Ne mondanisez pas Noël !


Commentaires (0)

Publié le jeudi 20 décembre 2018

Auteur / source : Sophie Delhalle

Catégorie : Discours, sermons & homélies

Nombre de consultations : 387

Célébrer Noël, « c'est accueillir sur terre les surprises du ciel », a déclaré le Pape François lors de l'audience générale du 19 décembre 2018 dans la salle Paul VI du Vatican. A l'approche de la Nativité du Seigneur, l'évêque de Rome a consacré son enseignement à cette fête interrompant ainsi son cycle de catéchèse sur le ‘Notre Père'.

Source : CathoBel - S.D. avec cath.ch et VaticanNews – Illustration : Vatican Media

Dans six jours, a rappelé le Pape, les chrétiens fêteront Noël. Toutefois, le risque existe de réduire cet événement à « une belle fête traditionnelle » où Dieu n'est pas au coeur. Ce sera alors « une occasion perdue », a-t-il mis en garde. « S'il vous plaît, ne ‘mondanisez' pas Noël ».

Le Christ désire précisément le contraire. Célébrer Noël, c'est se laisser « surprendre par le Christ » qui est « un Dieu inédit », a-t-il affirmé, et « accueillir sur terre les surprises du ciel ». Noël, est la « revanche de l'humilité sur l'arrogance, de la simplicité sur l'abondance, du silence sur le brouhaha ». C'est ainsi préférer « la voix silencieuse de Dieu au bruit du consumérisme », a souligné le successeur de Pierre.

Pour apporter un élément de réponse et découvrir « les goûts de Dieu », le Pape revient au premier Noël de l'histoire, plein de surprises. Qu'il s'agisse de Marie, « vierge qui sera mère », ou de Joseph, « père d'un fils sans l'avoir généré », Noël a apporté dans leur vie des changements inattendus. Le Pape invite les fidèles à ouvrir, eux aussi, leurs coeurs au Seigneur. En ce premier Noël, c'est dans la nuit que survient « la plus grande des surprises » : « le Très-Haut est un petit bébé et la Parole de Dieu est un enfant, « incapable de parler ». Le pape poursuit : « Si nous pouvons nous taire devant la crèche, Noël sera une surprise pour nous et non une chose déjà vue ». François a ainsi conseillé aux fidèles de prendre le temps de se tenir en silence devant une crèche.

Célébrer Noël consiste à faire comme Jésus, descendu pour se mettre au service de ceux qui en ont besoin. C'est faire comme Marie qui se fie docilement à Dieu et faire comme Joseph qui se lève pour réaliser la volonté de Dieu qui lui parle dans le silence de la nuit. Et pour François, « Jésus n'offre pas la tiédeur rassurante d'un feu de cheminée, mais le frisson divin qui secoue l'histoire ».

Sophie Delhalle

Le Pape revient sur le sens véritable de Noël

Source : vaticannews.va

« Noël est la victoire de l'humilité sur l'arrogance, de la simplicité sur l'abondance, du silence sur le vacarme, de la prière sur ‘mon temps', de Dieu sur mon ego ». Ce mercredi lors de l'audience générale, le Pape a interrompu son cycle de catéchèses sur le Notre Père, pour évoquer le sens de la fête de la Nativité afin de mieux s'y préparer. Il s'agit d'ouvrir son coeur aux surprises de Dieu et non de céder au « vacarme du consumérisme ».

Les sapins, les décorations et les lumières nous rappellent que cette année encore il y aura fête. « La machine publicitaire nous invite à échanger des cadeaux nouveaux pour se faire des surprises », mais est-ce vraiment cette fête que veut Dieu, s'interroge François. Pour apporter un élément de réponse et découvrir « les goûts de Dieu », le Pape revient au premier Noël de l'histoire, plein de surprises. Qu'il s'agisse de Marie, « vierge qui sera mère », ou de Joseph, « un père d'un fils sans l'avoir généré », Noël a apporté dans leur vie des changements inattendus. Le Pape invite les fidèles à ouvrir, eux aussi, leurs coeurs au Seigneur.

« Préférer la voix silencieuse de Dieu aux vacarmes du consumérisme ».

En ce premier Noël, c'est dans la nuit que survient « la plus grande des surprises » : « le Très-Haut est un petit bébé et la Parole de Dieu est un enfant, "incapable de parler" ». Il est accueilli non pas par les autorités ou des ambassadeurs, mais par de simples bergers qui, avertis par les anges, accourent sans attendre. Ainsi, poursuit le Pape, « Noël est la célébration de l'inédit de Dieu, ou mieux encore, d'un Dieu inédit qui renverse nos logiques et nos attentes ». Vivre Noël, c'est accueillir sur terre les surprises du ciel, se laisser bousculer par les surprenantes nouveautés de Dieu. Or « Jésus n'offre pas la tiédeur rassurante d'un feu de cheminée, mais le frisson divin qui secoue l'histoire ». Le Pape rappelle que Noël est « la revanche de l'humilité sur l'arrogance, de la simplicité sur l'abondance, du silence sur le vacarme, de la prière sur mon temps, de Dieu sur mon ego ». Célébrer Noël consiste à faire comme Jésus, descendu pour se mettre au service de ceux qui en ont besoin. C'est faire comme Marie qui se fie docilement à Dieu et faire comme Joseph qui se lève pour réaliser la volonté de Dieu qui lui parle dans le silence de la nuit. « Célébrer Noël, c'est préférer la voix silencieuse de Dieu aux vacarmes du consumérisme ».

