Prier pour ceux qui sont morts est une œuvre de miséricorde - par Mgr Charles Pope


Commentaires (1)

Publié le samedi 3 novembre 2018

Catégorie : Liturgie, sermons & homélies

Nombre de consultations : 109

Quelle est la valeur d'une seule prière ? Je soupçonne qu'elle est beaucoup plus grande qu'aucun de nous ne l'imagine. La prière change les choses, parfois de façons évidentes, mais plus souvent de manières subtiles et même paradoxales. Mais la prière est assurément importante, même lorsque nous ne ressentons pas ses effets immédiats. C'est peut-être la raison pour laquelle Jésus nous a appris à prier en tout temps et à ne jamais nous décourager (cf. Luc 18: 1). Saint Paul a repris cette exhortation par ces simples mots : « Priez sans relâche » (1 Th 5, 17). Saint Jacques a également averti : « Vous n'obtenez rien parce que vous ne demandez pas. » (Jacques 4: 2)

Par Mgr Charles Pope • 1er novembre 2018 • Titre original « Praying for Those Who Have Died Is a Work of Mercy »

Prier pour les vivants est une grande et merveilleuse oeuvre spirituelle de miséricorde ; sa valeur dépasse celle de l'or ou des perles précieuses. Quelle est la valeur d'une seule prière ? « La supplication du juste agit avec beaucoup de force. » (Jacques 5:16). La prière peut éviter des guerres, apporter la guérison, provoquer la conversion, conférer la paix et la sérénité, et appeler la miséricorde sur les pécheurs — une miséricorde douce, nécessaire et belle. La prière est un trésor d'une valeur inestimable.

Peut-être que l'une des plus grandes joies du Ciel sera de constater à quel point nos prières, même distraites ou faites dans la précipitation, ont fait toute la différence. Peut-être que notre simple supplication, à la fin d'une dizaine du chapelet, demandant au Seigneur de « nous préserver du feu de l'Enfer » et de « conduire au Ciel toutes les âmes » atteindra le coeur d'une âme égarée et l'incitera à répondre au doux appel de Dieu à revenir à Lui. Imaginez qu'au Paradis, ce même pécheur vienne vous dire : « Bien que nous ne nous soyons jamais rencontrés, ta prière m'est parvenue et m'a fait bénéficier de Sa Miséricorde. » Imaginez la joie de tant de rencontres de ce genre au Ciel. Imaginez aussi toutes les âmes que vous serez heureux de pouvoir remercier pour leurs propres prières, des personnes que vous connaissez et d'autres que vous n'avez jamais rencontrées. Mais elles auront prié et la puissance de leurs prières vous sera parvenue.

Tandis que la valeur de la prière pour les vivants n'est généralement pas contestée, prier pour les morts est une oeuvre spirituelle de miséricorde qui a souffert au cours des dernières décennies. Trop de catholiques aujourd'hui passent à côté d'un point essentiel lorsqu'un être cher décède. Il y a souvent des déclarations immédiates selon lesquelles le défunt est « au paradis » ou « dans un endroit meilleur ». Mais les Écritures ne nous disent pas que nous allons directement au Paradis lorsque nous mourons. Non, en effet il y a premièrement une brève escale devant le tribunal du Christ (Jugement personnel).

La Lettre aux Hébreux nous dit :

Le sort des hommes est de mourir une seule fois et puis d'être jugés.

Héb 9: 27

Saint Paul écrit quant à lui :

Car il nous faudra tous apparaître à découvert devant le tribunal du Christ, pour que chacun soit rétribué selon ce qu'il a fait, soit en bien soit en mal, pendant qu'il était dans son corps.

2 Cor 5: 10

Nos proches décédés comparaissent devant le tribunal du Christ, et c'est une réalité pour laquelle il vaut la peine de prier !

Quel est le jugement pour ceux qui ont vécu une vie en fidélité à la loi divine ? Dans ce cas précis, le jugement ne concerne pas tant la destination ultime de notre âme, le Paradis ou l'Enfer, mais de savoir si l'oeuvre du Christ est achevée en nous.

En effet, le Seigneur nous a fait à tous une promesse : « Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » (Mt 5: 48). Une si belle promesse ! Pourtant, la plupart d'entre nous sait que nous ne nous trouvons pas encore dans un tel état de perfection. Si nous devions mourir aujourd'hui, il est clair qu'il resterait encore beaucoup de travail à accomplir en nous. Ainsi, lorsque nos êtres chers, ayant été fidèles au Seigneur, se retrouvent en jugement, même si nous pouvons avoir une grande espérance pour eux, nous sommes conscients qu'un travail de perfectionnement peut s'avérer nécessaire. La purgation, ou purification, est nécessaire avant de pouvoir entrer au Ciel, ce à quoi l'Écriture fait référence quand elle dit : « Rien de souillé n'y entrera jamais. » (Ap 21: 27)

Une fois encore, il vaut la peine de prier pour cela. C'est une grande oeuvre de miséricorde que nous pouvons étendre à nos proches décédés, de nous souvenir d'eux avec amour et de prier, avec les mots de Saint Paul, « [Puisse] Celui qui a commencé en vous un si beau travail le [poursuive] jusqu'à son achèvement » (Phil 1: 6). Priez souvent pour les âmes du Purgatoire. Il y a sûrement beaucoup de joie pour elles là-bas, sachant qu'elles sont en chemin vers le Ciel, mais il y a aussi les souffrances que la purgation cause inévitablement. Saint Paul dit au sujet du Purgatoire :

L'ouvrage de chacun sera mis en pleine lumière. En effet, le jour du jugement le manifestera, car cette révélation se fera par le feu, et c'est le feu qui permettra d'apprécier la qualité de l'ouvrage de chacun. Si quelqu'un a construit un ouvrage qui résiste, il recevra un salaire ; si l'ouvrage est entièrement brûlé, il en subira le préjudice. Lui-même sera sauvé, mais comme au travers du feu.

