Notre Dame : Préparez-vous - Partie 3


Commentaires (0)

Publié le lundi 18 mai 2020

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Réflexions sur les signes des temps

J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l'instant vous ne pouvez pas les porter.

Jn 16: 12

Lire le texte original en anglais sur le blog de Mark Mallett

Image : Star of the Sea, de Tianna (Mallett) Williams — L'amour et la protection de Notre Dame veillant sur la Barque de Pierre, la fidèle Église.

Lire la première partie ici.

Remarque : cette dernière partie est particulièrement longue. N'hésitez pas à l'imprimer pour la lire à votre aise. Un bouton "Imprimer" est à votre disposition à cet effet en fin d'article.

Ce qui suit est la troisième et dernière partie de ce qui pourrait se résumer par les mots « Préparez-vous » que la Sainte Vierge a mis sur mon cœur. À certains égards, c'est comme si je m'étais préparé pendant 25 ans pour ce que je vous écris aujourd'hui. Tout m'a semblé plus clair au cours des dernières semaines — comme si un voile avait été levé en faisant apparaître plus clairement ce qui n'était jusqu'ici visible qu'indistinctement. Certaines choses que je vais écrire ci-dessous peuvent être difficiles à lire. Il se peut que vous ayez déjà lu certaines d'entre elles (mais je crois que vous les lirez avec un nouveau regard). C'est pourquoi j'ai commencé par la magnifique image ci-dessus de Notre Dame que ma fille a peinte récemment. Plus je la contemple, plus elle me donne de la force, plus je sens la présence de notre maman près de moi... avec nous. Souvenez-vous toujours que Dieu nous a confié Marie comme notre refuge sûr et assuré.

Mon Coeur Immaculé sera votre refuge et le chemin qui vous mènera à Dieu.

— Deuxième apparition, 13 juin 1917, The Revelation of the Two Hearts in Modern Times, www.ewtn.com

Ma Mère est l'Arche de Noé...

La Flamme d'Amour, p. 109 (éd. anglaise) ; Imprimatur de l'archevêque Charles Chaput

Il y a quelques années, je me promenais sur notre route de campagne quand, en une fraction de seconde, j'ai "compris" que personne ne parviendrait à traverser cette puissante Tempête, si ce n'est par la grâce seule. Toutes nos connaissances et notre savoir théologiques, tous nos dons personnels, nos compétences et notre intelligence ne suffisent pas ; la Providence divine seule permettra au peuple de Dieu de traverser ces temps difficiles, de la même manière que l'arche seule permit à Noé et sa famille de survivre aux eaux du Déluge. En d'autres mots, je pourrais être un nageur olympique, mais à moins d'entrer dans l'Arche, je ne pourrai jamais survivre aux eaux de cette Tempête.

Il me semble donc qu'après cet article, il sera utile et nécessaire de vous partager un petit enseignement sur la façon d'entrer dans l'Arche, d'y demeurer et d'aider vos enfants et d'autres personnes qui vous sont chères à monter à bord. Êtes-vous partant ? Alors, agrippons-nous au manteau de Notre Dame, réfugions-nous y comme un petit enfant se blottissant contre sa maman. Parce que je pense que c'est sa main qui me pousse aujourd'hui à écrire la troisième partie de cette série, et donc, c'est elle qui prendra soin de nous en nous donnant la sagesse, la lumière et la compréhension dont nous avons besoin pour comprendre que rien [de ce qui survient dans le monde] ne s'écarte jamais des limites imposées par le dessein de la Providence divine. Après tout, nous sommes la petite cohorte de Notre Dame et c'est elle qui nous forme aujourd'hui, personnellement.

Petit est le nombre de ceux qui me comprennent et me suivent...

— Notre Dame de Medjugorje à Mirjana, 2 mai 2014

Permettez-moi de vous emmener à présent dans un petit voyage à travers des souvenirs que le Seigneur m'a rappelé par bribes il y a quelques semaines ; des souvenirs de ma vie passée qui, mis bout à bout, forment une mosaïque dont le but est d'avertir et de préparer Son Épouse, l'Église. Je m'excuse encore une fois si cette série est plus longue que d'habitude, mais je pense que le lecteur mature peut en saisir la nécessité au vu des événements en cours dans le monde (j'ai à nouveau soumis tout ceci à mon directeur spirituel avant de le publier).

L'adversaire

Quand j'étais un petit garçon, du haut de mes 3 ou 4 ans, mes parents venaient de me mettre au lit. La lumière était éteinte et la porte fermée. Je regardais le luminaire au plafond, plus précisément un petit reflet rouge à sa surface. Celui-ci commença à grossir et grossir de plus en plus jusqu'à ce que je réalise que j'étais en train de voir apparaître le visage de Satan. Je me mis à hurler et ma mère accourut et, me voyant tout tremblant, me prit dans ses bras.

Pour une raison que j'ignore, le Seigneur m'a rappelé ce souvenir plusieurs fois récemment. Il semble que le diable ait trouvé un adversaire en la personne d'un petit garçon qui, un beau jour, consacrerait sa vie à la Femme de Genèse 3: 15 et d'Apocalypse 12: 1 pour l'aider à écraser cette vile tête.

L'homme de péché m'apparut en rêve

Vingt ans plus tard, vers l'année 1993, alors que je venais de commencer mon ministère en tant que chanteur compositeur, je fis un rêve que je n'ai jamais oublié depuis. Lorsque la « pandémie » du Covid-19 fut déclarée en mars dernier, entraînant la fermeture de nombreuses églises et l'instauration d'une quasi-loi martiale à travers le monde, le Seigneur m'a rappelé à nouveau ce rêve. Cette fois, cependant, j'entendis distinctement dans mon cœur : « Il te faut maintenant interpréter ce songe plus littéralement... » J'ai déjà partagé ce dernier par le passé (lire aussi ici), mais je mets aujourd'hui en gras certains détails que j'avais omis à l'époque parce que je pensais qu'ils avaient peu d'importance — jusqu'à ce jour :

J'étais en retraite avec d'autres chrétiens, nous adorions le Seigneur, lorsque tout à coup un groupe de jeunes entra dans la pièce. Ils avaient une vingtaine d'années, hommes et femmes, tous très séduisants. Il me paraissait clair qu'ils étaient en train de prendre subrepticement le contrôle de cette maison de retraite. Je me souviens que nous avions dû défiler l'un après l'autre devant eux en passant par la cuisine. Ils souriaient, mais leurs yeux étaient froids. Leurs beaux visages dissimulaient une sombre malice, plus tangible que visible.

Ce dont je me souviens ensuite, c'est d'être sorti d'un lieu de confinement à l'écart des autres. Il n'y avait aucun garde de sécurité mais c'est comme si j'avais été contraint d'y être enfermé, avant d'en sortir ensuite de mon plein gré. On m'emmenait dans une salle blanche très semblable à un laboratoire, éclairée d'une lumière fluorescente très vive. Dans cette salle, je retrouvai mon épouse et mes enfants drogués, émaciés et donnant une certaine impression d'avoir été maltraités.

A mon réveil, je ressentis — et j'ignore comment je le sais — l'esprit de "l'Antichrist" dans ma chambre. La présence maléfique était si accablante, si horrible, si inimaginable que je me mis à pleurer : « Seigneur, ce n'est pas possible. Ce n'est pas possible ! Non, Seigneur... » Jamais par le passé ni depuis lors, je n'ai expérimenté une malice aussi absolue. J'avais la certitude que cet esprit maléfique était soit déjà présent, soit en train de venir sur terre...

Mon épouse se réveilla et, entendant ma détresse, menaça l'esprit et la paix commença à revenir.

L'interprétation « plus littérale » me vint rapidement : le « centre de retraite » représente l'Église aujourd'hui. Les personnes qui s'y introduisirent n'y étaient pas invitées — elles étaient simplement là pour nous dire ce que nous devions faire. Je me souviens clairement avoir traversé la cuisine en passant devant une sorte de cloison qui empêchait tout accès aux armoires et au réfrigérateur, c'est-à-dire aux sacrements, en particulier la Sainte Eucharistie. Leurs visages avaient une beauté qui masquait un mal sournois. Autrement dit, on entend dire aujourd'hui que le « contrôle » imposé sur presque chaque aspect de notre quotidien est « pour notre bien ». Le confinement sans la présence de gardes peut facilement être compris comme de l' « auto-isolement ». Enfin, la partie la plus troublante et peut-être la plus difficile du rêve était la façon dont ma famille semblait défigurée, dans un sens plus spirituel que physique. Cette partie est difficile à expliquer pour moi ; mais le sentiment que j'avais était que l'esprit maléfique leur ayant infligé cela était d'une « nature encore inconnue ». Cette scène fut suivie de l'apparition sensible de l'esprit de l'Antéchrist. [Remarque: « l'Antéchrist » dont parlent l'Écriture et la Sainte Tradition est un homme bien en chair. Voir note de bas de page.] [1]

J'ajouterai que je ne pensais pas que cela allait arriver un jour à ma famille, mais plutôt que c'était un avertissement du grand Empoisonnement de l'humanité qui a déjà commencé, mais qui doit encore atteindre son apogée sous une forme maléfique encore inconnue de l'humanité. À ce stade, la plupart de mes lecteurs catholiques savent en quoi consiste cet « empoisonnement » :

L'antique pharaon, ressentant comme angoissantes la présence et la multiplication des fils d'Israël, les soumit à toutes les formes d'oppression et il ordonna de faire mourir tout enfant de sexe masculin né des femmes des Hébreux (cf. Ex 1: 7-22). De nombreux puissants de la terre se comportent aujourd'hui de la même manière. Eux aussi ressentent comme angoissant le développement démographique en cours... En conséquence, au lieu de vouloir affronter et résoudre ces graves problèmes dans le respect de la dignité des personnes et des familles, ainsi que du droit inviolable de tout homme à la vie, ils préfèrent promouvoir et imposer par tous les moyens [un programme massif de contrôle] des naissances [et de contrôle démographique].

