Le Roi d'amour est mon berger – Homélie pour le 4ème dimanche de Pâques


Commentaires (0)

Publié le dimanche 22 avril 2018

Catégorie : Liturgie, sermons & homélies

Nombre de consultations : 78

Jusqu'à présent, nous avons lu les récits et témoignages des apparitions du Ressuscité. Aujourd'hui nous commençons à voir comment le Seigneur ressuscité, le Bon Berger, part à notre recherche. En effet, le Seigneur nous donne quatre illustrations ou enseignements sur la façon dont, en tant que Roi d'amour, Il nous guide et nous conduit. Voici donc quatre portraits de son amour.

Par Mgr Charles Pope • 21 avril 2018 • Titre original « The King of Love My Shepherd Is – A Homily for the 4th Sunday of Easter »

Crédit photo : Le Bon Pasteur, Église anglicane St Jean Baptiste, par Alfred Handel. Toby Hudson

I. Amour passionné - Jésus dit dans l'Evangile de ce dimanche : « Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis. » L'amour purement gratuit est une chose difficile à trouver dans les relations humaines. Dans un sens, nous sommes trop dans le besoin pour parvenir à aimer de façon totalement désintéressée. Dans un autre sens, nos gestes d'amour oscillent souvent entre amour-propre et amour du prochain. Telle est notre condition humaine, au-delà de laquelle peu d'entre nous parviennent à s'élever de façon constante.

Mais Jésus nous aime purement, gratuitement et pour nous-mêmes. Son amour est passionné dans le sens où il est sacrificiel. Il donne sa vie pour nous, le faisant alors même que nous sommes encore pécheurs et que souvent nous Le rejetons. Il meurt pour nous tandis que nous Le maudissons, Le tournons en dérision, Le ridiculisons. Il nous aime et donne Sa vie pour nous, bien qu'Il n'en obtienne rien en retour.

Les bergers mercenaires, d'un autre côté, travaillent contre rémunération ; par-dessus tout, ils recherchent leur propre intérêt. Quand il y a un danger pour les brebis, les bergers mercenaires ne se risquent pas à sauver les brebis. Leur service est basé sur le salaire ; il est subordonné à leurs propres besoins et sécurité.

Un seul berger est mort pour vous. Dans ce monde, il y a beaucoup de politiciens, de musiciens, de vedettes de cinéma et d'organisations qui recherchent notre loyauté, nos voix, nos souscriptions et nos cotisations. Ils nous font aussi des promesses en retour, même s'ils veulent nous influencer et exercer un leadership sur nous. Rien de tout cela n'est nécessairement mal. Les gens forment des relations et recherchent des leaders pour toutes sortes de raisons. Mais notez cette différence importante : aucun de ces chefs ou « bergers » n'est jamais mort pour vous. Seul Jésus a donné Sa vie pour vous.

Il reste un problème : beaucoup de chrétiens ont une plus grande loyauté envers les dirigeants politiques, les musiciens, les stars du cinéma et leurs semblables qu'envers Jésus-Christ. Beaucoup trop de gens cachent leur foi sous leurs préférences politiques, accordant plus de crédit à ce que disent des personnages populaires qu'à ce que Jésus dit par Sa Parole et à travers Son Église.

Seul Jésus est mort pour vous. Les êtres humains amènent trop facilement avec eux leurs propres besoins et agendas. Seul Jésus-Christ vous aime parfaitement ; Lui seul est mort pour vous. Lui seul mérite dans votre vie le rôle de Chef des pasteurs (1 Pierre 5 : 4).

II. Amour personnel - Jésus dit : « Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent. » Personne ne vous connaît comme Jésus-Christ vous connaît, parce qu'Il vous connaissait avant de vous avoir formé dans le sein de votre mère (cf. Jr 1: 4). Vous êtes de toute éternité dans Sa pensée ; Il vous a créé ; Il vous a « tissé dans le sein de votre mère et sur Son livre, tous vos jours étaient inscrits, recensés avant qu'un seul ne soit. » (cf. Ps 138).

Jésus n'a jamais cessé de vous aimer. (lire Mon amour, tu l'as toujours) Peu importe ce que vous pensez avoir fait pour démériter Son amour, Il savait que vous le feriez avant même qu'Il ne vous ait conçu — et pourtant Il vous a malgré tout créé. Ne doutez pas de Son amour pour vous ni du fait qu'Il vous connaisse bien mieux que vous ne vous connaissiez vous-même.

