La vérité sur Medjugorje ... que vous ignorez peut-être


Commentaires (2)

Publié le mercredi 28 novembre 2018

Auteur : Mark Mallett

Catégorie : La Sainte Vierge Marie

Nombre de consultations : 461

Le scandale des abus sexuels dans l'Église catholique continue de nuire à sa crédibilité. Mais cela a-t-il également compromis les apparitions qui se déroulent à Medjugorje, le seul endroit sur terre où conversions, guérisons et vocations naissent chaque jour ?

Un article de Mark Mallett du 18 octobre 2018. Titre original : « Medjugorje… What You May Not Know »

Traduction Pierre et les Loups

APRÈS avoir suivi les apparitions de Medjugorje pendant des années, enquêté et étudié l'histoire de fond, une chose est devenue claire : de nombreuses personnes rejettent le caractère surnaturel de ce lieu d'apparitions, en ne se basant que sur les paroles douteuses d'un petit nombre d'individus. Une tempête parfaite de politique, de mensonges, de piètre travail journalistique, de manipulations et des médias catholiques pour la plupart cyniques quant aux choses mystiques ont alimenté, depuis des années, un scénario selon lequel les six voyants, ainsi qu'une bande de voyous franciscains, seraient parvenus à duper le monde entier, y compris le Saint canonisé, Jean-Paul II.

Étrangement, cela importe peu à certains détracteurs que les fruits de Medjugorje — des millions de conversions, des milliers d'apostolats et de vocations religieuses et des centaines de miracles documentés — soient parmi les plus extraordinaires que l'Église ait jamais vus depuis, peut-être, la Pentecôte. Lire les témoignages des personnes qui y ont réellement été (par opposition à presque tous les détracteurs qui n'y ont généralement jamais mis les pieds) revient à lire les Actes des Apôtres sous stéroïdes (voici le mien : A Miracle of Mercy ; en voici un autre). Les critiques les plus virulents de Medjugorje rejettent ces fruits comme s'ils n'étaient pas une preuve en eux-mêmes, citant souvent des ragots dénués de la moindre vérité et des rumeurs non fondées. J'ai répondu à vingt-quatre d'entre eux dans mon article Medjugorje and the Smoking Guns, notamment par rapport à des allégations selon lesquelles les voyants auraient été désobéissants. [1] En outre, ils prétendent que « Satan peut aussi produire de bons fruits ! » Ils se basent sur l'avertissement de Saint Paul :

… Ces sortes de gens sont de faux apôtres, des fraudeurs, qui se déguisent en apôtres du Christ. Cela n'a rien d'étonnant : Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n'est donc pas surprenant que ses serviteurs aussi se déguisent en serviteurs de la justice de Dieu ; ils auront une fin conforme à leurs oeuvres.

2 Co 11: 13-15

En fait, Saint Paul contredit leur argument. Il dit en effet que vous reconnaîtrez un arbre à ses fruits : « Ils auront une fin conforme à leurs oeuvres. » Les conversions, guérisons et vocations que nous avons vues à Medjugorje au cours des trois dernières décennies se sont révélées extraordinairement authentiques ; beaucoup de ceux qui les ont expérimentées portent l'authentique lumière du Christ des années plus tard. Ceux qui connaissent les voyants personnellement témoignent de leur humilité, intégrité, dévotion et sainteté, contredisant la calomnie qui s'est propagée les concernant. [2] Ce que l'Écriture dit, en vérité, c'est que Satan peut accomplir « des signes et des prodiges trompeurs. » [3] Mais les fruits de l'Esprit ? Non. Les vers finiront toujours par sortir d'un fruit pourri.

