Le silence ou l'épée ?


Commentaires (1)

Publié le vendredi 14 décembre 2018

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Église et papauté

Nombre de consultations : 1.000

Plusieurs personnes ont été surprises par les récents messages que nous donne la Sainte Vierge en différents endroits de la planète : « Priez plus... parlez moins » [1], ou encore par ceci :

… priez pour votre évêque et pour vos pasteurs, priez et faites silence. Pliez vos genoux et mettez-vous à l'écoute de la voix de Dieu. Laissez aux autres le jugement, ne vous occupez pas des affaires qui ne vous concernent pas.

—Notre Dame de Zaro à Angela, le 8 novembre 2018

Comment pouvons-nous rester silencieux à une époque comme la nôtre, se demandent certains lecteurs ?

Une réflexion de Mark Mallett. Titre original : « Silence or the Sword ? »

Un lecteur écrivait :

Pensez-vous toujours qu'à notre époque les fidèles doivent demeurer "passifs", tout en priant assidûment, en jeûnant, etc. ? Je n'ai jamais été aussi confus !

Un autre écrit :

Votre article le plus récent m'a déconcerté — en particulier le message de Notre-Dame de Zaro qui nous demande de prier et de nous taire. Être humble et charitable, oui. Être modéré et grandir en vertus, oui. Et certainement devenir une flamme d'amour, oui ! Mais se taire ? Dans une large mesure, c'est le silence qui a conribué à aggraver les blessures de l'Église catholique que nous voyons suppurer aujourd'hui. Et le silence peut impliquer une approbation tacite des attitudes, des paroles et des actions qui doivent être clarifiées. Autrement, le silence risque fort d'ajouter de la confusion à la confusion. La correction fraternelle est non seulement acceptable, mais il nous est enseigné de le faire. (Tite 1: 9 et 2 Timothée 4: 2 ne sont que deux exemples.) Et cela n'a rien à voir avec l'orgueil ou le pharisaïsme si cela est fait avec amour.

Silence et passivité

En Occident, nous avons été éduqués dans une culture catholique d'où le mysticisme, la contemplation et la méditation ont été évacués, non seulement de nos liturgies et de nos séminaires, mais également de nos discours quotidiens. Ce sont des termes qui semblent avoir pris une connotation occulte et n'appartenir plus qu'au lexique New Age ... certainement pas catholique.

C'est précisément en raison de la perte du riche patrimoine spirituel des pères et des saints du désert, tels que Thérèse d'Avila ou Jean de la Croix, que nous nous retrouvons aujourd'hui confrontés à une crise existentielle : pour quoi vivons-nous exactement en tant que catholiques, au-delà de la messe dominicale ? Quelle est notre mission ? Quel est mon rôle ? Où est Dieu ?

Les réponses sont à chercher dans une profonde relation intérieure et personnelle avec Dieu, nourrie dans le langage du Silence. Cette relation passe par la prière. La contemplation consiste simplement à regarder intérieurement le visage du Seigneur qui nous aime. La méditation consiste à penser sans cesse à Ses paroles pour notre vie, celles qu'Il adresse à Son peuple. Le mysticisme est par conséquent simplement le processus qui consiste à entrer en communion avec Dieu qui vit en nous — et chacun des fruits qui découlent de cette communion. Tel était le désir du Christ pour chacun de nous !

Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive, celui qui croit en moi ! Comme dit l'Écriture : De son coeur couleront des fleuves d'eau vive.

Jean 7: 37-38

Autrement dit, le silence intérieur de la prière est tout sauf passif ! Il n'y a rien de passif dans la prière et le jeûne ! Ce sont les armes de combat spirituel utilisées par le Christ Lui-même, par les Apôtres et par une multitude de saints ! Ce sont de puissantes armes capables de faire s'effondrer des forteresses, de lier les démons, et de reconfigurer l'avenir !

Cela étant dit, relisons attentivement ce que Notre Dame a réellement dit lors de ces différentes apparitions. Priez plus… parlez moins. Elle a dit : « parlez moins » et non pas « taisez-vous. » C'est-à-dire, faire de la place pour la Sagesse. Car la Sagesse, qui est un don du Saint Esprit, nous enseigne précisément quand parler et quoi dire ou faire. A Zaro, Notre Dame dit que nous ne devons pas juger le coeur de nos bergers, mais prier pour eux et faire silence. Mais elle ajoute tout de suite après : « Pliez vos genoux et mettez-vous à l'écoute de la voix de Dieu. » C'est-à-dire, écoutez et attendez que la Sagesse vous soit donnée ! Ensuite, lorsque vous serez enraciné dans l'humilité, la charité et la puissance qui vient de la vraie Sagesse, agissez en conséquence, que ce soit par la correction fraternelle, l'encouragement ou l'intercession.

