La mise à l'épreuve - Partie 2


Commentaires (2)

Publié le lundi 9 avril 2018

Auteur : Mark Mallett

Catégorie : Foi, doctrine & morale catholiques

Nombre de consultations : 333

Avec les événements controversés s'étant déroulés à Rome en décembre 2017 (voir La papauté ne se réduit pas à un seul Pape), les mots me viennent à l'esprit une fois de plus que tout ceci est un test pour les fidèles. J'ai écrit à ce sujet en octobre 2014 peu après le Synode tendancieux sur la famille (voir La mise à l'épreuve - partie 1). Le point saillant de cet article était la partie sur Gédéon...

Traduction d'un article de Mark Mallett du 7 décembre 2017. Titre original : « The Testing (Part II) »

J'avais aussi écrit comme je le fais maintenant : « ce qui s'est passé à Rome n'était pas un test pour évaluer votre loyauté envers le Pape, mais pour apprécier la qualité de votre foi en Jésus-Christ qui a promis que les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre Son Eglise.  » J'avais aussi dit : « Si vous pensez que nous sommes en pleine confusion, attendez de voir ce qui va suivre... »

L'allumette

Un nouveau livre intitulé Il Papa Dittatore (Le Pape dictateur) a été publié récemment. L'auteur écrit sous le pseudonyme de Marcantonio Colonna. LifeSiteNews, qui a manifestement basculé au cours des deux dernières années pour devenir l'une des voix pseudo-officielles de la dissidence papale, a publié une critique du livre, qui allègue que le Pape François serait ...

... arrogant, méprisant envers les personnes, prodigue en langage grossier et tristement célèbre pour ses violents accès de colère connus de tous, depuis les cardinaux jusqu'aux chauffeurs.

- LifeSiteNews , le 6 décembre 2017

Robert Royal, rédacteur en chef de The Catholic Thing et commentateur papal pour EWTN, dit :

... la quantité de preuves qu'il fournit est stupéfiante. Environ 90% d'entre elles sont tout simplement irréfutables et ne peuvent que clarifier la personnalité et les intentions de François.

- Ibid.

Ndt : je pense qu'il faut un caractère bien trempé pour pouvoir faire le grand nettoyage au Vatican aujourd'hui et extirper les nombreux loups. Dieu sait pourquoi Il a choisi François pour cette mission. Que ces loups commencent à avoir peur et s'en plaignent est un bon signe ! Jésus lui-même n'était-il pas doux avec ses brebis mais très sévère envers les mauvais chefs religieux, notamment ceux qui faisaient peser de pesant fardeaux sur les épaules des fidèles alors qu'ils n'osaient même pas les toucher du bout des doigts.

D'après les critiques que j'ai lues, comme celle de Marco Tosatti, analyste au Vatican :

Il n'y a aucune information de grande importance, ni de révélations extraordinaires dans "Il Papa Dittatore" ; mais il est certainement bien documenté, intéressant et de grande valeur ...

- marcotosatti.com, 29 novembre 2017

Quelle peut donc être la "valeur" d'un livre qui n'a ni information ni révélation de grande importance, mais qui est apparemment destiné à exposer les défauts de caractère du Vicaire du Christ ? Un livre dont l'intention est de présenter un « Jorge Bergoglio intrigant » dans le but de contrer « l'humble Pape François » ? En gros, je l'ignore. Mais ces bruyants opposants du Pape François qui ont fourni le combustible pour le déclenchement d'un schisme viennent probablement de recevoir — avec ce livre — l'allumette qui leur manquait pour y mettre le feu.

Un Pape fait de chair et d'os

Mais, comme un lecteur me le disait, « je n'ai pas le moindre doute au sujet du Pape. Les gens vont utiliser ce livre pour prouver qu'il possède des zones d'ombre. Mais y a-t-il eu la moindre chose illégale (pendant l'élection papale) en termes de droit canonique ? Voila la bonne question à se poser. Ce n'est pas illégal d'être fait de chair et d'os (càd, d'avoir des défauts, tous les hommes en ont, ndt). »

Scandaleux ? Peut-être. Mais l'histoire de l'Eglise est malheureusement marquée par des papes qui ont scandalisé leur fonction.

