Persécution des chrétiens : le drame du XXIème siècle est l’indifférence


Commentaires (1)

Publié le lundi 26 février 2018

Catégorie : Vie de l'Eglise

Nombre de consultations : 228

Intervention du cardinal Piacenza au Colisée.

Le drame du XXIème siècle est l’indifférence, affirme le cardinal Mauro Piacenza : « l’indifférence devant le frère qui souffre, qui n’a pas ce qu’il faut pour vivre, ne peut accéder aux soins et à la formation de base, devant le frère dont la dignité est piétinée par certains pouvoirs aveugles, devant le frère qui ne peut vivre sa foi et son appartenance qu’au prix de sa vie physique ».

D'Hélène Ginabat sur zenit.org :

Le cardinal a pris la parole, en tant que président de L’Aide à l’Église en détresse Italie (ACS Italia), au Colisée, le 24 février 2018 pour la journée de protestation mondiale contre la persécution des chrétiens.

Le Colisée de Rome et deux églises en Irak et en Syrie ont été illuminés en rouge pour dénoncer la souffrance des chrétiens persécutés.

Voici notre traduction du discours du cardinal Piacenza qui a exhorté : « Abattons les murs de la mort, à commencer par les murs de notre indifférence : je ne peux pas être serein si mon frère souffre ! »

AK

Intervention du card. Mauro Piacenza

Nous sommes devant le Colisée, qui constitue un « symbole universel », connu de tous et qui, pour tous, s’identifie à Rome. Mais on n’est pas toujours conscient que cela fut un lieu de mort et de meurtres, que ce soit en raison de la barbarie des luttes entre les gladiateur, « usque ad mortem » ou en raison du martyre de milliers de chrétiens, qui s’opposaient à la violence du pouvoir dominant qui prétendait à un culte divin.

Ces pierres et ces murs peuvent alors avoir une double signification.

Ce sont des « murs de vie » si nous les considérons comme l’expression d’une civilisation et d’un empire qui a su servir de médiateur, pour toute la culture occidentale, entre la civilisation grecque d’Athènes et la « foi de Jérusalem, permettant à l’Europe d’être ce qu’elle a été et ce qu’elle est encore par certains aspects.

Ce sont des « murs de mort », si nous faisons mémoire du nombre impressionnant d’hommes et de martyrs qui, en leur sein, ont offert leur vie (ou à qui on l’a arrachée) par les mains d’un pouvoir incapable de regarder le bien intégral de la personne.

C’est pourquoi, ce soir, le Colisée est illuminé de la couleur du sang : pour donner une voix à tous les « murs de mort » qu’il y a encore aujourd’hui dans le monde, comme nous le rappelle le pape François.

Le drame du XXème siècle, affirmait saint Maximilien Marie Kolbe, est l’indifférence. Je pense que l’indifférence est aussi le drame de notre XXIème siècle. L’indifférence devant le frère qui souffre, qui n’a pas ce qu’il faut pour vivre, ne peut accéder aux soins et à la formation de base, devant le frère dont la dignité est piétinée par certains pouvoirs aveugles, devant le frère qui ne peut vivre sa foi et son appartenance qu’au prix de sa vie physique.

Cette indifférence plonge ses racines dans les conceptions individualistes de l’homme, où la question « Pour quelle fin ? » ne trouve plus de place. En effet, quand l’homme cultive exclusivement son intérêt, au point d’exclure toute autre fin, il a fatalement tendance à se nuire à lui-même.

L’indifférence diffuse de la culture contemporaine est causée par la « perte de la fin », par le fait d’être repliés à chercher uniquement les « causes » des phénomènes, multipliant les habiletés techniques, mais oubliant la « fin ».

Nous sommes ici ce soir, devant ces « murs » vivants par la culture et mortifères par l’expérience, pour aider à vaincre l’indifférence. « L’Aide à l’Église en détresse », depuis 70 ans, lutte dans le monde entier pour soutenir les frères dans le besoin et défendre leur légitime liberté à professer leur foi. Abattons les murs de la mort, à commencer par les murs de notre indifférence : je ne peux pas être serein si mon frère souffre ! Je ne peux pas entendre le cri d’Abel, de « tous les Abel » du monde, un cri qui monte vers le Dieu de la terre.

