La tempête de nos désirs par Mark Mallett


Commentaires (3)

Publié le samedi 9 mars 2019

Auteur : Mark Mallett

Catégorie : Encouragement spirituel

Nombre de consultations : 483

De temps à autre, il m'arrive de recevoir des lettres comme celle-ci :

S'il vous plait, priez pour moi. Je suis si faible et certains péchés de la chair, surtout l'alcool, m'étranglent.

L'on pourrait tout aussi bien remplacer l'alcool par "la pornographie", "la convoitise", "la colère" ou un certain nombre d'autres péchés. Le fait est que beaucoup de chrétiens aujourd'hui se sentent submergés par les désirs de la chair et incapables de les surmonter.

Illustration : Peace, Be Still !, par Arnold Friberg

Ainsi, le récit du Christ calmant le vent et la mer déchainée, que nous pouvons lire dans l'Évangile de Saint Marc, est particulièrement approprié :

Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait. Jésus dormait sur le coussin à l'arrière. Les disciples le réveillent et lui disent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme.

Mc 4, 35-41

Les vents sont comme nos passions désordonnées qui agitent les flots de notre chair et menacent de nous engloutir dans de sérieux péchés. Mais après avoir calmé la tempête, Jésus réprimande ainsi Ses disciples :

Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N'avez-vous pas encore la foi ?

Il y a deux choses importantes à noter ici. La première est que Jésus leur demande pourquoi ils n'ont pas "encore" la foi. Maintenant, ils auraient pu Lui rétorquer : « Mais Jésus, nous sommes pourtant montés dans la barque avec toi, alors même que nous avons vu des nuages orageux se former à l'horizon. Vois, nous te suivons, contrairement à tant d'autres. Et nous t'avons réveillé ! » Mais peut-être que notre Seigneur leur répondrait :

Mon enfant, tu es certes resté dans la barque, mais en gardant les yeux fixés sur les vents de tes passions plutôt que sur Moi. Tu désires en effet être rassuré par Ma présence, mais tu oublies si vite Mes commandements. De plus, il t'aurait fallu Me réveiller bien avant que les tentations ne te submergent. Lorsque tu auras appris à te reposer à Mes côtés, à la proue de ta vie, ce n'est qu'alors que ta foi deviendra authentique et ton amour véritable.

Voilà une réprimande bien dure et une parole bien difficile à entendre ! Mais c'est à peu près ainsi que Jésus m'a répondu lorsque je me suis plaint à Lui que, quand bien même je prie tous les jours, récite le Rosaire, vais à la messe, me confesse chaque semaine, et toutes sortes d'autres choses... je continue de tomber sans cesse dans les mêmes péchés. La vérité est que j'ai été aveugle, ou plutôt, aveuglé par les désirs de la chair. Pensant suivre le Christ à la proue, j'ai vécu tout ce temps à la poupe de ma propre volonté.

Saint Jean de la Croix enseigne que les passions de la chair, si nous y succombons, peuvent aveugler notre raison, assombrir l'intellect et affaiblir la mémoire. En effet, bien qu'ils venaient de voir de leurs yeux Jésus chasser des démons, relever des paralytiques et guérir une foule de malades, Ses disciples oublièrent tout aussi vite la puissance de leur Maître et furent pétrifiés de peur devant la force des vents et des vagues déchaînées. De même, Saint Jean de la Croix enseigne que nous devons renoncer à ces passions qui menacent l'authenticité de notre amour et de notre dévotion.

Comme le laboureur sème inutilement du grain dans un champ qu'il n'a pas labouré, et comme la terre qui n'est pas cultivée ne donne que de mauvaises herbes, de même celui-là travaille sans fruit, et ne fait aucun progrès dans sa vie spirituelle, qui ne surmonte pas comme il faut ses passions; et ses passions ne feront naître en l'âme que ténèbres, négligences et langueurs, si elles ne sont purifiées par une sévère mortification.