Le fait que ce soit Pierre qui s'appelle le "rocher" n'est pas dû à un quelconque accomplissement de sa part ou à quelque chose d'exceptionnel dans son caractère ; c'est simplement un nomen officii, un titre qui désigne, non pas un service rendu, mais un ministère conféré, une élection et une délégation divines auxquelles personne ne peut prétendre en vertu de son propre caractère - Simon, plus que tout autres, si nous devions juger par son caractère naturel, était tout sauf un rocher. - PAPE Benoît XIV, de Das neue Volk Gottes, p. 80 et suivantes

C'est-à-dire que nous pourrions avoir un pape, comme nous en avons eu par le passé, qui vend — Simonie — son pontificat (cf. Benoît IX) ; a des maîtresses et est père de plusieurs enfants (cf. Alexandre VI) ; augmente sa fortune personnelle ; abuse de ses privilèges et fait mauvais usage de son autorité. Il pourrait nommer des modernistes à des postes importants, inviter des judas à sa table (eh oui, même Jésus - pour des raisons plus divines - pouvait être source de scandale pour certains — les vues de Dieu sont bien souvent autres que celles des hommes, ndt), et même Lucifer à la Curie. Il pourrait danser nu sur les murs du Vatican, tatouer son visage et projeter des animaux sur la façade de Saint-Pierre. Et tout cela créerait un grabuge, un bouleversement, un scandale et une grande tristesse. Et cela mettrait les fidèles à l'épreuve et vérifierait si leur foi se trouve dans les hommes ou en Jésus-Christ. Cela les pousserait à se demander si Jésus allait vraiment tenir la promesse qu'il avait faite - que les portes de l'enfer ne prévaudraient pas contre Son Église.

Isaïe 26, 1-6 nous confirme les paroles du Christ :

Nous avons une ville forte ! Le Seigneur a mis pour sauvegarde muraille et avant-mur.
Ouvrez les portes ! Elle entrera, la nation juste, qui se garde fidèle.
Immuable en ton dessein, tu préserves la paix, la paix de qui s'appuie sur toi.
Prenez appui sur le Seigneur, à jamais, sur lui, le Seigneur, le Roc éternel.

La nation qui est sauvegardée est celle qui garde la foi. Frères et soeurs, pendant trois ans, j'ai tenté de montrer la voie intermédiaire entre ceux qui sont absolument convaincus que le Pape François est un franc-maçon, un communiste, un faux prophète et un antipape — et ceux, d'autre part, qui n'accepteront jamais d'entendre la moindre critique concernant le pontificat actuel. La voie intermédiaire est la suivante : avoir confiance dans le fait que Jésus est toujours en train de bâtir Son Église, même sur un rocher qui, parfois, semble être davantage une pierre d'achoppement. Dans l'évangile de Matthieu 7: 21-27, Jésus dit que celui qui est sage et prévoyant construit sa maison sur le roc. Et je demande à nouveau : Jésus est-il un sage bâtisseur ? Relisez Jésus, le sage bâtisseur.

Je ne nie pas qu'il y ait beaucoup en jeu aujourd'hui, bien plus que la vérité : c'est l'unité même de l'Église qui est menacée. C'est son unité qui, en fait, préserve la vérité. Car si différentes factions prétendent détenir la vérité, alors nous avons la guerre. Aussi, que dire et penser de l'actuel débat sur la communion aux divorcés remariés ? La réponse est que nous devons avoir confiance en Jésus, nous devons croire qu'en définitive, la vérité prévaudra comme cela a toujours été le cas au cours des 2 derniers millénaires. Peut-être que certains devraient arrêter de voir le charisme de l'infaillibilité comme une baguette magique qui fait disparaître toutes les questions, mais plutôt comme une solide barrière de sécurité longeant un terrain rocailleux et étroit et qui garde nos pas éloignés des rochers tranchants de l'erreur. Dans la situation actuelle, un épisode comme celui qui eut lieu entre Pierre et Paul peut être nécessaire ; à cette époque l'unité fut préservée grâce à une correction filiale. Paul, qui appelait Pierre une « colonne » de l'Église (Gal 2: 9), en même temps, n'a pas hésité à le corriger "face à face." (Gal 2: 11) Nous ne lisons pas que Paul a écrit des lettres aux églises condamnant Pierre, exposant ses erreurs et l'humiliant (médiatiquement, ndt) devant le Peuple de Dieu. Comme David autrefois qui a été tenté de terrasser Saül pendant qu'il dormait. Au lieu de cela,