— PAPE SAINT JEAN-PAUL II, Evangelium Vitae, « L'Évangile de la vie », n° 16

En fait, quand j'ai entendu parler de la nouvelle pandémie du coronavirus, j'ai cru que le prince Phillip était mort (Ndtr, "corona" est un mot latin signifiant "couronne").

Si je devais me réincarner, je souhaiterais revenir sur terre en tant que virus tueur pour abaisser les niveaux de population humaine.

— Prince Philip, duc d'Édimbourg, chef du World Wildlife Fund, cité dans « Are You Ready for Our New Age Future? » Insiders Report, American Policy Center, décembre 1995

Celui qui le retenait est en train d'être écarté

C'est un évêque canadien qui m'a le premier invité à partager l'expérience suivante avec vous...

En 2005, je roulais seul sur la route, en Colombie-Britannique, Canada. J'étais dans une tournée de concerts, profitant du paysage, me laissant aller à mes pensées, quand soudain j'entendis intérieurement les mots suivants :

J'ai écarté celui qui le retenait...

Je ressentis alors quelque chose dans mon esprit qu'il m'est difficile d'exprimer. C'était comme si une onde de choc traversait la terre — comme si "quelque chose" dans le monde spirituel avait été libéré. Cette nuit-là, dans ma chambre de motel, j'ai demandé au Seigneur si ce que j'avais entendu se trouvait dans les Écritures, étant donné que l'expression « celui ou ce qui le retient » m'était totalement inconnue. Je saisis ma Bible et elle s'ouvrit directement à 2 Thessaloniciens 2: 3. Je commençai à lire :

... si l'on nous attribue une inspiration, une parole ou une lettre prétendant que le jour du Seigneur est arrivé, n'allez pas aussitôt perdre la tête, ne vous laissez pas effrayer. Ne laissez personne vous égarer d'aucune manière. Car il faut que vienne d'abord l'apostasie, et que se révèle l'Homme de l'impiété, le fils de perdition... Maintenant vous savez ce qui le retient, de sorte qu'il ne se révélera qu'au temps fixé pour lui. Car le mystère d'iniquité est déjà à l'œuvre ; il suffit que soit écarté celui qui le retient à présent. Alors sera révélé l'Impie...

Cette année-là, le Canada adopta une loi de redéfinition du « mariage ». D'autres pays emboîtèrent ensuite le pas. Puis d'autres nations autorisèrent par vagues l'avortement, puis la pilule abortive, puis d'autres formes alternatives de mariage, puis « l'idéologie de genre », puis une persécution active pour réduire au silence ceux qui s'opposeraient à ces édits... en un mot, l'iniquité — le renversement de la loi divine.

Cette maladie, Vénérables Frères, vous la connaissez, c'est, à l'égard de Dieu, l'abandon et l'apostasie... Qui pèse ces choses a droit de craindre qu'une telle perversion des esprits ne soit le commencement des maux annoncés pour la fin des temps, et comme leur prise de contact avec la terre, et que véritablement "le fils de perdition" dont parle l'Apôtre n'ait déjà fait son avènement parmi nous.

— PAPE SAINT PIE X, E Supremi, Encyclique sur la restauration de toutes choses en Jésus-Christ, n° 3, 5; 4 octobre 1903

Jésus annonçait qu'avant Son retour, le monde serait « comme au temps de Noé ». Mais à quoi ressemblait l'époque de Noé ?

... la terre s'était corrompue devant la face de Dieu, la terre était remplie d'iniquité.

Gen 6: 11

Puis, le jour de mon anniversaire en 2013, le Pape Benoît XVI renonça à sa charge d'une façon totalement inattendue. Pendant au moins deux semaines, je n'ai cessé d'entendre dans mon cœur avec force et urgence : « Vous entrez dans des temps dangereux et de grande confusion. » Après l'élection du Pape François, une énorme confusion (pour un certain nombre de raisons) est effectivement entrée dans l'Église. Ce n'est qu'avec le recul que les paroles de Jésus à la voyante américaine, Jennifer, deviennent étonnamment claires :

C'est l'heure de la grande transition. Avec l'arrivée du nouveau dirigeant de Mon Église, de grands changements se produiront, des changements qui auront pour effet d'éliminer ceux qui ont choisi le chemin des ténèbres ; ceux qui choisissent de modifier les authentiques enseignements de Mon Église.

— 22 avril 2005, wordsfromjesus.com

Effectivement, « l'iniquité » commença à se répandre « au grand jour » au sein de la hiérarchie elle-même, lorsque des propositions bizarres furent introduites au cours des derniers synodes, qu'une formulation floue et ambigüe fut utilisée dans les documents officiels et que des conférences épiscopales entières commencèrent à proposer des idées hétérodoxes.

… ce que je ne trouve pas correct, c'est que plusieurs évêques interprètent Amoris Laetitia selon leur propre façon de comprendre l'enseignement du pape. Ca n'est pas dans la ligne de la doctrine catholique… Il s'agit de sophismes: la Parole de Dieu est très claire et l'Eglise n'accepte pas de séculariser le mariage.

— Cardinal Müller (ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi), 1er février 2017, diakonos.be

L'apostasie, la perte de la Foi, se répand dans le monde entier et jusqu'aux plus hauts niveaux de l'Église.

— PAPE PAUL VI, Discours sur le soixantième anniversaire des apparitions de Fatima, 13 octobre 1977

Puis, dans ce qui sembla être un moment pour le moins particulièrement dangereux, un groupe d'hommes et de femmes entra dans les jardins du Vatican et, en présence du Pape, se prosterna devant des monticules de terre et des images païennes, ce qui provoqua un véritable scandale. Cette semaine-là, j'écrivis l'article Provoquer et irriter Dieu, où j'expliquais que, dans l'Ancien Testament, c'est suite à l'idolâtrie de Son peuple que Dieu écarta le barrage qui jusque-là protégeait Son peuple en « contenant les flots du mal et de l'iniquité. »

Fils d'homme, vois-tu ce qu'ils font ? Vois-tu les grandes abominations que la maison d'Israël commet ici pour m'éloigner de mon sanctuaire ? Tu vas voir encore de grandes abominations !

Ézéchiel 8: 6

Deux jours après cet étrange rituel dans les jardins du Vatican, Sœur Agnès Sasagawa d'Akita, qui en 1973 mettait en garde contre une prochaine division dans l'Église, lorsque « des cardinaux s'opposeront à d'autres cardinaux et des évêques à d'autres évêques » [2], a reçu une autre "parole" le 6 octobre 2019. Le même ange qui lui avait parlé dans les années 1970 lui serait apparu à nouveau avec ce simple message :

Couvrez-vous de cendres et priez chaque jour un rosaire de repentir.

— Source WQPH Radio, affilié à EWTN; wqphradio.org

Une note accompagnant le message de l'ange fait référence à la prophétie de Jonas (3: 1-10), qui était aussi la lecture de la messe du 8 octobre 2019 (ce jour-là, le passage de l'Évangile concernait Marthe qui faisait passer des choses secondaires avant Dieu !). Dans ce chapitre, nous lisons que Jonas a reçu instruction d'avertir Ninive : « Encore quarante jours, et Ninive sera détruite ! ».

Était-ce censé être compris littéralement ? Nous ne pouvons pas le dire avec certitude. Cependant, quarante-trois jours plus tard, le 17 novembre 2019, selon un rapport cité par le South China Morning Post, un homme de 55 ans pourrait avoir contracté le COVID-19 — ce qui déclencha le début de la pandémie. [3]

Encore quarante jours

Quand j'ai commencé à tenir ce blog apostolique, le chiffre « quarante » me revenait constamment à l'esprit. Le nombre quarante a une valeur symbolique dans la Bible qui, pour les chrétiens, en est venue à signifier un « temps de préparation ». [4] Par exemple, les quarante jours de la tentation de Jésus dans le désert, les quarante ans après la Pentecôte lorsque le temple de Jérusalem fut détruit, et les quarante ans au cours desquels les Israélites errèrent et furent éprouvés dans le désert :

« Pendant quarante ans j'ai dû supporter cette génération. J'ai dit : Ce peuple a le coeur égaré, il n'a pas connu mes chemins. Dans ma colère, j'en ai fait le serment : Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

Psaume 94 (95) : 10-11

Fin 2007, je posai la question « Quelle heure est-il ? » J'écrivais alors :

... alors que nous approchons de la fin de cette année, nous voyons que cela fait quarante ans depuis que le Saint-Esprit a commencé à se répandre à travers le Renouveau charismatique de 1967 ; quarante ans depuis qu'Israël est redevenu une nation suite à la guerre des Six Jours de 1967 ; près de quarante ans se sont écoulés depuis la fin du concile Vatican II ; et dans quelques mois, cela fera quarante ans depuis Humanae Vitae — l'encyclique pontificale constituant une mise en garde contre l'utilisation du contrôle des naissances.

