Les cinq corrections


Commentaires (2)

Publié le vendredi 23 novembre 2018

Auteur : Mark Mallett

Catégorie : Réflexions et méditations diverses

Nombre de consultations : 220

Cette semaine, les lectures de la messe commencent par se concentrer sur le livre de l'Apocalypse. Cela me rappelle une incroyable réflexion que je me suis faite en 2014.

Le Synode sur la famille touchait à sa fin, dans un crescendo de confusion et de tension. En même temps, je continuais à ressentir avec force intérieurement que nous sommes en train de vivre les lettres aux églises de l'Apocalypse. Lorsque le Pape François prit finalement la parole lors de la clôture du Synode, je ne pus en croire mes oreilles : tout comme Jésus avait réprimandé cinq des sept églises dans l'Apocalypse, de même le Pape François adressa cinq corrections à l'Église universelle, en ajoutant une importante mise en garde pour lui-même.

Titre original : « The Five Corrections »

Illustration : La condamnation de Jésus par Michael D. O'Brien

Le parallèle est stupéfiant, et est un appel à nous réveiller et à prendre conscience de l'époque que nous vivons…

Révélation de Jésus-Christ… pour montrer à ses serviteurs ce qui doit bientôt advenir… Heureux celui qui lit, heureux ceux qui écoutent les paroles de la prophétie et gardent ce qui est écrit en elle, car le temps est proche.

Première lecture de la messe du 19 novembre 2018 ; Ap 1: 1-3

Les cinq corrections

I. À l'Église d'Éphèse, Jésus avertit ceux qui se montraient rigides, qui étaient enfermés dans l'obéissance à la loi plutôt qu'enracinés dans l'amour :

Je connais ta conduite, ta peine, ta persévérance ; je sais que tu ne peux supporter les méchants : tu as mis à l'épreuve ceux qui se disent apôtres et ne le sont pas, et tu as découvert qu'ils étaient menteurs… Mais j'ai contre toi que tu as abandonné ton amour d'antan. Allons ! souviens-toi d'où tu es tombé...

Apocalypse Chapitres 2 et 3

S'adressant aux évêques plus "conservateurs" lors du Synode, le Pape François souligna la tentation du…

… raidissement hostile, c'est-à-dire vouloir s'enfermer dans ce qui est écrit (la lettre) et ne pas se laisser surprendre par Dieu, par le Dieu des surprises (l'esprit) ; à l'intérieur de la loi, de la certitude de ce que nous connaissons et non pas de ce que nous devons encore apprendre et atteindre. Depuis l'époque de Jésus c'est la tentation des zélés, des scrupuleux, des attentifs et de ceux qu'on appelle — aujourd'hui — « traditionalistes » et aussi des intellectualistes.

—PAPE FRANCOIS, discours à la 15è Congrégation Générale, salle du Synode, 18 octobre 2014, Vatican.va

II. La deuxième correction concerne les "libéraux" de Son Église. Jésus écrit aux habitants de Pergame, reconnaissant leur foi en Lui, mais leur reprochant les enseignements hérétiques auxquels ils ont cru :

… tu tiens ferme à mon nom, et tu n'as pas renié ta foi en Moi… Mais j'ai contre toi quelque grief : tu en as là qui tiennent ferme à la doctrine de Balaam… De même, chez toi aussi, il en est qui tiennent ferme à la doctrine des Nicolaïtes.

Ap 2: 13-15

Oui, ceux qui se sont laissé imprégner d'hérésies à notre époque dans le but de plaire à l'esprit de mondanité. A ceux-là aussi, le Pape François a adressé cet avertissement de :

La tentation de l'angélisme destructeur, qui au nom d'une miséricorde trompeuse [fruit de cette hérésie mondaine] bande les blessures sans d'abord les soigner ni les traiter; qui s'attaque aux symptômes et pas aux causes et aux racines. C'est la tentation des « bien-pensants », des timorés et aussi de ceux qu'on appelle « progressistes et libéralistes ».

III. Et ensuite, Jésus réprimande ceux qui s'enferment dans leurs propres oeuvres et qui, plutôt que de produire les fruits de l'Esprit, produisent des fruits de mort, aussi froids que la pierre.

Je connais ta conduite, je sais que tu as la réputation d'être un vivant, mais tu es mort. Sois vigilant, raffermis ce qui te reste et qui est sur le point de mourir, car je n'ai pas trouvé que tes actes soient parfaits devant mon Dieu.

Ap 3: 1, 2

De même, le Pape François a mis en garde les évêques contre une tentation similaire de pratiquer des oeuvres mortes et imparfaites qui font plus de mal aux âmes que de bien :

La tentation de transformer la pierre en pain pour rompre le jeûne long, lourd et douloureux (cf. Lc 4, 1-4) et aussi de transformer le pain en pierre et de la jeter contre les pécheurs, les faibles et les malades (cf. Jn 8, 7) c'est-à-dire de le transformer en « fardeaux insupportables » (Lc 11, 46).

