Prier pour ceux qui sont morts est une œuvre de miséricorde


Commentaires (1)

Publié le samedi 3 novembre 2018

Auteur / source : Mgr Charles Pope

Catégorie : Discours, sermons & homélies

Quelle est la valeur d'une seule prière ? Je soupçonne qu'elle est beaucoup plus grande qu'aucun de nous ne l'imagine. La prière change les choses, parfois de façons évidentes, mais plus souvent de manières subtiles et même paradoxales. Mais la prière est assurément importante, même lorsque nous ne ressentons pas ses effets immédiats. C'est peut-être la raison pour laquelle Jésus nous a appris à prier en tout temps et à ne jamais nous décourager (cf. Luc 18: 1). Saint Paul a repris cette exhortation par ces simples mots : « Priez sans relâche » (1 Th 5, 17). Saint Jacques a également averti : « Vous n'obtenez rien parce que vous ne demandez pas. » (Jacques 4: 2)

Par Mgr Charles Pope • 1er novembre 2018 • Titre original « Praying for Those Who Have Died Is a Work of Mercy »

Prier pour les vivants est une grande et merveilleuse oeuvre spirituelle de miséricorde ; sa valeur dépasse celle de l'or ou des perles précieuses. Quelle est la valeur d'une seule prière ? « La supplication du juste agit avec beaucoup de force. » (Jacques 5:16). La prière peut éviter des guerres, apporter la guérison, provoquer la conversion, conférer la paix et la sérénité, et appeler la miséricorde sur les pécheurs — une miséricorde douce, nécessaire et belle. La prière est un trésor d'une valeur inestimable.

Peut-être que l'une des plus grandes joies du Ciel sera de constater à quel point nos prières, même distraites ou faites dans la précipitation, ont fait toute la différence. Peut-être que notre simple supplication, à la fin d'une dizaine du chapelet, demandant au Seigneur de « nous préserver du feu de l'Enfer » et de « conduire au Ciel toutes les âmes » atteindra le coeur d'une âme égarée et l'incitera à répondre au doux appel de Dieu à revenir à Lui. Imaginez qu'au Paradis, ce même pécheur vienne vous dire : « Bien que nous ne nous soyons jamais rencontrés, ta prière m'est parvenue et m'a fait bénéficier de Sa Miséricorde. » Imaginez la joie de tant de rencontres de ce genre au Ciel. Imaginez aussi toutes les âmes que vous serez heureux de pouvoir remercier pour leurs propres prières, des personnes que vous connaissez et d'autres que vous n'avez jamais rencontrées. Mais elles auront prié et la puissance de leurs prières vous sera parvenue.

Tandis que la valeur de la prière pour les vivants n'est généralement pas contestée, prier pour les morts est une oeuvre spirituelle de miséricorde qui a souffert au cours des dernières décennies. Trop de catholiques aujourd'hui passent à côté d'un point essentiel lorsqu'un être cher décède. Il y a souvent des déclarations immédiates selon lesquelles le défunt est « au paradis » ou « dans un endroit meilleur ». Mais les Écritures ne nous disent pas que nous allons directement au Paradis lorsque nous mourons. Non, en effet il y a premièrement une brève escale devant le tribunal du Christ (Jugement personnel).

La Lettre aux Hébreux nous dit :

Le sort des hommes est de mourir une seule fois et puis d'être jugés.

Héb 9: 27

Saint Paul écrit quant à lui :

Car il nous faudra tous apparaître à découvert devant le tribunal du Christ, pour que chacun soit rétribué selon ce qu'il a fait, soit en bien soit en mal, pendant qu'il était dans son corps.

2 Cor 5: 10

Nos proches décédés comparaissent devant le tribunal du Christ, et c'est une réalité pour laquelle il vaut la peine de prier !

Quel est le jugement pour ceux qui ont vécu une vie en fidélité à la loi divine ? Dans ce cas précis, le jugement ne concerne pas tant la destination ultime de notre âme, le Paradis ou l'Enfer, mais de savoir si l'oeuvre du Christ est achevée en nous.