Plus important encore, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi réfute l'idée selon laquelle les fruits ne sont pas déterminants. Elle fait spécifiquement référence à l'importance qu'un tel phénomène puisse…

… porter des fruits qui permettent à l'Église de discerner ensuite la véritable nature des faits…

—“Normes procédurales pour le discernement des apparitions et révélations présumées”, n° 2, vatican.va

Ces fruits évidents devraient inciter tous les fidèles, à tous les niveaux de l'Église, à s'intéresser à Medjugorje dans un esprit d'humilité et de gratitude, indépendamment de son statut "officiel". Ce n'est pas à moi de dire si telle ou telle apparition est vraie ou fausse. Mais ce que je peux faire, pour rendre justice à ce lieu d'apparition, c'est contrer la désinformation qui se propage sur Internet, afin d'aider les fidèles à pouvoir, tout au moins, rester ouverts — tout comme l'est le Vatican — à la possibilité que Medjugorje soit une puissante grâce accordée au monde à notre époque. C'est précisément ce que le représentant du Vatican à Medjugorje a déclaré le 25 juillet 2018 :

Nous avons une grande responsabilité envers le monde entier, car vraiment Medjugorje est devenu un lieu de prière et de conversion pour le monde entier. En conséquence, le Saint-Père prend cela à coeur et m'envoie ici pour aider les prêtres franciscains à organiser et à reconnaître ce lieu comme une source de grâce pour le monde entier.

— Archevêque Henryk Hoser, visiteur apostolique chargé de superviser la pastorale des pèlerins ; Fête de la Saint-Jacques, le 25 juillet 2018; MaryTV.tv

Chers enfants, ma présence, réelle et vivante parmi vous doit vous rendre heureux car c'est le grand amour de mon Fils. Il m'envoie vers vous pour que, par mon amour maternel, je vous accorde la sécurité !

—Notre Dame de Medjugorje à Mirjana, le 2 juillet 2016 ; etoilenotredame.org

Etrange revirement de situation

En vérité, les apparitions de Medjugorje furent à l'origine acceptées par l'Évêque de Mostar, le diocèse du lieu où se trouve Medjugorje. Parlant de l'intégrité des voyants, il avait déclaré :

Personne ne les a forcés ni influencés d'une quelconque manière. Ce sont six enfants normaux ; ils ne mentent pas ; ils s'expriment du plus profond de leur coeur. Avons-nous affaire ici à une vision personnelle ou à un événement surnaturel ? C'est dur à dire. Cependant, il est certain qu'ils ne mentent pas.

— Déclaration à la presse du 25 juillet 1981 ; « Medjugorje, imposture ou miracle ? » ; ewtn.com

Cette position favorable fut confirmée par la police qui mit en place les premiers examens psychologiques des voyants afin de déterminer s'ils hallucinaient ou tentaient tout simplement de causer des troubles. Les enfants furent emmenés à l'hôpital neuropsychiatrique de Mostar, où ils furent soumis à de sévères interrogatoires et exposés à des patients atteints de démence grave dans le but de les effrayer. Après avoir réussi tous les tests, le Dr Mulija Dzudza, une musulmane, déclara :

Je n'ai jamais vu d'enfants plus normaux. Ce sont ceux qui vous ont amené ici qui devraient être déclarés fous !

Medjugorje, The First Days, James Mulligan, ch. 8

Ses conclusions furent ensuite confirmées par des examens psychologiques ecclésiaux [4] et encore après ça par plusieurs équipes de scientifiques internationaux dans les années qui suivirent. En fait, après avoir soumis les voyants à une batterie de tests (lire aussi) alors qu'ils étaient en extase au cours d'apparitions — on a tenté de les piquer ou de leur donner de petits coups, de les soumettre à du bruit, tout en analysant leur activité cérébrale — le Professeur Henri Joyeux et son équipe d'experts français conclurent :

Les extases ne sont pas pathologiques, il n'y a aucun élément de duperie. Aucune discipline scientifique ne semble capable de décrire ces phénomènes. Les apparitions à Medjugorje ne peuvent être expliquées scientifiquement. En un mot, ces jeunes sont en bonne santé et il n'y a aucun signe d'épilepsie, pas plus qu'un état de sommeil, de rêve éveillé ou de transe. Il ne s'agit ni d'un cas d'hallucination pathologique ni d'hallucinations liées aux équipements auditifs ou visuels ….

—8: 201-204 ; « Science Tests the Visionaries », cf. divinemysteries.info

Plus récemment, en 2006, des membres de l'équipe du Dr Joyeux examinèrent à nouveau certains des voyants au cours d'extases et envoyèrent les résultats au Pape Benoît XVI.