— Cf. Quelle heure est-il ? 3 décembre 2007

Cela nous amène à l'année 2007-2008. Et alors ?

Avant le réveillon du nouvel an de l'année 2007, je ressentis un besoin soudain de me retirer des festivités familiales pour prier. Agenouillé au pied de notre lit, je sentis la présence de la Sainte Vierge, puis j'entendis ces mots dans mon cœur :

Tout commence cette année.

Je n'ai compris ce que ces mots signifiaient que plus tard, au printemps de cette année-là :

Très vite maintenant...

Le sentiment était que les événements dans le monde allaient survenir et se suivre très rapidement. J'ai "vu" dans mon esprit trois ordres s'effondrer, l'un par-dessus l'autre comme des dominos :

... L'ordre économique, puis l'ordre social, puis l'ordre politique.

Je compris alors que de ce triple effondrement allait émerger, pour peu de temps, un Nouvel Ordre Mondial [5], la vaine tentative de Satan de singer le Règne du Christ. Ensuite, en la fête des Archanges Michel, Gabriel et Raphaël, ces mots retentirent dans mon esprit :

Mon fils, prépare-toi pour les épreuves qui commencent à présent.

Cet automne-là, de l'année 2008, l'économie commença à vaciller. Des milliards de dollars partirent en fumée du jour au lendemain, et sans la mise en place d'un respirateur artificiel (c.-à-d. en renflouant les caisses des entreprises et en faisant tourner « la planche à billets »), tout aurait pu s'effondrer. Ce ne furent plus des chrétiens mais des économistes qui avertirent que nous étions en sursis.

Mais aujourd'hui, la crise du COVID-19 constitue presque assurément la fissure qui fera se rompre le barrage, alors que les marchés sont de plus en plus instables, que les entreprises ferment les unes après les autres, que les chaînes d'approvisionnement sont de plus en plus fragilisées, que les factures s'accumulent et que les nations produisent des milliards de dollars virtuels pour payer leurs citoyens (écouter cette vidéo très éclairante, ndtr). Lorsque le monde fera faillite, ceux dont nous sommes débiteurs deviendront nos maîtres. Tandis que les origines de ce coronavirus continuent de faire débat, ce qui est certain, c'est qu'il est en train de devenir de façon fort commode un instrument décisif de réorganisation complète de l'économie selon des principes marxistes. C'est en fin de compte le communisme entrant par la porte de derrière, et aux commandes de ce « nouvel ordre mondial » en phase d'émergence se tiennent les Nations Unies, avec leur habituel langage voilé :

Après la crise du COVID-19, le relèvement doit ouvrir la voie à une économie différente. Dans tout ce que nous faisons pendant et après cette crise, nous devons mettre l'accent sur l'édification d'économies et de sociétés plus égales, plus inclusives et plus durables, qui soient plus résistantes face aux pandémies, aux changements climatiques et aux nombreux autres défis mondiaux que nous devons relever.

— Le chef de l'ONU, António Guterres, 31 mars 2020 ; mrctv.org

Le franc-maçon, Sir Henry Kissinger, est un peu plus transparent :

Répondre aux nécessités du moment doit en définitive être associé à une vision collaborative et un programme mondial... Les démocraties du monde doivent défendre et maintenir leurs valeurs héritées des Lumières...

— Sir Henry Kissinger, Franc-maçon, The Washington Post, 3 avril 2020

Et l'ancien président de l'URSS, Michel Gorbatchev, n'a pas non plus perdu de temps en appelant à une session d'urgence de l'Assemblée générale des Nations unies pour promouvoir ces « valeurs », ajoutant : « Il ne devrait s'agir de rien de moins que de réviser l'ensemble du programme mondial. » [6] Voici ce qu'il entend par là :

Le socialisme... possède toutes les conditions requises pour résoudre les problèmes de nationalité (*) au nom de l'égalité et de la coopération... C'est ma conviction que la race humaine est entrée dans une phase où nous sommes tous dépendants les uns des autres. Aucun autre pays ou nation ne doit être considéré comme totalement séparé d'un autre, et encore moins opposé à un autre. C'est ce que notre vocabulaire communiste appelle l'internationalisme et cela signifie promouvoir les valeurs humaines universelles.

— Michel Gorbachev, Perestroika: New Thinking for Our Country and the World, 1988, p. 119, 187-188

(*) Note du traducteur : c'est-à-dire mettre fin aux souverainetés et identités des nations en les transformant en blocs de l'appareil communiste. Voilà l'une des facettes de cet « anéantissement de plusieurs nations » dont parlait Notre Dame de Fatima. Car une nation n'existe en tant que nation qu'à la condition qu'elle est souveraine et indépendante.

Tous n'attendent plus qu'une chose désormais : l'homme qui saura tous nous unir...

Les grondements d'un Nouvel Ordre

En 2009, un coup de semonce fut tiré le long de la courbe terrestre. C'était l'année où Barack Obama fut élu président des États-Unis. Laissez-moi vous expliquer — cela n'a pas grand-chose à voir avec la politique, mais la dimension spirituelle mérite d'être soulevée.

Obama avait fait campagne non seulement aux États-Unis, mais aussi en Europe grâce à une propagande païenne très élaborée, proclamant aux 200 000 personnes rassemblées pour l'entendre : « Le moment est venu où tous nous ne devons faire qu'un... », ce qui conduisit un commentateur de la télévision allemande à déclarer : « Nous venons tout juste d'entendre le prochain président des États-Unis... et le futur président du monde. » Obama proclama avec fougue, en s'adressant à la ville d'Henderson, dans l'État du Nevada : « Je changerai le monde. » Un organe d'information nigérian déclara qu'une victoire d'Obama « ... érigera les États-Unis en tant que siège mondial de la démocratie. Cela inaugurera un Nouvel Ordre Mondial... » Un présentateur de la chaîne MSNBC News, Chris Matthews, entendant le discours d'Obama, décrivit « un frisson me parcourant l'échine » ajoutant qu' « il semble avoir les réponses. C'est le Nouveau Testament. » D'autres comparèrent Obama à Jésus et Moïse et parlèrent du sénateur comme d'un « messie » qui saura capturer la jeunesse. Evan Thomas, un vétéran de longue date de Newsweek, déclara : « Dans un sens, Obama se tient au-dessus du pays, au-dessus — au-dessus du monde. Il est une sorte de Dieu. Il va rassembler toutes les parties. » [7]

L'humanité recherche un leader fort, charismatique, doué et sûr de lui. Quelqu'un qui a des réponses aux problèmes de ce monde. Quelqu'un qui peut redonner espoir aux désespérés. En ce temps de récession, d'incertitude et d'inquiétude, qui de mieux que cet homme, nommé Barack Obama, une des nations les plus puissantes de cette planète pouvait-elle se donner comme président...

— 24 janvier 2009, Barack Obama est-il le Messie ? (ajout)

Qui était donc ce sénateur américain pratiquement inconnu qui allait soudainement changer le monde ?

Michael D. O'Brien, un brillant écrivain et prophète canadien ayant longtemps averti des premiers signes de l'émergence d'un futur gouvernement mondial totalitaire, avait ceci à dire au sujet du nouveau zeitgeist :

... Maintenant que j'ai vu la vidéo du discours de Berlin, je pense qu'il y a ici plus que ce qui saute aux yeux. [Obama] est de toute évidence un puissant manipulateur des masses, d'autant plus redoutable qu'il se présente comme un homme très humble et fort charmant. Je doute qu'il soit le futur dirigeant du monde faisant depuis longtemps l'objet de prophéties, mais je crois aussi qu'il est porteur d'un redoutable virus moral, en fait une sorte de concept et d'agenda diffus et lucifériens qui ne sont pas seulement antichrist mais également antihumain. En ce sens, il est guidé par l'esprit de l'Antéchrist (peut-être sans le savoir), et est probablement l'une des nombreuses personnalités clé dans le monde actuel qui (consciemment ou non) feront advenir une période de grande épreuve pour l'Église, quand celle-ci aura à vivre sa dernière et pire persécution, au milieu des nombreuses autres tribulations prophétisées dans les livres de Daniel et de l'Apocalypse, et dans les lettres de saint Paul, saint Jean et saint Pierre.

— Le 1er novembre, Studiobrien.com (Archives LifeSiteNews)

Réfléchissant aux événements ayant eu lieu en Amérique en octobre 2008, Lori Kalner, une survivante du régime hitlérien, avait déclaré avec franchise :

J'ai expérimenté les signes de la logique de la Mort dans ma jeunesse. Je les vois réapparaître aujourd'hui...

