Qu’est-ce que la consécration à Marie ?


Commentaires (15)

Publié le dimanche 28 janvier 2018

Catégorie : Réflexions et méditations mariales

Nombre de consultations : 2.003

L’une des explications les plus claires de ce que signifie la consécration à Marie fut donnée par la Sainte Vierge elle-même dans un message approuvé par l’Eglise au Père Stephano Gobbi du Mouvement Sacerdotal Marial :

M’être consacrés signifie vous laisser conduire par Moi. Cela signifie vous confier à Moi, tel un enfant qui se laisse conduire par sa maman. Vous devez par conséquent vous habituer à une nouvelle manière de penser, une nouvelle façon d’agir. Ce n’est pas à vous de vous demander ce qui peut être le meilleur pour vous ; vous ne devez rien planifier pour l’avenir... il vous suffit de dire comme un enfant : « Mère, je te fais confiance, je me laisse conduire par toi. Dis-moi : que dois-je faire ? »

Quand une chose est consacrée, elle est détachée de tout usage autre que celui auquel elle a été désormais assignée, et ainsi en est-il d’un objet qui a été destiné au culte divin.

Mais ceci peut aussi être dit d’une personne, lorsqu’elle est appelée par Dieu à Lui rendre une adoration parfaite. Comprends donc comme est un véritable acte de consécration celui du baptême.

Par ce sacrement, institué par Jésus, une grâce vous est communiquée, qui vous place dans un niveau d’existence plus élevé que votre propre vie, à savoir la vie surnaturelle. A travers ce sacrement vous participez à la nature divine, vous entrez dans une communion d’amour avec Dieu, et vos actes, en conséquence, possèdent une nouvelle valeur surpassant celle de votre nature, parce qu’ils possèdent une valeur proprement divine.

Par le baptême vous êtes donc destinés à une parfaite glorification de la Très Sainte Trinité et consacrés pour une vie dans l’amour du Père, à l’imitation du Fils, et en pleine communion avec l’Esprit Saint.

Le fait qui caractérise l’acte de consécration est sa totalité : quand vous êtes consacrés vous l’êtes en plénitude, et pour l’éternité !

Quand je vous demande de vous consacrer à Mon Cœur Immaculé, je veux vous faire comprendre qu’il vous faut vous confier complètement à Moi, de façon totale et perpétuelle, de sorte que je puisse disposer de vous selon la Volonté de Dieu.

Il vous faut vous confier à Moi d’une manière complète en me donnant tout ; vous ne devez pas me donner une chose tout en vous accrochant à une autre ; vous devez être véritablement pleinement Miens. Et ainsi il vous faut vous confier à Moi non pas un jour oui et un autre jour non, ou pour une période de temps comme vous en avez l’habitude, mais pour toujours.

C’est pour mettre en relief cet important aspect de votre consécration entière et durable à Moi, votre Mère Céleste, que je vous demande la consécration à Mon Cœur Immaculé.

- La Sainte Vierge Marie au Père Stephano Gobbi – 25 mars 1984

Dans le message au Père Gobbi donné le 20 octobre 1973, Marie donne plus de précisions quant au sens de notre consécration à son Cœur Immaculé :

Je prends cet acte très au sérieux, et il possède en lui-même la capacité de véritablement changer et transformer ton existence tout entière.

Par ton acte de consécration, tu as placé ta vie entre mes mains. Désormais elle m’appartient ; elle est mienne. J’en ai pris possession, et à présent, petit à petit, je suis en train de la transformer selon ma volonté.

Doucement je vais te mener à cette perfection qui plaît à mon Cœur, et progressivement, je vais te transformer en une image très fidèle de mon Fils Jésus.

Je vais te donner une nouvelle manière de voir les choses : tu les verras avec mes propres yeux. Tu ne seras plus intéressé par tout ce qui appartient à ce monde ; elles laisseront même en toi une profonde amertume. Tu diras de ces choses : « Comme elles sont vaines et inutiles ! »

Je vais aussi te donner une nouvelle façon de ressentir les choses : tu les ressentiras selon mon Cœur. Ainsi, ta capacité à aimer et à souffrir deviendra extraordinairement plus puissante, parce que tu ressentiras les choses, mon fils, de la façon dont le Cœur de ta Mère les ressent.

Je te donnerai aussi une nouvelle façon de penser : tu penseras selon le Cœur de Jésus et mon Cœur maternel, voyant toutes choses en Dieu et comme Dieu les voit, selon l’Esprit de Sagesse. Je te donnerai la sagesse du cœur.

A présent, les prêtres de mon Mouvement doivent tous être ainsi. Parce qu’ils se sont consacrés à moi, ils doivent ressentir, voir et penser comme moi, avec moi, parce que je veux prendre une entière possession de leur vie. Je veux la transformer et en faire une image de mon Fils Jésus, le Premier Né de tant d’autres de mes fils.

Ils doivent se laisser former par moi, comme de petits enfants, avec une grande confiance et un total abandon ! Alors, à travers eux, la lumière de l’Evangile brillera d’une nouvelle clarté dans ce monde si rempli de ténèbres.

