Les reliques et le message


Commentaires (0)

Publié le vendredi 23 novembre 2018

Auteur : Mark Mallett

Catégorie : Eschatologie, signes des temps & prophéties

Nombre de consultations : 178

SAINT PAUL nous a enseigné que nous sommes « entourés d'une immense nuée de témoins. » [Heb 12: 1] A l'approche de la nouvelle année, je souhaite partager avec mes lecteurs la « petite nuée » qui entoure cet apostolat à travers les reliques des Saints que j'ai reçues au fil des ans — et comment celles-ci inspirent la mission et les pensées qui sous-tendent mon ministère …

Titre original : « The Relics and the Message »

Préparer le chemin

Je priais devant le Saint-Sacrement, dans la chapelle privée de mon directeur spirituel, lorsque des paroles, semblant provenir de l'extérieur de moi-même, s'élevèrent dans mon coeur :

Je te confie le ministère de Jean-Baptiste.

En réfléchissant à ce que cela signifiait, j'ai pensé aux paroles du Baptiste lui-même, que l'on peut lire au 1er chapitre de l'évangile de Jean :

Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe.

Jn 1: 23

Le lendemain matin, on frappa à la porte du presbytère puis la secrétaire m'appela. Un homme d'âge mûr se tenait debout à l'entrée, il me tendit la main ouverte après m'avoir salué.

« Ceci est pour vous, » dit-il. « Il s'agit d'une relique de première classe de Jean-Baptiste. »

La signification ultime de ceci allait m'être dévoilée au cours des années suivantes, lorsque l'exhortation de Saint Jean-Paul II adressée aux jeunes, en 2002, deviendrait un thème central de cet apostolat :

Chers jeunes, il vous appartient d'être les sentinelles du matin qui annoncent l'arrivée du soleil qui est le Christ ressuscité.

—PAPE JEAN-PAUL II, Message aux jeunes du monde à l'occasion de la XVIIe journée mondiale de la jeunesse 2002 , n° 3; (cf. Is 21: 11-12), Vatican.va

Cette invitation, a-t-il fait remarquer plus tard, serait marquée par la nécessité de notre fidélité au Saint-Père et à l'Église du Christ, ainsi que par un certain martyre consistant à s'avancer d'une manière prophétique pour annoncer la venue de l'aurore.

Les jeunes se sont révélés pour Rome et pour l'Église un don spécial de l'Esprit de Dieu… Je n'ai pas hésité à leur demander un choix radical de foi et de vie, leur indiquant une tâche merveilleuse : se faire les « veilleurs du matin » en cette aurore du nouveau millénaire.

—Pape Jean Paul II, Novo Millennio Ineunte, n ° 9, Vatican.va

Ce n'est, dès lors, peut-être pas une coïncidence si une deuxième relique était insérée avec celle de Saint Jean-Baptiste, celle du martyr polonais Saint Hyacinthe de Cracovie. Il était surnommé « l'Apôtre du Nord ». Je vis au Canada… et mon grand-père est polonais.

La nouvelle évangélisation

J'étais bouleversée de tenir dans la main un fragment d'os de Jean-Baptiste — le même os qui avait « tressailli » dans le ventre d'Elisabeth suite aux salutations de Marie. Le même os qui s'était tendu pour baptiser Jésus, Notre Sauveur et Seigneur. Le même os qui était resté ferme dans la foi lorsque le Baptiste fut décapité sur ordre d'Hérode.

Et puis ce vieil homme plaça dans la paume de ma main une autre relique de première classe qui ne me bouleversa pas moins : celle de Saint Paul Apôtre. Une source d'inspiration constante pour moi, les paroles de Paul influencent et façonnent la chaîne et la trame de mon ministère, qui fait partie de la "nouvelle évangélisation" fréquemment invoquée par son homonyme, Saint Jean-Paul II.

Jean-Paul II nous a invité à reconnaître qu'il « est nécessaire de rester tendus vers l'annonce » à ceux qui sont éloignés du Christ, « car telle est la tâche première de l'Église ». L'activité missionnaire « représente, aujourd'hui encore, le plus grand des défis pour l'Église » et « la cause missionnaire doit avoir la première place ».

—PAPE FRANCOIS, Evangelii Gaudium, n° 15 ; vatican.va

Sous le fragment d'os de Saint Paul se trouve celui d'un martyr moins connu, Saint Vincent Yen, qui vécut au début du 19è siècle. Comme Paul et le Baptiste, il fut également décapité pour avoir proclamé l'Évangile. Comment ne pas se remémorer les paroles de Notre Seigneur :

Celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l'Évangile la sauvera.