David s'inclina jusqu'à terre et se prosterna, puis il lui cria : « (...) aujourd'hui même, tes yeux ont vu comment le Seigneur t'avait livré entre mes mains dans la grotte ; pourtant, j'ai refusé de te tuer, je t'ai épargné et j'ai dit : “Je ne porterai pas la main sur mon seigneur le roi qui a reçu l'onction du Seigneur.” »

1 Sam 24: 9-11

C'est pourquoi, malgré le plus profond désaccord que l'on puisse avoir avec « Pierre », le Christ nous appelle à demeurer sur la voie intermédiaire de la charité filiale et de l'unité, qui peut être un long et douloureux chemin comme l'histoire l'a parfois montré. Toutefois :

Le Pape, évêque de Rome et successeur de S. Pierre, "est principe perpétuel et visible et fondement de l'unité qui lie entre eux soit les évêques, soit la multitude des fidèles"

- Catéchisme de l'Église Catholique, n° 882

Ceux-là se trompent donc dangereusement qui croient pouvoir s'attacher au Christ Tête de l'Eglise sans adhérer fidèlement à son Vicaire sur la terre. Car en supprimant ce Chef visible et en brisant les liens lumineux de l'unité, ils obscurcissent et déforment le Corps mystique du Rédempteur au point qu'il ne puisse plus être reconnu ni trouvé par les hommes en quête du port du salut éternel.

- Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (Sur le Corps mystique de Jésus-Christ), 29 juin 1943; n° 41

La correction filiale mutuelle doit toujours être basée sur la charité — non pas une attaque ad hominem contre ses frères et soeurs, et encore moins contre le Vicaire du Christ. Je dirai ceci : le chemin actuel de ceux qui aiment la vérité, mais qui n'aiment pas en vérité, est ce qui m'inquiète le plus. On m'a traîté de beaucoup de noms cette semaine parce que je défends l'unité de l'Église et que je n'attaque pas le pape François. Mais ces pauvres âmes sont à côté de la plaque. Ils ont oublié qui est l'Amiral de la Barque de Pierre, qui est le Bâtisseur de l'Église et qui est le Gardien de la Vérité. Ils échouent à l'épreuve — aussi bien ceux qui ne gardent pas le "dépôt de la foi", que ceux qui ne font pas confiance à Celui qui l'a confié à Son Eglise.

Et s'il doit y avoir persécution, il se peut qu'elle arrive peut-être au moment où, dans toute la chrétienté, nous serons tous à ce point divisés, amoindris, envahis de schismes, si proches de l'hérésie ; au moment où, ayant renoncé à notre indépendance et à notre souveraineté, nous nous serons coulés dans le monde et dépendrons de sa protection. Alors, à ce moment, [l'Antichrist] pourra fondre sur nous dans toute sa fureur, autant que Dieu le lui permettra ; alors, soudainement, l'Empire romain pourra s'effondrer.

- Bienheureux John Henry Newman, Sermon IV: La persécution de l'Antéchrist

L'auto-justification est une forme d'orgueil que le diable réserve aux personnes [qui se croient] bonnes.

- Janet Klasson (Pelianito Journal Blog)

Je ne sais pas si le pape François fait la volonté de Dieu dans chaque circonstance donnée, mais ce que je sais est qu'il accomplit la volonté de Dieu, même si nous ne comprenons pas ou n'en voyons pas (immédiatement) les fruits.

- Vicki Chiment, lecteur

Mark Mallett

Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t'en garde, Seigneur ! cela ne t'arrivera pas. » Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »

Mt 16: 22-23

Lectures connexes

A lire en anglais sur le blog de Mark Mallett :

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

@Peyo

D'accord avec vous. Notez que si les loups sortent au grand jour aujourd'hui cela est aussi une preuve que les ténèbres recouvrent le monde comme jamais ! Car il est connu que les loups ne sortent des bois que la nuit !