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Bonjour Jean Paul,

Beaucoup de chrétiens, même parmi les catholiques, ont peur d'aimer Marie car ils craignent d'offenser Jésus en se tournant vers une créature. C'est vrai aussi pour la prière adressée aux saints, on préfère s'adresser directement à Jésus.

Mais nous sentons-nous dignes d'être exaucés si nous nous adressons directement à Jésus ? Voyez les disciples à Cana. Ne s'adressent-t-ils pas à Marie pour dire qu'ils n'ont plus de vin ? Et que fait Marie, elle intercède pour eux auprès de Jésus, et en retour leur demande de faire tout ce que Jésus leur demandera : la condition indispensable pour que nos prières soient exaucées : "Pourquoi m'appelez-vous Seigneur, Seigneur! et ne faites-vous pas ce que je dis?" (Romains 2:13)

Les saints qui ont souffert avec Jésus sur terre et ont conformé leur vie à la sienne sont à la fois proches de Dieu et proche de nous car ils nous comprennent mieux que quiconque. Nous pouvons donc nous adresser à eux pour qu'ils intercèdent pour nous auprès de Jésus. N'en est-il pas de même pour Marie ?

Déjà que Dieu avait choisi Marie parmi toutes les femmes et l'avait comblée de grâce, ne pensez-vous pas que Jésus et toute la Trinité sont infiniment reconnaissants à Marie d'avoir donné son 'oui' et d'avoir ainsi permis au Fils de Dieu de venir s'incarner parmi nous ? Ne pensez-vous pas qu'il lui soit reconnaissant d'avoir veillé sur lui, de l'avoir éduqué avec amour, de l'avoir protégé durant son enfance et son adolescence ?

De plus, Dieu ne glorifie-t-il pas ses fidèles serviteurs lorsque ceux-ci le rejoignent au Ciel ? N'en va-t-il pas tout particulièrement ainsi pour sa propre mère, qui a tant souffert de le voir rejeté et crucifié par les hommes qu'il est venu sauver ?

Si Jésus est notre frère, et s'il aime d'un amour de préférence sa mère à qui il lui doit tout, ne souhaite-t-il pas que nous, ses frères, aimions sa mère comme notre propre mère, et donc du même amour ?

Laissez votre coeur parler, et vous reconnaîtrez par vous-même que Marie est digne de recevoir de notre part le même amour que Dieu lui-même lui porte.

"Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés" (Jean 15, 12)

Bonne réflexion.

Olivier

Commentaire laissé par le

@Jean Paul
Bonjour, il faut comprendre ce que nous entendons pas Consécration. La consécration à Marie c'est offrir notre amour (non pas notre adoration qui ne revient qu'à Dieu) à Marie, lui offrir notre conversion, notre pénitence, par amour pour son Fils. Marie nous mène toujours vers son Fils, vers Dieu, elle ne garde jamais rien pour elle. L'amour que nous lui offrons elle le remet à Jésus. Voyez aux Noces de Cana, comme Marie invitait les disciples qui venaient vers elle, pour lui dire qu'il n'y avait plus de vin, à faire tout ce que son Fils leur dirait. Il en était et en sera toujours ainsi avec Marie. Nous pouvons passer par elle, lui demander son intercession, tout comme le firent les disciples de Jésus quand le vin vint à manquer. Vous n'allez pas dire qu'ils faisaient de Marie une idole et qu'ils auraient dû aller demander directement à Jésus de leur donner du vin ! Sachant que, comme on le voit dans le récit des Noces de Cana, Jésus ne peut rien refuser à Sa Mère, même si "Son heure n'était pas encore venue", Il répondit favorablement à l'intercession de Sa Mère, pour Ses disciples.

Ensuite, si vous lisez l'Evangile vous verrez que, sur la Croix, Jésus a confié Sa mère (qu'il a appelé "Femme", en tant que c'était le Dieu Créateur qui s'adressait à Sa créature rachetée, à la Nouvelle Eve) à Saint Jean et à travers cet Apôtre, à chacun de ses disciples jusqu'à ce jour.

Marie est notre mère et nous sommes ses enfants. Nous devons l'aimer, non pas l'adorer, mais l'aimer. Ne pas le faire c'est offenser gravement son Fils. Obéissons à Jésus et prenons Marie pour notre propre Mère ! De même que Marie a donné naissance à Jésus, de même elle nous enfante dans la Nouvelle Vie divine en tant que nous sommes les membres de son Fils, les sarments de la Vigne divine.