… nous devons faire attention à ce que nous disons et comment nous le disons, à ce sur quoi nous insistons et à la façon dont nous le faisons.

—Mgr Charles Pope, « The Pope Owns This », 16 novembre 2018 ; ncregister.com

Et ne jugez pas. Ne vous occupez pas des affaires qui ne vous concernent pas.

La correction envers nos bergers

Il nous est facile de rester chez nous à lire des articles d'actualité et à juger nos bergers — de devenir des théologiens en chambre. C'est comme ça que le monde fonctionne, c'est ainsi que les gens du monde agissent, au travail, en société ou dans le domaine politique. Mais l'Église est une institution divine et, en tant que telle, notre approche envers nos bergers est et devrait être différente — même aujourd'hui, au milieu des plus terribles scandales.

Ne jugez pas d'après l'apparence, mais jugez selon la justice.

Jean 7: 24

Lors d'une interview équilibrée et stimulante, Mgr Joseph Strickland déclara :

Je crois que la fidélité de la part de tous est la meilleure façon de renforcer et de soutenir le Pape François. Parce que, je ne sais rien des affaires dont il a à s'occuper, j'ignore ce qui se passe à Rome. C'est un monde très complexe là-bas. Nous devons lui rester fidèles du fait qu'il est celui qui est assis dans la chaire de Saint Pierre. C'est une promesse que nous avons faite [en tant qu'évêques — êtres fidèles à la Chaire de Saint Pierre], et je pense que le meilleur moyen de rester fidèle est de respecter ces autres promesses : conserver le dépôt de la foi, être fidèles au Christ et soutenir le Pape François. Parce qu'en fin de compte, son travail consiste à être fidèle au Christ, ce qui est également notre devoir à chacun.

—19 novembre 2018; lifesitenews.com

Pour une raison ou une autre, je suis devenu une sorte de planche à rebond, voire de punching-ball pour la colère que beaucoup de personnes nourrissent envers le Pape et les évêques. Et ils sont rarement satisfaits des réponses que je donne à leurs questions :

« Pourquoi le Pape a-t-il dit, "Qui suis-je pour juger" ? »

« Avez-vous lu sa phrase en contexte ? »

« Quid d'Amoris Laetitia et de la confusion que cela crée ? »

« Avez-vous lu le document dans son intégralité ou juste un article de presse ? »

« Et la Chine ? »

« Je ne sais pas car je ne participe pas aux délicates négociations. Est-ce votre cas ? »

« Pourquoi le Pape a-t-il fait projeter des animaux sur la façade de la Basilique Saint-Pierre ? »

« J'ignore si la décision venait du Pape ou, si c'est le cas, pourquoi. Seriez-vous mieux informé que moi ? »

« Pourquoi le Pape ne rencontre-t-il pas les "cardinaux auteurs des dubia" mais bien des homosexuels ? »

« Pourquoi Jésus a-t-il [mangé à la même table que des pécheurs] ? »

« Pourquoi le Pape s'entoure-t-il de conseillers douteux ? »

« Pourquoi Jésus a-t-il choisi Judas ? »

« Pourquoi le Pape change-t-il l'enseignement de l'Église ? »

« Pourquoi ne lisez-vous pas ceci ... »

« Pourquoi le Pape ne répond-il pas aux lettres de Mgr Vigano ? »

« Je ne sais pas. Pourquoi Mgr Vigano n'a-t-il pas cherché à rencontrer le Pape en privé ? » ......

Je pourrais continuer, mais le problème que je tente de soulever est le suivant : non seulement je ne prends pas part aux délibérations de François, mais je ne lis pas non plus dans ses pensées, ni ne connais le fond de son coeur. La plupart des évêques ne possèdent pas non plus cette faculté. Comme l'a expliqué Mgr Strickland : « Je ne sais rien des affaire dont il a à s'occuper, j'ignore ce qui se passe à Rome. » A combien plus forte raison en est-il pour vous et moi ! Bien que certaines choses semblent évidentes, elles ne le sont souvent pas dans la réalité. Pas du tout.

