Le sacrifice du Colonel Arnaud Beltrame, acte fondateur de la renaissance de la France


Commentaires (1)

Publié le mercredi 28 mars 2018

Catégorie : Actualité chrétienne et de l'Eglise

« Le sacrifice du Colonel Arnaud Beltrame est un acte fondateur de la renaissance de notre pays. Il exprime de la plus belle manière la splendeur de la vérité de la religion catholique qui est à la source de l'âme française. »

De Guillaume d'Alançon

« Les tentatives de récupération diverses l'illustrent finalement très bien. Comme la plupart d'entre nous, le Colonel Beltrame a connu des hésitations dans son chemin intérieur. Les doutes ont parfois fait vaciller sa foi. Et pourtant, c'est en se préparant au mariage qu'il a pu goûter en profondeur la saveur ultime de l'Evangile : il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Il a pris conscience à quel point le don de soi dans le mariage, dans la différence et la complémentarité des sexes, est le point de départ de toute fécondité réelle.

Il a pu faire sienne cette vérité inscrite à l'origine dans le coeur de tout être humain : la valeur absolue de la vie humaine. C'est au nom de ce principe qu'il a fait don de la sienne. En acceptant de rencontrer la fragilité du statut d'otage, il a implicitement rendu leur dignité aux hommes, aux femmes, aux enfants dont la vie peut être mise danger sous couvert d'idéologie ou d'un prétendu droit, qu'il soit islamique ou laïc. Avec le Père Jacques Hamel qui s'écriait au moment où il allait succomber « va-t-en Satan », le Colonel Beltrame condamne par son geste héroïque tout système de pensée qui fait fi de la dignité humaine aux différents stades de son développement. En réalité, la portée de son sacrifice va très loin : en offrant sa vie pour un otage qu'il ne connaissait probablement pas, il manifeste que la famille nationale, que la fraternité humaine est en définitive finalisée par le bien de chacun de ses membres. Et le premier bien est un droit, le droit à la vie.

Mais comment Arnaud Beltrame en est-il arrivé à ce niveau de vertu ? En écoutant ceux qui l'ont connu de très près, on s'aperçoit que très jeune il a voulu se donner aux autres, très jeune il a eu la passion de la France, très jeune il a cherché la vérité. C'est donc par une préparation lointaine qu'il est devenu ce que nous avons découvert le vendredi 23 mars 2018. Le Colonel ne s'est pas découvert héros un beau jour, mais il a su, à chaque heure de sa vie, devenir ce qu'il était appelé à être par le travail, l'amour et le courage.

Oui, espérons que le témoignage exceptionnel de cet homme va aider chacun d'entre nous à vivre toujours plus en se donnant. Car c'est en se donnant qu'on se trouve, c'est en se donnant qu'on aime, c'est en se donnant qu'on vit, éternellement. »

Le cercueil du colonel Arnaud Beltrame mort le 23 mars pendant les attaques de Trèbes et Carcassonne
© ludovic MARIN / POOL / AFP.jpg

Marielle Beltrame : "C'est le geste d'un gendarme et le geste d'un chrétien. On ne peut pas séparer l'un de l'autre"

Témoignage de Marielle Beltrame dans La Vie :

Propos recueillis par Jean-Pierre Denis publié le 26/03/2018

Deux jours après la mort tragique du lieutenant-colonel de gendarmerie, Marielle, la femme d'Arnaud Beltrame, s'est confiée à La Vie.


© GAZETTE DE LA MANCHE

« Arnaud était profondément attaché à ce qu'il appelait la "famille de la gendarmerie". Pour elle, il ne comptait pas ses heures, ni son engagement. Il savait fédérer ses hommes, leur insuffler son élan, les amener à donner le meilleur d'eux-mêmes. Il était animé de très hautes valeurs morales, des valeurs de service, de générosité, de don de soi, d'abnégation. Il avait une force de volonté hors du commun, toujours capable de se relever après les épreuves.