Un ancien hymne de Saint Colomban de Luxeuil (543-615) (version française) dit,

Sotte [et] perverse brebis égarée
[Mais cependant] Son amour sut me trouver,
[Et] sur Son épaule doucement posée
Joyeuse au bercail [je fus ramenée].

Jésus dit aussi que ses brebis Le connaissent. Et c'est à la fois une invitation [à le connaître] et notre vocation. Nous aimons souvent citer le Psaume 22 (23) : « Le Seigneur est mon berger ». Mais ce n'est pas un slogan, ce n'est pas non plus un psaume de consolation. C'est un psaume de confession : que je suis l'une des brebis du Seigneur. Le Seigneur dit : « Mes brebis me connaissent. » Il ne dit pas qu'elles se contentent simplement de savoir qu'Il existe.

Est-ce-que vous Le connaissez ? Être du troupeau du Seigneur, c'est être dans une relation transformatrice avec le Seigneur, cela change notre vie. Connaître le Seigneur, c'est voir notre vie changée par le fait même de cette relation. C'est reconnaître la voix de Jésus et être capable de la distinguer parmi toutes les autres. Comme le dit Jésus dans un autre passage des Écritures : « [Le Berger] appelle ses brebis chacune par son nom, et il les fait sortir. Quand il a poussé dehors toutes les siennes, il marche à leur tête, et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix. Jamais elles ne suivront un étranger, mais elles s'enfuiront loin de lui, car elles ne connaissent pas la voix des étrangers. » (Jean 10: 3-5). Etes-vous plus malin qu'une brebis ? Fuyez-vous les autres voix contraires à celle de Jésus?

Cependant soyez également très prudent, car beaucoup aujourd'hui ont cherché à falsifier et contrefaire le véritable Jésus des Écritures et ont ainsi déformé Sa voix. L'une des façons qu'ils utilisent le plus fréquemment est d'éliminer Ses enseignements les moins plaisants, comme quand Il met en garde (bien souvent) par rapport au Jugement Dernier et à la réalité de l'Enfer ou qu'Il prononce son fameux « malheur ! » Une autre façon est de mettre en place une fausse dichotomie entre les Évangiles et les Épîtres. Et ainsi on entend souvent dire que Jésus n'a jamais rien dit sur l'homosexualité, etc. Oui, il en a parlé, en de nombreux endroits, par l'intermédiaire de Ses apôtres à qui Il a confié la mission de parler en Son nom. Il leur dit : « Celui qui vous écoute m'écoute. » (Lc 10: 16) Jésus n'a jamais écrit aucun livre. Il a confié l'intégralité de Son enseignement à Ses apôtres pour qu'ils prêchent, enseignent et écrivent en Son nom.

Les Évangiles et les Épîtres ont le même niveau d'autorité et sont inspirés par le même Esprit Saint. Prétendre que Jésus n'a jamais dit telle chose, mais seulement Paul (ou Pierre, Paul ou Jacques), c'est établir une fausse dichotomie. Entendre parler un apôtre dans l'Évangile (car les apôtres et les évangélistes ont écrit les évangiles) ou dans les Épîtres revient toujours à entendre Jésus qui a dit : « Celui qui vous écoute m'écoute ; celui qui vous rejette me rejette ; et celui qui me rejette rejette celui qui m'a envoyé. » (Lc 10: 16) et aussi, « Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. » (Actes 1: 8)

Soyez donc très prudent vis-à-vis de ceux qui tentent de déformer la voix de Jésus en la limitant. Les apôtres et les évangélistes ont transmis intégralement Son enseignement, et Jésus continue de parler à travers les enseignements doctrinaux de l'Église et la voix vivante de Son magistère qui applique Sa parole donnée par l'intermédiaire des apôtres.

III. Amour persévérant - Le Seigneur dit : « J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. » Jésus ne se contente pas de conduire simplement quelques milliers de disciples juifs en Terre Sainte. Il veut que Son amour s'étende au monde entier. Il veut étreindre et avoir auprès de Lui tous ceux qu'Il a créés. Il veut appeler chaque personne humaine dans une relation salvatrice.

Une partie de notre mission de disciples, de brebis du Seigneur, consiste à expérimenter l'appel à l'évangélisation. Mais cet appel ne prendra son envol que lorsque l'amour universel du Christ emplira notre coeur.

Le Christ a un amour et un désir persévérants d'étreindre et d'avoir chaque être humain auprès de Lui. Est-ce que vous sentez cet amour ? Il veut attirer les autres hommes à Lui, à travers vous. Beaucoup de laïcs abandonnent leur mission d'évangélisation et de croissance du troupeau aux prêtres. Mais les bergers n'ont pas de brebis. Les brebis ont des brebis. (comprendre : la mission des bergers n'est pas celle de nourrir et faire croître le troupeau mais de le guider. Il n'y a pas mieux qu'une brebis pour subvenir aux besoins d'une autre brebis.)