Marc 8: 35

La Miséricorde Divine

Si la "nouvelle évangélisation" consiste à préparer le monde à « l'arrivée du soleil qui est le Christ ressuscité », alors la Miséricorde Divine est au coeur du message pour notre époque.

Dés le début de mon ministère au siège de Saint Pierre à Rome, j'estimais que ce message [de la Miséricorde Divine] était ma tâche particulière, la Providence me l'a destinée dans la situation contemporaine de l'homme, de l'Eglise et du monde.

—PAPE JEAN-PAUL II, le 22 novembre 1981 au sanctuaire de la Miséricorde Divine de Collevalenza, en Italie, collevalenza.it

Le contexte fut donné à Sainte Faustine à qui Notre Dame a dit :

Tu dois parler au monde de Sa grande miséricorde et préparer le monde à la seconde venue de Celui qui viendra, non comme Sauveur miséricordieux, mais comme juste Juge.

—La Vierge Marie s'adressant à Sainte Faustine, Petit Journal, n° 635

Une troisième relique que je reçus du vieil homme ce jour-là était celle de Sainte Faustine. Une année ou deux plus tard, mon directeur spirituel me disait ceci : « Tu dois prêcher avec le Catéchisme dans une main et le Petit Journal de Faustine dans l'autre ! »

Cela fut souligné lorsque je fus invité à parler dans une communauté du Haut Michigan. Un prêtre âgé était assis à ma droite. A deux reprises pendant la retraite ce jour-là, il me demanda de lui rendre visite dans son ermitage au sommet d'une falaise. Il s'appelait Père George Kosicki, l'un des "pères de la Divine Miséricorde" qui aida à traduire et à commenter le Petit Journal de Faustine. Un membre de la communauté me conduisit à l'ermitage où le Père Kosicki me remit tous les livres qu'il avait écrits et me dit : « À partir de maintenant, je t'appellerai "fils". » Il me donna sa bénédiction et nous nous séparâmes.

Quand j'arrivai au bas de la montagne, je me tournai vers mon chauffeur et lui dit : « Attendez une minute. Ramenez-moi là-bas. » le Père George nous accueillit à nouveau sur le porche.

« Père George, je dois vous poser une question. »

« Oui mon fils. »

« Êtes-vous en train de me passer le "flambeau" de la Divine Miséricorde ? »

« Oui bien sûr ! Je ne sais pas de quoi il a l'air, mais prends-le et va ! »

Après quoi, il prit une relique de première classe de Sainte Faustine dans ses mains et me bénit une seconde fois. Je descendis la montagne en silence, méditant ces choses dans mon coeur.

Nuages et ténèbres

Il deviendrait bientôt évident, dans cet apostolat, qu'annoncer l'aube à venir signifiait également préparer les âmes aux ténèbres qui la précéderaient. Qu'annoncer un "nouveau printemps" impliquait de se préparer à l'hiver juste avant. Et que prêcher la Miséricorde Divine signifiait également avertir qu'elle ne pouvait jamais être tenue pour acquise.

Je prolonge le temps de la miséricorde [pour les pécheurs], mais malheur à eux s'ils ne reconnaissent pas le moment de Ma visite… Avant le jour de la justice, j'envoie le jour de la miséricorde… écris, parle aux âmes de ma grande Miséricorde, car le jour terrible, le jour de ma Justice, est proche.

—Jésus à Sainte Faustine, La miséricorde divine dans mon âme, Petit Journal, n° 1160, 1588, 965

Être un « guetteur » pour le Christ signifie se tenir debout sur les Murailles de la Réalité. Il ne s'agit pas d'adoucir les temps difficiles que nous traversons, ni d'obscurcir l'espérance qui nous attend au-delà d'eux.

Nous ne pouvons ignorer le fait que de nombreux nuages menaçants s'accumulent à l'horizon. Nous ne devons pas néanmoins perdre courage, bien plutôt il nous faut garder vivante la flamme de l'espérance dans nos coeurs. Pour nous, chrétiens, la véritable espérance est le Christ, le don du Père à l'humanité… Seul le Christ peut nous aider à bâtir un monde dans lequel règnent la justice et l'amour.

