Où se trouve Jésus entre le moment de Sa mort et celui de Sa résurrection ?


Commentaires (0)

Publié le samedi 31 mars 2018

Auteur / source : Mgr Charles Pope

Catégorie : Discours, sermons & homélies

Nombre de consultations : 637

Où se trouve le Christ entre le moment de sa mort le vendredi après-midi et celui de sa résurrection le dimanche de Pâques ? Les Ecritures et la Tradition répondent à cette question. Considérons l'extrait suivant d'un sermon du deuxième siècle ainsi qu'une méditation reprise du Catéchisme de l'Église Catholique.

Par Mgr Charles Pope • 30 mars 2018 • Titre original « Where Is Jesus Between His Death and Resurrection ? »

Un grand silence règne aujourd'hui sur la terre, un grand silence et une grande tranquillité. Un grand silence parce que le Roi s'est endormi. La terre a tremblé et s'est calmée parce que Dieu s'est endormi dans la chair et qu'il est allé réveiller ceux qui dormaient depuis le commencement du monde. Dieu est mort dans la chair et l'enfer tremble de terreur.

Il est parti chercher Adam, notre premier parent, telle une brebis perdue. Il désire ardemment aller visiter ceux qui vivent dans les ténèbres et l'ombre de la mort. Il est parti délivrer de leurs douleurs les captifs, Adam et Eve — Lui qui est à la fois leur Dieu et le Fils d'Eve. Le Seigneur s'approcha d'eux portant la Croix, l'arme de sa victoire. A sa vue, Adam, le premier homme qu'Il eut créé, se frappa la poitrine de terreur et cria à ses frères « Le Seigneur soit avec vous tous. » Le Christ lui répondit : « Et avec ton esprit. » Il le prit par la main et le releva, lui disant : « Toi qui dors, lève-toi d'entre les morts, et le Christ te donnera sa Lumière. »

« Je suis ton Dieu, qui par amour pour toi est devenu ton Fils. Par amour pour toi et pour tes descendants j'ordonne à présent par ma seule autorité à tous ceux qui sont retenus dans la servitude de vous mettre en route, à tous ceux qui sont dans les ténèbres d'être éclairés, à tous ceux qui dorment de se lever. Je vous l'ordonne, vous qui dormez, réveillez-vous. Je ne vous ai pas créés pour être maintenus prisonniers dans les enfers. Levez-vous d'entre les morts, car Je suis la Vie des morts. Levez-vous, chefs-d'oeuvres de Mes mains, vous qui avez été créés à Mon image. Levez-vous, quittons cet endroit, car vous êtes en Moi et Je suis en vous ; ensemble nous ne formons qu'une seule Chair, et nous ne pouvons être séparés.

Par amour pour toi (Adam), Moi, ton Dieu, suis devenu ton Fils ; Moi, le Seigneur, pris la condition d'un esclave ; Moi, dont le Royaume se trouve là-haut dans les Cieux, suis descendu sur terre et sous terre. Par amour pour toi, par amour de l'homme, je suis devenu comme un homme impuissant, libre parmi les morts. Par amour pour toi, qui as quitté un jardin, j'ai été trahi par les Juifs dans un jardin (des Oliviers), et je fus crucifié dans un jardin (Gethsémani).

Vois sur mon visage les crachats que j'ai reçus en voulant restaurer en toi la vie que je t'avais un jour insufflée. Vois là les marques des coups que j'ai reçus en voulant refaçonner à Mon image ta nature pervertie. Vois les marques de lacérations sur mon dos que j'ai subies dans mon désir de retirer le fardeau du péché qui pèse sur tes épaules. Vois mes mains, clouées fermement à un arbre, pour toi qui au commencement as malicieusement étendu ta main vers un arbre (pour en prendre le fruit défendu).

J'ai dormi sur la Croix et une lance a transpercé mon côté pour toi qui dormais au paradis, et Eve fut sortie de ton côté. Mon côté (ouvert) a guéri la douleur dans ton côté (ouvert). Mon repos va te sortir de ton sommeil dans les Enfers. La lance qui me transperça a remis au fourreau la lance qui était brandie contre toi.