1 Co 3: 13-15

Oui, il y a un feu, mais Dieu merci, il s'agit d'un un feu qui purifie. Il y a des larmes aussi, car l'Écriture dit (à propos des morts) que « Jésus essuiera toute larme de leurs yeux. » (Ap 21: 4)

Comme nos prières doivent paraître réconfortantes et miséricordieuses pour nos êtres chers décédés ! Nos prières doivent être comme une légère brise qui les fait avancer, de plus en plus haut et de plus en plus vite vers le Ciel !

Prier pour les morts est donc la dernière et la plus grande oeuvre spirituelle de miséricorde. Par la grâce de nos prières et par leur assistance, les âmes atteignent la gloire que Dieu leur a préparée depuis la fondation du monde.

Mgr Charles Pope

La prière pour les morts n'est pas une invention catholique mais est biblique :

Ils trouvèrent sous la tunique de chacun des morts des objets consacrés aux idoles de Jamnia, ce que la Loi interdit aux Juifs. Il fut évident pour tous que c'est pour cette raison qu'ils avaient succombé. Tous bénirent donc la conduite du Seigneur, le juge impartial qui rend manifestes les choses cachées.

Puis, ils se répandirent en supplications pour demander que le péché commis soit entièrement effacé. Le noble Judas exhorta la troupe à se garder de tout péché, ayant sous les yeux le malheur de ceux qui avaient succombé pour avoir commis cette faute. Il organisa une collecte auprès de chacun et envoya deux mille pièces d'argent à Jérusalem afin d'offrir un sacrifice pour le péché.

C'était un fort beau geste, plein de délicatesse, inspiré par la pensée de la résurrection. Car, s'il n'avait pas espéré que ceux qui avaient succombé ressusciteraient, la prière pour les morts était superflue et absurde. Mais il jugeait qu'une très belle récompense est réservée à ceux qui meurent avec piété : c'était là une pensée religieuse et sainte. Voilà pourquoi il fit ce sacrifice d'expiation, afin que les morts soient délivrés de leurs péchés.

—Deuxième Livre des Martyrs d'Israël, chapitre 12 : 40-46

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Il suffit de faire une recherche sur Google pour voir des applications qui se vantent de permettre de parler aux morts. !. (Une des dernières est française)
Quelle blasphème !.. quelle ignominie !.. Mensonge et Honte à ceux qui développe de tel produits. !..
OUI je suis en Colère ! . J’en pleure de rage.
Pour moi, seule la prière permet le « lien » avec nos disparus. Seul n’importe ou que l’on soit, ou dans une sainte Eglise en compagnie d’autres qui sont la aussi pour prier leur défunts.
Il faudrait même envisager une absolue interdiction de développer ces produits fallacieux.
J’enrage !! .. Mais ou va le monde ?!
Patrice M.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 51 - 28 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Prier pour ceux qui sont morts est une œuvre de miséricorde - par Mgr Charles Pope.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 51 - 28 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Il viendra comme un voleur pour récupérer ce qui Lui appartient - par Mgr Charles Pope

Publié le samedi 1 septembre 2018 - 0 commentaire

L'une des images les plus intéressantes et les plus surprenantes que le Seigneur utilisa pour lui-même était celle d'un « voleur ». Il y a un exemple dans la première lettre de saint Paul aux Thessaloniciens. Je commenterai plus en détail ce passage dans un instant, mais commençons par quelques autres passages des Écritures dans lesquels Jésus a utilisé cette imagerie...

Lire la suite

Homélie pour le Vendredi Saint - Père Simon Noël

Publié le vendredi 30 mars 2018 - 0 commentaire

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? Ce cri de Jésus sur la Croix est une parole étrange pour le croyant. Dieu n'abandonne jamais ses amis. Tant de psaumes le disent, et en particulier ce psaume 21, que Jésus reprend ici, et qui se termine par une exultation pour la délivrance que Dieu apporte à son serviteur, au terme d'une épreuve qui ne dure qu'un moment.

Lire la suite

Dieu ou Satan (1ère partie)

Publié le lundi 23 avril 2018 - 1 commentaire

Toute la terre est au Seigneur.

Nous voulons Dieu dans nos familles ; Nous voulons Dieu dans nos écoles !

L'article suivant est la première partie d'une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974.

Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l'anime depuis qu'il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n'avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu'on sent de plus en plus ce grand chrétien s'approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu'il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: « Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles.... »

Lire la suite