de crinière ressemblant à un hameçon. Lorsque vous frottez vos doigts sur le côté de l'épi, il a un aspect lisse, mais en frottant dans le sens opposé, les poils sont acérés. Si l'orge barbue pénètre dans l'alimentation de vos animaux et qu'ils en mangent, ces épis peuvent se coincer dans leur gorge et provoquer des infections, qui peuvent entraîner la mort.

Et donc, chaque année, je fais tout ce que je peux pour me débarrasser de cette mauvaise herbe, en évitant de devoir recourir à des produits chimiques nocifs. Comme me le disait un agronome, « l'orge barbue est le signe que votre sol est en mauvais état. C'est la dernière mauvaise herbe qui pousse après quoi rien de bon ne pourra plus y pousser. » Mais quels que soient les moyens naturels que j'ai pu utiliser, aucun n'est parvenu à empêcher cette mauvaise herbe de proliférer sur toute la surface de notre ferme, me contraignant à recourir à des mesures drastiques.

Le monde d'aujourd'hui ressemble à mes pâturages. Pendant des millénaires, il y a eu un consensus général dans presque toutes les cultures quant à ce qui est moralement juste et ce qui est mal. C'est ce que nous appelons la « loi morale naturelle. » Mais au cours des quatre derniers siècles, depuis le début de la période des « Lumières », de l'ivraie a été semée parmi le bon grain, si je puis me permettre l'expression : des mensonges se sont subtilement insinués dans l'esprit de l'humanité pour lui faire croire que l'homme seul, sans Dieu, est en mesure de décider de son destin. Cette ivraie s'est manifestée à travers une multitude de "ismes" promu par des hommes trompeurs et trompés : déisme, rationalisme, scientisme, marxisme, socialisme, communisme, féminisme radical, athéisme, relativisme moral, individualisme, etc. Tout comme j'ai aujourd'hui bien du mal à me débarrasser des mauvaises herbes qui se sont installées dans mon pâturage, de la même façon l'humanité a libéré le mystère d'iniquité qui est aujourd'hui devenu totalement incontrôlable.

À présent, ces mauvaises herbes sont arrivées à pleine maturité. Et cela nous choque. Tout à coup, la surface de ce monde, tel un « champ avant la moisson », apparaît méconnaissable. Dans mes pâturages, en l'espace de quelques jours, cette ivraie s'est transformée, littéralement, en une mer d'orge queue-d'écureuil dont la crinière blanche [ou rose] ondule dans le vent. Selon toute vraisemblance, on pourrait penser que j'ai semé de l'orge barbue, pas de l'herbe pâturée ! De même, le monde apparaît aujourd'hui comme si le péché et l'aberration étaient devenus la nouvelle norme. Où que nous tournions notre regard, nous voyons des politiciens et des groupes de pression onduler dans les vents du relativisme moral, nous disant que ces choses qui étaient considérées comme immorales, nuisibles et contraires à la loi naturelle il y a encore dix ou vingt ans, sont aujourd'hui parfaitement « saines et bonnes ». [1] Comme l'orge à crinière, ces mensonges sont lisses d'un côté, mais acérés de l'autre. Si nos jeunes les avalent, en prenant ces mensonges pour des vérités (et c'est malheureusement ce que nous constatons), l'avenir du monde s'en trouvera très certainement menacé.

Le monde, avec toutes ses nouvelles espérances et possibilités, est, en même temps, tourmenté par l'impression que le consensus moral est en train de se dissoudre, un consensus sans lequel les structures juridiques et politiques ne fonctionnent pas... En réalité, c'est un aveuglement de la raison pour ce qui est essentiel. Combattre cet aveuglement de la raison et lui conserver la capacité de voir l'essentiel, de voir Dieu et l'homme, ce qui est bon, et ce qui est vrai, est l'intérêt commun qui doit unir tous les hommes de bonne volonté. L'avenir du monde est en jeu.