On n’abat les murs de la mort et de l’indifférence qu’en sachant reconstruire ! Et l’on ne reconstruit qu’en recommençant à répondre aux questions fondamentales de notre existence, et la première de toutes : « pour quelle fin ? » ; seule la redécouverte de la fin commune qui unit tous les hommes - l’être et le fait de devenir des personnes - pourra permettre, dans le temps, de retrouver une authentique sensibilité pour l’autre, parce que mon intérêt est aussi le sien et que sa souffrance est aussi la mienne.

Que Marie, Reine des martyrs et Fontaine de vie nous soutienne dans notre volonté d’abattre les murs de mort et d’indifférence pour construire une culture de vie et de paix !

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Bonjour.

Combattre l'indifférence, c'est aussi ne pas faire l'autruche.

Les persécutions modernes de chrétiens ne datent pas du 20e siècle. La barbarie athée de 1789, c'est le 18e siècle. Et depuis lors, les persécutions n'ont fait que s'amplifier et s'aggraver.

Plus l'athéisme progresse, plus les persécutions progressent. Car le matérialisme athée est multiforme : capitalisme, libéralisme, communisme, anarchisme, socialisme, fascisme. Toutes ces idéologies athées sont anti chrétiennes, et elles occupent ou partagent le pouvoir à peu près partout ces derniers siècles.

Quel pays peut-il encore se dire chrétien ? Dans plus aucun pays, les lois ne sont basées sur les Évangiles. Elles sont même de plus en plus ouvertement anti chrétiennes. L'indifférence, ce serait se cacher cette réalité. Les persécutions commencent souvent par des lois iniques, obligeant les chrétiens à manifester leur opposition. Ce qui "justifie" la répression contre eux.

Bien à vous.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 95 + 37 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Persécution des chrétiens : le drame du XXIème siècle est l’indifférence.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 95 + 37 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort : « Pourquoi les chrétiens ne s'assemblent-ils pas pour prier le Saint Rosaire ? »

dimanche 11 mars 2018    276

« Le Rosaire récité en commun est bien plus terrible au démon, puisqu'on fait, par ce moyen, un corps d'armée pour l'attaquer. Il triomphe quelquefois fort facilement de la prière d'un particulier, mais, si elle est unie à celle des autres, il n'en peut venir à bout que difficilement. 

Il est aisé de rompre une [branche de houx] toute seule ; mais si vous l'unissez à plusieurs autres et en faites un faisceau, on ne peut plus la rompre. Vis unita fit fortior (L'union fait la force). Les soldats s'assemblent en corps d'armée pour battre leurs ennemis ; les méchants s'assemblent souvent pour faire leurs débauches et leurs danses ; les démons même s'assemblent pour nous perdre.

Pourquoi donc les chrétiens ne s'assembleraient-ils pas pour avoir la compagnie de Jésus-Christ, pour apaiser la colère de Dieu, pour attirer sa grâce et sa miséricorde, et pour vaincre et terrasser plus puissamment les démons ? »

Lire la suite

Halloween, non merci ! Chrétiens, refusons de mettre l’horreur à l’honneur

jeudi 25 octobre 2018   2 commentaires   442

Chaque année le 31 octobre est célébrée dans les pays anglo-saxons une fête qui tente de s'implanter chez nous. Mélangée à la fête Catholique du « jour des morts » (adoptée par l'empereur Constantin au IIIe siècle pour apaiser les nations païennes, car à l'origine on la célébrait au mois de mai), cette coutume tire ses origines des ténèbres et du paganisme le plus ancien. Nous, Chrétiens de toutes confessions, y sommes opposés. Voici pourquoi.

Lire la suite

Le diable et l'Enfer existent, même au XXIè siècle

jeudi 5 avril 2018   2 commentaires   1.307

Certains journalistes et mauvais sites d'information catholique (ou de réinformation comme certains aiment se qualifier) prétendent depuis déjà plusieurs années que le Pape François enseignerait que l'Enfer et Satan n'existent pas, qu'il n'y croit pas. Sur quoi se basent-ils pour de telles allégations ? Sur des rumeurs et des bruits de couloirs ! Il est plus qu'urgent en tant que catholiques de faire preuve d'esprit critique et de ne pas croire la première information venue. (Nous devons toujours exiger de lire les sources !) Nous allons voir ce qu'il en est vraiment de la pensée du Pape François et de ses prédécesseurs concernant le Diable et l'Enfer, et fermer une bonne fois pour toute le clapet à ces langues de vipère au service du père du mensonge et de la division !

Lire la suite