Leurs récriminations dans le désert ont beaucoup à nous apprendre (Leçon n°1)


Commentaires (0)

Publié le samedi 24 mars 2018

Auteur / source : Mgr Charles Pope

Catégorie : Encouragement spirituel

Nombre de consultations : 298

Aujourd'hui, au cours de la dernière semaine de Carême, avant la Semaine Sainte, nous ferions bien de méditer sur les récriminations des anciens peuples hébreux dans le désert, car leurs grognements sont souvent aussi les nôtres. Nous lisions ces passages de l'Ecriture dans les textes liturgiques de dimanche dernier, c'est donc le désir de l'Église que nous méditions dessus. Les anciens Hébreux ont récriminé de plusieurs façons, et il nous faudra plusieurs jours pour examiner celles-ci. Nous devrions commencer par remarquer que la peur et le manque de confiance sont au coeur de la plupart de leurs récriminations.

Par Mgr Charles Pope • 18 mars 2018 • Titre original « The Grumblings in the Wilderness Have Much to Teach Us (Lesson One) »

Leçon 1: Ils ont récriminé au beau milieu d'un Miracle

Oui, ils ont récriminé dès leur sortie d'Egypte. Tandis qu'ils regardaient avec crainte l'armée égyptienne lancée à leur poursuite, ils se sont plaints à Moïse :

« L'Égypte manquait-elle de tombeaux, pour que tu nous aies emmenés mourir dans le désert ? Quel mauvais service tu nous as rendu en nous faisant sortir d'Égypte ! C'est bien là ce que nous te disions en Égypte : “Ne t'occupe pas de nous, laisse-nous servir les Égyptiens. Il vaut mieux les servir que de mourir dans le désert !” »

Exode 14: 11-12

Rappelez-vous que Dieu leur a montré des signes et des prodiges en Égypte à travers les plaies qu'Il a infligées à leurs ravisseurs. Rappelez-vous aussi le miracle de la Pâque. Enfin, souvenez-vous du fait étonnant où Pharaon les a non seulement laissé partir, mais que les Égyptiens les ont payés pour s'en aller, leur donnant beaucoup d'or et d'argent avant leur départ (voir Ex 3:21).

Ainsi, les voici au milieu d'une libération miraculeuse et pourtant ils grognent. Les choses n'ont pas changé, mes amis. Nous aussi, nous sommes comblés de maintes bénédictions, mais nous ne cessons de récriminer à la moindre difficulté.

Leur peur et la nôtre ne sont pas sans péché, un péché enraciné dans un manque de foi confiante. Dieu a montré à maintes reprises une volonté de les sauver et une capacité à les délivrer. Effrayés, cependant, ils grognent et déchargent leur colère contre Moïse. En dépit d'innombrables bénédictions, nous aussi, nous nous plaignons souvent à la moindre contrariété ou dès que le vent nous est contraire. La peur est en grande partie à la base de cette injuste colère, et à la base de cette peur nous trouvons généralement un manque de confiance en Dieu.

Assurément, Dieu ne les a pas conduits aussi loin pour finir par les abandonner, mais cela ne les convainc pas. Si souvent nous avons peur malgré la bonté de Dieu envers nous. Nous qui sommes chrétiens, on nous dit pourtant souvent que même nos souffrances sont un don, quoique dans un étrange emballage : « Quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu'ils sont appelés selon le dessein de son amour. » (Rm 8, 28).

Dans leurs murmures, ils déclarent qu'ils préfèrent vivre comme des esclaves plutôt que mourir comme des enfants libres de Dieu. C'est une gifle à la face de Dieu, qui leur a offert le don surprenant de la délivrance. Ils semblent rechercher davantage le soulagement qu'une véritable guérison. La guérison requiert d'avoir du cran et exige de nous un changement courageux.

Nous aussi recherchons souvent des grâces bon marché – le soulagement plutôt qu'une guérison exigeante et les responsabilités inhérentes à notre condition de libres enfants de Dieu. Face à la persécution ou au malheur, nous préférons trop facilement être esclaves d'idées et exigences terrestres plutôt que de résister librement et vaillamment, en croyant que Dieu nous délivrera, même si cela doit coûter notre confort ou notre vie.