IV. Jésus rejoint avec des paroles d'encouragement toutes les personnes qui s'engagent dans de grandes oeuvres de charité et de service — ce que nous pourrions appeler travail social ou oeuvres de "justice et de paix". Mais ensuite le Seigneur leur reproche d'avoir laissé pénétrer dans leur coeur un esprit d'idolâtrie, de s'être incliné devant l'esprit du monde qui oeuvrait au milieu d'eux.

Je connais ta conduite : ton amour, ta foi, ton dévouement, ta constance ; tes dernières actions surpassent les premières. Mais j'ai contre toi que tu tolères Jézabel, cette femme qui se dit prophétesse, qui égare mes serviteurs, les incitant à se prostituer en mangeant des viandes immolées aux idoles.

Ap 2: 19, 20

De même, le Saint Père réprimanda ces évêques qui ont adouci l'Évangile pour le rendre plus appétissant telles « ces viandes immolées aux idoles ».

La tentation de descendre de la croix, pour faire plaisir aux gens, et ne pas y rester, pour accomplir la volonté du Père; de se plier à l'esprit mondain au lieu de le purifier et de le plier à l'Esprit de Dieu.

V. Et pour finir, les paroles de notre Seigneur à l'attention des "tièdes", à ceux qui adoucissent les exigences de la foi.

Je connais ta conduite ; je sais que tu n'es ni froid ni brûlant – mieux vaudrait que tu sois ou froid ou brûlant. Aussi, puisque tu es tiède, ni brûlant ni froid, je vais te vomir de ma bouche.

Ap 3: 15,16

Ce sont soit, dit le Pape François, ceux qui diluent le dépôt de la foi, soit ceux qui disent beaucoup de choses, mais ne disent rien du tout !

La tentation de négliger le « depositum fidei » [le dépôt de la foi], de se considérer non pas des gardiens mais des propriétaires et des maîtres [de ce dépôt] ; ou, dans l'autre sens, la tentation de négliger la réalité en utilisant [un langage rigoureux et] élevé pour dire tant de choses et ne rien dire !

Se préparer à la passion

Frères et soeurs, nous sommes en train de vivre le Livre de l'Apocalypse, qui est la révélation de la passion de l'Église selon la vision de Saint Jean.

Avant l'avènement du Christ, l'Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants.

—Catéchisme de l'Église catholique, n° 675

La « secousse » commence par un message du Christ — et maintenant du Vicaire du Christ — adressé aussi bien aux "conservateurs" qu'aux "libéraux", afin de les exhorter à se repentir.

Remarquez que c'était un évêque [1] "libéral" qui trahit Jésus lors de la Dernière Cène… mais ce furent onze "conservateurs" qui l'abandonnèrent au Jardin des Oliviers. Ce fut une instance gouvernementale "libérale" qui signa l'arrêt de mort du Christ, mais des Pharisiens "conservateurs" qui réclamèrent Sa crucifixion. Et ce fut peut-être un "riche libéral" qui fit don d'un tombeau neuf pour y déposer le corps du Christ, mais ce ne furent pas les "conservateurs" qui roulèrent la pierre devant l'entrée. (Mt 27: 57-66) Pensez à cela, surtout lorsque vous entendez vos frères ou soeurs catholiques qualifier le Pape d'hérétique.

J'ai pleuré en lisant les paroles de Jésus ce lundi matin. Puisse toute l'Eglise pleurer aujourd'hui parce que le monde ne serait pas au seuil du Jugement si nous n'étions pas si divisés, si enclins à nous juger et nous critiquer les uns les autres, si peu fidèles et loyaux, si rigides, si tièdes, si occupés à trahir le Seigneur en nous prostituant à Jézabel, si hypocrites. Je me considère aussi coupable que quiconque.

Seigneur, aie pitié de Ton Église. Viens vite soigner ses blessures…

Car voici le temps du jugement : il commence par la famille de Dieu. Or, s'il vient d'abord sur nous, quelle sera la fin de ceux qui refusent d'obéir à l'Évangile de Dieu ?

1 Pierre 4: 17

Le Pape, dans ce contexte, n'est pas le seigneur suprême mais plutôt le suprême serviteur — le « serviteur des serviteurs de Dieu »; le garant de l'obéissance et de la conformité de l'Eglise à la volonté de Dieu, à l'Evangile du Christ et à la Tradition de l'Eglise, en mettant de côté tout arbitraire personnel, tout en étant — par la volonté du Christ lui-même — le « Pasteur et Docteur suprême de tous les fidèles » et bien que possédant « dans l'Eglise le pouvoir ordinaire, suprême, plénier, immédiat et universel. »

—PAPE FRANCOIS, discours à la 15è Congrégation Générale, salle du Synode, 18 octobre 2014, Vatican.va

Mark Mallett


[1] Nos évêques sont les successeurs des premiers apôtres qui eux-mêmes étaient les premiers évêques de l'Eglise fondée sur Pierre, dont les papes sont les successeurs. Judas était donc l'un des douze premiers évêques de l'Eglise du Christ.

