Mgr Pierre d’Ornellas : "avant que la technique existe, un enfant avait un père et une mère"


Commentaires (0)

Publié le mardi 24 septembre 2019

Auteur / source : RCF

Catégorie : Mariage, Famille & Bioéthique

Nombre de consultations : 393

L'examen du projet de révision de la loi de bioéthique débute ce mardi 24 septembre 2019, à l'Assemblée nationale.

De débat apaisé à débat aveuglé

Il y a une semaine, la Conférence des Évêques de France organisait au collège des Bernardins, à Paris, une conférence afin de présenter ses réflexions sur les différents sujets portés par le projet de révision de la loi de bioéthique. Il était alors possible de sentir une réelle inquiétude chez les représentants de l'épiscopat français.

« C'est un avenir qui est en jeu. C'est le passage d'un débat apaisé qui était désiré à un débat aveuglé. C'est un aveuglement vis-à-vis de la fascination de la technique qui rend possible beaucoup de choses et qui nous fait oublier les principes fondamentaux de dignité, de respect. Des droits fondamentaux. Il y a quatre jours, l'Académie nationale de médecine a rappelé qu'il était dangereux de légaliser la production d'un enfant sans père. Même le CCNE avait dit que le rôle du père était essentiel. Maintenant, dans un aveuglement sidérant, les députés estiment qu'il est tout à fait normal qu'un enfant n'ait pas le droit d'avoir un père. »

— Mgr Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes, et responsable du groupe de travail sur la bioéthique à la Conférence des Évêques de France, auteur de "Bioéthique : quelle société voulons-nous ?" (éd. Balland).

« La technique est devenue notre maître »

Pour l'archevêque de Rennes, les questions de bioéthique relèvent davantage du bon sens que de la technique.

« Avant que la technique existe, on savait bien qu'un enfant avait un père et une mère. Maintenant que la technique existe, on pourrait penser que ce n'est plus évident. Cela veut dire que la technique est devenue notre maître. C'est elle qui dirige, et plus notre réflexion sur la dignité de la personne humaine qui implique la fraternité. »

— Mgr Pierre d'Ornellas

Le responsable du groupe de travail sur la bioéthique à la Conférence des Évêques de France rappelle que différents sondages ont été réalisés, notamment sur la question de la procréation médicalement assistée, et de son élargissement aux couples de femmes et aux femmes seules. D'après ces sondages, plus de 80% des Français estiment important qu'un enfant ait un père. Par ailleurs, rappelant un sondage réalisé au moment des États Généraux de la Bioéthique, Mgr d'Ornellas précise que 90% des Français s'opposeraient à l'extension de la PMA. L'occasion pour lui d'illustrer l'aveuglement des députés sur la question.

Ecouter l'entretien complet


Source : RCF

Lire aussi :

Cet article m'inspire ...


de la joie
1


de l'encouragement
2


de la perplexité
0


de la tristesse
7


de la peur
4

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 9 + 5 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Mgr Pierre d’Ornellas : "avant que la technique existe, un enfant avait un père et une mère".

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 9 + 5 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Transhumanisme : la fin de la Femme ?

vendredi 2 mars 2018   1 commentaire   379

Le XXème siècle a bouleversé la famille, la contraception moderne a permis de se défaire des lois biologiques et libérer les choix de construction de la vie familiale. Les techniques de fécondation ont également créé de nouvelles façons de concevoir des enfants. Le XXIème siècle pourrait être celui de nouvelles avancées dans les processus de fécondation, l’ectogenèse, c’est-à-dire la fécondation hors du ventre de la mère. L’ectogenèse, une technique de fécondation dont la porte fut entrouverte avec la fécondation in vitro, ouvrant à l’être humain de nouvelles perspectives sociétales. Périodiquement l’humanité en se cherchant, se réinvente, se déconstruit et produit un monde de plus en plus artificiel, déshumanisant, déconnecté du réel.

Lire la suite

Le meilleur des mondes, c’est maintenant ?

mercredi 7 mars 2018   1 commentaire   470

L’humanité en abandonnant la foi comme fondement de la société a du même coup abandonné toute conscience ontologique. On ne part plus de l’invisible qui sous-tend le monde pour en tirer une manière d’exister ou un principe de vie mais on se contente de vivre une existence tendue vers l’efficacité et la rentabilisation de l’être au service de la communauté dirigée par l’impératif économique. Impératif froid et brutal qu’un certain Jésus appela autrefois Mammon. Choisir entre Dieu et Mammon, c’est aujourd’hui choisir entre deux approches différentes du monde, l’un ou la vie vaut en tant que vie, imparfaite mais tendue vers une verticalité infinie et l’autre où l’on supporte de moins en moins l’imperfection au sein d’un univers purement horizontal.

Lire la suite

Pourquoi l’Eglise est-elle contre les relations sexuelles avant le mariage ?

mercredi 26 septembre 2018   0 commentaire   269

L'Eglise n'est pas d'accord pour qu'il y ait des relations sexuelles avant le mariage. Pourquoi est-elle si rigide? Face à tant de mariages qui échouent, n'est-il pas plus sensé d' « essayer » pour voir si la relation fonctionne, avant de se jeter et risquer un échec ?

Lire la suite