Pour Roberto de Mattei, la consécration expresse de la Russie est urgente


Commentaires (2)

Publié le jeudi 8 mars 2018

Catégorie : Prophéties & réflexions sur les signes des temps

Nombre de consultations : 478

Roberto de Mattei parle de Fatima : l’Eglise a besoin de la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie.

A l’heure où la Russie se pose volontiers en recours de la chrétienté, enregistrant un évident succès auprès des mouvements de droite et pro-famille en France notamment, le Pr Roberto de Mattei analyse la situation d’une manière fort différente. Il est urgent, a-t-il déclaré lors d’une conférence au Cosmos Club à Washington DC le 27 mars 2017, de consacrer la Russie au Cœur Immaculé de Marie, selon la demande de Notre-Dame de Fatima il y a 100 ans exactement, pour qu’elle cesse de « répandre ses erreurs dans le monde » mais aussi pour sauver l’Eglise catholique du relativisme qui la ronge de l’intérieur.

Un article de reinformation.tv

« Les erreurs du communisme n’ont pas seulement été répandues à travers le monde mais ont pénétré dans le temple de Dieu, comme la fumée de Satan enveloppant et asphyxiant le Corps mystique du Christ », a-t-il déclaré.

Le Cœur Immaculé de Marie, recours d’une Eglise en crise

La consécration demandée par la Vierge de Fatima est celle de la Russie, explicitement, en union avec tous les évêques du monde. Des consécrations ont certes eu lieu mais jamais dans l’entier respect de ces conditions : Roberto de Mattéi, rejoignant en cela de nombreux analystes parmi lesquels l’exorciste Gabriele Amorth et Mgr Athanasius Schneider, a expliqué qu’à son avis la démarche entreprise en 1984 par le pape Jean-Paul II était incomplète, son entourage ne voulant pas prendre le risque de fâcher l’Eglise orthodoxe en visant nommément la Russie. A l’époque Jean-Paul II avait ajouté dans l’acte de consécration une phrase ne figurant pas dans le texte écrit de sa prière à la Vierge : « Spécialement les nations dont vous avez vous-même demandé la consécration. » Sans doute la consécration a-t-elle été « acceptée » par la Vierge, comme l’a affirmé alors Sœur Lucie de Fatima, mais on ne peut dire que l’ordre soit revenu dans le monde, bien au contraire.

« Nous faisons face désormais à ce dont Notre Dame de Fatima nous avertissait si nous ne faisions pas ce qu’elle demandait : la souffrance de l’Eglise et l’annihilation de plusieurs nations », selon le Pr de Mattei.

Celui-ci a poursuivi en définissant les « erreurs de la Russie » dont la Mère de Dieu a annoncé qu’elles allaient se répandre dans le monde si on ne l’écoutait pas. Il ne s’agit pas principalement du régime communiste athée qui promettait un paradis sur terre aux ouvriers, et qui a provoqué des millions de victimes. L’erreur principale, estime-t-il, est l’« idéologie qui s’oppose à l’ordre naturel et chrétien en rejetant Dieu, la religion, la famille et la propriété privée ».

Pour Roberto de Mattei, la consécration expresse de la Russie est urgente

Et de rappeler que dès l’origine, la politique des bolcheviques les avait conduits à mettre en place une révolution contre le mariage, la famille, et la morale sexuelle traditionnelle, à travers notamment la légalisation du divorce, de l’avortement et de l’homosexualité, au motif qu’une populace à la sexualité débridée et privée de sa raison serait plus facile à déstabiliser et à manipuler.

La Russie, premier pays à légaliser ce crime en 1919 a connu une débauche d’avortements : en 1965, on comptait jusqu’à trois avortements pour une naissance, et son taux d’avortement reste parmi les plus élevés au monde.