Notre conclusion, 20 ans après, n'a pas changé. Nous ne nous sommes pas trompés. Notre conclusion est claire ; ce qui se passe à Medjugorje est très sérieux.

—Dr Henri Joyeux, Tribune de Međugorje, janvier 2007 ; comprendre-medjugorje.info

Cependant, comme le note Antonio Gaspari, coordinateur éditorial de l'Agence de presse Zenit, peu après l'approbation de Mgr Zanic…

… Pour des raisons encore peu claires, Mgr Zanic a presque immédiatement changé d'attitude et est devenu le principal critique et détracteur des apparitions de Medjugorje.

—“Medjugorje, imposture ou miracle ?” ; ewtn.com

Un nouveau documentaire, From Fatima to Medjugorje, souligne les pressions exercées par le gouvernement communiste et le KGB sur Mgr Zanic, craignant que le communisme ne s'effondre à la suite du réveil religieux survenu à Medjugorje. Des documents russes auraient révélé l'avoir fait chanter avec des preuves documentées d'une situation « compromettante » dans laquelle il se trouvait avec un « jeune ». En conséquence, et vraisemblablement confirmé par le témoignage enregistré d'un agent communiste impliqué, l'évêque aurait accepté de subvertir les apparitions afin de préserver le silence sur son passé. [5] Cependant, le diocèse de Mostar a écrit une réponse cinglante et demandé la preuve de ces documents. [6]

[MISE À JOUR : le documentaire From Fatima to Medjugorje n'est plus en ligne et nous ne savons pas pourquoi. À ce stade, ces allégations doivent être abordées avec prudence et réserve, étant donné qu'aucune preuve solide n'a émergé depuis la sortie du film.]

J'ai reçu la communication suivante de Sharon Freeman, qui travaillait au Centre Ave Maria à Toronto. Elle a personnellement interrogé Mgr Zanic après qu'il eut changé d'attitude à l'égard des apparitions. Voici l'impression qu'elle en a eue :

Je peux dire que cette réunion m'a confirmé qu'il avait été compromis par les communistes. Il était très aimable et son comportement et son langage corporel montraient clairement qu'il croyait encore aux apparitions, mais qu'il était obligé de nier leur authenticité.

—Le 11 novembre 2017

D'autres personnes soulignent l'explosion des tensions entre le diocèse et les franciscains, sous la surveillance desquels se trouvait la paroisse de Medjugorje et donc également les voyants. Apparemment, lorsque deux prêtres franciscains furent suspendus par l'Évêque, la voyante Vicka aurait déclaré : « Notre-Dame veut que l'on fasse savoir à l'Évêque qu'il a pris une décision prématurée. Laissez-le réfléchir à nouveau et écoutez attentivement les deux parties. Il doit être juste et patient. Elle dit que les deux prêtres ne sont pas coupables. » Cette critique prétendument de Notre-Dame aurait fait changer la position de Mgr Zanic. Comme il s'avéra en 1993, le Tribunal Suprême de la Signature Apostolique détermina que la déclaration 'ad statum laicalem' [à l'état laïc] de la part de l'évêque à l'encontre des deux prêtres était « injuste et illégale ». [7] La "parole" qu'avait reçue Vicka disait vrai.

Peut-être pour une ou plusieurs des raisons ci-dessus, Mgr Zanic rejeta les résultats de sa première Commission et forma ensuite une nouvelle Commission pour enquêter sur les apparitions. Mais à présent, elle grouillait de sceptiques.

Neuf des 14 membres de la deuxième (plus grande) commission furent choisis parmi certains théologiens connus pour leur scepticisme face aux événements d'ordre surnaturel.

—Antonio Gaspari, « Medjugorje Deception ou Miracle? »; ewtn.com

Michael K. Jones (à ne pas confondre avec Michael E. Jones, qui est sans doute l'adversaire le plus féroce de Medjugorje) confirme les propos de Gaspari. En utilisant la loi sur la liberté de l'information, Jones déclare sur son site Internet qu'il a obtenu des documents classés secrets provenant de la propre enquête du département d'État américain sur les apparitions menée par l'ambassadeur David Anderson sous l'administration du Président Ronald Reagan. Le rapport classé, qui fut transmis au Vatican, révèle que la Commission de Mgr Zanic était effectivement "corrompue", dit Jones.

