La Miséricorde Divine vue par les Papes


Commentaires (0)

Publié le dimanche 8 avril 2018

Catégorie : La Divine Miséricorde

Nombre de consultations : 84

La fête de la Divine Miséricorde est célébrée le premier dimanche après Pâques. Petit rappel des origines de cette dévotion, et de la place qu'elle occupe dans les trois derniers pontificats.

Manuella Affejee - Cité du Vatican - vaticannews.va - Illustration : Divine Miséricorde, par Tianna Williams

C'est le Christ lui-même, lors de ses apparitions à Sainte Faustine Kowalska (1905-1938), qui demanda à faire connaitre au monde la profondeur de sa miséricorde, et que celle-ci soit honorée par toute l'Eglise, le premier dimanche après Pâques, autrement appelé dimanche de Saint Thomas. « Je désire que la fête de la Miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. En ce jour les entrailles de ma miséricorde sont ouvertes, je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s'approcheront de la source de ma miséricorde; toute âme qui se confessera et communiera recevra le pardon complet de ses fautes et la remise de leur punition; en ce jour sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s'écoulent les grâces », a promis le Christ, selon ce que rapporte la religieuse polonaise dans son journal.

Saint Jean-Paul II et la Miséricorde de Dieu

Et c'est en 1985 que cette fête fut instituée par le Cardinal Franciszek Macharski, pour le diocèse de Cracovie. Elle fut ensuite étendue à l'ensemble de la Pologne, par le Saint Pape Jean-Paul II, sur requête des évêques du pays. Le Pape polonais, marqué par les enseignements de sa compatriote Sainte Faustine, s'avéra lui-même être un ardent apôtre de l'insondable miséricorde de Dieu, affirmant qu'elle était la clé de lecture privilégiée de son pontificat. C'est encore Jean-Paul II, à l'occasion de la canonisation de Sainte Faustine, le 30 avril 2000, qui étendit cette fête à l'Eglise universelle. Sa mort, le soir des vêpres de la Divine Miséricorde (2 avril 2005), sa béatification (1er mai 2011), et sa canonisation (27 avril 2014), soit deux dimanches de la Miséricorde, confirmèrent, en quelque sorte, ce qui fut le fil conducteur de sa vie et de sa profonde spiritualité.

Le Pape François, « Pape de la Miséricorde »

Le Pape François en prière au sanctuaire de la Divine Miséricorde à Cracovie. (Ossevatore Romano)
Le Pape François en prière au sanctuaire de la Divine Miséricorde à Cracovie. (Ossevatore Romano)

Dès son accession au trône de Pierre, la volonté du Pape François de placer la Divine Miséricorde au centre de son pontificat a été particulièrement manifeste, que l'on se réfère à sa devise même — miserando atque eligando — , à ses prises de parole sur le sujet, à ses nombreux gestes de compassion envers les plus faibles, et enfin, à sa décision de convoquer une année jubilaire de la Miséricorde, en 2015-2016. Une année riche, qui a permis, selon le Pape, de rappeler le primat de la miséricorde sur la Loi (Mt 9, 13), l'urgence et la nécessité d'en faire le pivot de toute l'action pastorale de l'Eglise. « La Miséricorde, écrivait-il dans sa lettre apostolique Misericordia et Misera, publiée au terme de l'année jubilaire, ne peut être une parenthèse dans la vie de l'Eglise, mais elle en constitue l'existence même, qui rend (…) tangible la vérité profonde de l'Évangile ». L'année jubilaire est terminée, mais la miséricorde reste, et doit imprégner la conversion pastorale que tous les croyants sont appelés à vivre : tel était, en substance, le message de cette lettre.

Soutien du Pape émérite à la ligne François sur la Miséricorde

Dans un entretien accordé au théologien jésuite Jacques Servais — contenu dans les actes d'un colloque théologique organisé en octobre 2015 à Rome — le Pape émérite Benoît XVI apportait son soutien à cette ligne bergoglienne, et soulignait la centralité prophétique de la miséricorde: « pour moi l'idée que la miséricorde devienne de plus en plus centrale et dominante est un signe des temps ». Pour Benoît XVI, les hommes sont en attente de miséricorde. « (…) Dans leur for intérieur, (ils) attendent que le samaritain vienne à leur secours, qu'il se penche sur eux, verse de l'huile sur leurs blessures, prenne soin d'eux et les mette à l'abri. Au fond, ils savent qu'ils ont besoin de la miséricorde de Dieu et de sa délicatesse », assurait-il encore.