— Lori Kalner, Hymn to Hitler, wicatholicmusings.blogspot.com

Notre du traducteur : Je vous mets la traduction intégrale de la réflexion de Lori Kalner en fin d'article. Un lien à la fin de la traduction vous permettra de revenir à ce point de l'article de Mark Mallett.

Non, je ne suis pas en train de dire qu'Obama est l'Antéchrist. Je dis simplement que le monde est clairement prêt pour [accueillir l'ultime Antéchrist]. [8] Mais l'Écriture dit qu'avant cela, « celui ou ce qui le retient » doit d'abord être écarté...

Ce qui le retient doit être écarté

Le 18 mars 2020, sur le site marial le plus célèbre au monde, Medjugorje, où la Sainte Vierge continue d'apparaître à ce jour, il a été annoncé, lors d'une apparition au cours de laquelle Marie a prié pour les non croyants, que Notre Dame n'apparaîtrait plus le 2 de chaque mois. J'ai abordé cela récemment dans Clash of the Kingdoms. Ce que je n'ai pas dit alors, c'est que cela fait presque quarante ans maintenant que Notre Dame a commencé à apparaître, le 24 juin 1981, en la fête de saint Jean-Baptiste, qui fut le précurseur immédiat du Christ, ayant annoncé la venue du « jour du Seigneur » :

Préparez le chemin du Seigneur !

Mt 3: 3

Notre du traducteur : parallèlement les serviteurs de Satan son occupés de leur côté, en ce moment, à préparer le chemin du faux Messie, car ce dernier sait que son règne sera de courte durée et il faut donc que, quand il arrive au pouvoir, il n'ait plus qu'à s'installer bien confortablement sur son trône et à actionner les différents leviers du gouvernement mondial. (Lire Ap 13) Ce qui est la raison principale des événements en cours dans le monde (et aussi du prochain vaccin qui contiendra la "marque de la Bête" sans laquelle on ne pourra plus "ni acheter ni vendre").

Le Pape Benoît XVI fit une observation fort pertinente par rapport à la puissance de la Sainte Vierge, capable de contenir et repousser le mal par sa seule présence. Pouvoir que détiennent aussi les hommes et femmes justes.

... Le pouvoir du mal est contenu encore et encore... encore et toujours, la puissance de Dieu lui-même se fait voir à travers la puissance de la Mère et la maintient active. L'Eglise est toujours appelée à faire ce que Dieu a demandé à Abraham, à savoir veiller à ce qu'il y ait suffisamment d'hommes justes pour réprimer le mal et la destruction.

Lumière du monde, p. 217, Conversation avec Peter Seewald (Bayard) ; traduction depuis la version anglaise (Ignatius Press, p. 166)

Ce n'est pas tant le Ciel, en faisant cesser cette apparition [à Medjugorje], qui s'est éloigné de nous, mais nous, chrétiens, qui nous sommes éloignés du Ciel ! Léon Bloy a dit un jour : « Celui qui ne prie pas le Seigneur prie le diable. » On pourrait ajouter que celui qui ne proclame pas Jésus-Christ proclame l'esprit du monde. Tel a été le message clair depuis le tout premier jour du pontificat du Pape François, exhortant toute l'Église à « renouveler aujourd'hui même sa rencontre personnelle avec Jésus Christ » [9] afin de la réveiller de son sommeil, de l'appeler à ouvrir les portes closes de ses presbytères, à sortir de ses modes de vie confortables et à revenir au kérygme de sa foi — la joie de l'Évangile — en proclamant l'amour et la vérité du Christ. Et oui, dans cet ordre.

Quand la vie intérieure se ferme sur ses propres intérêts, il n'y a plus de place pour les autres, les pauvres n'entrent plus, on n'écoute plus la voix de Dieu, on ne jouit plus de la douce joie de son amour, l'enthousiasme de faire le bien ne palpite plus. Même les croyants courent ce risque, certain et permanent. Beaucoup y succombent et se transforment en personnes vexées, mécontentes, sans vie.

— PAPE FRANÇOIS, Evangelii Gaudium, Exhortation apostolique, 24 novembre 2013 ; n° 2

Ainsi, dit-il par ailleurs :

Je vois avec clarté que la chose dont a le plus besoin l'Église aujourd'hui c'est la capacité de soigner les blessures et de réchauffer le coeur des fidèles, la proximité, la convivialité. Je vois l'Église comme un hôpital de campagne après une bataille. Il est inutile de demander à un blessé grave s'il a du cholestérol ou si son taux de sucre est trop haut ! Nous devons soigner les blessures. Ensuite nous pourrons aborder le reste. Soigner les blessures, soigner les blessures… Il faut commencer par le bas.

— PAPE FRANÇOIS, entretien, 30 septembre 2013 ; cité dans la-croix.com ; Télécharger l'entretien au format PDF

Mais au lieu de relever ce défi difficile, nécessaire et crucial, beaucoup (à ce jour) continuent d'accuser le pape d'essayer de modifier la doctrine en raison de l'accent qu'il met sur la miséricorde (ce qu'il n'a jamais fait au détriment de la vérité, contrairement aux allégations de certains médias catholiques. Lire L'enseignement du Pape François ... pour voir comment François a réaffirmé à maintes reprises la doctrine catholique, en parfaite fidélité à la Sainte Tradition, bien que, comme d'autres pontifes avant lui, il ait également pu commettre des erreurs [pastorales]).

Et donc, en 2018, le Seigneur entama la correction publique de l'Église, dont se font l'écho les trois premiers chapitres de l'Apocalypse qui précèdent les douleurs de l'enfantement.

Lors du Synode sur la famille convoqué par François il y a quelques années, je n'ai cessé d'entendre dans mon cœur les mots suivants, qui résonnèrent en moi comme un coup de tonnerre :

« Vous vivez les lettres aux églises dans l'Apocalypse. »

Ainsi, lorsque le Pape François prit finalement la parole à la fin du Synode, je ne pus en croire mes oreilles : tout comme Jésus réprimanda cinq des sept églises dans le livre de l'Apocalypse, le Pape François adressa également cinq corrections à l'Église universelle (lire Les cinq corrections). [...]

Ce qui retenait jusqu'ici le mystère d'iniquité est en train d'être retiré aujourd'hui parce que peu d'entre nous écoutent le Pape, tout comme les apparitions de Notre Dame font l'objet de moqueries et de rejets, y compris de la part du clergé. C'est nous — nous chrétiens, nous membres de l'Église — qui retenons les flots destructeurs du mal ou les invitons à nous submerger.

Si les chrétiens laissent leur zèle se refroidir... alors le bouclier de protection empêchant le déchaînement du mal se retirera et la rébellion s'ensuivra.

— Commentaire dans la Bible de Navarre au sujet de 2 Th 2: 6-7, Thessalonians and Pastoral Epistles, p. 69-70

D'un autre côté, les premiers Pères de l'Église enseignaient également que l'Empire romain est « ce qui retient l'Antéchrist » et que c'est la rébellion qui provoquera le retrait de cet empire — une révolution.

Cette révolte [apostasie], ou rejet de la foi, est généralement comprise, par les anciens Pères, comme une révolte contre l'Empire romain, qui devait d'abord être détruit, avant la venue de l'Antéchrist. Cela peut, probablement, aussi être compris comme une révolte de plusieurs nations contre l'Église catholique, ce qui s'est déjà produit, par le biais de Mahomet, Luther, etc., et qui, nous pouvons le supposer, s'amplifiera à l'époque de l'Antéchrist.

— Note de bas de page sur 2 Thess 2: 3, Sainte Bible de Douay-Rheims, Baronius Press Limited, 2003; p. 235

Et saint John Henry Newman de rajouter :

... il est généralement admis que cette puissance qui fait obstacle est l'Empire romain, et puisque celui-ci... a été depuis longtemps écarté, il faudrait conclure que l'Antichrist est venu depuis longtemps. J'admets que « ce qui retient », ou « celui qui retient », représente la puissance de Rome, puisque tous les anciens auteurs en parlent ainsi. Et de même que Rome, selon la vision du prophète Daniel, a succédé à la Grèce, j'admets que l'Antichrist succède à Rome, et que le Christ, notre Sauveur, succède à l'Antichrist. Mais il ne s'ensuit pas pour autant que l'Antichrist soit [déjà] venu, car je n'admets pas que l'Empire romain ait disparu. Loin de là : l'Empire romain subsiste aujourd'hui encore.

— Saint John Henry Newman (1801-1890), Sermon 1 : Les Temps de l'Antichrist

En voici l'explication : sous l'empereur romain Constantin cessa la persécution des chrétiens, après quoi le christianisme commença à prospérer et à se répandre à travers le monde. Une nouvelle civilisation émergea, fondée sur des lois et des principes judéo-chrétiens. Le paysage occidental en fut transformé, avec ces majestueuses cathédrales, son art et sa musique sacrés, la construction d'écoles, d'hôpitaux et d'universités et d'importantes contributions scientifiques. Les vrilles surnaturelles de l'Église se propagèrent partout tandis qu'elle donna naissance à des centaines et des centaines d'ordres religieux et de saints. Mais aujourd'hui, le rejet de cet héritage chrétien en Occident est le plus grand signe de l'imminence de cet effondrement total de « l'Empire romain ».