Trouver la lumière de Bethléem

Malheureusement, constate François, on peut se tromper de fête et préférer à la nouveauté du Ciel la routine de la terre ! Il exhorte les fidèles à ne pas faire de Noël « une fête mondaine » et à ne pas mettre de côté « le Roi de la fête ». Le Pape les invite ainsi à se recueillir en silence devant la crèche, à veiller en priant plutôt que de se laisser entraîner sur la voie des futilités.

En guise de synthèse, le Pape conclut enfin en recommandant à chacun de suivre les enseignements de Joseph qui donne de l'espace au silence ; de Marie qui a confiance en Dieu et lui dit: "Me voici" ; et de Jésus qui se fait proche de celui qui est seul, du pauvre, afin à notre tour de « trouver, à la suite des bergers, la lumière dans la pauvre grotte de Bethléem ! »

Marie Duhamel – Cité du Vatican

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 80 : 8 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Ne mondanisez pas Noël !.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 80 : 8 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Cardinal Newman : « Le Carême, temps de repentance »

vendredi 23 février 2018    319

Le titre du sermon résume l'enseignement que Newman veut donner à ses ouailles : ne pas laisser passer le temps du Carême sans prendre ou reprendre conscience de l’état de pécheur dans lequel ils sont et faire preuve du repentir qui doit en résulter, saisir l’occasion de ce temps de l’année que l’Église a établi pour cela depuis les origines. En effet, le sérieux avec lequel doit être prise la vie chrétienne est mis à mal par l’insouciance que favorise la vie facile que connaissaient la plupart des auditeurs de Newman, insouciance qui rend le chrétien oublieux des dons qu’il a reçus au baptême et le fait glisser peu à peu dans le péché sans qu’il éprouve le souci ou le besoin de se repentir. Contre cette tendance, le Carême constitue un avertissement salutaire. Cette attitude d’insouciance et finalement d’indifférence à l’égard des privilèges chrétiens, répandue chez beaucoup de fidèles, est figurée dans l’Ancien Testament par le comportement d’Ésaü à l’égard des dons paternels auxquels sa situation d’aîné lui donnait droit. Au lieu de les considérer à leur juste valeur, il les a pris à la légère : il a abandonné son droit d’aînesse pour peu de choses, un plat de nourriture, ensuite il a cru pouvoir obtenir la bénédiction paternelle en échange d’un plat de venaison sans se soucier du fait que son premier péché, l’abandon du droit d’aînesse, le rendait inapte à obtenir la bénédiction qui lui revenait. Son cri angoissé quand il s’aperçut qu’elle était allée à son frère aîné ne sera-t-il pas celui de beaucoup de chrétiens qui vivent dans l’insouciance et n'éprouvent pas le besoin de se repentir ? Comme Ésaü, comme les vierges folles de la parabole, ils voudront le faire quand il sera trop tard, au jour du Jugement. S’ils ne se repentent pas à temps, s’ils n'entendent pas les avertissements que le Seigneur, dans sa providence, leur donne sous la forme d’épreuves diverses, maladie, échec, revers de fortune, etc., leur punition sera plus dure ensuite.

Lire la suite

Cardinal Newman : « le jeûne, source d’épreuve »

dimanche 18 février 2018    184

Premier dimanche de Carême, 4 mars 1838

Avant de traiter strictement le thème indiqué par le titre du sermon, Newman définit clairement le jeûne du chrétien; en effet cette forme d’ascèse fut prati­quée dans le judaïsme et dans d’autres religions, mais le propre du chrétien est de jeûner à la suite du Christ, comme lui et surtout avec lui. Le jeûne accompli avec la grâce de la présence du Christ dans le cœur est d’une fécondité sans commune mesure avec les œuvres accomplies par les juifs sous le régime de la Loi car ces derniers ne bénéficiaient pas de l’assistance de l’Esprit saint tandis que, par cette assistance, c’est le Christ lui-même qui refait en chacun de ses membres les actes de sa vie terrestre : le chrétien est alors ainsi «forme visible ou signe sacramentel de l’unique Fils de Dieu». Voilà pourquoi l’Église célèbre dans le cycle liturgique des temps de Noël et de Pâques les événements de la vie de notre Seigneur. Cette réalité de la présence du Christ dans le cœur du chrétien que Newman énonce au début de ce pre­mier sermon du volume sera supposée ou clairement rappelée dans les autres comme le privilège du chrétien qui appelle en retour des devoirs. Il en résulte que le jeûne du chrétien est agréé de Dieu parce qu’il est observé en union avec le Christ.

Lire la suite

Homélie pour le Vendredi Saint

Père Simon Noël   vendredi 30 mars 2018   0 commentaire   380

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? Ce cri de Jésus sur la Croix est une parole étrange pour le croyant. Dieu n'abandonne jamais ses amis. Tant de psaumes le disent, et en particulier ce psaume 21, que Jésus reprend ici, et qui se termine par une exultation pour la délivrance que Dieu apporte à son serviteur, au terme d'une épreuve qui ne dure qu'un moment.

Lire la suite