Tout cela est à mettre en regard de ce que confia Notre Dame aux voyants de Fatima : « Davantage d’âmes vont en enfer en raison de péchés de la chair que pour toute autre raison. »

Roberto de Mattei a noté également que la chute de l’URSS il y a une trentaine d’années a permis aux erreurs de la Russie de se répandre sans limite, s’étendant comme la peste à travers l’Europe et l’Occident, s’attaquant à la vie, au mariage et à la famille : « Le relativisme professé et vécu aujourd’hui en Occident s’enracine dans les théories du matérialisme et de l’évolutionnisme marxiste : en d’autres termes, dans la négation de toute réalité spirituelle et de tout élément stable et permanent dans l’homme et dans la société. » Ce relativisme s’exprime notamment dans la promotion de la « libération sexuelle » : « La décomposition du communisme a putréfié l’Occident. »

Le message de Fatima apporte une réponse à la confusion actuelle

Au bout du compte, cette putréfaction s’insinue jusque dans l’Eglise à travers les ambiguïtés d’Amoris laetitia que beaucoup interprètent comme une « justification de l’adultère » : « La loi divine et naturelle ne tolère pas d’exception. Ceux qui théorisent l’exception détruisent la règle. »

On trouve la patte marxiste dans cette situation dans le renversement opéré par les partisans de cette révolution, en mettant la « praxis » au-dessus de la doctrine. « Le cardinal Kasper et d’autres pasteurs et théologiens ont déclaré que l’Eglise doit adapter son message évangélique à la praxis de notre temps. Mais la primauté de la praxis par rapport à la doctrine est le cœur même du marxisme-léninisme », a-t-il souligné : « Si Marx a déclaré que la tâche des philosophes n’est pas de connaître le monde, mais de le transformer, aujourd’hui de nombreux théologiens et pasteurs retiennent que la tâche des théologiens n’est pas de répandre la vérité, mais de la réinterpréter dans la praxis. Dès lors, il nous faut non pas réformer les habitudes des chrétiens de manière à les ramener aux enseignements de l’Evangile, mais adapter l’Evangile à l’hétéropraxie des chrétiens. »

Le Pr de Mattei a rappelé que la Sainte Vierge a mis en garde à Fatima contre les conséquences tragiques d’un refus d’écouter ses demandes : un « châtiment terrible » qui précédera le triomphe promis de son Cœur immaculé et qui paraît de plus en plus inévitable maintenant que la Russie a en effet répandu ses erreurs : « L’antidote à la dictature du relativisme est la pureté doctrinale et morale du Cœur immaculé de Marie. Ce sera Notre Dame – et non point les hommes – qui détruira les erreurs qui nous menacent. » Une œuvre à laquelle les hommes sont appelés à coopérer à travers la réalisation de ses demandes de consécration, de dévotion, de sacrifice.

Ce n’est pas le moment de quitter l’Eglise, a insisté le Pr de Mattei : c’est elle qui a les promesses du salut.

Jeanne Smits

Lire la suite sur reinformation.tv

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
1


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
1

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Vidéos

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

@Mizuki

C'est exact. Seule l'unité des chrétiens permettra au christianisme de sauver le monde. Satan ne règne sur les hommes qu'en les divisant et en semant les conflits entre eux.

On constate que les suppôts de Satan concentrent leurs batteries contre l'Église catholique. Pourquoi ? Parce qu'elle réussit à unir plus d'un milliard de fidèles dans le monde entier. Et ils haïssent le Pape, car il symbolise et assure cette unité.

Ces ennemis du christianisme n'ont pas peur des Églises orthodoxes. Elles sont trop divisées, car trop nationales. Sauf erreur, il n'y a plus eu de Concile de ces Églises depuis plusieurs siècles.

Ils ont encore moins peur évidemment des Églises protestantes, divisées et même antagonistes entre elles depuis leur création.

Hélas, tant que ces Églises seront divisées, comment espérer qu'elles puissent un jour s'unir avec l'Église catholique ? Elles portent actuellement en elles le germe de la division.