La crise spirituelle que je décris concerne le monde entier. Mais elle a sa source en Europe. Le rejet de Dieu est né dans les consciences occidentales. L'effondrement spirituel a donc des traits proprement occidentaux.

— Cardinal Sarah, Catholic Herald, 5 avril 2019 ; evangelium-vitae.org

Comme je l'ai écrit de façon plus détaillée dans un autre article, cette crise spirituelle prend racines dans la période des Lumières — une révolution philosophique fomentée délibérément par des « sociétés secrètes » avec comme objectif d'affaiblir la vérité en lui substituant la seule raison humaine. De cette façon, « l'empire » chrétien s'effondrerait et à sa place un empire humaniste athée pourrait émerger, singeant les principes d' « égalité » et de « liberté » tout en les sapant complètement par l'instauration d'un communisme mondial.

... Il s'agit pour les francs-maçons, et tous leurs efforts tendent à ce but, il s'agit de détruire de fond en comble toute la discipline religieuse et sociale qui est née des institutions chrétiennes et de lui en substituer une nouvelle façonnée à leurs idées et dont les principes fondamentaux et les lois sont empruntées au naturalisme.

— PAPE LEON XIII, Humanum Genus, Encyclique sur la Franc-Maçonnerie, n° 10, 20 avril 1884

Nous avons été prévenus — et y avons apporté une piètre résistance. Ainsi, les erreurs des Lumières se sont aujourd'hui propagées à travers le monde entier, accomplissant les paroles prophétiques de Notre Dame de Fatima :

Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites.

— Message de Fatima, Vatican.va

Peu se rendent compte que le Pape Benoît XVI annonça cette « révolte » mondiale et l'effondrement imminent de « l'Empire romain » (et donc l'imminence du règne de l'Antéchrist) lorsqu'il compara notre époque à celle du déclin de ce même empire :

La décomposition des [principes législatifs essentiels] et des attitudes morales [fondamentales], qui leur donnaient force, provoquèrent la rupture des digues qui, jusqu'alors, avaient protégé la cohabitation pacifique entre les hommes. Un monde était en train de décliner. De fréquents cataclysmes naturels augmentaient encore cette expérience d'insécurité. On ne voyait aucune force qui aurait pu mettre un frein à ce déclin. L'invocation de la puissance de Dieu était d'autant plus insistante : qu'il vienne et protège les hommes de toutes ces menaces !

— Pape Benoît XVI, Discours devant la curie romaine, 20 décembre 2010; Vatican.va

Ce qui s'est passé, a-t-il averti, c'est que l'Occident a rejeté le « consensus fondamental provenant de l'héritage chrétien », mettant ainsi en péril l'avenir même du monde :

C'est seulement s'il existe un tel consensus sur l'essentiel, que les constitutions et le droit peuvent fonctionner... [Résister à] cet aveuglement de la raison et lui conserver la capacité de voir l'essentiel, de voir Dieu et l'homme, ce qui est bon, et ce qui est vrai, est l'intérêt commun qui doit unir tous les hommes de bonne volonté. L'avenir du monde est en jeu.

Ainsi, de façon générale, l'Église catholique est « ce qui retient » l'Antéchrist et l'empêche d'apparaître. Mais parce que les hommes et les femmes justes (l'Église), la Sainte Vierge (la Mère de l'Église), l'Eucharistie (le Cœur de l'Église) et le Pape (le rocher de l'Église) sont intimement liés les uns aux autres, « ce qui retient », ou « celui qui retient » l'Antéchrist est multiforme. Il est évident que les événements de ces dernières semaines indiquent à quel point le monde est proche de cette « imposture religieuse suprême » qui menace aujourd'hui le monde entier (cf. CEC n° 675-676).

La puissance d'égarement

En 2005, j'ai été invité à donner un concert dans une paroisse près de la Nouvelle-Orléans, dans l'État de Louisiane (États-Unis). Ce soir-là, je reçus une puissante parole d'avertissement à l'attention de mes auditeurs pour les prévenir qu'un tsunami spirituel, une immense vague idéologique allait frapper leur paroisse et le monde entier, et qu'ils devaient se préparer à ce grand bouleversement. Deux semaines plus tard, l'ouragan Katrina frappa et un mur d'eau de près de 11 mètres traversa leur église. Aujourd'hui, ce Tsunami Spirituel est sur nous.

Où nous situons-nous à présent dans un sens eschatologique ? Il est possible que nous soyons au milieu de la rébellion [apostasie] et qu'en fait une puissance d'égarement ait frappé beaucoup, beaucoup de gens. C'est cet égarement et cette rébellion qui laissent entrevoir ce qui va se passer ensuite : « et se révélera l'Homme de l'impiété, le fils de perdition ».

— Article, Mgr. Charles Pope, Sont-ils les signes avant-coureurs d'un jugement imminent ?, 11 novembre 2014

Ce que nous voyons aujourd'hui en 2020 a de quoi tous nous choquer. Je parle de l'annulation massive, du jour au lendemain, des célébrations des messes publiques dans la plupart des pays. Tandis que l'État autorise les catholiques à entrer et sortir des magasins pour acheter des produits d'épicerie et d'autres produits essentiels, en respectant la « distanciation sociale » appropriée, dans de nombreux endroits, les mêmes catholiques ne peuvent entrer dans une église pour recevoir la sainte communion, même s'ils respectent les mêmes précautions. La duplicité de l'État en la matière est évidente. Mais la complicité de la hiérarchie l'est tout autant.

L'interdiction d'adorer Dieu est un signe d' « apostasie générale ». Celle-ci tente de convaincre les chrétiens de prendre « une voie plus raisonnable [...] », en se soumettant aux « principes des pouvoirs mondains » qui essaient de réduire la religion à « une affaire privée. »

— PAPE FRANÇOIS, Homélie, 28 novembre 2013 ; Vatican.va ; cf. Pour le Pape, il nous faut "adorer Dieu" envers et contre tout

Personne ne suggère de faire preuve d'une totale imprudence face à cette pandémie. Nous devons prendre des précautions logiques et raisonnables pour le bien des autres... Mais notre bien commun à tous est principalement le salut de nos âmes. Il est terrifiant d'apprendre que les mourants en de nombreux endroits se voient refuser les derniers sacrements. Dans certains cas, il peut s'agir d'âmes qui, arrivant à l'heure ultime, découvrent leur besoin de se réconcilier avec Dieu — et se voient refuser la visite d'un prêtre. Si les médecins et les infirmières entrent et sortent des hôpitaux tout en prenant les précautions d'usage, pourquoi n'en est-il pas de même pour les médecins des âmes ?

Mais là encore, l'influence de l'État dans tout cela n'est qu'une explication partielle. J'ai entendu à plus d'une occasion récemment que certains prêtres ne veulent tout simplement pas s'y rendre, craignant d'attraper le virus et d'en mourir. Bien que ce soit une réaction humaine compréhensible, Dieu attend [de la part de nos bergers] une réponse bien différente.

Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis.

Jean 10: 11

La vocation d'un prêtre est de donner sa vie pour ses brebis. Sainte Mère Teresa de Calcutta a dit un jour que si les mères américaines ne voulaient pas garder leurs bébés, alors qu'elles les lui donnent ! J'ai moi aussi envie de dire : « Si vous ne voulez pas apporter l'Eucharistie aux malades et aux mourants, donnez-moi Jésus et je le leur apporterai moi-même ! » Il n'y a pas d'orgueil dans ces mots. La préservation de notre propre vie pour l'annonce de l'Évangile n'a jamais fait partie de l'équation (bien que l'Église dissuade le fait de rechercher intentionnellement la mort) :

Qui cherchera à conserver sa vie la perdra. Et qui la perdra la sauvegardera.

Luc 17: 33

Il est certain d'un autre côté que je connais de nombreux prêtres qui sont prêts à donner leur vie pour le Christ (lire « Ils ont perdu la vie en partageant les souffrances de leur peuple jusqu'à la fin » et « Les prêtres martyrs de Bergame bouleversent l'Italie et le monde »). Mais soyons aussi parfaitement honnêtes : le modernisme dans l'Église, le relativisme moral chez les fidèles et l'esprit de rationalisme qui nie non seulement les miracles et la puissance de Jésus, les charismes et les dons du Saint-Esprit, les apparitions et les messages de Notre Dame, et oui, même la divinité du Christ — sont aujourd'hui généralisés. N'entendez-vous pas les paroles du Christ : « Le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? » Si nous croyons vraiment que l'Eucharistie est « la source et le sommet de la vie chrétienne », nous ne couperions jamais cette source. Si nous croyions vraiment que Jésus est le grand Médecin de nos âmes et qu'Il est le même « hier, aujourd'hui et éternellement » nous ne le mettrions jamais en quarantaine en l'éloignant des malades. Si nous croyions véritablement dans la puissance des sacrements et dans le Saint Nom de Jésus, nous ne serions pas, pris de honte, en train de chercher à les cacher ! Bien étranges sont ces dévotions et pratiques qui, jadis, repoussèrent miraculeusement les fléaux et les pestes... mais nous, nous sommes la génération des Lumières ! La science seule peut nous sauver ! L'État sait mieux que nous ce dont nous avons besoin !