— Pape Benoît XVI, Discours la curie romaine, 20 décembre 2010; Vatican.va

L'effondrement en temps réel

Dans un discours prononcé par Benoît XVI il y a dix ans, dans lequel il comparait notre époque à celle de l'effondrement de l'empire romain, le Pape parla de « l'apparente absence [de Dieu] » dont l'homme fait aujoud'hui l'expérience — comme si l'ivraie était parvenue à étouffer le blé... 'Destruction' 1836, part of the 'Course of Empire' series, by Thomas Cole Wikipedia

La décomposition des systèmes porteurs du droit et des attitudes morales de fond, qui leur donnaient force, provoquèrent la rupture des digues qui, jusqu'alors, avaient protégé la cohabitation pacifique entre les hommes. Un monde était en train de décliner. De fréquents cataclysmes naturels augmentaient encore cette expérience d'insécurité. On ne voyait aucune force qui aurait pu mettre un frein à ce déclin. L'invocation de la puissance de Dieu était d'autant plus insistante : qu'il vienne et protège les hommes de toutes ces menaces.

— PAPE BENOÎT XVI, Discours à la Curie romaine, 20 décembre 2010 ; Vatican.va

En effet, comme me le confiait, plein d'amertume, l'un de mes lecteurs : « Il nous faut presque emballer nos enfants et petits-enfants dans du papier bulle si nous voulons les protéger ! Quand est-ce que Jésus va enfin détruire l'empire de Satan ? Seigneur, envoie-nous Ton Avertissement ! » [2]

L'ivraie à la fin des temps

Il m'arrive de relire ces passages de l'Évangile concernant la fin des temps, et je dois admettre que, actuellement, certains signes de cette fin sont en train d'émerger.

— PAPE PAUL VI, The Secret Paul VI, Jean Guitton, p. 152-153, Référence (7), p. 10

Mais de quelle « fin » s'agit-il précisément ? Selon les paroles de nos papes, ce n'est pas encore la fin du monde, mais la fin d'un âge. [3]

Après la purification à travers l'épreuve et la souffrance, l'aube d'une ère nouvelle va se lever...

— PAPE SAINT JEAN-PAUL II, Audience générale, 10 septembre 2003 ; Vatican.va

Je leur donnerai un seul coeur et je mettrai en eux un esprit nouveau: j'extirperai de leur chair le coeur de pierre et je leur donnerai un coeur de chair, afin qu'ils marchent selon mes lois, qu'ils observent mes coutumes et qu'ils les mettent en pratique. Alors ils seront mon peuple et moi je serai leur Dieu.

Ez 11: 19-20 (ajout)

Comme je l'ai souligné dans Les Papes et l'aube d'une nouvelle ère, de nombreux pontifes ont prophétisé une future « pacification » des nations, un « nouveau printemps », un « nouveau matin d'espérance » ; un temps où l'Église retrouvera son « autorité », où « la paix règnera » et où se lèvera une « nouvelle civilisation », lorsque « dans chaque ville et village la loi du Seigneur sera fidèlement observée ». « Les armes seront démontées », « un terme sera mis aux inégalités sociales » et « dans les individus, Jésus doit détruire la nuit du péché mortel par l'aube de la grâce reconquise ». Ou, comme l'a résumé saint Jean-Paul II, Dieu « rétablira l'harmonie originelle de la création ». Tout cela s'accomplira comme en réponse aux prières de nos papes pour l'avènement d' « une nouvelle Pentecôte ».

Les derniers temps où nous sommes sont ceux de l'effusion de l'Esprit Saint.

Catéchisme de l'Église catholique, n° 2819

... l'Esprit de la Pentecôte inondera la terre de toute sa puissance... Les hommes croiront et créeront un monde nouveau... La face de la terre sera renouvelée parce qu'une telle chose ne s'est jamais produite depuis que le Verbe s'est fait chair.

— Jésus dans les messages approuvés à Elizabeth Kindelmann, La Flamme d'Amour, p. 61 (éd. anglaise)

Saint Paul a également parlé du plan du Père qui désire « montrer au long des âges futurs, la richesse surabondante de sa grâce, par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus. » [4]

Mais avant cela, il faut que l'ivraie soit séparée du bon grain.

Le royaume des Cieux est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ. Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ; il sema de l'ivraie au milieu du blé et s'en alla. Quand la tige poussa et produisit l'épi, alors l'ivraie apparut aussi... Les serviteurs lui dirent : « Veux-tu donc que nous allions l'enlever ? » Il leur répondit : « Non, en enlevant l'ivraie, vous risquez d'arracher le blé en même temps. Laissez-les pousser ensemble jusqu'à la moisson ; et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Enlevez d'abord l'ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ; quant au blé, ramassez-le pour le rentrer dans mon grenier. »

Mt 13: 24-30

Plus tard, Jésus explique à Ses apôtres que celui qui a semé l'ivraie, c'est Satan, « le père du mensonge ». [5]

... le champ, c'est le monde ; le bon grain, ce sont les fils du Royaume ; l'ivraie, ce sont les fils du Mauvais. L'ennemi qui l'a semée, c'est le diable ; la moisson, c'est la fin de l'âge...