Commentaire laissé par le

Pour que la consécration de la Russie puisse se réalisée, il faut l’UNITE ET LA PAIX au sein du peuple de Dieu. Qu’importe d’être attaqué de l’extérieur … tant que cette unité règne entre nous chrétiens laïcs et religieux ( catholiques, orthodoxes, protestants). La pire de toutes les batailles c’est lorsqu'il y a désunion, critiques, divisions, médisance, calomnie, jugement, au sein de l'Eglise du Christ. L’esprit de division est un fléau qui permet à l’esprit ennemi de s’infiltrer et détruire.
Que faire ? Prier en églises et chez soi + respect des sacrements. Quand la Mère de Dieu demande quelque chose au vicaire du Christ, il doit pouvoir y répondre positivement, car elle sait mieux que quiconque ici sur terre le pourquoi du comment de sa demande. Mais si le Peuple se désuni du Souverain Pontife et que règne la zizanie, que peut faire le Souverain Pontife ?
Rêve de don Bosco : https://www.youtube.com/watch?v=iBBXOGrs0vs.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 - 2 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Pour Roberto de Mattei, la consécration expresse de la Russie est urgente.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 - 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La mise à l'épreuve de l'église

Père Joël Guibert   samedi 3 février 2018   0 commentaire   2.049

Voici un extrait du chapitre 6 ("Que Ton règne vienne") du livre du Père Joël Guibert (« Rendre amour pour amour, Une spiritualité du Coeur de Jésus » aux Editions Pierre Téqui) qu'il me semble utile de vous partager pour bien comprendre les temps que nous vivons - qui vraisemblablement sont les derniers - et que nous sachions comment y faire face.

Comme nous l'avons dit, l'Eglise, qui est le Corps du Christ, sera amenée à revivre dans son histoire les grands mystères de l'existence de son Maître. Si l'Epouse du Christ a toutes les chances d'expérimenter une forme d'« hosanna des rameaux », tel que l'a vécu Son Seigneur, elle ne pourra pas par ailleurs prétendre à la gloire de la Pentecôte qui lui est promise, sans passer au préalable par le creuset d'une certaine passion. Le disciple n'est pas au-dessus du Maître : pour l'humanité, comme il en fut pour notre Seigneur, pas de Pentecôte sans Vendredi-saint ! Dans un premier temps, nous voudrions tenter quelques considérations à propos de ce mystérieux vendredi-saint que l'Eglise va traverser : « Avant l'avènement du Christ, l'Eglise doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants », prévient le catéchisme. Dans un second temps, toujours à l'écoute des saints et de la Vierge Marie, nous esquisserons quelques traits marquants de la nouvelle Pentecôte et du triomphe des deux Coeurs unis.

Lire la suite

La désorientation diabolique

Mark Mallett   samedi 18 mai 2019   0 commentaire   1.317

La défunte servante de Dieu, Soeur Lucie de Fatima, a un jour averti qu'un temps viendrait où le monde subirait une « désorientation diabolique » :

Que l'on récite le chapelet tous les jours. Notre-Dame a répété cela dans toutes ses apparitions, comme pour nous prémunir contre ces temps de désorientation diabolique, pour que nous ne nous laissions pas tromper par de fausses doctrines et que, par le moyen de la prière, l'élévation de notre âme vers Dieu ne s'amoindrisse pas... C'est la désorientation diabolique qui envahit le monde et trompe les âmes ! Il est nécessaire de lui faire front.

—Soeur Lucie, à son amie Dona Maria Teresa da Cunha (19 avril 1970) ; Toute la vérité sur Fatima : Chapitre VI : l'heure du combat décisif entre la Vierge et le Démon

Lire la suite

L'Anti-Église est là, pourquoi les fidèles catholiques ne doivent pas avoir peur

Père Linus Clovis   jeudi 14 juin 2018   1 commentaire   2.007

Les premiers mots du Pape saint Jean-Paul II, apparaissant sur le balcon de la basilique Saint-Pierre, le jour de son élection le 16 octobre 1978, furent « n'ayez pas peur.  » Aujourd'hui, trente-neuf ans plus tard, à la lumière des événements qui ont pris le contrôle du catholicisme contemporain, ses premiers mots semblent être non seulement prophétiques, mais bien plus : un appel du clairon en préparation de la bataille. [1 Co 14:8]

Lire la suite