Leurs récriminations dans le désert ont beaucoup à nous apprendre (Leçon n°1)


Commentaires (0)

Publié le samedi 24 mars 2018

Auteur / source : Mgr Charles Pope

Catégorie : Encouragements spirituels

Aujourd'hui, au cours de la dernière semaine de Carême, avant la Semaine Sainte, nous ferions bien de méditer sur les récriminations des anciens peuples hébreux dans le désert, car leurs grognements sont souvent aussi les nôtres. Nous lisions ces passages de l'Ecriture dans les textes liturgiques de dimanche dernier, c'est donc le désir de l'Église que nous méditions dessus. Les anciens Hébreux ont récriminé de plusieurs façons, et il nous faudra plusieurs jours pour examiner celles-ci. Nous devrions commencer par remarquer que la peur et le manque de confiance sont au coeur de la plupart de leurs récriminations.

Par Mgr Charles Pope • 18 mars 2018 • Titre original « The Grumblings in the Wilderness Have Much to Teach Us (Lesson One) »

Leçon 1: Ils ont récriminé au beau milieu d'un Miracle

Oui, ils ont récriminé dès leur sortie d'Egypte. Tandis qu'ils regardaient avec crainte l'armée égyptienne lancée à leur poursuite, ils se sont plaints à Moïse :

« L'Égypte manquait-elle de tombeaux, pour que tu nous aies emmenés mourir dans le désert ? Quel mauvais service tu nous as rendu en nous faisant sortir d'Égypte ! C'est bien là ce que nous te disions en Égypte : “Ne t'occupe pas de nous, laisse-nous servir les Égyptiens. Il vaut mieux les servir que de mourir dans le désert !” »

Exode 14: 11-12

Rappelez-vous que Dieu leur a montré des signes et des prodiges en Égypte à travers les plaies qu'Il a infligées à leurs ravisseurs. Rappelez-vous aussi le miracle de la Pâque. Enfin, souvenez-vous du fait étonnant où Pharaon les a non seulement laissé partir, mais que les Égyptiens les ont payés pour s'en aller, leur donnant beaucoup d'or et d'argent avant leur départ (voir Ex 3:21).

Ainsi, les voici au milieu d'une libération miraculeuse et pourtant ils grognent. Les choses n'ont pas changé, mes amis. Nous aussi, nous sommes comblés de maintes bénédictions, mais nous ne cessons de récriminer à la moindre difficulté.

Leur peur et la nôtre ne sont pas sans péché, un péché enraciné dans un manque de foi confiante. Dieu a montré à maintes reprises une volonté de les sauver et une capacité à les délivrer. Effrayés, cependant, ils grognent et déchargent leur colère contre Moïse. En dépit d'innombrables bénédictions, nous aussi, nous nous plaignons souvent à la moindre contrariété ou dès que le vent nous est contraire. La peur est en grande partie à la base de cette injuste colère, et à la base de cette peur nous trouvons généralement un manque de confiance en Dieu.

Assurément, Dieu ne les a pas conduits aussi loin pour finir par les abandonner, mais cela ne les convainc pas. Si souvent nous avons peur malgré la bonté de Dieu envers nous. Nous qui sommes chrétiens, on nous dit pourtant souvent que même nos souffrances sont un don, quoique dans un étrange emballage : « Quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu'ils sont appelés selon le dessein de son amour. » (Rm 8, 28).

Dans leurs murmures, ils déclarent qu'ils préfèrent vivre comme des esclaves plutôt que mourir comme des enfants libres de Dieu. C'est une gifle à la face de Dieu, qui leur a offert le don surprenant de la délivrance. Ils semblent rechercher davantage le soulagement qu'une véritable guérison. La guérison requiert d'avoir du cran et exige de nous un changement courageux.

Nous aussi recherchons souvent des grâces bon marché – le soulagement plutôt qu'une guérison exigeante et les responsabilités inhérentes à notre condition de libres enfants de Dieu. Face à la persécution ou au malheur, nous préférons trop facilement être esclaves d'idées et exigences terrestres plutôt que de résister librement et vaillamment, en croyant que Dieu nous délivrera, même si cela doit coûter notre confort ou notre vie.

