Légion de Marie - Si seulement Marie était connue !


Commentaires (0)

Publié le samedi 3 mars 2018

Catégorie : La Sainte Vierge Marie

Nombre de consultations : 105

Au prêtre qui lutte presque désespérément dans une mer de négligence religieuse, on recommande, comme préliminaire à sa considération d'une valeur possible pour lui de la Légion, les mots suivants du Père Faber, tirés de sa préface à « La Vraie Dévotion à Marie » de saint Louis-Marie de Montfort (source abondance d'inspiration pour la Légion).

Du Manuel officiel de la Légion de Marie, publié par le Concilium Legionis Mariae - Dublin.

MarieL'argument du Père Faber est que Marie est très loin d'être assez connue ou aimée, au grand détriment des âmes:

« La dévotion envers elle est faible, maigre et pauvre. Elle n'a aucune foi en elle-même. C'est pourquoi Jésus n'est pas aimé, les hérétiques ne sont pas convertis, l'Église n'est pas exaltée; des âmes, qui pourraient être saintes, dépérissent et dégénèrent, les sacrements ne sont pas fréquentés comme il se doit ou les âmes ne sont pas évangélisées avec zèle. Jésus est peu connu, parce que Marie est laissée dans l'ombre. Des milliers d'âmes périssent parce qu'on les tient éloignées de Marie. Cette ombre indigne et misérable, que nous appelons notre dévotion à la bienheureuse Vierge, est la cause de toutes ces lacunes et de tous ces obscurcissements, ces maux, omissions et relâchements. Cependant, si nous devons en croire certaines révélations de saints, Dieu demande avec instance une dévotion plus grande, plus large, plus solide envers sa bienheureuse Mère, une dévotion tout autre...Qu'un homme veuille seulement essayer cette dévotion pour lui-même, et sa surprise à la vue des grâces qu'elle apporte avec elle, et des transformations qu'elle opère en son âme, le convaincront bientôt de son efficacité, presque incroyable autrement, pour le salut des hommes et la venue du Royaume du Christ. »

« À la Vierge puissante, il est donné d'écraser la tête du serpent; aux âmes unies à elle, il est donné de vaincre le péché. En cela nous devons croire d'une foi inébranlable, avec une ferme espérance.

Dieu veut tout nous donner. Tout dépend maintenant de nous, et de vous par qui tout est reçu et gardé soigneusement, par qui tout est transmis, ô Mère de Dieu! Tout dépend de l'union des hommes avec celle qui reçoit tout de Dieu. » (Gratry)

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 50 + 30 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Légion de Marie - Si seulement Marie était connue !.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 50 + 30 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La Vierge Marie, collaboratrice à l’oeuvre du Salut !

Publié le jeudi 12 avril 2018 - 1 commentaires

En parcourant l'Ecriture… Les figures de la Vierge Marie dans l'Ancien Testament (1/8)

« Ce que la foi catholique croit au sujet de Marie se fonde sur ce qu'elle croit au sujet du Christ, mais ce qu'elle enseigne sur Marie éclaire à son tour sa foi au Christ. » dit le Catéchisme de l'Eglise Catholique (n°487).

Lire la suite

Que disent les terribles prophéties de Notre-Dame de La Salette ?

Publié le mardi 13 mars 2018 - 0 commentaires

Le véritable "secret" de Notre Dame de la Salette reste un mystère, l'Église ne reconnaissant pas son ton apocalyptique. On y parle de guerres, de tremblements de terre et de démons libérés sur Terre.

19 septembre 1846, sud-est de la France. Dans les alpages du petit village de La Salette, la Vierge Marie apparaît à deux enfants venus y faire paître leurs vaches : Mélanie Calvat (14 ans) et Maximin Giraud (11 ans). La Vierge est en pleurs, assise sur un gros caillou. Elle est habillée comme les femmes du village : une robe qui descend jusqu’aux pieds, un fichu sur les épaules, une coiffe sur la tête, et un tablier autour de la taille. La coiffe, le fichu et ses pieds sont ornés de guirlandes de roses. Près des roses du fichu, une lourde chaîne. La Vierge porte sur sa poitrine un crucifix avec, de chaque côté, une paire de tenailles et un marteau. Un halo de lumière émane du crucifix.

Lire la suite

L'effusion de grâce à venir : une nouvelle Pentecôte - par Mark Mallett

Publié le mercredi 21 mars 2018 - 1 commentaires

Dans les remarquables révélations faites à Elisabeth Kindelmann, une femme hongroise de six enfants s'étant retrouvée veuve à l'âge de trente-deux ans, Notre-Seigneur révèle un aspect du « Triomphe du Coeur Immaculé » qui arrive pour notre monde.

Lire la suite