« Je sais bien que l'on fait souvent appel à un passé idéalisé pour juger ce qui se fait concrètement aujourd'hui. Autrefois, en période d'épidémie, on se rassemblait pour prier. Nous ne dédaignons pas les prières publiques... mais les hommes du XIVe ou du XVIIe siècle n'avaient pas les notions de prophylaxie que nous avons aujourd'hui. Leur science et leur industrie étaient très limitées. Et après avoir utilisé les médicaments sommaires qu'ils avaient pu concevoir, ils n'avaient pas d'autre recours que la prière. Dieu leur venant en aide palliait les insuffisances inhérentes à leur temps et à leur degré de connaissance.

— Mgr Centène, évêque de Vannes, à propos des mesures liées au coronavirus, 12 mars 2020 ; La Croix (autrement dit, selon Mgr Centène, la prière et la foi sont secondaires ; elles viennent après nos connaissances scientifiques, après nos médicaments, après nos vaccins !) (ajout de Pierre et les Loups)

Un prêtre que je connais a envoyé un message conseillant aux fidèles d'utiliser de l'eau bénite pour les aider, eux et leurs familles, à se protéger contre l'épidémie. Il cite les mots du rite d'exorcisme de l'eau et du sel bénits...

... pour chasser les démons et écarter les maladies, afin que tout ce qui, dans les maisons et autres bâtiments, aura été aspergé de cette eau soit débarrassé de toute impureté et libéré de toute nocivité. Que tout souffle malsain et tout air infecté et nuisible s'éloignent de ces lieux.

— Rituel romain, countdowntothekingdom.com (traduction depuis l'anglais)

Mais il a été réduit au silence. Au lieu d'asperger les fidèles avec de l'eau bénite, nous l'avons déversée sur le sol. Oui, vous pouvez la voir s'évaporer sur le parvis de nos églises désertées — à côté de scapulaires piétinés, de médailles miraculeuses rouillées et de perles de chapelets brisées.

Jérusalem est inhabitée, comme un désert. De ses enfants, aucun n'entre, aucun ne sort. On a foulé aux pieds le sanctuaire. Des étrangers occupent la citadelle... En Jacob, les cris de joie se sont tus, le son des flûtes et des harpes s'est éteint.

1 M 3: 45

Les paroles de saint John Henry Newman sont d'une criante actualité :

... s'il doit y avoir persécution, il se peut qu'elle arrive peut-être au moment où, dans toute la chrétienté, nous serons tous à ce point divisés, amoindris, envahis de schismes, si proches de l'hérésie ; au moment où, ayant renoncé à notre indépendance et à notre souveraineté, nous nous serons coulés dans le monde et dépendrons de sa protection. Alors, à ce moment, [l'Antichrist] pourra fondre sur nous dans toute sa fureur, autant que Dieu le lui permettra...

— Saint John Henry Newman, Sermon IV: La persécution de l'Antichrist (PDF)

L'un des premiers articles que j'ai écrit en commençant cet apostolat, juste après l'ouragan Katrina, fut un avertissement au sujet du nombre "quarante". Je citais alors Ezéchiel :

Malheur aux bergers d'Israël qui sont bergers pour eux-mêmes ! ... Vous n'avez pas rendu des forces à la brebis chétive, soigné celle qui était malade, pansé celle qui était blessée. Vous n'avez pas ramené la brebis égarée, cherché celle qui était perdue... Elles se sont dispersées, faute de berger, pour devenir la proie de toutes les bêtes sauvages.

Ez 34: 1-11

... de tels chefs ne sont pas des bergers zélés qui protègent leurs troupeaux, ils sont plutôt comme des mercenaires qui fuient en se réfugiant dans le silence lorsque le loup apparaît... Quand un berger a peur d'affirmer ce qui est bon et juste, n'a-t-il pas, par son silence, tourné le dos et pris la fuite ?

— Saint Grégoire le Grand, Vol. IV, Liturgie des heures

Une voyante catholique m'a confié avoir reçu récemment, de façon audible, les paroles suivantes de Jésus : « Mon enfant, Je suis le véritable Médecin et Guérisseur de toutes les âmes, et cependant Je suis le seul médecin qui se voit interdire de soigner ses patients. »

Il me semble donc qu'il ne reste aujourd'hui qu'une personne capable de retenir [le déchaînement du mal et l'apparition de l'Impie], et il s'agit du pape lui-même:

Abraham, le père de la foi, est par sa foi le rocher qui retient le chaos, l'assaut du flot destructeur primordial, et également le soutien de la création. Simon, le premier à confesser Jésus comme étant le Christ... devient maintenant en vertu de sa foi abrahamique, renouvelée dans le Christ, le rocher qui tient ferme face à la marée d'impureté et d'incrédulité [qui menace d'anéantir l'humanité].

— Pape Benoît XVI (Cardinal Ratzinger), Appelé à la communion, Comprendre l'Église aujourd'hui , Adrian Walker, Tr., P. 55-56

Bien que la charge de Pierre soit « perpétuelle », comme nous l'enseigne l'Église, cela ne signifie pas que celui qui occupe le siège pontifical ne peut pas être éliminé.

J'ai vu l'un de mes successeurs... qui devait fuir en passant par-dessus le corps de ses frères. Il aura à se réfugier dans un lieu secret ; mais après un bref répit, il mourra d'une mort cruelle. Le respect envers Dieu a disparu du coeur des hommes. Ils souhaitent effacer jusqu'au souvenir de Dieu. Cette perversité n'est rien de moins que le commencement des douleurs qui doivent précéder la fin du monde.

— PAPE PIE X, Prophétie catholique, p. 22

Ainsi, lorsque j'ai commencé cette série, j'ai ressenti Notre Dame nous supplier de prier plus que jamais pour nos bergers.

Se préparer pour les refuges

J'aimerais conclure en partageant avec vous [une autre vision que j'ai reçue après] l'ouragan Katrina [...] alors que je priais devant le Saint-Sacrement. Cette vision nous ramène à nouveau au début de cet article et nous aide à comprendre la façon dont Dieu s'apprête à procurer un refuge à Son Peuple, à la fois spirituel et physique, dans les temps à venir. Permettez-moi, avant de vous la partager, de citer cette réflexion prophétique du Pape saint Paul VI :

Il y a un très grand malaise en ce moment dans le monde et dans l'Église, et ce dont il est question, c'est la foi... Il m'arrive de relire ces passages de l'Évangile concernant la fin des temps, et je dois admettre que, actuellement, certains signes de cette fin sont en train d'émerger... Ce qui me frappe, quand je pense au monde catholique, c'est qu'au sein du catholicisme, il semble parfois prédominer une manière de penser non catholique, et il se peut que cette pensée non catholique au sein du catholicisme devienne demain majoritaire. Mais elle ne représentera jamais la pensée de l'Église. Il est nécessaire qu'un petit troupeau subsiste, aussi petit soit-il.

— PAPE PAUL VI, The Secret Paul VI, Jean Guitton, p. 152-153, Référence (7), p. 9

Vision des communautés parallèles

(publié pour la première fois le 14 septembre 2006
en la fête de l'Exaltation de la Sainte Croix
et à la veille de la célébration de la mémoire de Notre-Dame des Douleurs)

J'ai vu qu'au milieu de l'effondrement quasi complet de la société dû à des événements cataclysmiques, un « leader mondial » présenterait une solution irréprochable au chaos économique. Cette solution semblerait permettre de guérir non seulement ces tensions économiques, mais le profond besoin social de la société, c'est-à-dire le besoin de communautés. J'ai tout de suite compris que la technologie et le rythme de vie rapide ont créé un environnement d'isolement et de solitude — un terrain parfait pour l'émergence d'un nouveau concept de communauté. En substance, j'ai vu des sortes de « communautés parallèles » aux communautés chrétiennes. Les communautés chrétiennes auraient déjà été établies suite à « l'illumination des consciences » ou « Avertissement » ou peut-être un peu avant (elles seraient cimentées par les grâces surnaturelles du Saint-Esprit et protégées sous le manteau de la Sainte Mère de Dieu).

Les « communautés parallèles », d'autre part, refléteraient bon nombre des valeurs des communautés chrétiennes — un partage équitable des ressources, une forme de spiritualité Lilypadet de prière, une même sensibilité au sein de ses membres, et une interaction sociale rendues possibles (peut-être sous la contrainte) par les purifications qui les auront précédées, et qui pousseraient les hommes à se rapprocher. La différence serait la suivante : les communautés parallèles seraient fondées sur un nouvel idéalisme religieux [et écologique], construit sur les bases du relativisme moral et structuré par le New Age et par les philosophies gnostiques. ET, ces communautés auraient également de la nourriture et les moyens d'une survie confortable.

La tentation pour les chrétiens de rejoindre ces communautés parallèles sera grande [...]. Beaucoup seront trompés parce que les nouvelles communautés contiendront bon nombre des idéaux des communautés chrétiennes (cf. Actes 2: 44-45), et cependant, ce ne seront que des structures vides où Dieu sera le grand absent, brillant d'une fausse lumière, maintenues par la peur plus que par l'amour, et fortifiées avec un accès facilité aux nécessités de l'existence. Les hommes seront séduits par l'idéal — mais engloutis par le mensonge. (Telle sera la tactique de Satan : créer une contrefaçon des véritables communautés chrétiennes, et en ce sens, créer une anti-église).