—Saint Jean de la Croix, La montée du Carmel, livre premier, chapitre, n° 4 ; télécharger le PDF

Tout comme les disciples étaient aveugles devant la toute-puissance du Seigneur qui marchait à leurs côtés, il en va de même pour les chrétiens qui, malgré de nombreux exercices de dévotions ou d'actes de pénitences extraordinaires, ne s'efforcent pas avec persévérance de maîtriser leurs passions.

Car ceci est caractéristique de ceux qui sont aveuglés par leurs passions ; quand ils sont au milieu de la vérité et de ce qui est bon pour eux, ils ne le voient pas plus que s'ils étaient plongés dans l'obscurité.

—St. Jean de la Croix, Ibid. n° 7

En d'autres termes, nous devons avancer, pour ainsi dire, vers la proue du navire…

Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger.

Mt 11: 29-30

Le joug est l'Évangile du Christ, résumé dans les mots se repentir et aimer Dieu et son prochain. Se repentir, c'est rejeter l'amour de tout attachement ou créature ; aimer Dieu, c'est Le rechercher Lui et Sa gloire en toutes choses ; et aimer son prochain, c'est le servir comme le Christ nous a aimés et s'est mis à notre service. C'est à la fois un joug parce que notre nature trouve cela pénible ; mais il est « léger » car la grâce nous donne la force nécessaire pour le porter. « La charité ou l'amour de Dieu », nous dit le Vénérable Louis de Grenade, « rend la loi douce et délicieuse ». [1] Ce qu'il nous faut comprendre, c'est que si nous sentons que nous ne pouvons pas maîtriser les tentations de la chair, nous ne devons pas être surpris d'entendre le Christ nous dire à nous aussi : « N'avez-vous pas encore la foi ? » Car notre Seigneur n'est-Il pas mort, non seulement pour enlever nos péchés, mais pour vaincre précisément leur emprise sur nous ?

Comprenons-le, notre vieil homme a été crucifié avec lui, pour que fût réduit à l'impuissance ce corps de péché, afin que nous cessions d'être asservis au péché.

Romains 6: 6

Maintenant, qu'est-ce qui nous sauve du péché, sinon l'obtention du pardon de nos fautes passées et la grâce d'en éviter d'autres à l'avenir ? Quel était le but de la venue de notre Sauveur, sinon vous aider dans le travail de votre salut ? N'est-il pas mort sur la Croix pour détruire le péché ? N'est-il pas ressuscité des morts pour vous permettre de ressusciter à une vie de grâce ? Pourquoi a-t-il versé Son Sang, sinon pour guérir les plaies de votre âme ? Pourquoi a-t-il institué les sacrements, sinon pour vous fortifier contre le péché ? Sa venue n'a-t-elle pas eu pour effet d'aplanir et rendre droit le chemin du Ciel ... ? Pourquoi a-t-il envoyé le Saint-Esprit, sinon pour vous faire passer de la chair à l'esprit ? Pourquoi l'a-t-il envoyé sous la forme d'un feu, si ce n'est pour vous éclairer, vous enflammer et vous transformer en Lui-même, afin que votre âme soit ainsi rendue apte à entrer dans Son propre Royaume divin ? … Craignez-vous que la promesse ne se réalise pas, ou que malgré l'assistance de la grâce divine, vous ne pourrez pas garder Sa loi ? Votre incrédulité est blasphématoire ; car, d'une part, vous mettez en doute la véracité de la Parole de Dieu et, d'autre part, vous le considérez comme incapable de réaliser ce qu'Il a promis, puisque vous Le croyez capable de vous offrir un secours insuffisant pour répondre à vos besoins.

—Vénérable Louis de Grenade, Le Guide des pécheurs

Oh, que ce rappel nous est précieux !