En effet, le Seigneur nous a fait à tous une promesse : « Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » (Mt 5: 48). Une si belle promesse ! Pourtant, la plupart d'entre nous sait que nous ne nous trouvons pas encore dans un tel état de perfection. Si nous devions mourir aujourd'hui, il est clair qu'il resterait encore beaucoup de travail à accomplir en nous. Ainsi, lorsque nos êtres chers, ayant été fidèles au Seigneur, se retrouvent en jugement, même si nous pouvons avoir une grande espérance pour eux, nous sommes conscients qu'un travail de perfectionnement peut s'avérer nécessaire. La purgation, ou purification, est nécessaire avant de pouvoir entrer au Ciel, ce à quoi l'Écriture fait référence quand elle dit : « Rien de souillé n'y entrera jamais. » (Ap 21: 27)

Une fois encore, il vaut la peine de prier pour cela. C'est une grande oeuvre de miséricorde que nous pouvons étendre à nos proches décédés, de nous souvenir d'eux avec amour et de prier, avec les mots de Saint Paul, « [Puisse] Celui qui a commencé en vous un si beau travail le [poursuive] jusqu'à son achèvement » (Phil 1: 6). Priez souvent pour les âmes du Purgatoire. Il y a sûrement beaucoup de joie pour elles là-bas, sachant qu'elles sont en chemin vers le Ciel, mais il y a aussi les souffrances que la purgation cause inévitablement. Saint Paul dit au sujet du Purgatoire :

L'ouvrage de chacun sera mis en pleine lumière. En effet, le jour du jugement le manifestera, car cette révélation se fera par le feu, et c'est le feu qui permettra d'apprécier la qualité de l'ouvrage de chacun. Si quelqu'un a construit un ouvrage qui résiste, il recevra un salaire ; si l'ouvrage est entièrement brûlé, il en subira le préjudice. Lui-même sera sauvé, mais comme au travers du feu.

1 Co 3: 13-15

Oui, il y a un feu, mais Dieu merci, il s'agit d'un un feu qui purifie. Il y a des larmes aussi, car l'Écriture dit (à propos des morts) que « Jésus essuiera toute larme de leurs yeux. » (Ap 21: 4)

Comme nos prières doivent paraître réconfortantes et miséricordieuses pour nos êtres chers décédés ! Nos prières doivent être comme une légère brise qui les fait avancer, de plus en plus haut et de plus en plus vite vers le Ciel !

Prier pour les morts est donc la dernière et la plus grande oeuvre spirituelle de miséricorde. Par la grâce de nos prières et par leur assistance, les âmes atteignent la gloire que Dieu leur a préparée depuis la fondation du monde.

Mgr Charles Pope

La prière pour les morts n'est pas une invention catholique mais est biblique :

Ils trouvèrent sous la tunique de chacun des morts des objets consacrés aux idoles de Jamnia, ce que la Loi interdit aux Juifs. Il fut évident pour tous que c'est pour cette raison qu'ils avaient succombé. Tous bénirent donc la conduite du Seigneur, le juge impartial qui rend manifestes les choses cachées.

Puis, ils se répandirent en supplications pour demander que le péché commis soit entièrement effacé. Le noble Judas exhorta la troupe à se garder de tout péché, ayant sous les yeux le malheur de ceux qui avaient succombé pour avoir commis cette faute. Il organisa une collecte auprès de chacun et envoya deux mille pièces d'argent à Jérusalem afin d'offrir un sacrifice pour le péché.

C'était un fort beau geste, plein de délicatesse, inspiré par la pensée de la résurrection. Car, s'il n'avait pas espéré que ceux qui avaient succombé ressusciteraient, la prière pour les morts était superflue et absurde. Mais il jugeait qu'une très belle récompense est réservée à ceux qui meurent avec piété : c'était là une pensée religieuse et sainte. Voilà pourquoi il fit ce sacrifice d'expiation, afin que les morts soient délivrés de leurs péchés.