Les martyrs et confesseurs de la foi se sont levés pour témoigner contre une telle grogne, contre la peur et le désespoir. Ils acceptèrent courageusement, et même joyeusement, de mourir pour le Christ en sachant qu'une plus grande bénédiction les attendait. Ils ont enduré des tortures indescriptibles et pourtant nous pouvons à peine supporter d'être raillés, désapprouvés ou méprisés.

Enfin, à tous ceux d'entre nous dont la confiance en Dieu faiblit même après des siècles de Ses bienfaits, à tous ceux qui récriminent contre Dieu même après toute une vie de bénédictions, le Seigneur pose cette question perçante : « Pourquoi cries-tu vers Moi ? » (Ex 14:15) Par l'intermédiaire de Moïse, Dieu nous dit : « Le Seigneur combattra pour vous, et vous, vous n'aurez rien à faire. » (Ex 14:14).

Après avoir calmé une tempête en pleine mer, Jésus posa une question identique : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N'avez-vous pas encore la foi ? » (Mc 4:40)

Quand Dieu pose une question, nous devons y répondre avec prudence et dans la prière. Saint Paul a prévenu : « Cessez de récriminer comme l'ont fait certains d'entre eux. » (1 Cor 10:10) Méditons humblement cette question : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? » Le Seigneur a un enseignement à nous donner.

« Je crois Seigneur, viens au secours de mon manque de foi ! »

Mc 9, 24

Dans la prochaine leçon, nous poursuivrons plus en avant notre réflexion sur les récriminations dans le désert.

Mgr Charles Pope

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
1


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 4 + 1 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Leurs récriminations dans le désert ont beaucoup à nous apprendre (Leçon n°1).

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 4 + 1 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

L'Heure de la Grande Miséricorde

Mark Mallett   dimanche 28 avril 2019   3 commentaires   partager

Chaque jour, une grâce extraordinaire nous est offerte que les générations précédentes n'ont pas reçue ou dont elles n'avaient pas conscience. C'est une grâce taillée sur mesure pour notre génération qui, depuis le début du XXe siècle, vit un « temps de miséricorde. »

Lire la suite

La flamme qui faiblit - Partie 1

Mark Mallett   jeudi 8 février 2018   1 commentaire   partager

Pendant tout le temps de Noël m'est revenue cette "vision" intérieure que j'ai eue il y a huit ans. L'épreuve présagée par cette vision m'a été confirmée de multiples manières ces dernières années et je pense que nous la vivons déjà, et allons la vivre d'une manière très profonde et réelle dans les temps à venir.

Ceci est un "prologue" à mon prochain article, et je vous encourage donc à le lire – il s'agit d'une parabole vivante de notre époque...

La vérité est apparue sous la forme d'une grande bougie éclairant le monde entier de sa flamme brillante. – St Bernardin de Sienne

Lire la suite

Comprendre la Croix

Mark Mallett   samedi 24 février 2018   0 commentaire   partager

Beaucoup d'entre nous ont peur d'entendre l'appel de Dieu, craignent d'aller dans les profondeurs parce que nous sommes nombreux à avoir l'impression que le Christianisme est en définitive une spiritualité masochiste où nous renonçons à tous les plaisirs de la vie et nous contentons de souffrir. Mais en vérité, que nous soyons chrétiens ou non, nous souffrirons en cette vie. Maladie, malheur, déception, mort ... cela arrive à chacun de nous. Mais ce que Jésus fait réellement, à travers la Croix, c'est de transformer tout cela en une glorieuse victoire.

Dans la Croix se trouve la victoire de l'amour ... En elle se trouve la pleine vérité sur l'homme, la dignité de l'homme, sa misère et sa grandeur, sa valeur et le prix payé pour lui. – Cardinal Karol Wojtyla (SAINT JEAN PAUL II)

Lire la suite