Deux choses sont donc nécessaires. La première consiste à renoncer aux passions qui cherchent à tout instant à enfler jusqu'à devenir une vague de péchés. La seconde consiste à avoir foi en Dieu, et en Sa grâce et Sa puissance capable d'accomplir en vous ce qu'Il ​​a promis. Dieu le fera assurément lorsque vous lui obéirez, lorsque vous prendrez sur vos épaules la Croix de l'amour du prochain en mortifiant votre propre chair. Et avec quelle célérité Dieu peut accomplir cela lorsque vous vous engagez sérieusement à ne laisser entrer aucun autre dieu dans votre vie. Saint Paul résume tout ce qui précède de la manière suivante :

Vous, frères, vous avez été appelés à la liberté. Mais que cette liberté ne soit pas un prétexte pour votre égoïsme ; au contraire, mettez-vous, par amour, au service les uns des autres. Car toute la Loi est accomplie dans l'unique parole que voici : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde : vous allez vous détruire les uns les autres. Je vous le dis : marchez sous la conduite de l'Esprit Saint, et vous ne risquerez pas de satisfaire les convoitises de la chair.

Gal 5: 13-16

Pensez-vous que cela soit impossible ? Saint Cyprien lui-même douta un jour que cela fût possible, voyant à quel point il était attaché aux désirs de sa chair.

J'ai insisté sur le fait qu'il était impossible de déraciner les vices que notre nature corrompue avait implantés en nous, et confirmés par des années d'habitudes ...

—Vénérable Louis de Grenade, Le Guide des pécheurs

Saint Augustin a ressenti à peu près la même chose.

… Quand il a commencé à penser sérieusement à quitter le monde, mille difficultés se sont présentées à lui. D'un côté, apparurent les plaisirs de sa vie passée, lui murmurant : « Veux-tu nous quitter pour toujours ? Ne serons-nous plus jamais vos compagnons ? »

—Ibid.

De l'autre côté, Augustin s'émerveilla de ceux qui vivaient dans cette véritable liberté chrétienne, s'écriant ainsi :

N'est-ce pas Dieu qui les rendit capables d'accomplir ces choses ? Tant que vous continuez à ne compter que sur vous-même, il est inévitable que vous tombiez. Jetez-vous sans crainte dans les bras de Dieu ; Il ne vous abandonnera pas.

—Ibid.

En renonçant à cette tempête de désirs qui cherchait à les faire sombrer tous les deux, Cyprien et Augustin jouirent d'une liberté et d'une joie retrouvées, qui révéla l'illusion et les vaines promesses de leurs anciennes passions. Leurs esprits, ayant recouvré la vue et n'étant dès lors plus soumis à leurs passions, commencèrent à se vider de leurs ténèbres, et à se remplir de la lumière du Christ.

Cela aussi est devenu mon histoire, et j'exulte en proclamant combien Jésus-Christ est le Seigneur de chaque tempête.

Mark Mallett
The Storm of Our Desires


[1] Vénérable Louis de Grenade, Le Guide des pécheurs, livres-mystiques.com

Soutenons le ministère à plein temps de Mark Mallett !

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

C'est plutôt l'inverse à savoir la blessure qui amène à la colère. La colère reste un péché et abouti souvent à d'autres péchés. Si l'on ne soigne pas la ou les blessures alors la colère risque de faire beaucoup de dégâts dévastateurs.

Commentaire laissé par le

Ce que je viens de lire correspond tout à fait à ce que je ressens en ce moment..... la tentation est très difficile à vaincre, surtout lorsque beaucoup d'années après, en ayant perdu celui avec lequel on avait passé 43 ans de sa vie devant Dieu, on se trouve confronté à quelque chose dont on ne cherche qu'une amitié....et qu'elle se transforme en tentation.