Et c'est ainsi que l'ivraie arrive à maturité partout dans le monde. Mais bien loin de signifier la victoire de Satan, cela marque en fait l'effondrement de son royaume satanique. Quand ? Nous ne le savons pas. Mais quand cela arrivera, la purification sera « drastique. » C'est pourquoi Dieu a utilisé, en ce « temps de miséricorde », tous les moyens dont Il dispose pour amender Son « champ ». Cependant, tout porte à croire qu'une chirurgie cosmique sera nécessaire, et que ce temps de miséricorde est lui aussi sur le point d'arriver à son terme. Comme le disait saint Paul VI, les « signes des temps » sont tout autour de nous. L'ivraie montre ses épis, le mal ne se cache plus ; ce qui nous fait comprendre que le temps de la moisson est proche.

Le monde à l'approche du nouveau millénaire, pour lequel l'ensemble de l'Église se prépare, est comme un champ prêt pour la moisson.

— PAPE SAINT JEAN-PAUL II, Journée mondiale de la jeunesse, homélie, 15 août 1993 ; Vatican.va ; lire La grande Moisson

En effet, rappelez-vous les paroles de mon agronome : « l'orge barbue est la dernière mauvaise herbe qui pousse après quoi rien de bon ne pourra plus pousser. » Si le « champ, c'est le monde », comme le dit Jésus, alors ce que nous voyons de nos jours n'est rien d'autre que la mort et la corruption de notre sol, aussi bien spirituellement que physiquement. L'ivraie est partout, et si Dieu n'intervient pas, rien de bon ne pourra plus pousser.

... Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche... Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père.

Lc 21: 28 ; Mt 13: 43

Notre réponse

Notre réponse face à tout cela ne doit pas être la passivité — nous ne sommes pas des spectateurs mais des participants à l'œuvre de rédemption.

Nous ne pouvons accepter calmement que le reste de l'humanité retombe dans le paganisme.

— Cardinal Ratzinger (Pape Benoît XVI), La nouvelle évangélisation, Construire la civilisation de l'amour ; Conférence lors du Jubilé des catéchistes, 12 décembre 2000 ; cf. Vatican.va

Nous sommes la moisson du Seigneur, le blé destiné être rentré dans la grange divine. c'est-à-dire Son Royaume. Mais bien que « le Royaume de Dieu [n']arrivera à sa plénitude » qu'à la fin des temps [6], le Catéchisme enseigne par ailleurs que :

L'Église « est le Règne du Christ déjà mystérieusement présent. »

CEC, n° 763 (cf. Mt 13: 33)

[L'Église catholique] étant le royaume du Christ sur la terre, [elle est appelée à] s'étendre à tous les hommes et tous les pays de l'univers...

— PAPE PIE XI, Quas Primas, Encyclique, n° 12, 11 décembre 1925 ; cf. Mt 24: 14

Ainsi, lorsqu'un fermier rassemble son blé dans sa grange, c'est souvent dans le but de permettre au bon grain d'être répandu et de se multiplier une fois de plus quand arrivera le « nouveau printemps ». De même, nous disent nos papes, la Sainte Vierge et plusieurs mystiques catholiques du siècle dernier, Dieu est en train de rassembler Ses élus afin de « réensemencer » la terre avec le froment de la justice. C'est-à-dire que l'humanité vivra « dans la Divine Volonté », qui consiste en la « restauration de toutes choses dans le Christ » et le rétablissement de « l'harmonie originelle de la création. »

La menace serait-elle le dernier mot ? Non ! La promesse existe et c'est elle qui constitue le dernier mot, le mot essentiel... « Je suis la vigne ; vous, les sarments. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit » (Jn 15: 5) ... Dieu ne faillit pas. A la fin, il remporte la victoire, l'amour sort vainqueur.