Lève-toi, quittons cet endroit. L'ennemi t'a conduit hors du paradis terrestre. Je ne te reconduirai pas vers ce paradis, mais Je t'introniserai au Ciel. Je t'avais interdit l'accès à l'arbre qui n'était qu'un symbole de la vie, mais vois, Moi, qui suis la Vie même, suis à présent Un avec toi. J'ai ordonné à un Chérubin de te surveiller comme on surveille un esclave, mais à présent je leur ordonne de t'adorer comme ils adorent Dieu. Le trône formé par les Chérubins t'attend, ceux qui le portent sont lestes et fervents. La chambre nuptiale est ornée, le banquet est prêt, les demeures éternelles sont prêtes, les trésors emplis de bonnes choses sont grands ouverts. Le Royaume des Cieux a été préparé pour toi de toute éternité.

Ancienne homélie pour le Samedi Saint (version longue inédite traduite en français pour les lecteurs de Pierre et les Loups)

Rien ne pourrait être plus beau que cette phrase adressée à Adam mais aussi à Eve en tant qu'ils sont nos premiers parents : « Par amour pour vous, Moi, votre Dieu, suis devenu votre Fils. »

Le Diacre St Ephrem atteste aussi de cette descente parmi les morts et la décrit de façon plutôt colorée :

La mort ne pouvait dévorer notre Seigneur à moins qu'Il ne possède un corps, et l'enfer ne pouvait l'engloutir à moins qu'il ne porte notre chair ; et ainsi il a cherché à se procurer un char dans lequel il puisse se rendre jusque dans les enfers. Ce char était le corps qu'Il avait reçu de la Vierge ; à son bord, Il envahit la forteresse de la mort, ouvrit toute grande sa chambre forte et en dispersa tous les trésors.

Sermo de Domino nostro, 3-4.9: Opera edit Lamy, 1, 152-158, 166-168)

Les Écritures témoignent aussi de la descente du Christ dans la mort et de ce qu'Il a fait : Car le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois, lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair, mais vivifié dans l'Esprit. C'est en lui qu'il est parti proclamer son message aux esprits qui étaient en captivité. ... C'est pour cela que l'Évangile a été annoncé aussi aux morts, afin que, jugés selon les hommes dans la chair, ils vivent selon Dieu dans l'Esprit. (1 Pierre 3:18; 1 Pierre 4: 6)

Le Catéchisme de l'Église Catholique sur la descente du Christ dans la mort (extraits du CEC n° 632 - 635) :

[Le] sens premier que la prédication apostolique a donné à la descente de Jésus aux enfers [est que] Jésus a connu la mort comme tous les hommes et les a rejoints par son âme au séjour des morts.

Mais il y est descendu en Sauveur, proclamant la bonne nouvelle aux esprits qui y étaient détenus. Le séjour des morts où le Christ mort est descendu, l'Écriture l'appelle les enfers, le Shéol ou l'Hadès parce que ceux qui s'y trouvent sont privés de la vision de Dieu.

Tel est en effet, en attendant le Rédempteur, le cas de tous les morts, méchants ou justes, ce qui ne veut pas dire que leur sort soit identique comme le montre Jésus dans la parabole du pauvre Lazare reçu dans "le sein d'Abraham". Ce sont précisément ces âmes saintes, qui attendaient leur Libérateur ... que Jésus-Christ délivra lorsqu'il descendit aux enfers.

Jésus n'est pas descendu aux enfers pour y délivrer les damnés ni pour détruire l'enfer de la damnation mais pour libérer les justes qui l'avaient précédé.

[Ainsi] "la Bonne Nouvelle a été également annoncée aux morts..." (1 P 4, 6) La descente aux enfers est l'accomplissement, jusqu'à la plénitude, de l'annonce évangélique du salut. Elle est la phase ultime de la mission messianique de Jésus, phase condensée dans le temps mais immensément vaste dans sa signification réelle d'extension de l'oeuvre rédemptrice à tous les hommes de tous les temps et de tous les lieux, car tous ceux qui sont sauvés ont été rendus participants de la Rédemption.