Alors que la faim et l'incrimination s'intensifieront, les hommes seront confrontés à un choix : ils pourront continuer à vivre dans l'insécurité (humainement parlant) en mettant leur confiance uniquement dans le Seigneur, ou ils pourront choisir une vie en abondance dans une communauté accueillante et apparemment sûre. (Sans doute qu'une certaine « marque » sera nécessaire pour appartenir à ces communautés (cf. Ap 13: 16-17)).

Ceux qui refuseront ces communautés parallèles seront considérés non seulement comme des parias, mais comme des obstacles à cet « éveil » de l'existence humaine — la solution à une humanité en crise et égarée — à laquelle beaucoup croiront parce qu'ils se seront laissés tromper. (Et ici encore, le terrorisme est un autre élément clé du plan en cours de l'ennemi. Ces nouvelles communautés apaiseront les terroristes par le biais de cette nouvelle religion mondiale, apportant ainsi une fausse « paix et sécurité » et, par conséquent, les chrétiens deviendront les « nouveaux terroristes » parce qu'ils s'opposeront à la « paix » établie par le leader mondial.)

Même si la plupart des hommes ont connaissance de la révélation du livre de l'Apocalypse au sujet des dangers que représentera cette future religion mondiale (cf. Ap 13: 13-15), l'imposture sera si convaincante que beaucoup croiront que le catholicisme est lui-même cette religion mondiale « criminelle ». La mise à mort des chrétiens deviendra un « acte de légitime défense » au nom de « la paix et de la sécurité ». (cf. « Le Maître de la Terre », de Robert Hugh Benson)

Il y aura une grande confusion ; tout sera éprouvé ; mais le petit reste fidèle l'emportera.

— extrait de The Trumpets of Warning – Part V

* * *

Les justes seront honnis, méprisés ; on les traitera d'insensés, de perturbateurs du repos public ; on les accusera de fouler aux pieds l'honneur et le patriotisme, en se refusant à acclamer l'homme le plus grand qui ait paru dans le monde, l'incomparable génie qui aura élevé la civilisation humaine à l'apogée de la perfection et du progrès. Si les justes ne devaient être soutenus par une assistance de Dieu spéciale, il n'y en aurait pas un seul qui pût résister à la violence d'une pareille tentation.

Fin du monde présent et mystères de la vie future, Père Charles Arminjon (1824-1885) ; deuxième conférence : De la persécution de l'antéchrist et de la conversion des juifs (ajout)

Mon peuple, il est temps de vous préparer car la venue de l'Antéchrist est proche... Vous serez rassemblés et numérotés tels des moutons par les autorités qui travaillent pour [préparer le chemin de] ce faux messie. Ne vous laissez pas numéroter comme eux car vous leur donneriez le pouvoir de vous faire tomber dans leur piège diabolique. C'est Moi, Jésus, qui suis votre vrai Messie et je ne numérote pas Mes brebis parce que votre Berger vous connaît chacun par son nom.

— Message de Jésus à Jennifer, le 10 août 2003, le 18 mars 2004 ; wordsfromjesus.com

En cette période historique, l'Antéchrist se manifeste par une attaque radicale contre la foi en la Parole de Dieu. Par le biais des philosophes qui commencent à donner une valeur exclusive à la science, puis à la raison, on tend graduellement à constituer comme critère unique de vérité la seule intelligence humaine. Naissent alors les grandes erreurs philosophiques qui se prolongent dans les siècles jusqu'à vos jours... C'est pourquoi Je vous confie à la puissante protection de ces Archanges et de vos Anges gardiens, afin que vous soyez guidés et protégés dans la lutte qui se livre entre Ciel et terre, entre le Paradis et l'Enfer, entre saint Michel Archange et Lucifer lui-même, qui paraîtra bientôt avec toute la puissance de l'Antéchrist.

— Notre Dame au Père Gobbi, n° 407, « Le chiffre de la Bête: 666 » (28è édition) ; voir également le message du 29 septembre 1995 (n° 553) Télécharger le livre bleu au format PDF

Mark Mallett
Our Lady: Prepare – Part III


[1] Réfutant l'idée selon laquelle il ne l'est pas, le docteur de l'Église saint Robert Ballarmine a déclaré : « Car tous les catholiques perçoivent en fait l'Antéchrist comme étant un seul homme, mais tous les hérétiques mentionnés précédemment, d'une manière qui leur est propre, enseignent que l'Antéchrist n'est pas une seule personne, mais plutôt que l'antéchrist est un seul trône, ou royaume tyrannique, ou la siège apostolique de ceux qui président l'Église (catholique) » — Opera Omnia, Disputationem Roberti Bellarmini. De Controversiis, Christianae Fidei; cité dans L´Antichrist et la fin des temps, Rev. Joseph Iannuzzi, p. 13 (éd. anglaise)

Ndtr : l'Antéchrist agit actuellement dans le monde par son esprit. Mais il arrivera un moment où il simulera l'incarnation du messie en prenant possession d'un homme, (il est probable que cet homme existe déjà) tout comme le mal prit possession de Judas. Cet homme aura la liberté de résister à cet esprit de Satan lui-même, tout comme Judas eut jusqu'au bout le choix d'y résister et de ne pas trahir le Seigneur. Mais cet homme se laissera consciemment posséder et choisira lucidement de personnifier cette rébellion de Satan contre Dieu. On peut avoir une idée de cela en lisant le roman de Michael D. O'Brien, Le Père Elijah : une apocalypse, où un prêtre est envoyé par le Saint Père auprès de l'Antéchrist pour l'exhorter à abandonner ses projets et cette volonté de se faire l'égal de Dieu. Mais il s'y refuse et alors Satan entre définitivement en lui et leurs deux volontés finissent par n'en faire plus qu'une.)

[2] Notre Dame à Sœur Sasagawa d'Akita, Japon, 13 octobre 1973
[3] 13 mars 2020, South China Morning Post ; cf. futura-sciences.com
[4] Jean-Jacques Durré, cathobel.be
[5] lire The Coming Counterfeit
[6] 6 avril 2020 ; pressenza.com
[7] 19 janvier 2013, Newsweek: Obama is 'The Second Coming'
[8] “Mes enfants, c'est la dernière heure et, comme vous l'avez appris, un antichrist, un adversaire du Christ, doit venir ; or, il y a dès maintenant beaucoup d'antichrists ; nous savons ainsi que c'est la dernière heure.” — 1 Jn 2: 18
[9] Evangelii Gaudium, n° 3

* * *

Traduction de la réflexion de Lori Kalner

Traduction de la réflexion de Lori Kalner au sujet de la première élection de Barack Obama en 2008.

Lori Kalner s'exprime après avoir vu la vidéo Youtube montrant des enfants chantant les louanges de Barack Obama

Voir la vidéo ici. Même si les chants sont en anglais, les images suffisent pour comprendre que ce n'est finalement que l'histoire qui se répète.

* * *
Hier soir [2008], Lori Kalner a entendu une annonce politique d'Obama. Les voix d'enfants innocents s'élevèrent en un hymne de louanges à Obama. Les paroles de la chanson éveillèrent un souvenir d'enfance, longtemps endormi dans son cœur, et elle a donc écrit un message d'avertissement à l'attention de chaque chrétien ayant des oreilles pour entendre.
L'histoire se répète.

Hymne à Hitler

Par Lori Kalner le mercredi 1er octobre 2008

Traduction Pierre et les Loups

En Allemagne, lorsqu'Hitler est arrivé au pouvoir, ce fut une période de terrible dépression financière. L'argent ne valait rien. En Allemagne, les gens ont perdu des maisons et des emplois, tout comme dans la dépression américaine des années 1930, dont nous avons entendu parler dans les livres de Thoene sur Shiloh.

À cette époque, dans mon pays natal, Adolph Hitler fut élu suite à ses promesses de « changement ».
Il blâma les « sionistes » du monde entier pour tous nos problèmes. Il dit à tout le monde que ce sont les banquiers sionistes avides qui causèrent tous les problèmes que nous avions. Il promit, quand il fut au pouvoir, que les banquiers sionistes cupides seraient punis. Les sionistes, promit-il, seraient balayés de la surface de la terre.
Hitler n'a donc été élu que par 1/3 des suffrages exprimés. Une coalition d'autres partis politiques au Parlement fit de lui le chef suprême. Puis, une fois au pouvoir, il déshonora et expulsa tous les membres du Parlement qui n'étaient pas en phase avec lui.
Oui. Le changement est venu dans ma patrie comme nous l'avait promis notre nouveau leader.
Les enseignants des écoles allemandes commencèrent à enseigner aux enfants à chanter des chants à la gloire d'Hitler. Ce fut le début du mouvement de la jeunesse hitlérienne. Tout a commencé par la louange des programmes du Fuhrer sur les lèvres d'enfants innocents. Des hymnes à la gloire d'Hitler et de ses programmes étaient chantés dans les salles de classe et dans les cours de récréation. Les petites filles et les petits garçons joignaient leurs mains et entonnaient ces hymnes en rentrant de l'école.
Mon frère rentra à la maison et raconta à papa ce qui se passait à l'école. Les hymnes politiques des enfants proclamaient que le changement arrivait dans notre patrie et le Fuhrer était un leader en qui nous pouvions avoir confiance.
Je n'oublierai jamais le visage de mon père, rempli de douleur et de peur. Il savait que la meilleure propagande des nazis était le chant sur les lèvres des petits enfants.
Ce soir-là, avant de bénir le repas familial, il plaça ses mains sur la tête de mes frères et de moi et pria sur nous la Parole vivante de Jérémie 1: 4-5 :

La parole du Seigneur me fut adressée : « Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu viennes au jour, je t'ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations. »

Bientôt les chants des enfants faisant l'éloge du Fuhrer furent entendus partout dans les rues et à la radio. « Avec notre Fuhrer pour nous guider, nous pouvons le faire ! Nous pouvons changer le monde ! »
Peu de temps après, papa, qui était pasteur, fut empêché de rendre visites à ses paroissiens âgés dans les hôpitaux. Les gens qu'il était venu pour réconforter avec la Parole de Dieu n'étaient « plus là. »
Où étaient-ils passés... ? Les personnes âgées et les malades commencèrent à disparaître des hôpitaux les pieds devant ; le « meurtre par compassion » était devenu la règle.