Les missionnaires de la Miséricorde

Cette année, plus de 550 missionnaires de la Miséricorde provenant des 5 continents sont attendus à Rome, pour leur seconde rencontre avec le Saint-Père, deux ans après l'institution de ce ministère, précisément à l'occasion du Jubilé de la Miséricorde. Au cours des prochains jours, ils écouteront des catéchèses, témoigneront de leur activité pastorale, et célèbreront le Sacrement de la Réconciliation, qui est au coeur de la mission que leur a confiée le Souverain Pontife. Ce dernier les rencontrera mardi 10 avril, au Vatican, avant de présider une messe, en la Basilique Saint-Pierre.

Manuella Affejee - Cité du Vatican

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 93 - 42 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La Miséricorde Divine vue par les Papes.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 93 - 42 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Dieu n’est pas mort, un émouvant film d’apologétique chrétienne

Publié le lundi 5 mars 2018 - 1 commentaires

Dieu n'est pas mort est un film américain qui a connu un grand succès lors de sa sortie aux Etats-Unis en 2014. Du fait de ce succès, le film a fini par sortir en France, mais de manière étonnamment tardive, non dès 2014, ou à défaut l'année suivante en 2015, mais à l'automne 2017 ! Ce type de retard est pour le moins rarissime. Ajoutons que si Dieu n'est pas mort est enfin présent sur les écrans français, il l'est de façon fort modeste. Bien des comédies françaises pas drôles, que plus personne ne va voir à juste titre, produites de façon industrielle avec nos impôts, bénéficient actuellement d'une diffusion très supérieure. Il y a décidément un esprit antichrétien dominant en France qui multiplie jusqu'au bout les obstacles à la diffusion d'un fort bon film d'apologétique.

Lire la suite

La Légion des Petites Âmes

Publié le mardi 6 mars 2018 - 0 commentaires

Sous cette appellation « Légion des Petites Âmes » se dévoile un mouvement d'amour universel qui, en une vingtaine d'années, s'est répandu à travers le monde entier. Il tire son origine du « Message de l'Amour Miséricordieux aux Petites Ames » livre qui relate, depuis 1965, les dialogues entre Jésus et Marguerite, simple mère de famille belge, d'où son sous-titre « Journal de Marguerite ». Cet ouvrage, revêtu du Nihil Obstat et de l'Imprimatur de l'Evêque de Liège, a été traduit en une trentaine de langues et de nombreux dialectes, et la « Légion des Petites Ames » s'est implantée dans 119 pays des cinq continents.

Le 18 septembre 1966, Notre-Seigneur disait à Marguerite : « Le Message fera se lever une armée de Petites Âmes, fera de leur vie un immense brasier d'Amour où viendront se consumer toutes les iniquités du monde, toutes les indifférences qui blessent si douloureusement mon Divin Cœur ».

Une autre fois, Jésus a dit : « Je vous envoie mon Message d'Amour. Approfondissez-en la doctrine et mettez-la en pratique ». (4 novembre 1966)

Lire la suite

Qui peut recevoir la Sainte Communion ? Par la cardinal Gerhard Ludwig Müller

Publié le dimanche 29 avril 2018 - 0 commentaires

Ceci est la cinquième partie d'une série de réflexions du cardinal Müller sur des questions d'actualité dans la vie de l'Église.

Selon Reinhard Cardinal Marx, les évêques allemands ont récemment préparé des directives qui envisagent l'admission éventuelle à la sainte communion de protestants mariés à un conjoint catholique. Le seul pré-requis absolu serait que ces protestants affirment la foi de l'Église Catholique. (Des rapports plus récents indiquent que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, avec le soutien du Pape, a rejeté la proposition des évêques allemands, mais les évêques allemands nient que ce soit le cas.)

Lire la suite