Beaucoup de médias et de sites et blogs appellent les catholiques à la « révolte », à « ne plus rester silencieux », à secouer les portes de leur diocèse et à exiger des changements. Oui, les abus sexuels sur les enfants sont graves, ce sont des actes terribles qui ne doivent jamais être tolérés. Mais en luttant contre ce mal, la Sainte Vierge nous dit de veillez à ne pas dans le même temps porter atteinte à l'autorité de mon Fils, à l'unité de l'Église ; vous devez agir avec Sagesse et prudence.

L'autre jour, sur Facebook, un homme m'appela à agir publiquement comme juge et juré du Pape François au sujet des scandales sexuels. « Nous devons exiger une enquête ! », a-t-il déclaré. « D'accord, » lui répondis-je. « Que diriez-vous que je publie dès demain sur Facebook un message disant : "J'exige une enquête !" Pensez-vous que les évêques et le Pape vont m'écouter ? » Il me répondit : « Vous devez avoir raison. »

Les cris de protestation sont rarement entendus — mais ils sont souvent sources de divisions. Le monde observe l'Église en ce moment et la façon dont nous nous traitons les uns les autres — chacun d'entre nous.

Le silence de notre dame

Dans un message franc et plus pertinent que jamais adressé au Père Stefano Gobbi, aujourd'hui décédé, que l'on peut lire dans son "Livre bleu" — ayant reçu deux Imprimaturs et le soutien de milliers de membres du clergé à travers le monde — Notre-Dame appelle constamment les fidèles à la communion (voir note 5) avec leurs évêques et le Vicaire du Christ. Ce message de 1976 aurait pu être prononcé hier :

A quel point Satan, mon Adversaire dès le commencement, réussit aujourd'hui à vous tromper et à vous séduire ! Il vous donne l'impression d'être les gardiens de la tradition et les défenseurs de la foi alors que vous êtes les premiers à faire naufrage dans la foi et à vous laisser imperceptiblement glisser dans l'erreur.

Reportez-vous aux Cinq corrections pour voir comment les "conservateurs" aussi bien que les "libéraux" peuvent se laisser tromper et conduire dans l'erreur. Elle poursuit :

Il vous persuade que le Pape trahit la Vérité et ainsi, Satan démolit le fondement sur lequel est bâtie l'Église et grâce auquel la Vérité se maintient intacte au cours des siècles. Il va jusqu'à vous faire penser que, Moi­-même, Je n'approuve pas l'action du Pape, et c'est ainsi qu'en mon nom, sont diffusées des critiques acerbes contre la personne et l'oeuvre du Saint­-Père.

Et puis, Notre Dame nous parle clairement du moment présent, faisant écho à Mgr Strickland :

Comment la Maman peut­-elle publiquement critiquer les décisions du Saint­-Père, quand lui seul a grâce d'état pour l'exercice de ce sublime ministère ? J'ai été silence à la voix de mon Fils ; J'ai été silence à la voix des Apôtres. Maintenant, Je suis silence d'Amour à la voix du Pape : afin qu'elle se répande de plus en plus, qu'elle soit écoutée de tous et toujours accueillie par les âmes. C'est pourquoi je suis toujours auprès de la personne de mon premier fils de prédilection, le Vicaire de mon Fils Jésus. Par mon silence, Je l'aide à parler. Par mon silence, Je donne force à sa parole même. Mes fils Prêtres, revenez, revenez à l'amour, à l'obéissance envers le Pape, à la communion avec lui !

Aux Prêtres, les Fils bien aimés de Notre Dame, n° 108 ; à lire : Mise en garde contre les faux messages publiés sur la Sainte Eglise et le Saint Père François

En mettant de côté toute controverse, toute "herméneutique de la suspicion", ainsi que toute discussion quant aux dons naturels de communication que possèderait ou ne possèderait pas François, qu'est-ce que le Pape tente de nous dire jusqu'à présent ?

  • l'Église doit devenir un hôpital de campagne pour mettre fin à l'hémorragie d'une culture en voie de destruction ;
  • nous devons sortir de nos canapés et porter l'Évangile aux âmes égarées et vivant aux périphéries de la société ;
  • nous devons nous concentrer en priorité sur l'essence de l'Évangile et sur la joie authentique de son annonce ; (Evangelii Gaudium)
  • nous devons utiliser tous les moyens licites pour accompagner les familles brisées vers un retour à une pleine communion avec l'Église ; (Amoris Laetitia)
  • nous devons immédiatement cesser les dommages et agressions envers la planète par égoïsme et cupidité ; (Laudato si ')
  • la seule façon d'être efficace dans chacun des points qui précèdent est de devenir authentiquement saint (Gaudete et Exsultate)

Frères et soeurs, lorsque nous perdons la capacité d'écouter la voix du Christ dans celle de nos bergers, le problème est à chercher en nous, pas en eux. [2] Les scandales à notre époque ont érodé la crédibilité de l'Église, mais cela ne fait que rendre notre mission d'évangélisation plus cruciale, pour faire de toutes les nations des disciples.