Considérer Marie comme une idole est une profonde injure que vous faites à Son divin Fils. Nous ne devons adorer que Dieu mais nous devons aimer Sa Mère, la respecter, la reconnaître bienheureuse comme Marie le dit elle-même dans les évangiles : "tous les âges me diront bienheureuse" et comme sa cousine lui disait "tu es bénie entre toutes les femmes" (c'est-à-dire qu'il n'y a aucune femme bénie comme l'est Marie et digne de notre amour), et si vous doutez de la maternité divine de Marie relisez ces mêmes évangiles : "Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur [de mon Dieu] vienne jusqu'à moi ?" Marie n'a certes pas enfanté Dieu, elle n'est pas au-dessus de Dieu, elle n'est pas une déesse ! Mais elle a donné naissance au Fils de l'homme, à l'Emmanuel, à Jésus qui est 100% homme ET 100% Dieu. Et donc de par cette double nature de Jésus, Marie bénéficie de cette double maternité.

Il est aussi dit lors de l'annonciation : "L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre" (de la même manière qu'il est dit ailleurs "Joseph, son époux, la prit sous son toit"), ce qui atteste que Marie est épouse de l'Esprit Saint. Et si cela vous scandalise, sachez que ce qui est scandaleux et folie pour les hommes est puissance et sagesse de Dieu. (1 Co 1: 25)

Dieu ne sera jamais offensé par l'amour que nous avons pour Sa Mère bien au contraire. Jamais Il ne prendra cela pour de l'adoration, jamais Il ne considérera Sa Mère comme une idole (comme le font les protestants) ; par contre Il est offensé quand nous lui manquons de respect, la méprisons, la considérons comme une simple génitrice et refusons, en tant que frères de Jésus, de considérer Marie comme notre propre Mère.

Désolé pour la longueur de ma réponse mais j'espère que vous comprendrez mieux ainsi la position catholique, profondément ancrée dans les évangiles !

Commentaire laissé par le

Je n'arrive pas à y croire...
Quand je regarde dans la Bible je vois que la totalité des consécration se font à l'Éternel.
À l'exception de viande consacrée aux idoles dans l'épître aux Corinthiens.
Comment peut-on consacrer quelqu'un à une autre personne que l'Éternel est penser que ce soit acceptable à ses yeux?
En effet, il y a un seul Dieu et il y a aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes: un homme, Jésus-Christ,
1 Timothée 2.5

Commentaire laissé par le

J'aime beaucoup le nom de ce site , oui le loup est dans la bergerie si on pouvait le reconnaitre à son sourire se serait trop facile encore que pourquoi pas.
Que la très Sainte Vierge Marie nous prennent sous son aile son sous manteau, pour nous guider nous protéger nous défendre aussi du malin, merci pour votre perfection très Sainte Vierge Marie, merci d'avoir mis au monde le sauveur de L'Humanité, Merci Seigneur d'avoir pris notre humanité pour nous sauver du péché.

Olivier

Commentaire laissé par le

Que la très Sainte Vierge Marie soit pleinement notre mère.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 69 x 18 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Qu’est-ce que la consécration à Marie ?.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 69 x 18 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La Consécration tardive

Mark Mallett   lundi 1 avril 2019   1 commentaire   433

Plus que jamais, il est urgent que vous soyez les “sentinelles du matin”, les guetteurs qui annoncent à l'humanité les premiers feux de l'aurore et le nouveau printemps de l'Evangile que l'on voit déjà poindre. —PAPE Jean-Paul II, 18e Journée Mondiale de la Jeunesse, 13 avril 2003 ; Vatican.va

Je vais vous partager aujourd'hui une sorte de parabole que ma famille a vécu il y a quelques années. Je le fais avec la permission de mon fils. Nous avions eu l'intuition qu'il était temps de partager cette histoire lorsque nous sommes tombés sur ces deux passages des Écritures :

Lire la suite

La Vierge Marie, collaboratrice à l’oeuvre du Salut !

jeudi 12 avril 2018   1 commentaire   461

En parcourant l'Ecriture… Les figures de la Vierge Marie dans l'Ancien Testament (1/8)

« Ce que la foi catholique croit au sujet de Marie se fonde sur ce qu'elle croit au sujet du Christ, mais ce qu'elle enseigne sur Marie éclaire à son tour sa foi au Christ. » dit le Catéchisme de l'Eglise Catholique (n°487).

Lire la suite

Apparitions de la Vierge Marie au Laus - France (1664-1718)

mardi 13 mars 2018   0 commentaire   384

Le Laus est à peine à 80 km de la Salette. Le village de St-Étienne d'Avançon fait partie, actuellement du diocèse de Gap. À l'époque des apparitions, il appartenait au diocèse d'Embrun. Les guerres de Religion, au 16e siècle entre catholiques et protestants calvinistes laissent inutilisables 120 des 190 églises du diocèse de Gap.

Pendant quatre mois, début juin à la fin août 1664, presque tous les jours, la Mère et l'enfant Jésus rencontrent Benoîte Rencurel au Vallon des Fours.

Nous savons que pendant les deux premiers mois c'est le silence complet de la part de la Dame. Malgré ce silence, l'événement procure à Benoîte une paix qui la comble au-delà de ses attentes. Les deux mois suivants sont consacrés à la formation de la jeune bergère; il lui faut apprendre à prier, à devenir patiente, à être détachée.

Lire la suite