Cela étant, cela explique en partie pourquoi le Cardinal Joseph Ratzinger, en tant que préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, rejeta la deuxième Commission de Zanic et transféra l'autorité en ce qui concerne les apparitions au niveau régional de la Conférence des évêques yougoslaves, où une nouvelle Commission fut formée. Cependant, Mgr Zanic publia un communiqué de presse avec une explication qui lui était moins défavorable :

Au cours de l'enquête, il semble que ces événements ayant fait l'objet d'investigation dépassent de beaucoup les limites du diocèse. Par conséquent, sur la base du droit canonique, il convenait de poursuivre les travaux au niveau de la Conférence épiscopale et de constituer ainsi une nouvelle Commission à cette fin.

—paru à la une du journal Glas Koncila du 18 janvier 1987 ; ewtn.com

... et d'étranges coïncidences

Quatre ans plus tard, la nouvelle Commission d'enquête des évêques publia le 10 avril 1991, la désormais bien connue Déclaration de Zadar, dans laquelle il était indiqué :

Sur la base des investigations jusqu'ici conduites il n'est pas possible d'affirmer qu'il s'agisse d'apparitions ou de révélations surnaturelles.

—Cf. Lettre à Mgr Gilbert Aubry du Secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Mgr Tarcisio Bertone; medjugorje.hr

La décision, dans le discours de l'Église, était celle-ci : 'non constat de supernaturalitate', ce qui signifie simplement que, "jusqu'ici", une conclusion définitive sur la nature surnaturelle ne peut être apportée. Ce n'est pas une condamnation mais une suspension de jugement

Mais ce qui est sans doute moins connu est que « à la mi-1988, il fut signalé que la Commission avait mis fin à ses travaux avec un jugement positif sur les apparitions. »

Dans une interview accordée à la télévision publique croate le 23 décembre 1990, le Cardinal Franjo Kuharic, Archevêque de Zaghreb et Président de la Conférence des évêques yougoslaves, déclara que la Conférence des évêques yougoslaves, y compris lui-même, "a un avis positif sur les événements de Medjugorje".

—Cf. Antonio Gaspari, « Medjugorje, imposture ou miracle ? » ; ewtn.com ; lire aussi Déclaration du Cardinal croate Franjo Kuharic sur Medjugorje du 15 Août 1993 : "Après 3 ans de recherches poursuivies par la commission appropriée, nous les évêques, avons accepté Medjugorje comme lieu de prière, comme sanctuaire. Cela signifie que nous n'avons rien contre le fait que quelqu'un vénère la Mère de Dieu d'une façon qui est également en accord avec les enseignements et la foi de l'Eglise..."

Mais Mgr Zanic n'avait très certainement pas un avis aussi favorable. Mgr Frane Franic, ancien Président de la Commission théologique des évêques de Yougoslavie, déclara lors d'une interview accordée au quotidien italien Corriere della Sera, [8] que seule l'opposition féroce de l'Évêque Zanic, qui refusait de changer de position par rapport à son propre verdict, avait fait obstacle à une décision positive sur les apparitions de Medjugorje. [9]

Les évêques ont utilisé cette phrase ambiguë (non constat de supernaturalitate) car ils ne voulaient pas humilier Mgr Pavao Zanic, Évêque de Mostar, qui affirmait sans cesse que Notre-Dame n'apparaissait pas aux voyants. Lorsque les évêques yougoslaves discutèrent de la question de Medjugorje, ils dirent à Mgr Zanic que l'Église n'allait pas prononcer une décision définitive à propos de Medjugorje et que, par conséquent, son opposition était sans fondement. En entendant cela, Mgr Zanic commença à crier et à hurler ; les autres évêques mirent alors fin à la discussion.