Le Christ est donc descendu dans la profondeur de la mort afin que "les morts entendent la voix du Fils de Dieu et que ceux qui l'auront entendue vivent" (Jn 5, 25). Jésus, "le Prince de la vie" (Ac 3, 15), a "réduit à l'impuissance, par sa mort, celui qui a la puissance de la mort, c'est-à-dire le diable, et a affranchi tous ceux qui, leur vie entière, étaient tenus en esclavage par la crainte de la mort."

Désormais le Christ ressuscité " détient la clef de la mort et de l'Hadès " (Ap 1, 18) et " au nom de Jésus tout genou fléchit au ciel, sur terre et aux enfers " (Ph 2, 10).

Voici un enregistrement d'un sermon (en anglais) que j'ai prêché sur ce sujet :

Mgr Charles Pope

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 61 + 4 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Où se trouve Jésus entre le moment de Sa mort et celui de Sa résurrection ?.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 61 + 4 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Prier pour ceux qui sont morts est une œuvre de miséricorde

Mgr Charles Pope   samedi 3 novembre 2018   1 commentaire   250

Quelle est la valeur d'une seule prière ? Je soupçonne qu'elle est beaucoup plus grande qu'aucun de nous ne l'imagine. La prière change les choses, parfois de façons évidentes, mais plus souvent de manières subtiles et même paradoxales. Mais la prière est assurément importante, même lorsque nous ne ressentons pas ses effets immédiats. C'est peut-être la raison pour laquelle Jésus nous a appris à prier en tout temps et à ne jamais nous décourager (cf. Luc 18: 1). Saint Paul a repris cette exhortation par ces simples mots : « Priez sans relâche » (1 Th 5, 17). Saint Jacques a également averti : « Vous n'obtenez rien parce que vous ne demandez pas. » (Jacques 4: 2)

Lire la suite

Pourquoi l'âme est immortelle

mardi 10 avril 2018   0 commentaire   604

Quelle nouveauté est réellement advenue avec le Christ ? L'âme de l'homme est par elle-même immortelle depuis la création – qu'est-ce le Christ a donc apporté de nouveau ? Oui, l'âme est immortelle, parce que l'homme demeure de manière singulière dans la mémoire et dans l'amour de Dieu, même après sa chute. Mais sa force ne lui suffit pas pour s'élever vers Dieu. Nous n'avons pas d'ailes qui pourraient nous porter jusqu'à une telle hauteur. Et pourtant rien d'autre ne peut combler l'homme éternellement si ce n'est être avec Dieu. Une éternité sans cette union avec Dieu serait une condamnation. L'homme ne réussit pas à atteindre les hauteurs, mais il aspire à monter : « Du ventre des enfers, j'appelle ... » Seul le Christ ressuscité peut nous mener jusqu'à l'union avec Dieu, jusqu'à ce point où, par nos forces, nous ne pouvons parvenir. Lui prend vraiment la brebis perdue sur ses épaules et il la ramène à la maison. Nous vivons accrochés à son Corps, et, en communion avec son Corps, nous allons jusqu'au coeur de Dieu. Ainsi seulement la mort est vaincue, nous sommes libres et notre vie est espérance.

Lire la suite

La Croix de Jésus n'est pas un ornement, ni un accessoire de mode

dimanche 18 mars 2018   2 commentaires   251

La croix de Jésus n'est pas « un objet ornemental », ni un « accessoire de mode », mais « un signe religieux à contempler et à comprendre » : le Pape François l'a martelé au cours de sa catéchèse ce dimanche 18 mars 2018, peu avant de réciter la prière de l'Angélus depuis les fenêtres du Palais apostolique, devant des milliers de fidèles réunis Place Saint Pierre. Commentant l'Evangile de ce dimanche, le Pape a longuement évoqué le sens profond de la mort et de la résurrection du Christ, à la lumière de l'image utilisée par Jésus lui-même : celle du grain de blé.

Lire la suite