Les gens chuchotaient : « Peut-être est-ce mieux pour eux maintenant. Aidons-les à sortir de cette vie de misère. Ils ne souffrent plus… Et, bien sûr, leur mort est préférable pour préserver l'économie de notre nation. Nos impôts ne doivent plus être consacrés à la prise en charge de tels fardeaux. »

Et donc le meurtre était appelé miséricorde.

Le gouvernement reprit les entreprises privées. L'industrie et les soins de santé furent « nationalisés ». (NA-ZI signifie Parti national-socialiste) Les entreprises et commerces de tous les Juifs furent saisis.

Des changements radicaux furent imposés, à commencer par le rejet de la parole de Dieu. Hitler avait promis au peuple un changement économique ? Rien ne changea à ce niveau. Ce fut plutôt le mensonge ancestral de Lucifer cherchant à mener l'humanité à sa destruction.

Ce qui avait commencé par la propagande d'enfants chantant une mélodie entraînante se termina par la mort de millions d'enfants. La réalité de ce qui nous est arrivé est si horrible que votre génération aujourd'hui est incapable de se l'imaginer. Notre souffrance est trop grande pour être racontée dans un livre ou dans un documentaire en noir et blanc.

[...] Pourtant, jusqu'à mon derniers souffles je compte avertir chaque chrétien et juif aujourd'hui au nom du Seigneur : « à moins que l'Église en [Occident] ne se détourne [de ce chemin de mort] et ne revienne au Seigneur, de nouvelles horreurs nous attendent. »

J'ai tremblé hier soir en entendant la voix de ces enfants américains entonnant ces chants de louange avec à leurs lèvres le nom d'Obama, cet homme charismatique qui prétend être le Messie américain.
Pourtant, j'ai entendu ce que cet homme, Obama, a dit à propos de l'avortement et du « meurtre par compassion » de ces petits bébés qui ne sont pas voulus.

Nous sommes si peu nombreux à vous avertir aujourd'hui. J'ai entendu dire qu'il y a 69 millions de catholiques en Amérique et 70 millions de chrétiens évangéliques. Où sont vos voix ? Où est votre indignation ? Où est votre zèle et comment le traduisez-vous lors des élections ? Votez-vous en vous basant sur les vaines promesses et les considérations économiques d'un avorteur ? Ou votez-vous selon ce que nous dit la Bible ? Ainsi parle le Seigneur à propos de chacun de ces petits enfants encore vivants dans le ventre de leurs mères...

« Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu viennes au jour, je t'ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations. »

J'ai expérimenté les signes de la logique de la Mort dans ma jeunesse. Je les vois réapparaître aujourd'hui... Vous chrétiens ! À moins que vous n'éleviez vos voix maintenant, vous perdrez votre liberté de religion.
En Amérique, les prêtres et les prédicateurs ont déjà perdu leur liberté de prêcher ouvertement au sujet du danger moral que représentent [le programme de] plusieurs candidats politiques. Ils ne peuvent pas légalement vous dire quel candidat défend fermement les préceptes des Écritures ! La loi américaine interdit cette liberté d'expression aux pasteurs conservateurs ou ils perdront leur statut d' « exonération fiscale ».

Et pourtant, j'ai entendu les paroles d'Obama maudissant les pasteurs américains ! J'ai entendu les paroles d'Obama vous maudissant et vous ridiculisant, vous tous qui vivez dans de petites villes parce que « vous vous accrochez à votre religion ... »

Mais je suis une femme dont le nom est inconnu. Ma vie a été mise par écrit et est considérée comme une œuvre de fiction. Je n'ai aucune crainte de représailles quand je vous dis la vérité depuis les pages d'un livre.

Je suis une femme âgée et irai bientôt retrouver mon Seigneur. Je n'ai aucune crainte pour ma propre vie, mais pour vous tous et pour vos enfants, je tremble.

Je tremble devant ces hymnes à des dirigeants politiques que vos enfants chanteront à l'école. (Bien que même aujourd'hui un hymne ou une prière à Dieu et à notre Seigneur Jésus dans les écoles publiques soient jugés illégaux !)

Lire États-Unis: Trump à la défense de la prière à l'école

Votre vote doit mettre un terme à ce qui arrivera aux États-Unis si Barack Obama est élu.
Je prie pour que vous preniez au sérieux, personnellement, cet avertissement pour le bien de vos enfants et de vos petits-enfants. Ne vous laissez pas tromper.

Le Seigneur dans Jérémie 1: 7-8 ordonne à chaque croyant de parler haut et fort !

Le Seigneur reprit : « Ne dis pas : “Je suis un enfant !” Tu iras vers tous ceux à qui je t'enverrai ; tout ce que je t'ordonnerai, tu le diras. Ne les crains pas, car je suis avec toi pour te délivrer – oracle du Seigneur. »

Je suis en prière pour vous et pour l'Église !

Je m'exprime devant vous au nom de Jésus Christ,
ce nom qui surpasse tous les noms,

Lori Kalner

[Remonter pour poursuivre la lecture de l'article de Mark Mallett]

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
18


de la perplexité
0


de la tristesse
8


de la peur
3

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 7 + 5 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Notre Dame : Préparez-vous - Partie 3.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 7 + 5 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Comprendre la crise de l'Eglise depuis 50 ans

Arnaud Dumouch   mercredi 21 mars 2018   8 commentaires   partager

Une approche proposée par Arnaud Dumouch

1918-1968 : 50 ans séparent ces deux dates. 1968-2018 : Encore 50 ans. L'Eglise en Occident est sortie laminée de ce siècle, comme « un figuier que la tempête a secoué à droite puis à gauche et qui a laissé tomber ses fruits avortés sur le sol » (Ap 6, 13).

La commémoration des 50 ans de mai 68 et de ce qu'ils symbolisent, approche. Les médias préparent sans doute la célébration de ce qu'ils vont considérer comme "le plus grand événement spirituel de l'histoire", autour de "progrès" libérateurs comme la pilule, l'avortement, et bientôt l'euthanasie de la génération vieillissante qui a porté ce courant.

Qu'en a-t-il été dans l'Eglise Catholique en Occident qui a vu l'écroulement de la pratique religieuse, de l'Europe au Canada ? Les analyses sont diverses : certains accusent le Concile Vatican II, d'autres la révolution mentale des années d'après guerre.

Lire la suite

Le politiquement correct et la grande apostasie

Mark Mallett   lundi 1 octobre 2018   0 commentaire   partager

Une grande confusion se propagera et beaucoup marcheront tels des aveugles guidant d'autres aveugles. Restez avec Jésus. Le poison des fausses doctrines contaminera beaucoup de Mes pauvres enfants... — Message de Notre Dame à Pedro Regis, 24 septembre 2019

Que se passe-t-il dans l'Église catholique ces jours-ci où nous entendons des évêques commencer à prêcher un faux évangile ?

Le politiquement correct s'est tellement implanté et répandu dans notre société, que bien des hommes et des femmes ne semblent plus capables de penser par eux-mêmes. Lorsqu'ils sont confrontés à la question de discerner ce qui est bien de ce qui est mal, le désir de "ne pas blesser" l'emporte souvent sur celui de la vérité, de la justice et du bon sens, au point où même les plus fortes volontés s'effondrent face à la peur de se retrouver exclus ou ridiculisés.

Lire la suite

Dormir pendant que la maison brûle

Mark Mallett   jeudi 18 avril 2019   1 commentaire   partager

Il y a une scène dans le film humoristique des années 1980 Y a-t-il un flic pour sauver la reine... où une poursuite en voiture se termine avec l'explosion d'une usine de feux d'artifice, des gens qui courent dans tous les sens et le chaos général. L'agent principal interprété par Leslie Nielsen traverse la foule de badauds et, tandis que tout explose derrière lui, déclare calmement : « Y a rien à voir. Allez-vous en, ne restez pas là, circulez ! Y a rien à voir ici ! »

Lire la suite