—PAPE BENOIT XVI, Catholic News Agency, rencontre du Saint Père avec les membres de l'Inspection générale de la sécurité publique, le 15 janvier 2009, Zenit.org

Et ainsi, l'Église et le monde sont aujourd'hui confrontés à une « immense tempête ». C'est "la confrontation finale" de cette époque, déclara Saint Jean-Paul II, une confrontation entre « l'Église et l'anti-église, entre l'Évangile et l'anti-évangile, entre le Christ et l'antichrist. » [1]

Lorsqu'il prêcha à Toronto, au Canada, il y a plusieurs années, un homme qui avait rassemblé et conservé des centaines de reliques s'approcha de moi. « J'ai prié pour savoir quelle relique vous donner, et j'ai eu le sentiment que ce devrait être celle-ci. » J'ouvris un petit coffret de type reliquaire, et à l'intérieur se trouvait un fragment d'os du Pape Saint Pie X. Je compris immédiatement la signification.

Saint Pie X est l'un des rares papes du siècle dernier à avoir explicitement interprété les "signes des temps" comme comprenant éventuellement l'avènement de l'Antéchrist qu'il pensait être probablement déjà sur terre [3]. C'est un sujet qui reste un grand mystère, mais qui semble devenir de plus en plus actuel. Car, en prenant en compte toutes les paroles des papes, de la Sainte Vierge et des mystiques du siècle dernier, et en les confrontant aux enseignements des Pères de l'Église et aux "signes des temps", il en émerge l'image d'une immense tempête qui inclut la probabilité qu'un Antéchrist apparaisse avant que ne se réalise « un monde dans lequel règnent la justice et l'amour. » [4] En un mot, nous approchons du Jour du Seigneur.

Celui-là est l'anti-Christ qui refuse à la fois le Père et le Fils.

1 Jn 2: 22

Préparer la voie du Seigneur

Comprendre notre époque ou même connaître la miséricorde et l'amour de Notre Seigneur ne suffit pas. Il nous faut croire et recevoir ces paroles, en les intériorisant par la foi. Cela implique que, avec beaucoup de soin et même de hâte, nous bâtissions notre vie sur le roc solide de la Parole de Dieu, alors même que le monde continue d'ériger ses illusions sur les sables mouvants du relativisme, lesquelles s'effondreront inévitablement.

La fin approche, la fin approche, elle s'éveille pour toi ; la voici qui arrive. Le terme arrive pour toi qui habites le pays. Le temps vient, le jour est proche, c'est le trouble et non plus la joie pour les montagnes [les orgueilleux]. Maintenant, je vais bientôt déverser ma fureur sur toi et assouvir ma colère contre toi; je vais te juger selon ta conduite et te demander compte de toutes tes abominations. Je n'aurai pas un regard de pitié et je n'épargnerai pas, mais je te traiterai selon ta conduite... Voici le jour [du Seigneur], voici qu'elle arrive, la fin ! Le gourdin [l'iniquité] a fleuri, l'arrogance bourgeonne, la violence s'est dressée pour devenir le fléau du crime. Le temps arrive, le jour est tout proche.

Ézéchiel 7: 6-9, 10-12

Ainsi, ma relique de Saint Jean de la Croix revêt une grande signification, car c'est lui qui a exposé le plus magnifiquement l'importance de la vie intérieure : une vie de prière et de renoncement à soi-même qui implique la purification des sens et de l'âme en préparation de l'union avec le Créateur.

D'où ma constante insistance auprès de mes lecteurs et auditeurs sur le besoin d'une vie de prière cohérente et intense. En 2016, j'ai achevé une retraite de quarante jours pour les lecteurs de mon blog, basée en partie sur un petit résumé des écrits de Saint Jean de la Croix. En effet, partout où Notre Dame apparaît aujourd'hui dans le monde, elle appelle ses enfants à revenir vers son Fils au travers d'une vie de prière. Car c'est la prière, dit le Catéchisme, qui « pourvoit à notre besoin de la grâce. » [2]

Les saints sont avec nous

En conclusion, je me souviens du jour où j'étais assis à une table en face de Mgr John Essef à Paray-le-Monial, en France. C'est là que Jésus apparut à Sainte Marguerite-Marie, révélant au monde Son Sacré Coeur… le prologue du message de la Divine Miséricorde.