Alors on a beau expliquer ce que le péché, que le mariage existe, que l'on préfère une amitié saine et durable mais voilà : après des jours de prière (qu'on aura voulu partager avec l'autre) , c'est l'ennemi qui dresse devant nous le "spectre" de la tendresse d'un homme qui ne sait pratiquement pas parler, qui a souffert terriblement dans une enfance gâchée par le non amour de sa mère, le rejet du père, enfin, une vie faite d'aléas divers..... Tout ceci pour expliquer dans une histoire comme il en existe tant, que l'on recherche Dieu, que l'on n'ose plus Le recevoir avant une confession.
On tente mais en vain d'expliquer que le péché existe sous sa forme la plus subtile ou bien que le plus grand bonheur est une âme dans une paix totale.
Vous avez vous aussi traverser des épreuves et ce sera sans doute, aussi le vecteur de tentation mais comme on peut être fier lorsque l'on résiste à l'autre..... Celui qui nous fait miroiter tant de choses que ce soit dans la richesse sur la pauvreté.
Car dans le cas précité,c'est la pauvreté matérielle, donc "l'amour" que l'on ne peut pas considérer véritablement comme tel, prend dans ces circonstances là, une ampleur.... du premier jour avec cette circonstance que deux êtres habitent loin l'un de l'autre.

Carême précisément où l'on doit cheminer...
Péché mille fois banni, non renié, qui est je pense une véritable maladie.
Nous on n'appartient pas à l'autre mais à Dieu seulement..... Le laisser agir à notre place malgré la maladie qui pourrait être une excuse ou malgré la pauvreté....
Comment ont-ils fait, ces merveilleux Saints ?

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 12 + 8 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La tempête de nos désirs.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 12 + 8 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La dimension mariale de la tempête

Mark Mallett   dimanche 26 août 2018   1 commentaire   342

Les âmes élues devront combattre le Prince des Ténèbres. Ce sera une tempête effrayante — non, pas une tempête, mais un ouragan qui dévaste tout ! Il veut même détruire la foi et la confiance des élus. Je serai toujours à vos côtés dans la tempête qui se prépare. Je suis votre mère. Je peux vous aider et je le veux ! Vous verrez partout la lumière de ma Flamme d'Amour éclater telle un éclair illuminant le Ciel et la terre, et avec laquelle j'enflammerai même les âmes noircies et languissantes ! Mais quelle douleur pour moi de voir tant de mes enfants se jeter en Enfer !

— Message de la Bienheureuse Vierge Marie à Elizabeth Kindelmann (1913-1985); approuvé par le Cardinal Péter Erdö, primat de Hongrie

Lire la suite

Vers la Tempête

Mark Mallett   lundi 10 septembre 2018   1 commentaire   1.913

Il est temps de partager avec vous ce qui m'est arrivé cet été quand une tempête soudaine a frappé notre ferme. Je suis certain que Dieu a permis cette « micro-tempête », en partie, pour nous préparer à ce qui arrive sur le monde. Tout ce que j'ai vécu cet été est symbolique de ce que j'ai écrit pendant près de 13 ans dans le but de vous préparer pour les temps présents.

Lire la suite

Quand Il calme la tempête

Mark Mallett   vendredi 7 décembre 2018   0 commentaire   578

Dans les précédentes périodes glaciaires, les effets du refroidissement global furent dévastateurs dans de nombreuses régions du monde. Des saisons de croissance plus courtes entraînèrent de mauvaises récoltes, des pénuries alimentaires et la famine et, par conséquent, la maladie, la pauvreté, les troubles civils, la révolution et même la guerre. Comme vous venez de le lire dans L'hiver de notre châtiment, les scientifiques tout comme Notre Seigneur nous prédisent ce qui semble être le début d'un autre "petit âge glaciaire". Si tel est le cas, cela pourrait jeter un nouvel éclairage sur la raison pour laquelle Jésus nous a parlé de ces signes particuliers qui se produiront à la fin des temps (et ces signes sont, pour ainsi dire, un résumé des Sept Sceaux de la Révolution dont parle également saint Jean) ...

Lire la suite