—Archevêque Frane Franic dans le numéro de Slobodna Dalmacija du 6 janvier 1991 ; cité dans « Les médias catholiques propagent de fausses nouvelles sur Medjugorje », 9 mars 2017 ; patheos.com

Le successeur de Mgr Zanic n'a été ni plus favorable ni moins véhément, ce qui ne devrait surprendre personne. Selon Mary TV, Mgr Ratko Peric aurait déclaré à l'antenne et devant témoins qu'il n'avait jamais rencontré ni parlé à aucun des voyants et qu'il ne croyait pas en d'autres apparitions de Notre-Dame, nommant plus précisément Fatima et Lourdes.

Je crois ce que je suis obligé de croire — c'est-à-dire au dogme de l'Immaculée Conception qui fut proclamé quatre ans avant les prétendues apparitions de Bernadette.

—Prononcé devant des témoins ayant attesté sous serment de ces propos au Père John Chisholm et au major général (retraité) Liam Prendergast ; les propos furent également publiés dans le journal européen « The Universe » du 1er février 2001; cf. patheos.com

Mgr Peric alla plus loin que la Commission yougoslave et leur Déclaration 'non constat de supernaturalitate' et déclara carrément que les apparitions étaient fausses. Mais à ce moment-là, confronté aux fruits évidents et extrêmement positifs de Medjugorje, le Vatican lança la première d'une série d'interventions claires visant à maintenir le lieu de pèlerinage ouvert aux fidèles et à faire barrage à toute déclaration négative. Dans une lettre de clarification adressée à Mgr Gilbert Aubry, Mgr Tarcisio Bertone, Archevêque de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, écrivit :

Ce que Mgr Perić a affirmé dans une lettre au Secrétaire Général de "Famille Chrétienne", dans laquelle il a déclaré: "ma conviction et position n'est pas seulement 'non constat de supernaturalitate' mais également celle de 'constat de non supernaturalitate' [non surnaturel] des apparitions ou révélations de Medjugorje", doit être considéré comme l'expression d'une conviction personnelle de l'Evêque de Mostar, lequel, en tant qu'Ordinaire du lieu, a toujours le droit d'exprimer ce qui est et demeure, un avis qui lui est personnel.

26 mai 1998; medjugorje.hr

Il ne s'agissait donc que de ça (un avis personnel et donc non officiel) — même si cela n'a pas empêché l'Évêque de continuer à faire des déclarations accablantes. Et pourquoi donc, quand il est clair que le Vatican continue à enquêter ? Une réponse peut être l'influence d'une sombre campagne mensongère…

Une campagne de mensonges

Lors de mes voyages, j'ai rencontré un journaliste bien connu (qui a demandé à rester anonyme) qui m'a fait part de ses connaissances de première main par rapport aux événements survenus au milieu des années 90. Un multimillionnaire américain originaire de Californie, qu'il a personnellement connu, a entamé une campagne acharnée pour discréditer Medjugorje et d'autres apparitions mariales présumées, parce que sa femme, qui avait une grande dévotion pour Marie, l'avait quitté (en raison de maltraitance psychologique). Il jura de détruire Medjugorje si elle ne revenait pas, même s'il s'y était lui-même rendu plusieurs fois et y avait cru. Il a dépensé des millions de dollars pour cela — engageant des équipes de tournage en provenance d'Angleterre pour réaliser des documentaires diffamant Medjugorje, envoyant des dizaines de milliers de lettres (notamment à différentes rédactions), pénétrant même dans le bureau du Cardinal Ratzinger ! Il répandit toutes sortes de saletés — des trucs qui sont à présent resassés à longueur de temps tout autour de nous… des mensonges, déclara le journaliste, qui apparemment allèrent jusqu'à influencer l'Évêque de Mostar lui-même. Cet homme millionnaire fit pas mal de dégâts avant de finalement manquer d'argent et de se retrouver dans l'illégalité. Mon contact a estimé que 90% des documents anti-Medjugorje qui circulent un peu partout aujourd'hui sont le produit des agissements de cette âme perturbée.