— PAPE BENOÎT XVI, Homélie d'ouverture, Synode des Évêques, 2 octobre 2005, Rome ; Vatican.va

Oui, un miracle a été promis à Fatima, le plus grand miracle de l'histoire de l'humanité, après la Résurrection. Et ce miracle sera une ère de paix qui n'a jamais vraiment été accordée auparavant au monde.

— Cardinal Mario Luigi Ciappi, théologien pontifical de Pie XII, saint Jean XXIII, saint Paul VI, Jean-Paul Ier et saint Jean-Paul II, 9 octobre 1994 ; Family Catechism, (9 septembre 1993) ; page 35

Et donc, relevons la tête, frères et sœurs. Faisons s'élever nos « épis » au-dessus de l'ivraie afin que la vérité puisse se frayer un chemin à travers les vents du relativisme et que la voix du Créateur soit entendue... de tous ceux qui voudront bien tendre l'oreille, en cette dernière heure du temps miséricorde. Vous êtes Ses prophètes. Vous êtes Sa voix. Vous êtes la lumière qu'attendent tant d'âmes plongées dans les ténèbres. [7]

N'ayez pas peur. Le Seigneur de la moisson arrive. Et Il vous dit, simplement, « Soyez fidèles ! »

Puisque tu as gardé mon appel à persévérer, moi aussi je te garderai de l'heure de l'épreuve qui va venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre. Je viens sans tarder : tiens fermement ce que tu as, pour que personne ne prenne ta couronne.

Ap 3: 10-11

JE SUIS ... C'est là mon nom pour toujours, c'est par lui que vous ferez mémoire de moi, d'âge en d'âge.

Ex 3: 14-15

Soyez ouverts au Christ, accueillez l'Esprit, afin qu'advienne une nouvelle Pentecôte dans chaque communauté ! Une nouvelle et joyeuse humanité émergera au milieu de vous ; vous expérimenterez à nouveau la puissance salvatrice du Seigneur.

— PAPE SAINT JEAN-PAUL II, lors d'un voyage en Amérique latine, 1992

Mark Mallett
When the Weeds Begin to Head


[1] cf. Dream of the Lawless One
[2] cf. The Eye of the Storm
[3] lire Les Papes et l'aube d'une nouvelle ère
[4] cf. Ep 2: 7
[5] cf. Jn 8: 44
[6] CEC, n° 1060
[7] cf. Hope is Dawning

Cet article m'inspire ...


de la joie
29


de l'encouragement
19


de la perplexité
2


de la tristesse
1


de la peur
0

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 - 4 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Quand l'ivraie arrive à maturité.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 - 4 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La résurrection de l'Église

Mark Mallett   samedi 17 mars 2018   2 commentaires   partager

Le sentiment le plus accrédité et qui paraît le plus conforme aux saintes Écritures, c'est qu'après la chute de l'Antéchrist, l'Église catholique entrera encore une fois dans une ère de prospérité et de triomphe. - « Fin du monde présent et mystères de la vie future » Père Charles Arminjon (1824-1885), p. 56-57; Sophia Institute Press

Il y a un passage mystérieux dans le livre de Daniel qui est en train de se réaliser à notre époque. Il révèle plus amplement ce que Dieu prévoit à cette heure de l'histoire, tandis que le monde continue sa descente dans les ténèbres ...

Lire la suite

Cinq étapes pour revenir vers le Père

Mark Mallett   samedi 29 septembre 2018   0 commentaire   partager

Il y a cinq étapes simples pour une réconciliation complète avec Dieu, notre Père. Mais avant de les examiner, il nous faut commencer par aborder un autre problème : notre image déformée de Sa paternité.

Lire la suite

Les signes des temps présents

Mark Mallett   dimanche 21 juillet 2019   0 commentaire   partager

Le temps était particulièrement froid lors de notre visite de Jérusalem [en avril dernier]. La brise était impitoyable et le soleil luttait pour percer à travers les nuages. C'est là sur le mont des Oliviers que Jésus pleura sur cette ancienne cité. Notre groupe de pèlerins entra dans la chapelle qui s'élève au-dessus du jardin de Gethsémani, afin d'y célébrer la messe.

A peine la liturgie fut-elle commencée (il était 3h de l'après-midi), un son inattendu se fit entendre, ressemblant à celui d'un shofar, et continua de résonner de façon intermittente.

Lire la suite