Il se sentait intrinsèquement gendarme. Pour lui, être gendarme, ça veut dire protéger. Mais on ne peut comprendre son sacrifice si on le sépare de sa foi personnelle. C'est le geste d'un gendarme et le geste d'un chrétien. Pour lui les deux sont liés, on ne peut pas séparer l'un de l'autre. Arnaud est revenu à la foi de façon forte vers la trentaine.

(...)

Les obsèques de mon mari auront lieu en pleine Semaine sainte, après sa mort un vendredi, juste à la veille des Rameaux, ce qui n'est pas anodin à mes yeux. C'est avec beaucoup d'espérance que j'attends de fêter la résurrection de Pâques avec lui. »

Lire le témoignage complet sur La Vie.

Hommage au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame

Mgr de Romanet, évêque aux Armées françaises, réagit à la mort du lieutenant-colonel Beltrame, qui s'est substitué aux otages lors de l'attaque de Trèbes vendredi. Il salue le sacrifice de l'officier de gendarmerie, chrétien « qui est allé au-delà de ce que l'on peut attendre d'un militaire ». « Il a donné sa vie pour quelqu'un qu'il ne connaissait pas », « il a fait de cet otage son prochain ». Il souligne combien ce geste nous impressionne, nous élève tous et comment il rejoint le geste du Christ. En ce temps d'épreuve, l'évêque aux Armées exhorte tous les Chrétiens à être des êtres de fraternité, de paix, de dialogue, et d'écoute.

Lire aussi : Le colonel Arnaud Beltrame adhérait inconditionnellement - et avec ferveur - à toute la foi catholique et à sa tradition

Vidéos

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Bonjour
de nouveau ,merci,car nous avons des informations de premières mains
si rare ...
bon jeudi Saint
Union de prière

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 18 : 9 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Le sacrifice du Colonel Arnaud Beltrame, acte fondateur de la renaissance de la France.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 18 : 9 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame était chrétien

mardi 27 mars 2018   0 commentaire

Dans les attaques de Trèbes et Carcassonne qui ont fait quatre morts et 15 blessés, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame a payé de sa vie le fait de prendre la place de l'un des otages. Outre son parcours professionnel, il était également très engagé comme aumônier chrétien. Les attaques de Trèbes et Carcassonne ont fait 4 victimes que pleurent leurs familles et la France entière. Il s'agit de Jean Mazières, Christian Mevdes, Hervé Sosna et Arnaud Beltrame, respectivement viticulteur retraité, chef boucher, maçon à la retraite et gendarme. Pour honorer leur mémoire, une célébration religieuse s'est tenue ce dimanche à Trèbes et une veillée de prière pourrait également se tenir d'ici jeudi.

Lire la suite

Arnaud Beltrame a offert sa vie pour que s’arrête la mort

vendredi 30 mars 2018   0 commentaire

Voici le texte lu au cours de la messe célébrée en l'honneur du colonel Arnaud Beltrame en l'église Saint-Sulpice de Paris, mercredi 28 mars, écrit par le père Jean-Baptiste, chanoine régulier à l'abbaye Sainte-Marie de Lagrasse (Aude).

Lire la suite

La France peut-elle se relever de son cinquième naufrage républicain ?

Père Yannik Bonnet   samedi 27 janvier 2018   1 commentaire

Une réflexion du Père Yannik Bonnet.

Quand il était Ministre de l'Education Nationale, monsieur Peillon avait donné sa réponse :" Il faut anéantir l'Eglise Catholique !". Pour ce qui concerne la survie de la République et de ses prétendues valeurs, il avait tout à fait raison. Comme la lecture de l'ouvrage magistral de Maxence Hecquard ," Les fondements philosophiques de la démocratie moderne", le met en évidence, il ne peut y avoir qu'une incompatibilité totale entre la République de M. Peillon et la doctrine sociale de l'Eglise, dont le socle est la vertu théologale de Charité.

Lire la suite