A l'époque, ce journaliste n'a pas cherché à identifier le millionnaire, et peut-être pour une bonne raison. L'homme avait déjà détruit le ministère ou la carrière de plusieurs personnes ayant été favorables à Medjugorje, à travers sa campagne de mensonges. Récemment, cependant, je suis tombé sur une lettre d'une femme, Ardath Talley, qui fut mariée au défunt Phillip Kronzer, mort en 2016. Elle fit une déclaration datée du 19 octobre 1998 qui est un calque parfait de l'histoire que me partagea ce journaliste.

Ces derniers mois, mon ex-époux, Phillip J. Kronzer, a orchestré une campagne visant à diffamer le Mouvement Sacerdotal Marial et Medjugorje. Cette campagne de démolition, qui utilise la littérature et la vidéo, a porté préjudice à de nombreuses personnes innocentes avec des informations fausses et diffamatoires. Bien que, comme nous le savons, le Vatican reste très ouvert vis-à-vis de Medjugorje et que l'Église officielle continue d'enquêter et a récemment réaffirmé cette position, M. Kronzer et ceux qui travaillent pour ou avec lui ont cherché à brosser un tableau négatif des apparitions et ont fait circuler des rumeurs et des insinuations grotesques.

—La lettre complète peut être lue ici (en anglais)

Cela a peut-être été pris en compte lorsque, en 2010, le Vatican mit en place la quatrième Commission d'enquête pour investiguer sur les événements de Medjugorje, dirigée par le Cardinal Camillo Ruini. Les résultats de l'enquête de cette Commission, achevées en 2014, ont maintenant été transmis au Pape François. Mais non sans que cette histoire prenne un nouveau tournant remarquable.

Justification

Le Vatican Insider a révélé les conclusions de la Commission internationale d'enquête sur Medjugorje, composée de quinze membres, et ces conclusions sont de taille.

La Commission a constaté une différence très nette entre le début du phénomène et son évolution ultérieure, et a donc décidé d'émettre deux votes distincts sur les deux phases différentes : les sept premières [apparitions] présumées entre le 24 juin et le 3 juillet 1981, et toutes celles qui se produisirent par la suite. Les membres et les experts se sont exprimés par 13 voix (contre 2) en faveur de la reconnaissance du caractère surnaturel des premières visions.

—16 mai 2017 ; lastampa.it

Pour la première fois depuis 36 ans que les apparitions ont commencé, une Commission semble avoir "officiellement" accepté l'origine surnaturelle de ce qui a commencé en 1981 : que la Mère de Dieu est effectivement apparue à Medjugorje. En outre, la Commission semble avoir confirmé les conclusions des examens psychologiques des voyants et confirmé leur intégrité mentale, qui a longtemps fait l'objet d'attaques, de manière parfois impitoyable, par leurs détracteurs.

La commission soutient qu'au cours des sept premières apparitions, les six jeunes voyants étaient psychologiquement normaux, et qu'ils auraient été surpris par les apparitions de la Vierge Marie. Leur récit n'aurait pas été influencé de l'extérieur par les franciscains de la paroisse ou par d'autres personnes. La commission a également rejeté l'hypothèse selon laquelle les apparitions seraient d'origine démoniaque. En ce qui concerne ces premières apparitions, le Pape François a souligné, lors de la conférence de presse, que des recherches supplémentaires sont encore nécessaires. « Le Pape — remarque le père Perrella — a répété plusieurs fois que la commission Ruini avait fait un très bon travail. Cependant, les faits sont si complexes… que le Pape est libre de mener une enquête plus approfondie. »

—Ibid. ; lire « Comment comprendre les propos récents du pape François sur Medjugorje ? »

En ce qui concerne les apparitions ultérieures, les membres de la Commission ont apparemment à la fois des avis favorables et quelques réserves, ou ont suspendu leur jugement. [10] L'Église attend donc le mot de la fin du rapport Ruini, qui viendra du Pape François lui-même.