NOTE : il n'y a rien dans le message de Notre-Dame repris ci-dessus, ni dans aucune apparition authentique, passée et récente, qui annonce que « à l'avenir, vous devrez rompre la communion avec un pape qui détruira la foi. » Vous pensez bien que les Saintes Écritures ou la Sainte Vierge Marie nous préviendraient de l'un des plus grands dangers et des plus grosses impostures auxquels l'Église aurait éventuellement à faire face si un pape valablement élu devait promulguer une fausse doctrine et égarer l'ensemble du troupeau ! Mais ce n'est pas le cas. Au contraire, la parole définitive du Christ est que « Pierre est un rocher » et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre Son Église — même si Pierre est parfois une pierre d'achoppement. L'histoire atteste que cette promesse est vraie. [3]

Nous nous séparons de ce rocher à nos risques et périls.

DIEU LE PÈRE : « Qu'on ne s'excuse point en disant : " Je ne fais pas injure à la sainte Eglise, je ne me révolte pas contre elle, je n'en ai qu'aux vices des mauvais pasteurs. "Qui parle ainsi ment sur sa tête. Son amour-propre l'aveugle, et l'empêche d'y voir clair, ou plutôt, il voit bien, mais fait semblant de ne pas voir, pour étouffer les reproches de sa conscience. S'il était sincère, il verrait bien, et même, il voit bien que ce ne sont pas les hommes qu'il persécute, mais le Sang de mon Fils. A Moi l'injure, comme à Moi le respect! Et donc à Moi aussi, tous les dommages, tous les mépris, tous les affronts, tous les opprobres, toutes les réprobations dont mes ministres sont l'objet. Je considère comme fait à Moi-même tout ce qui leur est fait. Je l'ai dit et je le répète : Je ne veux pas que l'on touche à mes christs ! — C'est à Moi seul de les punir. »

A qui laissa-t-il les clefs de ce Sang ? Au glorieux Apôtre Pierre et à tous ses successeurs qui sont venus et qui viendront après lui jusqu'au Jour du Jugement. Tous possèdent la même autorité que Pierre, qui ne peut être amoindrie par aucune de leurs fautes personnelles.

—Sainte Catherine de Sienne, extrait du Livre des dialogues ; chap. VI et VII ; télécharger le PDF ici

Ceux-là se trompent donc dangereusement qui croient pouvoir s'attacher au Christ Tête de l'Eglise sans adhérer fidèlement à son Vicaire sur la terre.

—PAPE PIE XII, Mystici Corporis Christi (sur le Corps Mystique de Jésus-Christ), 29 juin 1943; n° 41 ; vatican.va

Le silence ou l'épée ?

Dans sa réponse à la question que je lui ai posée lors de mon récent séjour à Rome, [4] le Cardinal Francis Arinze m'a fait remarquer que : « Quand les Apôtres étaient assoupis à Gethsémani, Judas ne dormait pas. Il était très actif ! » Il poursuivit en me disant : « Mais lorsque Pierre s'éveilla et tira son épée, Jésus lui en fit le reproche. » Comprenons que Jésus nous appelle à n'être ni passifs ni agressifs selon l'esprit du monde. Jésus nous appelle plutôt à faire preuve de tact spirituel.

Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation ; l'esprit est ardent, mais la chair est faible.

Matthieu 26: 41

N'abordez pas le domaine du spirituel au moyen de tactiques politiques. Regardez attentivement ce qui se passe sans juger les coeurs, et surtout, faites votre propre examen de conscience. Ne vous endormez pas, ne prenez pas l'épée. Veillez. Attendez. Et priez. Parce que dans la prière, vous entendrez la voix du Père Céleste qui dirigera chacun de vos pas.