IV. Amour puissant - Jésus dit, « je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau. Nul ne peut me l'enlever : je la donne de moi-même. J'ai le pouvoir de la donner, j'ai aussi le pouvoir de la recevoir de nouveau. »

Nous voyons comment Jésus fait cela pour Lui-même. Mais en tant que Seigneur et Berger de notre vie, Il le fait aussi pour nous. L'homme que nous étions a été crucifié et est mort avec Lui. Et c'est avec Lui que nous ressuscitons à une vie nouvelle. Et c'est pour nous faire bénéficier de cette vie totalement nouvelle et transformée que le Christ a accepté de donner Sa vie.

Il a le pouvoir de crucifier l'ancien homme pécheur en chacun de nous, ainsi que le pouvoir de le ressusciter. Et ce n'est pas seulement l'homme ou la femme que nous étions qui ressuscite ; c'est une humanité nouvelle et transformée que le Seigneur assume en notre faveur. Il a le pouvoir d'accomplir cela, car Son amour est puissant.

Je suis témoin de la puissance du Christ, et je prie pour que vous le soyez aussi.

Ainsi, en tant que Roi de l'amour, Jésus le Seigneur Ressuscité nous guide avec un amour passionné, personnel, persévérant et puissant. Personne ne vous aime plus que le Fils, avec le Père et l'Esprit Saint. Jésus est le Roi de l'amour et Il est votre Berger. Voici la dernière ligne du bel hymne "Le Roi d'amour est mon berger" :

Tant que doivent durer tous nos jours
Ton amour ne doit faiblir ;
Bon berger laisse-moi
Te louer dans Ta demeure éternelle.

Mgr Charles Pope

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 44 - 41 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Le Roi d'amour est mon berger – Homélie pour le 4ème dimanche de Pâques.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 44 - 41 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Les bases d'une vie apostolique féconde – Homélie pour le 5ème dimanche de Pâques

Publié le dimanche 29 avril 2018 - 0 commentaires

En ce temps pascal, nous poursuivons notre méditation sur la façon dont le Seigneur Jésus ressuscité nous guide et répond à nos besoins. La semaine dernière, nous l'avons considéré comme notre berger. Cette semaine nous apprenons la façon dont Il est la vigne et nous sommes les sarments, entièrement dépendants de Lui en toutes choses.

Quand nous considérons sa manière de prendre soin de nous en tant que ses disciples, nous devons préserver le mot « soin » de son acception moderne plutôt sentimentale. Les vrais soins ne consistent pas seulement en des choses agréables telles que fournir de la nourriture et un abri. Parfois, le soin implique des choses difficiles, mais des choses qui sont nécessaires pour nous discipliner et nous purifier afin que nous grandissions et que nous portions plus de fruits. Ainsi, le Seigneur parle d' « émondage » dans ce passage. Bien qu'étant un soin, l'émondage n'est pas souvent agréable, mais c'est un soin approprié. Regardons comment le Seigneur prend soin de nous pour nous aider à être de vrais disciples.

Lire la suite

Vous êtes les témoins de ces choses – Une homélie pour le 3ème dimanche de Pâques

Publié le dimanche 15 avril 2018 - 0 commentaires

L'Evangile de ce dimanche (à lire ici) parle de la nécessité de devenir des témoins de la résurrection de Jésus. Cela commence par la proclamation nécessaire et fondamentale de l'Église : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. » (Luc 24: 34) Cette déclaration solennelle fonde la certitude doctrinale de la résurrection. Sur ce fondement de la vérité, le témoignage personnel de chaque catholique doit être bâti. Dans ce passage des évangiles, nous voyons comment le Seigneur atteste de Sa résurrection à travers l'autorité enseignante de l'Église, confirme les apôtres dans cette vérité, clarifie leur foi, et les envoie ensuite pour en témoigner. Voyons comment le Seigneur fait cela.

Lire la suite

Pape François : Il faut jeûner avec cohérence, pour aider les autres

Publié le samedi 24 février 2018

Lors de la messe matinale du 16 février à la Maison Sainte-Marthe, le Pape a mis en garde contre le risque de jeûner avec incohérence, c’est-à-dire en méprisant les autres. Le jeûne, au contraire, est destiné à aider les autres.

Lire la suite