Mgr Essef fut le directeur spirituel de Mère Teresa ; fut lui-même dirigé par Saint Pio ; et il dirige aujourd'hui mon propre directeur spirituel. J'étais très heureux d'apprendre cela, étant donné que j'avais ressenti très fortement la présence du Saint Padre Pio au début de mon ministère, il y a douze ou treize ans. Un peu plus tard, une autre personne allait placer, une fois de plus, une relique dans ma main, cette fois de Pio de Pietrelcina.

Ainsi, ce jour-là en France, je confiai à Mgr Essef cette proximité que je ressentais avec Saint Pio, décédé l'année de ma naissance. Mgr Essef resta silencieux en me fixant du regard pendant un très long moment. Puis il se pencha vers moi, leva le doigt et avec l'audace qui faisait la réputation de Saint Pio, il s'exclama : « Il doit être votre premier directeur spirituel, et ensuite le Père Paul ! »

Je termine avec cette histoire parce que, de manière indirecte, Saint Pio est probablement en train de toucher chacun de vous qui lisez ceci. Non, pas probablement. Lui et tous les saints sont avec nous, ils nous sont très proches puisque nous sommes tous membres du "Corps du Christ". Oui, ils sont plus proches de nous aujourd'hui qu'ils ne l'étaient de leur vivant car, à travers le Corps Mystique du Christ, notre union est encore plus réelle, plus sublime.

Et donc, pensez sérieusement à invoquer l'intercession des Saints au cours de l'année prochaine, et plus particulièrement notre Sainte Mère. Dans cette Confrontation Ultime, nous avons une armée de saints derrière nous, déterminée, disposée et parée à nous aider par leurs prières et les grâces particulières qu'ils ont méritées par leur fidélité à la Croix du Christ, pour chacun de nous.

Que nous apporteront les années qui s'ouvrent à nous ? Quel sera l'avenir de l'homme sur la terre ? Nous ne pouvons pas le savoir. Il est toutefois certain qu'à côté de nouveaux progrès ne manqueront pas, malheureusement, les expériences douloureuses. Mais la lumière de la miséricorde divine, que le Seigneur a, dans un sens, voulu faire redescendre dans le monde à travers le charisme de Soeur Faustyna, illuminera le chemin des hommes du troisième millénaire.

—ST JEAN-PAUL II, Homélie, le 30 avril 2000, Vatican.va

Mark Mallett


[1] Cardinal Karol Wojtyla (Jean Paul II), lors du Congrès Eucharistique de Philadelphie, à l'occasion du bicentenaire de l'indépendance américaine ; Le Diacre Keith Fournier, qui y participa, rapporte ses paroles telles que retranscrites ci-dessus ; cf. Catholic Online; 13 août 1976
[2] CEC, n° 2010
[3] lire Antichrist in Our Times (traduction prochaine en français)
[4] lire Is Jesus Really Coming ?

Soutenir l'apostolat de Mark Mallett

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 43 - 23 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Les reliques et le message.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 43 - 23 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Quand ils écoutaient

Mark Mallett   samedi 15 décembre 2018   0 commentaire   2

POURQUOI le monde souffre-t-il ? Parce que nous avons muselé Dieu. Nous avons rejeté Ses prophètes et ignoré Sa Mère. Du haut de notre orgueil, nous avons succombé au rationalisme, ou la mort du mystère. Ainsi le Seigneur, par l'intermédiaire du prophète Isaïe, crie à une génération devenue sourde — qui est également la nôtre :

Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements, ta paix serait comme un fleuve, ta justice, comme les flots de la mer.

Isaïe 48: 18

Lire la suite

Oui, l’enfer existe, et les damnés y passeront une éternité de souffrances

dimanche 23 septembre 2018   1 commentaire   67

Aujourd'hui très peu de catholiques ou chrétiens croient à l'enfer. Beaucoup de prêtres ne parlent plus de l'enfer. Vous entendrez des gens dire : « Oh, l'enfer, c'était une invention des curés pour faire peur au monde », ou bien « l'enfer, existe, mais il n'y pas personne dedans », ou encore « les bons vont aller au ciel, mais les méchants n'iront pas en enfer, ils seront tout simplement anéantis ». Eh bien non, l'enfer existe réellement, c'est une vérité de foi, et il y a bel et bien du monde dedans.

Lire la suite

Surpasser la justice des pharisiens

Mark Mallett   lundi 27 août 2018   0 commentaire   118

Nous entendons ces paroles de l'Evangile plusieurs fois par an, et cependant, les laissons-nous vraiment nous pénétrer ?

Lire la suite