Le 7 décembre 2017, l'Archevêque Henryk Hoser, émissaire du Pape François à Medjugorje, fit une annonce importante. L'interdiction des pèlerinages "officiels" a désormais été levée :

Le culte de Medjugorje est autorisé. Il n'est plus interdit et ne doit pas se faire en cachette… Aujourd'hui, les diocèses et autres institutions peuvent organiser des pèlerinages officiels. Il n'y a plus de problèmes… Le décret de l'ancienne conférence épiscopale de l'ancienne Yougoslavie, qui avant la guerre des Balkans déconseillait les pèlerinages organisés par des évêques à Medjugorje n'est plus d'actualité.

mariereine.com, le 7 décembre 2017

Puisque le Pape François a déjà exprimé son approbation du rapport de la Commission Ruini, le qualifiant de « très très bon », [11] il semblerait que le point d'interrogation sur Medjugorje soit en train de disparaître rapidement.

Patience, prudence, obéissance et humilité

Pour conclure, c'est l'Évêque de Mostar qui a dit un jour :

En attendant les résultats des travaux de la Commission et le verdict de l'Église, laissez les pasteurs et les fidèles honorer la pratique de la prudence habituelle dans de telles circonstances.

—extrait d'un communiqué de presse du 9 janvier 1987; signé par le Cardinal Franjo Kuharic, président de la Conférence des évêques de Yougoslavie et par Mgr Pavao Zanic, Évêque de Mostar

Ce conseil est tout aussi valable aujourd'hui qu'il l'était à l'époque. De même, la sagesse de Gamaliel semblerait également applicable pour Medjugorje :

... dans la circonstance présente, je vous le dis : ne vous occupez plus de ces gens-là, laissez-les. En effet, si leur résolution ou leur entreprise vient des hommes, elle tombera. Mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez pas les faire tomber. Ne risquez donc pas de vous trouver en guerre contre Dieu.

Actes 5: 33-39

Mark Mallett


[1] lire aussi : Michael Voris and Medjugorje par Daniel O'Connor
[2] cf. Medjugorje and the Smoking Guns
[3] cf. 2 Thess 2: 9
[4] Le Père Slavko Barbaric publia une analyse méthodique des voyants dans De Apparizioni di Medjugorje en 1982.
[5] cf. "From Fatima to Medjugorje"
[6] cf. md-tm.ba/clanci/calumnies-film
[7] cf. churchinhistory.org ; Tribunal Suprême de la Signature Apostolique, 27 mars 1993, affaire n° 17907/86CA
[8] le 15 janvier 1991
[9] cf. Antonio Gaspari, “Medjugorje, imposture ou miracle ?”; ewtn.com
[10] “A ce propos, 3 membres et 3 experts disent qu'il y a des résultats positifs, 4 membres et 3 experts disent être mitigés avec une majorité de [fruits spirituels] positifs, et les 3 experts restants annoncent qu'il y a autant de [fruits] positifs que négatifs.” —16 mai 2017 ; lastampa.it ; voir [11]
[11] famillechretienne.fr

Soutenir l'apostolat de Mark Mallett

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Bonjour Peyo,

Les cas de pédophilies dans l'Eglise son minoritaires (comparés à ceux dans l'éducation nationale, les écoles, les centres sportifs et dans les familles) mais tout est fait pour enfler les chiffres dans la conscience collective et faire croire à l'opinion publique que l'Eglise n'est qu'un repère de pervers sexuels.

La raison est que l'Eglise Catholique, institution divine, est, malgré la chute de certains de ses membres humains, le dernier bastion contre la pédophilie et les perversions de toutes sortes dans la société, ce qui touche les plus faibles et innocents d'entre nous. Le but de ces attaques et ces tentatives de discrédit visent donc non pas à défendre les innocents (si la société se préoccupait vraiment des innocents elle ne lutterait pas pour légaliser l'avortement par exemple !) mais à détruire ce dernier bastion de la moralité. Ensuite tout pourra "enfin" être permis et les plus faibles ne pourront plus compter sur la voix de l'Eglise Catholique pour les défendre.

Si l'un de mes lecteurs peut trouver un article intéressant au sujet de "l'Eglise, dernier bastion contre la perversion sexuelle dans la société" je le publierai avec plaisir sur ce blog !