L'un des Apôtres fit ce que le Christ demandait : Saint Jean. Bien qu'il ait fui le jardin au début, il revint ensuite au pied de la Croix. Là, il resta silencieux sous le corps ensanglanté de Notre Seigneur. Ce fut tout sauf une attitude passive. En tant que disciple du Christ, il lui fallut un immense courage pour se tenir debout face aux soldats romains. Il lui fallut un courage immense pour se laisser insulter et ridiculiser en raison de sa fidélité envers Jésus (de la même manière que certains sont insultés et ridiculisés aujourd'hui pour leur fidélité et leur communion avec les évêques et le Pape, malgré que leur image soit, elle aussi, grandement entachée par le scandale.) Il lui fallut une grande Sagesse pour reconnaître à quel moment parler et à quel moment se taire face à ces événements (car sa vie en dépendait). Saint Jean est un modèle pour nous aujourd'hui qui voyons approcher la Passion de l'Église. [5]

Tandis que les autres disciples étaient absorbés par des problèmes périphériques — l'un de ces problèmes, et non des moindres, étant la présence d'un traître parmi eux — Saint Jean ne désirait rien d'autre que de rester en contemplation contre la poitrine Eucharistique du Christ. Ce faisant, il trouva la force de rester seul au pied de la Croix — avec la Sainte Mère.

L'Eucharistie et la Sainte Mère. Là, dans ces deux Coeurs, vous trouverez la force de rester ferme dans la foi, ainsi que la grâce et la Sagesse pour savoir quand parler, et quand garder le silence devant les vents de cette Tempête qui commence à se déchaîner.

… L'avenir du monde est en péril, à moins que ne se lèvent des hommes plus sages.

—PAPE ST JEAN-PAUL II, Familiaris Consortio, n° 8, Gaudium et Spes, n° 15.3 ; traduction depuis l'anglais et l'italien

Mark Mallett


[1] Pray More… Speak Less
[2] cf. Luc 10: 16
[3] cf. The Chair of Rock
[4] cf. Day 4 – Random Thoughts from Rome
[5] Rester en communion avec les évêques et le Pape ne signifie pas rester en communion avec leurs erreurs et leurs péchés, mais avec leur charge et leur autorité qui leur a été donnée par Dieu.

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

bonjour quelle sagesse de vous lire et d'etre completement avec vous.Quelle tristesse que peut de personne partage la lumiére de vos ecrit,ou du moins d'avoir un peu de lumiére qui pourrait nous remettre en question.Je vous suit toujours avec attention et je crois en tous les cas pour ma part que vous etes dans une vrais vérité de la vie de l'église catholique.Je vous soutient dans tous vos propos et vous me réconforté aussi dans ma vie .cordialement....bruno.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 4 - 1 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Le silence ou l'épée ?.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 4 - 1 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Un pape noir ?

Mark Mallett   vendredi 25 janvier 2019   1 commentaire   1.078

Depuis la renonciation du Pape Benoît XVI, j'ai reçu plusieurs courriels me posant des questions au sujet de prophéties relatives à la papauté, depuis Saint-Malachie jusqu'à des révélations privées contemporaines. Les plus remarquables sont des prophéties modernes qui se contredisent complètement les unes par rapport aux autres. Un "voyant" avait affirmé que Benoît XVI serait le dernier vrai pape et que les prochains papes ne viendront pas de Dieu, tandis qu'un autre parle d'une âme qui serait choisie pour diriger l'Église à travers des tribulations. Je peux vous dire aujourd'hui qu'au moins une des "prophéties" ci-dessus est en contradiction directe avec la Sainte Écriture et avec la Tradition.

Lire la suite

Frapper l'Oint de Dieu

Mark Mallett   jeudi 7 novembre 2019   1 commentaire   857

Quelqu'un a estimé que je n'étais pas assez critique du Pape François dans mon article sur l'Anti-Miséricorde. « La confusion n'est pas de Dieu, » m'ont-ils écrit. Non, la confusion ne vient pas de Dieu. Mais Dieu peut se servir de la confusion pour purifier son Église et séparer le bon grain de l'ivraie. Je pense que c'est précisément ce qui se passe en ce moment...

Lire la suite

Réponses à des questions récurrentes au sujet du Pape François

Mark Mallett   samedi 4 mai 2019   3 commentaires   884

Il y a beaucoup d'émotions qui secouent l'Église en ces temps de confusion et d'épreuves. Ce qui est primordial, c'est que nous restions en communion les uns avec les autres — que nous soyons patients et portions le fardeau les uns des autres — y compris vis-à-vis du Saint-Père. Nous sommes aujourd'hui criblés comme le froment, or beaucoup ne le réalisent pas (lire La mise à l'épreuve - Partie 1).

Lire la suite