Soutenir l'apostolat de Mark Mallett

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Magnifique article ! Merci de nous l'avoir partagé.

Commentaire laissé par le

Beaucoup de personnes ne me croient pas et pourtant,que de signes ,tant par la Nature que l'Homme a détruite,que par les églises qui ferment en semaine.
On continue de festoyer, d'idolâtrer la high-tech,de bannir la Nativité, et dans ce sens,beaucoup de communautés si diverses se développent....comment discerner le bon du mauvais ?
Le péché est banalisé,voire effacé,tout est permis, affiché même ....on fait souffrir de plus en plus le Seigneur.

L'éveil des Consciences,ce que dit notre courageux Pape François,où est il?
Où trouver même parfois le bon prêtre pour ce magnifique Sacrement de Réconciliation ?
Dans la ville à côté de laquelle je vis,deux églises restent ouvertes: personne n'y entre ...
Le Doyen et deux prêtres Africain et un curé Belge débordé ( il enseigne aussi) doivent se partager quatre paroisses dont la mienne qui se vide,faute de l'ardeur.
Nous avons eu un jour une " messe" sans Eucharistie ou un Mercredi des Centres sans prêtre ni diacre!
Comment nier l'évidence flagrante de la tristesse du Ciel avec ces signes pourtant annonciateurs comme tous ceux dont nous avons vu l'ampleur gigantesque ..
La communion dans la main est déjà un sacrilège.... ceux qui ont connu le véritable sens de cela,ne sont pas dérangés par un tel manque de respect!
Je ne juge pas,je regarde, c'est tout.
Je ne suis pas traditionaliste du tout mais je constate quand même que l'on tourne le dos au Tabernacle, que la Maison de Dieu sert parfois de lieu de conférences- parfois très intéressantes, je ne le nie pas-mais où sont passées les consécration à la Vierge comme dans notre enfance?
Les unions libres,les enfants non baptisés et en France,on débaptise!
Aux USA c'est la condamnation à mort pour celles qui avortent... déjà que ce geste affreux est un assassinat.... l'avortement est légal chez nous,l'euthanasie aussi ....où va t on?
Prions pour un Pape extrêmement courageux....qui a devant lui une charge colossale.
je vous remercie pour tous vos comptes rendus ils sont vraiment d'un très grand intérêt.
Anne Françoise.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 50 - 42 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Les cinq corrections.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 50 - 42 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Le silence ou l'épée ?

Mark Mallett   vendredi 14 décembre 2018   0 commentaire   33

Plusieurs personnes ont été surprises par les récents messages que nous donne la Sainte Vierge en différents endroits de la planète : « Priez plus... parlez moins » [1], ou encore par ceci :

… priez pour votre évêque et pour vos pasteurs, priez et faites silence. Pliez vos genoux et mettez-vous à l'écoute de la voix de Dieu. Laissez aux autres le jugement, ne vous occupez pas des affaires qui ne vous concernent pas.

—Notre Dame de Zaro à Angela, le 8 novembre 2018

Comment pouvons-nous rester silencieux à une époque comme la nôtre, se demandent certains lecteurs ?

Lire la suite

Oui, l’enfer existe, et les damnés y passeront une éternité de souffrances

dimanche 23 septembre 2018   1 commentaire   67

Aujourd'hui très peu de catholiques ou chrétiens croient à l'enfer. Beaucoup de prêtres ne parlent plus de l'enfer. Vous entendrez des gens dire : « Oh, l'enfer, c'était une invention des curés pour faire peur au monde », ou bien « l'enfer, existe, mais il n'y pas personne dedans », ou encore « les bons vont aller au ciel, mais les méchants n'iront pas en enfer, ils seront tout simplement anéantis ». Eh bien non, l'enfer existe réellement, c'est une vérité de foi, et il y a bel et bien du monde dedans.

Lire la suite

Syrie : “On va bombarder et après, on fait quoi ?”

samedi 14 avril 2018   0 commentaire   100

Bien que les frappes ont finalement eu lieu, les réflexions de Marc Fromager publiées le 13 avril 2018 sur le site de l'Aide à l'Eglise en Détresse conservent toute leur pertinence.

Alors que les États-Unis et la France se disent prêtes à bombarder la Syrie pour répondre à une attaque chimique qu'ils imputent au gouvernement de Bachar el Assad, Marc Fromager, dans un interview à Valeurs Actuelles, appelle plutôt la France à participer à la reconstruction du pays.

Lire la suite