Il y a donc une chose essentielle à comprendre : comme ce fut le cas avec Judas il y a 2000 ans, Dieu à travers François permet aux ténèbres de prendre de plus en plus d'ampleur dans le monde ("Faites ce que vous avez à faire" dit Jésus à ses ennemis comme il le disait à Judas quand le temps de sa passion était arrivé), d'où son silence selon moi et son apparente permissivité ! Seuls ceux qui restent fidèles au Christ seront préservés de la confusion. Il ne faut pas reprocher cela à François comme il ne faut pas reprocher à Jésus d'avoir choisi Judas. Cela doit advenir MAIS "malheur à ceux par qui cela adviendra !"

Une fois que les ténèbres seront totalement répandues sur le monde et les loups complètement sortis au grand jour viendra le Christ qui dans sa gloire dissipera les ténèbres et mettra à mort Ses ennemis. Ensuite viendra le temps de paix promis par Notre Dame de Fatima.

J'ignore si nous sommes au temps du dernier Antéchrist mais ce qui est sûr c'est que tout y dispose.

Philippe

Commentaire laissé par le

Je crois surtout que la Pape François désarçonne et désarme tous les ennemis ou faux amis du Christ.
Y compris les idiots utiles (les deux "extrémismes catholiques", progressistes ou traditionalistes).
En replaçant l'église au milieu du village, il force tout le monde à sortir du bois.
L'intérêt est que ces ennemis du Christ sont alors obligés de montrer leur vrai visage.
Leurs méthodes pour semer le doute et la zizanie (mensonges, calomnies ,insinuations, ..) sont exposées au grand jour.
Le mensonge est de Satan, la vérité est du Christ.
La vérité finit toujours par triompher du mensonge, qui se fait ridiculiser.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 39 : 3 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La mise à l'épreuve - Partie 2.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 39 : 3 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Quand ils écoutaient

Mark Mallett   samedi 15 décembre 2018   0 commentaire   2

POURQUOI le monde souffre-t-il ? Parce que nous avons muselé Dieu. Nous avons rejeté Ses prophètes et ignoré Sa Mère. Du haut de notre orgueil, nous avons succombé au rationalisme, ou la mort du mystère. Ainsi le Seigneur, par l'intermédiaire du prophète Isaïe, crie à une génération devenue sourde — qui est également la nôtre :

Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements, ta paix serait comme un fleuve, ta justice, comme les flots de la mer.

Isaïe 48: 18

Lire la suite

Le silence ou l'épée ?

Mark Mallett   vendredi 14 décembre 2018   0 commentaire   34

Plusieurs personnes ont été surprises par les récents messages que nous donne la Sainte Vierge en différents endroits de la planète : « Priez plus... parlez moins » [1], ou encore par ceci :

… priez pour votre évêque et pour vos pasteurs, priez et faites silence. Pliez vos genoux et mettez-vous à l'écoute de la voix de Dieu. Laissez aux autres le jugement, ne vous occupez pas des affaires qui ne vous concernent pas.

—Notre Dame de Zaro à Angela, le 8 novembre 2018

Comment pouvons-nous rester silencieux à une époque comme la nôtre, se demandent certains lecteurs ?

Lire la suite

Oui, l’enfer existe, et les damnés y passeront une éternité de souffrances

dimanche 23 septembre 2018   1 commentaire   67

Aujourd'hui très peu de catholiques ou chrétiens croient à l'enfer. Beaucoup de prêtres ne parlent plus de l'enfer. Vous entendrez des gens dire : « Oh, l'enfer, c'était une invention des curés pour faire peur au monde », ou bien « l'enfer, existe, mais il n'y pas personne dedans », ou encore « les bons vont aller au ciel, mais les méchants n'iront pas en enfer, ils seront tout simplement anéantis ». Eh bien non, l'enfer existe réellement, c'est une vérité de foi, et il y a bel et bien du monde dedans.

Lire la suite