Les martyrs et confesseurs de la foi se sont levés pour témoigner contre une telle grogne, contre la peur et le désespoir. Ils acceptèrent courageusement, et même joyeusement, de mourir pour le Christ en sachant qu'une plus grande bénédiction les attendait. Ils ont enduré des tortures indescriptibles et pourtant nous pouvons à peine supporter d'être raillés, désapprouvés ou méprisés.

Enfin, à tous ceux d'entre nous dont la confiance en Dieu faiblit même après des siècles de Ses bienfaits, à tous ceux qui récriminent contre Dieu même après toute une vie de bénédictions, le Seigneur pose cette question perçante : « Pourquoi cries-tu vers Moi ? » (Ex 14:15) Par l'intermédiaire de Moïse, Dieu nous dit : « Le Seigneur combattra pour vous, et vous, vous n'aurez rien à faire. » (Ex 14:14).

Après avoir calmé une tempête en pleine mer, Jésus posa une question identique : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N'avez-vous pas encore la foi ? » (Mc 4:40)

Quand Dieu pose une question, nous devons y répondre avec prudence et dans la prière. Saint Paul a prévenu : « Cessez de récriminer comme l'ont fait certains d'entre eux. » (1 Cor 10:10) Méditons humblement cette question : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? » Le Seigneur a un enseignement à nous donner.

« Je crois Seigneur, viens au secours de mon manque de foi ! »

Mc 9, 24

Dans la prochaine leçon, nous poursuivrons plus en avant notre réflexion sur les récriminations dans le désert.

Mgr Charles Pope

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 + 4 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Leurs récriminations dans le désert ont beaucoup à nous apprendre (Leçon n°1).

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 + 4 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Veiller et prier... pour le don de la Sagesse

Mark Mallett   dimanche 24 novembre 2019   0 commentaire   378   partager

Quelle semaine incroyable ! Tout en poursuivant la rédaction de cette série consacrée au nouveau paganisme, je vous écris aujourd'hui pour vous demander de persévérer avec moi. J'ai conscience qu'en cette ère d'Internet, notre capacité d'attention est réduite à quelques secondes. Mais ce que je crois que Notre Seigneur et Notre Dame me révèlent en ce moment est tellement important que, pour certains, cela peut signifier la nécessité de les arracher à ce terrible esprit de mensonge qui en a déjà trompé beaucoup.

Lire la suite

Suffisamment de bonnes âmes

Mark Mallett   jeudi 24 mai 2018   1 commentaire   495   partager

Le fatalisme — une indifférence nourrie par la croyance que les événements futurs sont inévitables — n'est pas une disposition chrétienne. Oui, Notre-Seigneur a parlé d'événements futurs qui précéderaient la fin du monde. Mais si vous lisez les trois premiers chapitres du Livre de l'Apocalypse, vous verrez que le timing de ces événements est conditionnel : ils dépendent de notre réponse ou de l'absence de réponse.

Lire la suite

Tout homme est une histoire sacrée

mardi 20 mars 2018   1 commentaire   424   partager

Un article de Matthieu BOUCART - totus-tuus.fr

En méditant sur les funérailles spectaculaires de Johnny Hallyday, plusieurs pensées m'ont traversé :

La tentation est grande pour un catholique de gloser hautainement sur ce monde païen vénérant l'une de ses idoles. Pourtant je n'y cède pas. Ne serait-ce que parce que parmi ces milliers de braves gens qui se sont déplacés, venant parfois de loin, et ayant bravé le froid et les intempéries, il y avait des catholiques. Ensuite, parce qu'on sentait quelque chose de profondément humain dans cet hommage populaire, quelque chose de grand et de beau – je dirais : de surnaturel. Toute expérience de communion dans l'amour me paraît surnaturelle en effet et trouver sa source en Dieu qui est communion d'Amour.

Lire la suite