—Deuxième Livre des Martyrs d'Israël, chapitre 12 : 40-46

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
3


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Il suffit de faire une recherche sur Google pour voir des applications qui se vantent de permettre de parler aux morts. !. (Une des dernières est française)
Quelle blasphème !.. quelle ignominie !.. Mensonge et Honte à ceux qui développe de tel produits. !..
OUI je suis en Colère ! . J’en pleure de rage.
Pour moi, seule la prière permet le « lien » avec nos disparus. Seul n’importe ou que l’on soit, ou dans une sainte Eglise en compagnie d’autres qui sont la aussi pour prier leur défunts.
Il faudrait même envisager une absolue interdiction de développer ces produits fallacieux.
J’enrage !! .. Mais ou va le monde ?!
Patrice M.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 10 + 2 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Prier pour ceux qui sont morts est une œuvre de miséricorde.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 10 + 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Le Diable existe, il ne faut pas être naïf, avertit le Pape François

samedi 7 avril 2018   2 commentaires   partager

Une homélie sur la « tactique » du diable

« Le diable existe, même au XXIè siècle : nous ne devons pas être naïfs !, a expliqué le pape François dans son homélie de la messe de 7 h du vendredi 11 avril 2014, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe du Vatican. »

Lire la suite

Cardinal Newman : « Le Carême, temps de repentance »

vendredi 23 février 2018    partager

Le titre du sermon résume l'enseignement que Newman veut donner à ses ouailles : ne pas laisser passer le temps du Carême sans prendre ou reprendre conscience de l’état de pécheur dans lequel ils sont et faire preuve du repentir qui doit en résulter, saisir l’occasion de ce temps de l’année que l’Église a établi pour cela depuis les origines. En effet, le sérieux avec lequel doit être prise la vie chrétienne est mis à mal par l’insouciance que favorise la vie facile que connaissaient la plupart des auditeurs de Newman, insouciance qui rend le chrétien oublieux des dons qu’il a reçus au baptême et le fait glisser peu à peu dans le péché sans qu’il éprouve le souci ou le besoin de se repentir. Contre cette tendance, le Carême constitue un avertissement salutaire. Cette attitude d’insouciance et finalement d’indifférence à l’égard des privilèges chrétiens, répandue chez beaucoup de fidèles, est figurée dans l’Ancien Testament par le comportement d’Ésaü à l’égard des dons paternels auxquels sa situation d’aîné lui donnait droit. Au lieu de les considérer à leur juste valeur, il les a pris à la légère : il a abandonné son droit d’aînesse pour peu de choses, un plat de nourriture, ensuite il a cru pouvoir obtenir la bénédiction paternelle en échange d’un plat de venaison sans se soucier du fait que son premier péché, l’abandon du droit d’aînesse, le rendait inapte à obtenir la bénédiction qui lui revenait. Son cri angoissé quand il s’aperçut qu’elle était allée à son frère aîné ne sera-t-il pas celui de beaucoup de chrétiens qui vivent dans l’insouciance et n'éprouvent pas le besoin de se repentir ? Comme Ésaü, comme les vierges folles de la parabole, ils voudront le faire quand il sera trop tard, au jour du Jugement. S’ils ne se repentent pas à temps, s’ils n'entendent pas les avertissements que le Seigneur, dans sa providence, leur donne sous la forme d’épreuves diverses, maladie, échec, revers de fortune, etc., leur punition sera plus dure ensuite.

Lire la suite

Vous êtes les témoins de ces choses – Une homélie pour le 3ème dimanche de Pâques

Mgr Charles Pope   dimanche 15 avril 2018   0 commentaire   partager

L'Evangile de ce dimanche (à lire ici) parle de la nécessité de devenir des témoins de la résurrection de Jésus. Cela commence par la proclamation nécessaire et fondamentale de l'Église : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. » (Luc 24: 34) Cette déclaration solennelle fonde la certitude doctrinale de la résurrection. Sur ce fondement de la vérité, le témoignage personnel de chaque catholique doit être bâti. Dans ce passage des évangiles, nous voyons comment le Seigneur atteste de Sa résurrection à travers l'autorité enseignante de l'Église, confirme les apôtres dans cette vérité, clarifie leur foi, et les envoie ensuite pour en témoigner. Voyons comment le Seigneur fait cela.

Lire la suite