Je pense que le passage suivant de 2 Thessaloniciens 2 concerne précisément l'Eglise Catholique, selon moi c'est elle qui empêche l'Antéchrist d'apparaitre :

----
Maintenant vous savez ce qui le retient, de sorte qu’il ne se révélera qu’au temps fixé pour lui. Car le mystère d’iniquité est déjà à l’œuvre ; il suffit que soit écarté celui qui le retient à présent. Alors sera révélé l’Impie, que le Seigneur Jésus supprimera par le souffle de sa bouche et fera disparaître par la manifestation de sa venue. La venue de l’Impie, elle, se fera par la force de Satan avec une grande puissance, des signes et des prodiges trompeurs, avec toute la séduction du mal, pour ceux qui se perdent du fait qu’ils n’ont pas accueilli l’amour de la vérité, ce qui les aurait sauvés. C’est pourquoi Dieu leur envoie une force d’égarement qui les fait croire au mensonge ; ainsi seront jugés tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui se sont complus dans le mal.
---

Udp,

Philippe

Commentaire laissé par le

Ah, qu'on aimerait plutôt lire : « Le scandale des abus sexuels dans la société païenne moderne continue de nuire à sa crédibilité. »
En effet, le problème des abus sexuels est un problème général de la société païenne moderne, pas un problème catholique.
Pourquoi ne voit-on jamais dans les médias de chiffres concernant les non catholiques : juifs, musulmans, protestants, athées, païens, francs-maçons, satanistes, hindous, bouddhistes, etc ?
Pourquoi les dirigeants de ces communautés ne sont-ils jamais interrogés par la justice ?
Pourquoi les médias taisent-ils le scandale des millions d'enfants victimes d'abus sexuels et autres (prostitution, pornographie, esclavage, enfants soldats, famines, trafics d'organes, meurtres rituels sataniques, …) ?
Pour combattre un problème général, créé par la société païenne moderne, il est absurde que cette société ne combatte que les catholiques, les moins responsables de ce problème.
Si seuls les catholiques sont cloués au pilori de la société païenne moderne, cette société ne combat pas les abus sexuels et autres abus contre les enfants, elle combat les catholiques et elle dissimule ses propres vices.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 44 - 17 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La vérité sur Medjugorje ... que vous ignorez peut-être.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 44 - 17 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Quand ils écoutaient

Mark Mallett   samedi 15 décembre 2018   0 commentaire   2

POURQUOI le monde souffre-t-il ? Parce que nous avons muselé Dieu. Nous avons rejeté Ses prophètes et ignoré Sa Mère. Du haut de notre orgueil, nous avons succombé au rationalisme, ou la mort du mystère. Ainsi le Seigneur, par l'intermédiaire du prophète Isaïe, crie à une génération devenue sourde — qui est également la nôtre :

Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements, ta paix serait comme un fleuve, ta justice, comme les flots de la mer.

Isaïe 48: 18

Lire la suite

Le silence ou l'épée ?

Mark Mallett   vendredi 14 décembre 2018   0 commentaire   34

Plusieurs personnes ont été surprises par les récents messages que nous donne la Sainte Vierge en différents endroits de la planète : « Priez plus... parlez moins » [1], ou encore par ceci :

… priez pour votre évêque et pour vos pasteurs, priez et faites silence. Pliez vos genoux et mettez-vous à l'écoute de la voix de Dieu. Laissez aux autres le jugement, ne vous occupez pas des affaires qui ne vous concernent pas.

—Notre Dame de Zaro à Angela, le 8 novembre 2018

Comment pouvons-nous rester silencieux à une époque comme la nôtre, se demandent certains lecteurs ?

Lire la suite

Oui, l’enfer existe, et les damnés y passeront une éternité de souffrances

dimanche 23 septembre 2018   1 commentaire   67

Aujourd'hui très peu de catholiques ou chrétiens croient à l'enfer. Beaucoup de prêtres ne parlent plus de l'enfer. Vous entendrez des gens dire : « Oh, l'enfer, c'était une invention des curés pour faire peur au monde », ou bien « l'enfer, existe, mais il n'y pas personne dedans », ou encore « les bons vont aller au ciel, mais les méchants n'iront pas en enfer, ils seront tout simplement anéantis ». Eh bien non, l'enfer existe réellement, c'est une vérité de foi, et il y a bel et bien du monde dedans.

Lire la suite